Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

II. – On côp d’ouy ôtoû d’ Céles

Sur one vîye cârte dol province di Nameur, impriméye en 1886, on pout lîre : Celles, 982 habitants. Di ç’ trèvint-là, c’èsteut l’ pus grosse comune inte Cînè, Rotchfwârt, Bièrin èt Dinant. Èlle a brâmint r’tchèyu : asteûre, on-z-è trouvereut ôtoû d’ 700. Quand dj’èsteu p’tit, on côseut co d’ cint feûs po l’ viyadje. È d’meûre-t-i co swèssante ? I fôt sèpe qui, d’vant lès tchmins d’ fiêr, Céles n’èsteut nin mô mètu, su l’ grand-route di Dinant à Rotchfwârt : one vréye pwate dès-Ârdènes. Li male, atèléye di quate tchivôs, s’arèteut èmon Vônèche (ô djoû d’ôdjoûrdu Hôtel des Ardennes), po-z-î tchèrdji èt distchèrdji mèssadjes, paquèts èt voyadjeûs.

 

2.- Un coup d’œil autour de Celles

Sur une vieille carte de la province de Namur, imprimée en 1886, on peut lire : Celles, 982 habitants. En ce temps-là, c’était la plus grosse commune entre Ciney, Rochefort, Beauraing et Dinant. Elle s’est bien dépeuplée : aujourd’hui, on en trouverait environ 700. Quand j’étais petit, on parlait de cent foyers pour le village. En demeure-t-il encore soixante ? Il faut savoir que, avant les chemins de fer, Celles n’était pas mal située, sur la grand-route de Dinant à Rochefort : une vraie porte des Ardennes. La malle[-poste], attelée de quatre chevaux, s’arrêtait chez Vonèche (aujourd’hui Hôtel des Ardennes), pour y charger et y décharger du courrier, des paquets et des voyageurs.

 
Més, si l’ comune ni compte pus wére di djins, èlle èst fwârt sitindûwe : pus d’ deûs mile èctâres èt nin mwins´ di quinze sècsions. Deûs viyadjes. Céles èt Djindron ; brâmint dès amias, Swène, Lavis, Véves, Ûbaye, li Grande Trussogne ; dès grossès cinses, disseûléyes ô mitan dès campagnes, Bri, Mayène, Ûbièmont, li P’tite Trussogne ; li cinse èt l’ tchèstia di Nwèsi, sins comptè l’ gâre di Djindron èt jusqu’à l’ preumîre môjon d’ Payème. I n’ fôt nin d’mandè poqwè ç’ qui nosse vî champète èsteut co bin vîreûs quand i fieut s’ toûrnéye avou sès papîs ! Si lès djins d’ tos cès amias-là ont à fè ô mayeûr di Céles, i fôt dîre qu’i vont à mèsse one miète di tos lès costès : lès cinsîs d’ Bri èt d’ Trussogne purdèt voltî l’ vôye di Con.nejous, li ci d’ Mayène ènn’a qu’ po Fôy ; li chèf d’èstâcion d’ Djindron n’ sét d’djà ô jusse s’i vout montè su Djindron ou su Ulzon.nia èt, si lès djins d’ Véves n’ont jamés r’noyi Céles, lès cis d’ Lavis s’ dispôrtèt, sèlon qu’i sont po Céles ou po Djindron.
 
Mais si la commune ne compte plus guère de gens, elle est fort étendue : plus de deux mille hectares et pas moins de quinze sections. Deux villages, Celles et Gendron ; beaucoup de hameaux, Soinne, Lavys, Vêves, Hubaille, la Grande Trussogne ; de grosses fermes, isolées au milieu des campagnes, Bry, Mayenne, Hubermont, la Petite Trussogne ; la ferme et le château de Noisy, sans compter la gare de Gendron et jusqu’à la première maison de Payenne. Il ne faut pas demander pourquoi notre vieux garde-champêtre était quelquefois grognon quand il faisait sa tournée avec ses papiers ! Si les gens de tous ces hameaux-là ont affaire au maïeur de Celles, il faut dire qu’ils vont à la messe un peu de tous les côtés : les fermiers de Bry et de Trussogne prennent volontiers le chemin de Conjoux, celui de Mayenne ne connaît que Foy[-Notre-Dame] ; le chef de gare de Gendron ne sait trop s’il veut monter à Gendron ou à Hulsonniaux et, si les gens de Vêves n’ont jamais oublié Celles, ceux de Lavys se partagent selon leurs préférences pour Celles ou pour Gendron.
 
