Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

I.- En montant jusqu’à Céles

Avoz d’djà v’nu à Céles ? Si vos n’ conechoz nin nosse payis, ni d’joz nin qui v’s-avoz vèyu tos lès bias cwins dol Walonîye : i manque one saqwè à vos voyadjes. Si c’è-st-insi, purdoz l’ trin dol ligne dol Lèsse, sôye-t-i à Ouyèt, sôye-t-i à Dinant, jusqu’à l’èstâcion d’Djindron. Li guide di tchmin d’ fiêr mârquéye Gendron-Celles, més lès djins do timps passè dijint todi « alè ôs Fwadjes ». Dandj’reû qui, dins l’ timps, i-gn-aveut là dès fwadjes, dès-ûsines, come on-z-è trouveut sovint dins lès fonds, su l’ bwârd dès grands ris : sondjoz ôs fwadjes do payis d’ Mârchin ou d’ Chimé ou do Maka (1), dizeû Doan èt à bin d’s-ôtes.

 

I.- En montant jusqu’à Celles

Êtes-vous déjà venu à Celles ? Si vous ne connaissez pas notre pays, ne dites pas que vous avez vu tous les beaux coins de la Wallonie : il manque quelque chose à vos voyages. Dans ce cas, prenez le train de la ligne de la Lesse, soit à Houyet, soit à Dinant, jusqu’à la gare de Gendron. Le guide des chemins de fer indique Gendron-Celles, mais les gens du temps passé disaient toujours « aller aux Forges ». Sans doute, autrefois, y avait-il là des forges, des usines, comme on en trouvait souvent dans les fonds, sur le bord des grands ruisseaux : songez aux forges du pays de Marchin ou de Chimay ou du Maka (1), au-dessus de Dohan, et à bien d’autres.

 
Si vos passoz l’ grand pont d’ pîre qu’ascôche Lèsse èt qu’a stî r’fét à noû dispôy qui l’ofensive da Rundstedt l’aveut tapè dju, vos-èstoz su l’ route di Ulzon.nia, qui catoûne dins lès bwès en gripant l’ tiène. Di d’là, vos taperoz on côp d’ouy su lès fonds do Broû. Di l’ôte dès costès d’ l’éwe, lès wôtès rotches di Furfôz si drèssèt d’vant vos, come dès blankès murayes, kitrawéyes à places : c’èst là qu’ont vikè dins l’ timps dès droles di nabots qu’on lomeut lès Nûtons.
 
Si vous passez le grand pont de pierre qui enjambe la Lesse et qui a été remis à neuf depuis sa démolition lors de l’offensive von Rundstedt, vous êtes sur la route d’Hulsonniaux, qui serpente dans les bois en grimpant la colline. De là, vous jetterez un coup d’œil sur les fonds du Broû. De l’autre côté de l’eau, les hautes roches de Furfooz se dressent devant vous comme de blanches murailles, criblées de trous par endroits : c’est là que vécurent dans le temps de drôles de nabots qu’on nommait les Nûtons.
 
Lès-ancyins do payis m’ont èspliquè qu’ lès Nûtons (2) èstint parèy à dès vîs gamins bôrbus tot sclimbwagnes, qui chaltint one miète en rotant. I pwartint su leû tièsse on bonèt d’ lin.ne à cwane (3) avou one flotchîye qu’èlzî r’tchèyeut su l’orèye. Do djoû, i n’ mètint jamés l’ nèz à l’uch èt d’morint rèculotès (4) ô fond d’ leû trô. Il î travayint d’ leû mèstî : marchôs, tchôrlîs, tchôdronîs, bans’lîs, cwam’jîs... dosmètant qu’ leûs coméres fyint l’ sogne, cûjint l’ pwin, lavint èt ristindint l’ bouéye, rinipint lès âdes. À l’anéti, lès djins d’avôr-là l’zî pwartint dès-ovradjes à l’intréye di leû trô, pace qui person.ne n’ôreut wasu moussi ’ddé zèls : one fôs ou on chî à r’bate, one casserole qu’aveut dandji d’on cul, dès fortchètes èt dès couyîs à ristin.nè, dès coutias à roûji, one pére di solès à rissemèlè… Por one bèséye di farène, ou on d’méy quôtron d’ous, vos p’lîz ièsse sûr èt cèrtin qui l’ londemwin, ôs-éreûs do djoû, vos-èstîz ayussi.
 
