Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

III.– One bèle môjon su l’ grand-route

Li voyadjeû qui trèvôtche Céles en siyant l’ route di Dinant à Rotchefwârt passe dins l’ fond do viyadje divant one longûwe môjon d’ pîre couvyéye di grîjès scayes, mètûwe su crèsse à l’ingléye dol vôye di Bèl-Ér. Pa d’vant, c’è-st-one grande coûr on pô rèfoncéye, avou on gayî è mitan.

 

3.- Une belle maison sur la grand-route

Le voyageur qui traverse Celles en suivant la route de Dinant à Rochefort passe dans le fond du village devant une longue maison de pierre couverte d’ardoises grises, qui s’étire à l’angle du chemin de Bel-Air. Par devant, c’est une grande cour un peu en contrebas, avec un noyer au milieu.

 
Su l’ gôche, c’èst l’ côrps-di-logis : di l’onk èt d’ l’ôte dès costès do gros uch di tchin.ne, al valèye èt è là-wôt, one finièsse nin foû grande avou dès p’tits cârôs. Deûs pwârîs d’èspalier tapissèt l’ meur di leûs coches bin drwètes, qui gripèt à dès fils. Pus lon, mètûwes è djane coleûr, c’èst l’ pwate dol grègne, li cine dol fwadje èt, pa d’zeû, lès bawètes do cina. Dizos lès tchènôs, brâmint dès nids d’oronde èt, on pô pus bas, lès trôs d’ mani sont rimplis d’ mouchons d’ teut.
 
Sur la gauche, c’est le corps de logis : des deux côtés de la grosse porte de chêne, au rez-de-chaussée et à l’étage, une fenêtre pas très grande avec de petits carreaux. Deux poiriers en espalier tapissent le mur de leurs branches bien droites, qui grimpent à des fils. Plus loin, peintes en jaune, c’est la porte de la grange, celle de la forge et, au-dessus, les petites baies du fenil. Sous les chéneaux, beaucoup de nids d’hirondelles et, un peu plus bas, les trous de boulins sont remplis de moineaux.
 
En-z-intrant, vos v’là o coridôr, qui passe tot-iute do bâtimint èt done su l’ djârdin pa l’uch di drî. Deûs places à mwin gôche, li cûjène èt l’ tchambe padrî ; di d’ là, vos moussoz d’ plin-pîd ol pitite côve. A mwin drwète, c’èst l’uch dol tchambe al valéye, qui siève en minme timps di sâlon èt d’ sale à manger, li ci d’è là-wôt èt l’ ci do forni ; en d’chindant saquants toûrnantès montéyes di pîre, vos-arivoz ol côve. Satchoz l’uch do plantchi : al copète dès montéyes, vos-èstoz dins on coridôr qui done su lès tchambes di d’zeû. Dès montéyes pus rwèdes vos mineront o gurnî.
 
En entrant, vous voilà dans le vestibule, qui traverse tout le bâtiment et donne sur le jardin par la porte de derrière. Deux pièces à main gauche, la cuisine et la chambre du fond ; de là, vous entrez de plain-pied dans la « petite cave ». À main droite, ce sont : la porte de la « chambre » du rez-de-chaussée, qui fait office à la fois de salon et de salle à manger, la porte qui donne accès à l’étage et celle du fournil ; en descendant quelques marches d’un escalier tournant de pierre, vous arrivez à la cave. Ouvrez la porte de l’étage : au haut de l’escalier, vous êtes dans un dégagement qui donne sur les chambres à coucher. Une montée plus raide vous conduira au grenier.
 
Come vos vèyoz, one bèle grande môjon do timps passè. Li fond dès wôtès tchiminèyes a stî gârni dins l’ timps dol take di fonte, rètouréye di briques. Li crama toûrneut su sès pinteures po-z-aminè l’ tchôdron, li cokmwâr ou l’ cabolia dizeû lès-andîs. Asteûre, i n’ dimeure pus rin d’ tot ça. Li stûve-crapôd à plate bûse a pris l’ place do fiêr-à-feû. Més, dissus l’ djivô, vos vièroz co l’ bon diè d’ keûve inte lès deûs tchandelès. Lès plafonds sont blankis à l’ tchôs´, lès meurs tapissès d’ papî à fleûrs. On lambris mètu è coleûr toûne ôtoû dès places, bwardè d’one plinte pa-d’zos èt d’one gréye cimése à wôteû dès tchèrîyes. Lès pavéyes sont en cârôs d’ cimint avou dès dèssins. I-gn-a qui l’ tchambe padrî, li p’tite côve èt l’ forni qu’ont ôrdè leûs dales di bleûwès pîres.
 