Par ègzimpe, Céles èt Djindron n’ s’ont jamés fwârt ètindu ! Do trèvint dès-élècsions, i sont todi en kignekagne po-z-awè l’ mayeûr, lès-échèvins, lès consèyers. Djindron è-ston viyadje di p’tits cultivateûrs qu’ont tortos leû bin da zèls èt qui n’ s’è tirèt nin mô avou leûs vatches èt leûs tèrins. L’éwe di Lèsse, qui catoûne ôtoû d’ leûs tiènes, lès-a fét tortos marcatchous. Pa lès tiènès vèspréyes d’èstè, il empwintèt lès pî-sintes qui driglèt ô triviès dès gngnès´ èt dès ronchenis´ su Ambia, Noûvène ou Bièrtôtchamp po-z-alè pèchi l’ wôtu, li tch’vène ou l’ bârbiyon. Leûs têres èt leûs boquetias, zèls, lès-ont fét tchèsseûs. Il ont tortos l’ fusik, èt gâre ôs lapins, lîves èt piètris, quand i s’ vinèt piède dins leûs ayes ou dins leûs royons ! I faleut véy l’ancyin chèf-gârde do domin.ne di Nwèsi fè dansè si p’tit boc en tirant s’ mawe, quand i côseut dès « p’tits chasseurs de Gendron » ! Èt lès « p’tits chasseurs de Gendron » lî rindint bin l’ manôye di s’ pîce ! Més quand, su l’ fin d’ l’èstè, i passeut po lès dègats d’ jubier, vos lès vèyîz acouru tortos en fiant dès « Mossieû l’ Chèf » par-ci, dès « Monsieû l’ Chèf » par-là, po wéti d’agritchtè li pus d’ francs possibe. Inte zèls, i s’étindèt fwârt bin — en s’ djalousant one miète, bien-entendu — èt i s’ foutèt pas mal qui lès grandiveûs d’ Céles si chinèche di leûs broûs èt d’ leûs rouwales.
 
Au vrai, Celles et Gendron ne se sont jamais fort bien entendus ! En période d’élections, ils sont toujours en bisbille pour « avoir » le maïeur, les échevins, les conseillers. Gendron est un village de petits cultivateurs qui ont chacun leur bien et qui ne s’en tirent pas mal avec leurs vaches et leurs terrains. La Lesse, qui contourne leurs collines, les a tous faits pêcheurs nés. Par les tièdes soirées d’été, ils empruntent les sentiers qui dégringolent à travers genêts et broussailles sur Ambia, Neuvaine ou Bièrtauchamp, pour aller pêcher le hotu, le chevesne ou le barbillon. Quant à leurs terres et leurs boqueteaux, ils les ont faits chasseurs. Ils ont tous le fusil, et gare aux lapins, lièvres et perdrix, quand ils viennent se perdre dans leurs haies ou dans leurs sillons ! Il fallait voir l’ancien garde-chasse du domaine de Noisy faire danser son petit bouc en faisant la moue, quand il parlait des « petits chasseurs de Gendron » ! Et les « petits chasseurs de Gendron » lui rendaient bien la monnaie de sa pièce ! Mais, quand, sur la fin de l’été, il passait pour [constater] les dégâts dus au gibier, vous les voyiez tous accourir en faisant des « Monsieur le Garde » par-ci, des « Monsieur le Garde » par-là, pour veiller à grappiller le plus de francs possible. Entre eux, ils s’entendaient fort bien — en se jalousant un peu, cela va de soi — et ils se fichaient pas mal que les pédants de Celles se gaussassent, en grimaçant, de leurs boues et de leurs ruelles.
 
Céles, c’èst tot l’ contrére. C’è-st-on viyadje prôpe come on noû sou : vos-è frîz l’ toûr sins mète vosse pîd dins one flate. Môgré qu’on-z-î rèsconture brâmint dès p’titès djins, c’èst- one localitè on pô fiére, « aristocratique », come sès tchèstias èt sès monseûs.
 
Celles, c’est tout l’opposé. C’est un village propre comme un sou neuf : vous en feriez le tour sans mettre le pied dans une bouse. Bien qu’on y rencontre beaucoup de petites gens, c’est une localité un peu fière, « aristocratique », comme ses châteaux et ses gros bourgeois.
 