Les anciens du pays m’ont expliqué que les Nûtons (2) étaient pareils à de vieux gamins barbus tout de guingois, qui boitillaient en marchant. Ils étaient coiffés d’une sorte de bonnet phrygien (3) en laine avec un gland qui leur retombait sur l’oreille. De jour, ils ne mettaient jamais le nez dehors et restaient blottis (4) au fond de leur trou. Ils y exerçaient divers métiers : maréchaux-ferrants, charrons, chaudronniers, vanniers, cordonniers... tandis que leurs femmes faisaient le ménage, cuisaient le pain, lavaient et repassaient le linge, raccommodaient les vêtements. Au crépuscule, les gens du coin leur apportaient des ouvrages à l’entrée de leur trou, parce que personne n’aurait osé entrer chez eux : une faux ou un coutre à rebattre, une casserole qui avait besoin d’un fond, des fourchettes et des cuillères à rétamer, des couteaux à aiguiser, une paire de souliers à ressemeler... Pour une besace de farine, ou un demi-quarteron d’œufs, vous pouviez être sûr et certain que le lendemain, aux aurores, vous étiez servi.
 
Par nét, lès Nûtons broquint foû d’ leû trô èt v’nint fè tènawète leûs porcèssions dins lès pî-sintes dès tiènes ou bin dansè l’ quadrile au clér di lune, vélà d’zeû l’ platia. Pus d’on côp, dès djon.nes-omes d’Ulzon.nia qui s’avint astôrdji al chîje do costè d’ Céles ou d’ Djindron ont avisè leûs lumerotes qui s’ twartchint pa t’t-avô lès gngnès´ èt lès bouchons. On lès-oyeut tchantè dès droles d’orémus´ en fiant blonci leûs lantiènes : pus, fét-à-fét, pa l’ lôdje trawéye qu’on lome co li Trô dès Nûtons, i r’moussint ol rotche, onk après l’ôte.
 
La nuit, les Nûtons sortaient de leur trou et venaient de temps à autre faire leurs processions dans les sentiers des collines ou bien dansaient le quadrille au clair de lune, là-bas, au-dessus du plateau. Plus d’une fois, des jeunes hommes d’Hulsonniaux qui s’étaient attardés à la veillée du côté de Celles ou de Gendron ont aperçu leurs lumignons qui se tortillaient à travers genêts et buissons. On les entendait chanter d’étranges oremus en faisant balancer leurs lanternes : puis, peu à peu, par la large trouée qu’on nomme encore le Trou des Nûtons, ils rentraient dans la roche, l’un après l’autre.
 
Pus, on bia djoû, on n’ lès-a pus avisè avôr-là : li mèchancetè dès djins lès-aveut fét couru vôye. I n’ont lèyi drî zèls qui l’Ome ô Avèt, qui satche è l’éwe ou è têre lès p’tits-èfants trop curieûs. Més i-gn-aveut co ’nawére dès vîyès feumes d’Ulzon.nia qui n’ôrint wasu r’montè l’ tiène dol chîje, di peû do-z-è rèscontrè onk.
 
Puis, un beau jour, on ne les a plus revus par là : la méchanceté des gens les avait mis en fuite. Ils n’ont laissé derrière eux que l’Homme au Crochet, qui tire à l’eau ou enterre les petits enfants trop curieux. Mais il y avait encore naguère de vieilles femmes d’Hulsonniaux qui n’auraient osé remonter la colline dans la soirée, de peur d’en rencontrer un.
 
