Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

IV. - On p’tit valèt èmon Djan-Piêre Marchô

Li môrdi 12 di mârs 1901, après-non.ne, i-gn-aveut one rude convôye inte li môjon da Djan-Piêre Louviô (1) èt l’ cine di s’ pére, li P’tit Marchô (2), qui s’ fièt vis-à-vis su l’ grandroute. Come on sèpeut dispôy on bokèt qui Marîye (3) ratindeut, on n’a wére yeû d’ mô àz-advinè c’ qui s’ passeut. On-z-a seû à qwè s’è t’nu quand on-z-a vèyu l’ grand Djan-Piêre qui sôrteut tot r’churè (4) avou l’ pârdèssus èt l’ tchapia, li crossète è s’ mwin.

 

4.- Un petit garçon chez Jean-Pierre Maréchal

Le mardi 12 mars 1901, en fin d’après-midi, il y avait un intense va-et-vient entre la maison de Jean-Pierre Louviau (1) et celle de son père, le Petit Maréchal (2), qui se faisaient face sur la grand-route. Comme on savait depuis quelque temps que Marie (3) attendait un enfant, on n’eut guère de mal à deviner ce qui se passait. On sut à quoi s’en tenir quand on vit le grand Jean-Pierre qui sortait rasé de frais (4), avec le pardessus et le chapeau, la canne à la main.

 
Tonète, li vèjène, todi curieûse come one agace, a criyi : « È bin ! Djan-Piêre, gn-a-t-i do novia è vosse môjon ? » L’ome lî a rèspondu sins s’ ritoûrnè : « Dji m’ va qwér l’acoûcheûse. Ci sèrè dandj’reû assèz po ç’ nét-ci !» Èt il a rademint toûrnè drî l’ pègnon, en-z-ascôchant.
 
Toinette, la voisine, toujours curieuse comme une pie, cria : « Eh bien ! Jean-Pierre, y a-t-il du nouveau chez vous ? » L’homme lui répondit sans se retourner : « Je vais chercher l’accoucheuse. Ce sera sans doute pour cette nuit-ci ! » Et il contourna rapidement le pignon, à grandes enjambées.
 
I fieut one frèdeû d’ tchin èt i-gn-aveut on pîd d’ nîve. Su l’ tîdje (5) d’Achin.ne, èlle aveut stî sofléye èt, en v’lant trèvôtchi par one pî-sinte po côpè ô coûrt, il a moussi si fond dins one consîre qu’il a pinsè n’ si sèpe rawè foû.
 
Il faisait un froid de chien et il y avait un pied de neige. Sur le « tiège » (5) d’Achêne, elle avait été soufflée et, en voulant traverser par un sentier pour couper au court, il entra si profondément dans une congère qu’il pensa ne pouvoir s’en extraire.
 
Tote li nét, i-gn-a yeû dol lumiére ôs finièsses d’è là-wôt èt d’al valéye...
 
Toute la nuit, il y eut de la lumière aux fenêtres de l’étage et du rez-de-chaussée...
 
Li londemwin, en-z-alant sonè lî preumî côp d’ mèsse, li P’tit Marchô, môrlî-sacristin di l’èglîje di Céles, si rècrèsteut po criyi ôs coméres qui brochetint l’ nîve su leû pavéye : « On-z-a apwartè on p’tit valèt èmon Djan-Piêre ! »
 
Le lendemain, en allant sonner le premier coup de cloche pour la messe, le Petit Maréchal, chantre-sacristain de l’église de Celles, se rengorgeait pour crier aux femmes qui brossaient la neige sur leur trottoir : « On a apporté un petit garçon chez Jean-Pierre ! »
 
Li dîmègne d’après, al sôrtîye di veupes, l’èfant a stî batisè. Ionide, li feume do P’tit Marchô, èsteut mârène ; Marîye aveut v’lu po pârin li pus vî d’ sès fréres, li Grand Leûp, qu’èle vèyeut iute di voltî. Tot l’ monde a stî d’acwârd po l’ lomè Josèf (6) : c’èsteut l’ nom do pârin èt dès deûs grands-péres, èt Marîye, qu’èsteut bone chrétiène, aveut trouvè qu’on n’ôreut seû d’nè ô p’tit on mèyeû patron. On-z-a yeû sogne do mète Guislin avou, po qu’ l’èfant n’ tchèyuche nin dins lès corwéyes. Li P’tit Marchô n’aveut jamés aprètè d’ si bon cœûr li platia d’ârdjint avou l’ sé, lès-ôles èt l’ bûrète di bènite éwe.
 