D’abôrd, Céles èst fiér di s’ viyèsse. Ç’a stî èviès 669 qui saint Hadelin — nos d’jans sint Ôlin —, on pére francès qui vikeut avou sint Rèmâke o covint di Stavelot, s’a v’nu r’mète dins one grote ô fin mitan dès bwès, èou-ce qui c’è-st-asteûre l’Èrmitadje. I-gn-a d’djà wére di parotches qu’ont come patron li preumîr ome qu’a d’meurè o viyadje ! Èt noste èglîje, parèt ! C’èst lès-èrmites qui sint Ôlin a-st-assatchi ôtou d’ li qu’ont bâti l’ pus ancyène èt, quand èlle a tchèyu è pîces, lès mwin.nes qu’ont v’nu après ènn’ont fét one novèle è l’ minme place, més d’ l’ôte sins, èviès l’an mile : c’è-st-one bèle èglîje romane, dins l’ jenre dol cine d’Astîre. Jusse al place qui sint Ôlin a fét s’ dérène bôye en 690, li comte di Nwèsi a drèssi one ritche tchapèle, avou on p’tit covint d’ sœûrs di sint Vincent ; èle tunèt scole ôs djon.nes-èfants èt ôs gamines.
 
En premier lieu, Celles est fière de son ancienneté. C’est vers 669 que saint Hadelin — nous disons saint Haulin — , un Père français qui vivait avec saint Remacle au couvent de Stavelot, vint élire domicile dans une grotte au beau milieu des bois, où se trouve aujourd’hui l’Ermitage. Il n’y a déjà guère de paroisses dont le patron ait été le premier homme à demeurer au village ! Et notre église, donc ! Ce sont les ermites que saint Hadelin a recrutés autour de lui qui bâtirent la toute première église, et quand elle est tombée en ruine, les moines qui sont venus ensuite en ont érigé une nouvelle au même endroit, mais (orientée) dans l’autre sens, vers l’an mille : c’est une belle église romane, dans le style de celle d’Hastière. Juste à la place où saint Hadelin rendit le dernier soupir en 690, le comte de Noisy a édifié une riche chapelle, avec un petit couvent de religieuses de saint Vincent : elles font la classe aux tout petits et aux gamines.
 
Adon, lès djins d’ Céles sont fiérs di leû grand-route, qu’èlzî a todi aminè brâmint do monde, dispôy li male-posse èt lès chârs-à-bancs jusqu’ôs iût cilindes. È l’èstè, lès deûs-ôtéls sont bôguyis d’ tourisses : i vèyèt télemint voltî nosse viyadje qu’i nos tchèsserint bin à l’uch.
 
Et puis, les gens de Celles sont fiers de leur grand-route, qui leur a toujours amené beaucoup de monde, depuis la malle-poste et les chars à bancs jusqu’aux huit cylindres. En été, les deux hôtels sont bondés de touristes : ils aiment tellement notre village qu’ils nous en chasseraient volontiers.
 
I sèpèt bin poqwè. I-gn-a-t-i dès bias cwins d’ tos costès èt dès bèlès porminâdes tot-ôtoû !
 
Ils savent bien pourquoi. Y en a-t-il de beaux coins de tous côtés et de belles promenades tout autour !
 
Vos n’avoz qu’one dimèye-eûre divant do v’ mète al tôve ? Aloz-è pa lès Rèchès-Vôyes (1), qui courèt totes rastrindûwes inte deûs ayes, ô mitan dès chalès pomîs èt dès fiérs pwârîs d’ monseû ; ruvenoz pa l’ vôye di Bèl-Ér, inte lès p’titès môjons acovetéyes su lès crèsses ou bin purdoz lès Grands-Chemins èt aloz vos ranéri dins lès dréves di sapins qui vos ramineront pa l’ Tchèrô (2). Ou dô bin trèvôtchoz lès près d’Al Coûr jusqu’à l’ fontin.ne d’Al Valéye (3) : vos-î trouveroz todi saquants feumes d’Al Copète qui v’nèt spômè ô Lavwâr èt mète al rimouye su l’ prè. Dins l’ pasia aclapè à l’ûréye, ô triviès dès bouchons di spène, vos-ôroz ossi tchantè lès saliètes d’one djon.ne comére qui vint qwér avou s’ goria one vôye (4) di clére éwe.
 
Vous n’avez qu’une demi-heure avant de passer à table ? Empruntez le chemin des Rèchès-Vôyes (1), qui court tout resserré entre deux haies, au milieu de pommiers tout de guingois et de fiers poiriers « Monseigneur »; revenez par le chemin de Bel-Air, entre les petites maisons blotties sur les crêtes ou bien prenez les Grands-Chemins et allez vous aérer dans les drèves de sapins qui vous ramèneront par le « Tchèrô » (2). Ou bien encore traversez les prés de la Cour jusqu’à la fontaine de la Vallée (3) : vous y trouverez toujours quelques femmes du haut du village qui viennent rincer au Lavoir et mettre le linge à blanchir sur le pré. Dans le sentier à flanc de talus, à travers les buissons d’épine, vous entendrez aussi chanter les seaux à bec d’une jeune femme qui, avec son porte-seaux, vient chercher une voie (4) d’eau claire.
 