Més lèyans-là lès Nûtons èt ruv’nans èn-èrî po prinde li vôye di Véves. Si vos fioz ç’ porminade-là par one bèle matinéye d’èstè, vos m’è dîroz dès novèles. Li route sît on richot (5) qui s’kitwad come one coloûte, à l’ombrîre dès-on.nias, pa t’t-avô dès près tot strwèts, inte dès grands bwès qui gripèt jusqu’à todi. Dès vîs pomîs rimplis d’ chabotes s’ascropèt ô d’dilon, tot vêrts di mossias qu’èlzî courèt jusqu’ô coron dès coches. I vos téront c’pagnîye tote li vôye. I fét fris´, lès p’tits mouchons tchîptèt d’ tos costès dins lès tayes èt li p’tit ri tchante avou zèls en zoublant su sès cayôs. En vos clinçant su one gofe, vos vièroz tènawète one bèle trûte, tote tapinéye di rodje èt d’ nwâr. Èlle èst là inte deûs-éwes qu’èle ni boudje nin, sinon qu’ pa momints èlle osse li quèwe bon-z-èt rwèd, dizos l’ courant qu’èlî kakîye li scrine. Si vos fioz on mouvemint, èle rimonte l’éwe co pus rade qui l’alumwâre.
 
Mais laissons là les Nûtons et revenons sur nos pas pour prendre le chemin de Vêves. Si vous faites cette promenade par une belle matinée d’été, vous m’en direz des nouvelles. La route suit un petit ruisseau (5) qui se tortille comme une couleuvre, à l’ombre des aulnes, à travers des prés tout étroits, entre de grands bois qui n’en finissent pas de grimper. De vieux pommiers remplis de cavités s’accroupissent tout le long, tout verts de mousses qui leur courent jusqu’au bout des branches. Ils vous tiendront compagnie tout le chemin. Il fait frais, les petits oiseaux pépient de tous côtés dans les tailles, et le ru chante avec eux en sautant sur les cailloux. En vous penchant sur un trou d’eau, vous verrez de temps à autre une belle truite, toute tachetée de rouge et de noir. Elle est là entre deux eaux, sans bouger, sinon que, par moments, elle hoche la queue avec vivacité sous le courant qui lui chatouille l’échine. Faites un mouvement et elle remonte l’eau plus vite encore que l’éclair.
 
Quand vos-ôroz passè l’ vôye di Djindron èt l’ pasia d’ Furfôz, toûrnoz l’ tièsse su l’ costè, èt r’wétoz bin l’ rotche... Avoz vèyu l’ tièsse do vî ome ?
 
Passé la route de Gendron et le sentier de Furfooz, tournez la tête sur le côté, et regardez bien la roche... Avez-vous vu la tête du vieil homme ?
 
Tot d’on côp, li vôye toûne coûrt èt vos-avoz, drèssis d’vant vos, deûs tchèstias : à mwin gôche, à djok su on crèstia, li vî tchèstia d’ Véves avou sès chîs toûrs : à mwin drwète, li noû tchèstia di Nwèsi, grandiveûs come on monseû di d’dins l’ timps.
 
Tout à coup, au détour du chemin, voici, dressés devant vous, deux châteaux : à main gauche, juché sur une crête, le vieux château de Vêves avec ses six tours ; à main droite, le nouveau château de Noisy, hautain comme un seigneur de jadis.
 