Comme vous le voyez, une belle grande maison du temps passé. Le fond des hautes cheminées a été garni autrefois de la plaque de fonte, entourée de briques. La crémaillère tournait sur ses pentures pour amener le chaudron, la bouilloire ou la grande marmite au-dessus des landiers. Aujourd’hui, il ne reste plus rien de tout cela. La cuisinière, un poêle-crapaud, a remplacé le brasero. Mais, sur la tablette de cheminée, vous verrez encore le crucifix de cuivre entre les deux chandeliers. Les plafonds sont blanchis à la chaux, les murs tapissés de papier à fleurs. Un lambris peint tourne autour des pièces, bordé d’une plinthe en-dessous et d’une cimaise grise à hauteur des chaises. Le pavement est en carrelage de ciment avec des dessins. Seuls la pièce du fond, la petite cave et le fournil ont gardé leurs dalles de pierre bleue.
 
En fét d’ meûbes, vos trouveroz ol cûjène li grosse drèsse di vî tchin.ne, avou sès deûs-uch gârnis d’intréyes di sèrure en keûve èt sès pèsants ridans, one longûwe tôve di blanc bwès èt dès finès tchèrîyes di èsse avou li d’zeû tot k’trawè. O fond dol tchiminéye, li bwèsse à sé èst pindûwe à on clô ; pa-d’zeû, c’èst l’ quinquèt à pètrole, qu’a remplacè l’ crassèt à l’ôle, èt l’ vagon ôs-alumètes. Ol tchambe padrî, i-gn-a l’wôte ètajére po mète lès casseroles, li djusse di bleûwe pîre avou l’ ramponô, li molin èt lès bwèsses di blanc fiêr po l’ cafè èt l’ chicoréye ; pa d’zos, lès sèyas èt lès saliètes, avou l’ goria dins l’ cwin ; su li p’tite tôve, li s’gotwè po fè l’ bagadje. Ol pitite côve, lès tonias d’ bîre sont su lès djantîs ; li pwin, li bûre èt tote l’amonucion o gârde-manger ; li wadje èt l’ laton po lès bièsses dins lès outches. One rayîre î done djoû èt l’ ranérit. Lès canadas, lès pétrâtes èt lès rècènes rimplichèt l’ côve al valéye. Ol tchambe, one ronde tôve è mitan, dès tchèrîyes rascouviéyes di strin li long dès meurs, on chris´ dorè d’zos on globe su l’ tchiminéye inte deûs vâses di pôrçulin.ne tot cafloris. Li pus bia dès meûbes, c’è-st-on bufèt à cârôs dizeû deûs ridans èt one drèsse.
 
En fait de meubles, vous trouverez à la cuisine le gros vaisselier de vieux chêne, avec ses deux portes garnies d’entrées de serrures en cuivre et ses lourds tiroirs, une table oblongue de bois blanc et de fines chaises de hêtre avec des sièges percés de petits trous. Au fond de la cheminée, la boîte à sel pend à un clou ; par-dessus, c’est le quinquet à pétrole, qui a remplacé la lampe à huile, et le pot aux allumettes. Dans la pièce du fond, la haute étagère pour mettre les casseroles, la cruche de pierre bleue avec le filtre de tissu pour le café, le moulin et les boîtes de fer blanc pour le café et la chicorée ; par-dessous, les seaux et les seaux à bec, avec le porte-seaux dans le coin ; sur la petite table, l’égouttoir pour faire la vaisselle. Dans la petite cave, les tonneaux de bière sont sur les chantiers ; le pain, le beurre et toutes les provisions dans le garde-manger ; l’orge et le son pour les bêtes dans les huches. Un soupirail y donne jour et assure l’aération. Les pommes de terre, les betteraves et les carottes remplissent la cave du sous-sol. Dans la belle pièce, une table ronde au milieu, le long des murs, , des chaises empaillées, un crucifix doré sous globe sur la cheminée, entre deux vases de porcelaine tout couverts de motifs floraux. Le plus beau des meubles, c’est un buffet à carreaux au-dessus de deux tiroirs et un dressoir.
 
Totes lès vîserîyes dol môjon èburtakèt lès sovrondes do gurnî ; ôs poûtrèles èt ôs tch’furons, on-z-a acrotchi avou dès crampons dès fis d’ârca po mète souwè l’ bouéye pa timps d’ pleuve.
 
Toutes les vieilleries de la maison encombrent les séverondes du grenier : aux poutres et aux chevrons, on a accroché avec des crampons des fils d’archal pour y mettre le linge à sécher par temps de pluie.
 
Tot-ôtoû do bâtimint, c’èst lès-ayèsses di totes lès sôtes : li forni-al-copète avou l’ méye su l’ tôve èt l’ for po cûre, lès rans d’ couchèt, li pouyetrîye, li stôve dès bèrbis, li trô ô tchèrbon èt l’ bôr po mète lès fagots à iute.
 