Là trinte ans, en rènant dins l’ viyadje, vos-ôrîz cor oyu lès martias dès marchôs si rèsponde en r’dondant su l’èglume
 
Voilà trente ans, en flânant dans le village, vous auriez encore entendu les marteaux des maréchaux-ferrants se répondre en rebondissant sur l’enclume.
 
Si vos v’loz fè l’ toûr one miète pus long, c’èst seûlemint qui vos-ôroz l’ tchwès! Ôdjoûrdu, vos-îroz baloûji (5) dins lès fonds d’ Con.nejous jusqu’ô Trô Méria ; dimwin, vos griperoz l’ Broke-o-Bwès po ’nn’alè su lès Trussognes pa l’ Djan Marcô. On-ôte côp, vos griperoz l’ grand-route pa l’ Rotchète ; vos-îroz al Mote priyi l’ Sacré-Cœûr, qui vos ratind en stindant sès brès èt vos r’véroz pa l’ Dréve Madame su l’ Crwès d’ Lavis èt l’ cinse di Nwèsi. I n’ tint co qu’à vos do montè su l’ tiène di Tchôbrumont. D’al Grande Câriére, vos vièroz lès môjons d’ pîre ascropûwes tot l’ long dès vôyes, à gngnos su lès-ûréyes ou rascrampyîyes ô fond dès cortis. Èt dji vos-èspliquereu co vingt-z-ôtès porminâdes ô triviès dès bwès èt dès tchamps. Èt volà poqwè one saquî d’ Céles pout ’nn’alè lon èt lôdje, nule pôt, i n’ trouverè on payis à s’ môde. Èt on-ètranjér´ qu’a v’nu on côp à Céles s’î sint ratirè môgrè li.
 
Si vous voulez faire un tour un peu plus long, c’est alors que vous aurez le choix ! Aujourd’hui, vous irez balocher (5) dans les fonds de Conjoux jusqu’au Trou Méria ; demain, vous grimperez le Broke-o-Bwès pour vous diriger vers les Trussognes par le Djan Marcau. Une autre fois, vous grimperez la grand-route par la Rotchète ; vous irez à la Motte prier le Sacré-Cœur, qui vous attend en étendant les bras et vous reviendrez par la Drève Madame sur la Croix de Lavys et la ferme de Noisy. Il ne tient qu’à vous de monter sur la colline de Tchaubrumont. Depuis la Grande Carrière, vous verrez les maisons de pierre accroupies tout le long des chemins, à genoux sur les talus ou recroquevillées au fond des jardins. Et je vous expliquerais encore vingt autres promenades à travers bois et champs. Voilà pourquoi quelqu’un de Celles ne peut s’en aller bien loin; nulle part, il ne trouvera pays à sa convenance. Et un étranger qui est venu une fois à Celles s’y sent attiré de nouveau malgré lui.

.

 
Po fini, dji vos diré qui, dispôy li dérène guêre, lès Célîs si rècrèstèt co pés qu’ jamés. Vos-advinoz poqwè : c’èst dins leû viyadje qui lès Boches s’ont v’nu èmacralè à l’ bataye dès-Ârdènes : li « Tigre » do Tchafor (6) èst là po-z-è fè fwè.
 
Pour finir, je vous dirai que, depuis la dernière guerre, les Cellois se rengorgent plus que jamais. Vous devinez pourquoi : c’est dans leur village que les Boches sont venus s’ensorceler à la bataille des Ardennes : le « Tigre » du « Tchafor » (6) est là pour en faire foi.
 
Li djoû di d’vant l’ Noyè 1944, dès tanks alemands abrokès dès campagnes di Mayène èt d’ Bri arivint pa l’ route di Cînè, po toûrnè su Dinant. Li preumî qu’a v’lu passè a zoublè su one mine. On mésse a v’nu d’mandè à l’ feume do Pavilyon s’i-gn-aveut co d’s-ôtes.
 
La veille de Noël 1944, des tanks allemands fondant [sur Celles] depuis les campagnes de Mayenne et de Bry arrivaient par la route de Ciney, pour tourner vers Dinant. Le premier char qui a voulu passer a sauté sur une mine. Un officier est venu demander à la tenancière du Pavillon s’il y en avait d’autres.
 