Quand vos sèroz iute di l’Ôlerîye — on vî molin qui tchét è pîces — vos trèvôtcheroz li amia d’ Véves, qui strame sès môjons d’ pîre ôs teuts d’ grîjès scayes tot dè long dol route. Lès cassines dol Tchôssîye, blankîyes à l’ tchôs´ èt rascouviéyes di strin, si rascrampièt ô pîd dès bwès do Pârc, po s’ richandi ô solia come dès vîyès feumes. Leûs finièsses, sitrwètes come dès bawètes, vos gligneront l’ouy, à môde di sôrcîres èt d’ macrales. Come d’èfèt, vos-èstoz o payis dès sôrcîs. On vî curè qui provint d’Ouyèt m’a racontè qu’i v’nint fè dins l’ timps totes leûs lwagnerîyes — qu’on lomeut l’ sabat — do costè do vî tchèstia. I s’ rachonint èmon Tante Nane d’Al Tchôssîye. Lès sôrcîs, qu’èstint d’acwârd avou l’ diâle, avint totes sôtes di lédès sindjerîyes. Insi, Calmant, sorlomè li P’tit Bêy, n’aveut qu’à passè l’ mwin su li scrine dès bièsses po lès fè duvenu sètches (6). Ossi, lès vèyeut-on èvi. Clarisse d’èmon l’ Fôdeû (7), one fèye di macrale, aveut stî tanéye pa lès djins pace qu’èlle aveut yeû l’ toupèt do fè sès pôques come lès-ôtes.

 

Au-delà de l’Huilerie — un vieux moulin qui tombe en ruines — vous traverserez le hameau de Vêves, qui, tout le long de la route, éparpille ses maisons de pierre aux toits d’ardoises grises. Les maisonnettes de la Chaussée, blanchies à la chaux et recouvertes de paille, se recroquevillent au pied des bois du Parc, pour se réchauffer au soleil comme des vieilles femmes. Leurs fenêtres, étroites comme des lucarnes, vous feront un clin d’œil, à la façon des sorcières et des enjôleuses. Et en effet, vous êtes au pays des sorciers. Un vieux curé originaire de Houyet m’a raconté qu’ils venaient autrefois faire toutes leurs simagrées — qu’on appelait le sabbat — du côté du vieux château. Ils se rassemblaient chez Tante Nane de la Chaussée. Les sorciers, qui pactisaient avec le diable, avaient toutes sortes de laides singeries. Ainsi, Calmant, surnommé le petit Bêy, n’avait qu’à passer la main sur l’échine des bêtes pour qu’elles n’aient plus de lait (6). Aussi les voyait-on d’un mauvais œil. Clarisse de chez le Faudeû (7), une fille d’enjôleuse, avait été rossée par les gens pour avoir eu le toupet de faire sa première communion comme les autres.

 
Passè Véves, li route grogne li ri èt monte pus rwèd ô triviès dès bwès. Nos v’ci à l’ Maladrîye èt à l’ Pîre dès Mwârts. C’èst là, di-st-on, qu’on-z-amineut lès pèstifèrès, po qu’i n’ mètinche nin l’ maladîye ôs-ôtes. Èt zèls, i n’avint pus qu’à moru, fin mièrseûs. V’là come on v’s-arindjeut, là, dins l’ timps !
 
Après Vêves, la route boude le ruisseau et grimpe davantage au travers des bois. Nous voici à la Maladrerie et à la Pierre des Morts. C’est là, dit-on, qu’on amenait les pestiférés, pour qu’ils ne transmettent pas la maladie. Et eux n’avaient plus qu’à mourir, absolument seuls. Voilà comment on vous arrangeait, là, dans le temps !
 
Nos passans l’ ri Sint- Ôlin à Gomèpont ; one dérène gritchète, èt nos v’là al copète do viyadje. Qué côp d’ouy divant nos ! Dins l’ fond, c’èst l’ cinse d’Al Coûr (8) èt sès grands teuts gârnis di p’tits clotchîs. Inte deûs rindjîyes di plopes, li ri Sint-Ôlin toûne èt catoûne ô triviès dès près, jusqu’à bin lon, ô mitan dès bwès, qui toûrnèt avou li. Su l’ gôche, nosse vîye èglîje do onzinme siéke drèsse si grosse toûr câréye, èt jusse dizeû l’ûréye, pièrdus dins lès coches dès grands èsses, volà li strwèt clotchî d’ l’Èrmitadje èt lès scoles dès bèguènes. Lès môjons sont aclapéyes di tos costès su lès tiènes, dès p’tites èt dès grandes, més tortotes prôpes èt avenantes, avou leûs cortis èt leûs pachus raclôs dins lès ayes.
 