Tout autour du bâtiment, ce sont les annexes de toutes sortes: le fournil du haut avec le pétrin sur la table et le four à cuire, la porcherie, le poulailler, l’étable des brebis, le trou au charbon et le hangar pour mettre les fagots à l’abri.
 
Padrî, c’è-st-on bia grand corti. Dès pasias bwardès d’ pôquîs li dispôrtèt è quate cârès. On-z-î fét v’nu totes lès légumes, lès canadas, lès-ièbes po fè l’ sope. Dins on cwin, addé l’ rubarbe, li jolibwès stind d’zeû l’ meur di Bèl-Ér sès coches qui sintèt bon do trèvint d’ Pôques. Lès piyônes donèt à pléji dès grossès rotchès fleûrs po gârni l’ finièsse al porcèssion. Pus lon, voci lès blankès fleûrs qui florichèt jusse po l’ quinze d’awous´. Lès plates- bindes sont rimplîyes di pinséyes di totes lès coleûrs, di solias, di rôses d’Éjipe, di murèts bruns èt djanes : di qwè gârni lès fosses al cimintiére po l’ Tossint.
 
Derrière, un beau grand jardin. Des sentiers bordés de buis le divisent en quatre carrés. On y cultive tous les légumes, les pommes de terre, les fines herbes pour faire la soupe. Dans un coin, à côté de la rhubarbe, le lilas étend au-dessus du mur de Bel-Air ses branches qui sentent bon à la période de Pâques. Les pivoines donnent à plaisir de grosses fleurs rouges pour garnir la fenêtre à la procession. Plus loin, voici les fleurs blanches qui éclosent juste pour le quinze août. Les plates-bandes sont remplies de pensées de toutes les couleurs, de soleils, de résédas, de giroflées brunes et jaunes : de quoi garnir les tombes (au cimetière) pour la Toussaint
 
Douvioz l’ôje ô fond do corti, passoz li p’tit pont su l’ ri èt vos v’là o prè, on bia grand prè di deûs djurnôs (1), plantè d’ pomîs, di prônîs, di biokîs, avou on pwârî d’ monseû èt on grand démon d’ mérabèlî à l’intréye. Li p’tit ri Sint- Ôlin, bwardè d’ôrnias èt d’ wèsîres frumejîye su lès pîres ou s’astôdje dins lès gofes ; dès trûtes spitèt d’ tos lès costès èt vont s’ rimète dizos lès boéyes (2).
 
Ouvrez la barrière au fond du jardin, passez le petit pont qui enjambe le ru, et vous voilà dans le pré, un beau grand pré de deux journaux (1), planté de pommiers, de pruniers, avec un poirier Monseigneur et un grand diable de mirabellier à l’entrée. Le ru Saint-Hadelin, bordé d’aulnes et d’osiers frémit sur les pierres ou s’attarde dans les eaux plus profondes; des truites jaillissent de tous les côtés et vont se remettre sous les cépées (2).
 
Vos-avoz insi one idéye do p’tit bin dol famile Leloup-Collard, tél qu’il èsteut quand l’ grand Djan-Piêre Louviô, li fi do P’tit Marchô èt li-minme marchô di s’ mèstî, î a v’nu d’meurè en 1900, après-awè mariè one dès fèyes dol môjon, Marîye d’èmon l’ Leûp (3), come on d’jeut à Céles.
 
Vous avez ainsi une idée du petit bien de la famille Leloup-Collard, tel qu’il était quand le grand Jean-Pierre Louviau, le fils du Petit Maréchal et lui même maréchal de son état, est venu y demeurer en 1900, après avoir épousé une des filles de la maison, Marie de chez le Loup (3), comme on disait à Celles.
Suite du texte…

celles-sur-lesse

La maison où naquit et mourut Joseph Houziaux, dans l’état où il l’avait fait transformer (1960-62)
pour y passer sa retraite ; il la baptisa Nos Vîyès Pîres


NOTES :

(1) Journal. [...]. Léonard (Lexique, p. 661) donne djoûrnau, journal (23,65 ares), le bonî valant 4 journaux (94,62 ares exactement). Littré signale que cette mesure agraire « varie selon les provinces ». « Métrol. Anc. mesure de superficie indiquant la quantité de terrain qu’un homme pouvait labourer dans un jour (Larousse du XXe siècle). » Compte tenu des dimensions du terrain dont parle Joseph Houziaux, la mesure à retenir ici correspond exactement à celle que donne L. Léonard. - Retour texte

(2) Le DFL signale bohée en ard., avec le sens de « touffe de pommes de terre, de noisetier, etc. » - Retour texte

(3) Son patronyme était Leloup; d’où l’appellation familière « le Loup ». Sur les parents de l’auteur, cf. ci-après, chapitre IV. - Retour texte