« Maleureûs ! di-st-èle, n’aloz nin pus lon, vos-aloz ièsse gnètis come dès mouches : tote li route èst minéye. » Èlle ènn’î aveut tchôkè one bone, més ni pus ni mwins qu’ lès Gris n’ont pus wasu avanci. Il ont chirlamè on bokèt inte zèls èt, al fin do compte, il ont r’toûrnè su leûs pas. Su ç’ timps-là, lès-aviyons ont arivè èt lès Boches ont stî batus à plate costeure. Lès cis qu’ lès-Amèrikins n’ont nin ramèchenè ou n’ont nin distrût ont rèbisè pa lès bwès.
 
« Malheureux ! dit-elle, n’allez pas plus loin, vous allez être nettoyés comme des mouches : toute la route est minée. » Elle lui en avait conté une bonne, mais toujours est-il que les Gris n’ont plus osé avancer. Ils ont baragouiné un moment entre eux et, en fin de compte, ils ont rebroussé chemin. Entre-temps, les avions sont arrivés et les Boches ont été battus à plate couture. Ceux que les Américains n’ont pas ramassés ou n’ont pas détruits se sont sauvés par les bois.
 
Li vôye èsteut bôréye à von Rundstedt èt Céles mèteut one novèle plume à s’ tchapia.
 
La voie était barrée à von Rundstedt et Celles mettait une nouvelle plume à son chapeau.
Suite du texte…

panorama de celles

Panorama de Celles (centre).
En contrebas, la ferme de la Cour et l’église Saint-Hadelin.
À droite, l’Ermitage. Au fond, la colline de Chauvremont (Tchôbrumont)


NOTES :

(1) Rèchès-Vôyes : sans doute, littéralement, chemins rugueux, cahotants. - Retour texte

(2) Tchèrau (-ô). Ce mot n’est pas utilisé qu’en toponymie. Comme le liégeois tchèrå, le nom commun désigne toujours une voie charretière et est à rapprocher de l’ancien français charal, adjectif (carrossable). Cf. DL ; F. Godefroid, Dict. de l’ancienne langue française ; FEW, II, 433b. À Celles, on dit aussi vôye di séwe, mais sans incidence toponymique; cf. mon Enquête, p. 129. - Retour texte

(3) Il s’agit de la Grande Fontaine, résurgence du ruisseau de Celles, qui alimentait la majeure partie du village en eau potable. La réseau hydrogéologique de la région est très dense; on y compte de nombreuses « fontaines » (dont six servaient à l’alimentation humaine, non, parfois, sans risque) : Font. St-Hadelin, Gde Font., Fontaines de Hubaille, des Priesses, de Mahenne, de l’Étang, de la Baronne. Une enquête approfondie concernant ce réseau a été menée en 1907-1908; cf. « Les Fontaines et l’alimentation en eau potable de Celles, La Rivière souterraine, les Aiguigeois [avens; Belg.: chantoirs] et les Résurgences de Celles », in E. van den Broeck, E.-A. Martel et Ed. Rahir, Les Cavernes et les Rivières souterraines de la Belgique, Bruxelles, 1910. À propos de la Grande Fontaine, on lit notamment (p. 894) que, comme la Fontaine Saint-Hadelin, « cette sortie d’eau a été […] aménagée sous forme de réservoir [d’eau potable] maçonné et voûté […] Une autre décharge alimente un bassin-lavoir […] » La double fonction décrite ci-dessus était encore d’actualité à l’époque de la seconde guerre mondiale ! - Retour texte

(4) Cf. Littré, v° voie, 11° […] Voie d’eau, nom donné à Paris à la quantité d’eau qu’un homme porte ordinairement dans ses deux seaux et qui est évaluée à 30 litres.- Cf. aussi Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, p. 4104 b : voie d’eau signifiant (1407) « deux seaux d’eau pleins ». - Retour texte

(5) Baloûji, c’est flâner; le mot est à rapprocher de baloûje, « hanneton ». En français, le terme balocher figure dans le Larousse du XXe siècle : v. intr. Pop. Muser, flâner. Le Larousse signale aussi, comme termes apparentés : balochard, baloche, balocheur (-euse). Dans le DL, v° balowe, « hanneton », Haust rapproche le mot du français baller, « danser, s’agiter, aller ça et là ». Cf. aussi A.J. GREIMAS, Dictionnaire de l’ancien français, Paris, Larousse, 1980, v° baler. - Retour texte

(6) Tchafor : chaufour, four à chaux. Haust, DL, v° tchafôr, indique, avec le même sens, le toponyme so l’ tchafôr, « l.-d. de Liège, aujourd’hui disparu, en fr.-liég. Chaffour ». - Retour texte