Nous passons le ruisseau Saint-Hadelin à Gomèpont : un dernier raidillon, et nous voilà au sommet du village. Quel coup d’œil devant nous ! Dans le fond, c’est la ferme de la Cour (8) et ses grands toits garnis de petits clochers. Entre deux rangées de peupliers, le ruisseau Saint-Hadelin zigzague à travers les prés, jusque bien loin, au milieu des bois, qui serpentent avec eux. Sur la gauche, notre vieille église du onzième siècle dresse sa grosse tour carrée, et juste au-dessus de la colline, perdus dans les branches des grands hêtres, voilà l’étroit clocher de l’Ermitage et les écoles des sœurs. Les maisons sont collées de tous côtés aux flancs des collines, petites et grandes, mais toutes propres et avenantes, avec leurs jardins et leurs pâtis enceints de haies.
 
Maleureûsemint, nosse viyadje èst si bia qui ci n’ sèrè d’abôrd pus da nos-ôtes. C’èst come quand on-z-a one trop bèle feume : i n’ fét nin ôji l’ôrdè por li tot seû. Lès tourisses qui v’nèt à l’ôtél riluquèt nosse « patelin », s’apinse zèls, èt, fét-à-fét qu’one vîye djint s’ lét ralè, il î mètèt lès côrs qu’i fôt èt c’èst da zèls li « bicoque ». On uque li maçon èt l’ tchèrpètî èt l’ bâtimint n’èst pus à r’conuche. Èvôye lès vîyès grègnes, lès culs-d’ for èt lès bôrs èou-ce qui nos djouwins ô catchi al vèspréye (9) quand nos-èstins gamins ! Ça vos d’vint dès salons, dès fumwârs, dès boudwârs, dès sales di bin èt dji n’ ti sé tot qwè. Va co bin quand i n’ vinèt nin stitchi ô mitan d’ nos pîres èt d’ nos scayes dès briques èt dès rotchès panes qui gâtèt t’t-à fét !
 
Malheureusement, notre village est si beau qu’il ne nous appartiendra bientôt plus.C’est comme quand on a une trop belle femme : il n’est pas facile de la garder pour soi tout seul. Les touristes qui viennent à l’hôtel reluquent notre « patelin », comme ils disent, et au fur et à mesure qu’une vieille personne se laisse partir, ils mettent les sous qu’il faut et à eux la « bicoque ». On appelle le maçon et le charpentier, et le bâtiment n’est plus à reconnaître. Disparus les vieilles granges, les culs-de-four et les remises où nous jouions à cache-cache l’après-midi (9) quand nous étions gamins ! Cela vous devient des salons, des fumoirs, des boudoirs, des salles de bain et quoi encore, allez savoir ! Encore heureux quand ils ne viennent pas fourrer au beau milieu de nos pierres et de nos ardoises des briques et des tuiles rouges qui gâchent tout !
 
Èt, quand dj’è r’va à Céles, ol place do véy divant lès-uch lès brâvès djins do timps passè — i-gn-a one bèle apéye qu’on-z-a r’piquè à Môrtimont (10) Zande èt Pôline d’Al Rotchète, li Gros Batisse, li Blanc da Rôse, l’Argolète èt tos l’s-ôtes — dji rèsconture dès gros mènîrs qui fièt igni l’ boulon èt dès strwètès coméres avou dès rotchès lèpes, dès rossias tchfias èt dès coûtès culotes qui dji n’ vos di qu’ ça ! Èle satchèt l’ cigarète èt vos r’wétèt d’ triviès, come si on-z-èsteut dès-ètranjér´.
 
Et quand je retourne à Celles, au lieu de voir devant les portes de braves gens du temps passé — il y a belle lurette qu’on a enterré à Môrtimont (10) Alexandre et Pauline de la Rochette, le Gros Baptiste, le Blanc de Rose, l’Argolette et tous les autres —, je rencontre de gros messieurs qui grillent le cigare et des femmes minces avec des lèvres rouges, des cheveux roux et des culottes courtes dont je ne vous dis que cela ! Elles tirent sur la cigarette et vous regarde de travers, comme si l’on était des étrangers.
 
C’è-st-on bia maleûr !
 
C’est un beau malheur !
Suite du texte…

veves huilerie et chateau

L’huilerie et le château féodal de Vêves

veves vieille chaussee

La veille chaussée (Vêves)


NOTES :

(1) Maka. Ce terme a plusieurs significations : mailloche, battant de cloche, gros marteau de forge, moulin à eau où l’on battait le cuivre au moyen d’un pilon (maka).- Cf., notamment, L. Léonard, Lexique, p. 495 : « mouton ou maca, pilon (pour spotchi, écraser les produits de fusion dans une fonderie) ». Ici, c’est ce denier sens qu’il faut retenir. – Le toponyme mentionné par l’auteur figure dans Jean Haust, Enquête dialectale sur la toponymie wallonne, Mém. de la Section wallonne n° 3, Commission royale de Toponymie et de Dialectologie, p. 55 : le maka est situé à Auby-sur Semois [Ne 57], village au nord de Dohan [Ne 72], tout proche. - Retour texte

(2) Nûtons : lutins. Mentionné dans le Dictionnaire étymologique de la langue wallonne (1845-1880) de Charles Grandgagnage, ce terme est signalé dans le DL (v° lûtin) à Flémalle et Andenne. On retrouve des variantes du mot en ancien français (luiton, nuiton), altération de netun, «du lat. Neptunus, dieu de la mer, rangé ensuite parmi les démons; netun est devenu nuiton (XIIe s.) d’apr. nuit, et luton, d’après luitier, lutter, puis luton, d’où lutin par changement de suffixe » (A. Dauzat et al., Nouveau dictionnaire étymologique et historique, Larousse, 1971, v° lutin); cf. aussi A.J. Greimas, Dictionnaire de l’ancien français, Larousse, 1980, v° nuiton. - Retour texte

(3) Littéralement : à corne. - Retour texte

(4) Rèculotès. Si rèculotè, c’est venir se mettre au « culot », se rassembler près de l’âtre ; sens général, serrés les uns contre les autres (Comm. L. Somme) - Retour texte

(5) … on richo : le Ry des Forges (Ri dès Fwadjes), affluent de la Lesse. Ce ruisseau, dont on remonte ici le cours avec l’auteur, se forme par la réunion, à hauteur de Vêves, de la Mirande (qui descend du hameau de Lavys) et du ruisseau de la Fontaine Saint-Hadelin, une résurgence située à Celles même. - Retour texte

(6) Littéralement : pour les faire devenir sèches. - Retour texte

(7) Fabricant de charbon de bois. - Retour texte

(8) Al Coûr est devenu un toponyme désignant le site de la « Cour », grosse ferme du village, voisine de l’église de Celles. - Retour texte

(9) Vèspréye. Le terme désigne tantôt l’après-midi (après non.ne, nous dit spontanément le témoin), tantôt le crépuscule; si l’on veut bien préciser qu’il s’agit de l’extrême fin de l’après-midi (voire de la nuit tombante (cf. infra, chap. V), on dira : al vespréye tote basse.– Cf. ALW, pp. 230 et sv. : le type ‘vesprée’ « tombée de la nuit, parfois ‘fin du jour’ , parfois ‘après-midi’ ». – Pour la nuit tombante, on emploie souvent à l’anéti (l’ALW, ibid., mentionne, pour le type ‘l’a-nuit-îr’, anéti, en D73 (contigu à Celles). - Retour texte

(10) Môrtimont : le (grand) cimetière de Celles, que, dans sa dédicace, l’auteur apelle grand raploû d’ Môrtimont (grand rendez-vous de Môrtimont). L’ancien cimetière de Celles, plus petit, jouxte l’église Saint-Hadelin. - Retour texte