Le dimanche suivant, à la sortie des vêpres, l’enfant reçut le baptême. Léonide, la femme du Petit Maréchal, était marraine ; Marie avait voulu pour parrain l’aîné de ses frères, le Grand Loup, qu’elle chérissait particulièrement. Tout le monde fut d’accord pour qu’on l’appelât Joseph (6) : c’était le nom du parrain et des deux grands-pères, et Marie, qui était bonne chrétienne, avait trouvé qu’on n’aurait pu donner au petit un meilleur patron. On prit soin d’y ajouter Ghislain, pour que l’enfant ne « tombe » pas dans les convulsions. Le Petit Maréchal n’avait jamais apprêté de si bon cœur le plateau d’argent avec le sel, les huiles et la burette d’eau bénite.
 
Quand l’ curè Viroux a dit en latin : « Joseph-Jean-Pierre-Ghislain, entrez dans le temple de Dieu », li cœûr do vî ome a tok’tè. L’èfant a chinè on p’tit côp quand l’ curè lî a mètu su l’ linwe one picîye di sé, més ossi rade qu’il a sintu l’ frède éwe couru su si p’tite pèléye maquète, il a stî si disloûji qui Dolîye, l’acoûcheûse, en l’ rascouviant do blanc mantia d’ dintèle, ni sèpeut comint l’ rapôji.
 
Lorsque le curé Viroux dit en latin : « Joseph-Jean-Pierre-Ghislain, entrez dans le temple de Dieu », le cœur du vieil homme battit plus vite. L’enfant grimaça un peu quand le curé lui mit une pincée de sel sur la langue, mais dès qu’il sentit l’eau froide couler sur son petit caillou dénudé, il fut si perturbé que Dolîye, l’accoucheuse, en le recouvrant du blanc manteau de dentelle, ne savait comment l’apaiser.
 
Su ç’ timps-là, ol coûr di l’èglîje, lès-èfants do viyadje minint on disdut d’ démons èt, pa deûs côps, li P’ti Marchô aveut stî l’zî dîre do s’ tére. Come lès pus afrontès avint minme tchôkè l’uch, qu’aveut r’clapè bon-z-èt rwèd, il aveut stî oblidji do toûrnè l’ clè pa-d’dins. Insi qu’ Marîye l’aveut ric’mandè, quand l’èfant a yeû stî batisè, on l’a présintè à l’ôteu d’ l’Aviêrje. On-z-a r’passè pa l’ sacristîye po sinè l’ rédjisse èt glissi l’ dringuèle ô curè èt li p’tite porcèssion a rid’tchindu l’ grande nèf.
 
Pendant ce temps, dans la cour de l’église, les enfants du village menaient un boucan de tous les diables, et, à deux reprises, le Petit Maréchal était allé leur dire de se taire. Comme les plus effrontés avaient même poussé la porte, qui s’était refermée brusquement, il avait été obligé de tourner la clef de l’intérieur. Ainsi que Marie l’avait recommandé, quand l’enfant eut été baptisé, on le présenta à l’autel de la Vierge. On repassa par la sacristie pour signer le registre et glisser le pourboire au curé, et la petite procession redescendit la grande nef.
 
Quand l’uch s’a tapè ô lôdje, lès-èfants, qu’avint oyu ramechi o cu d’ l’èglîje, èstint rachonès tortos su l’ pavéye en bolant dès-ouy. Li Grand Leûp (7), qu’aveut r’crolè s’ moustache, a poûji ol potche di s’ camusole one grosse pougnîye di cens´ èt di p’tits sous èt l’s-a fét volè t’t-ôtoû d’ li su lès crawieûs pavès. Li mârène a douviè s’ sacoche èt ’nn’a fét ostant avou sès sukes. Lès gamins èt lès gamines chorint d’ tos lès costès po lès ramèchenè, en s’ kiboutant n’on l’ôte (8) come dès-arèdjis. Tènawète, li pârin fieut lès quances do v’lu tapè drî li èt, quand tote li pècléye èsteut rachonéye là, i strameut l’ manôye d’on-ôte costè, po l’ pléji do véy lès-ârsôyes vorè après. Pus il a ôssi lès spales èt douviè lès mwins, come po dîre qu’i n’aveut pus rin èt on s’a mètu en route.
 
Quand la porte s’ouvrit toute grande, les enfants, qui avaient entendu bruire au fond de l’église, étaient tous rassemblés sur le parvis en écarquillant les yeux. Le Grand Loup (7), qui s’était frisé la moustache, puisa dans la poche de sa veste une grosse poignée de centimes et de petits sous et les fit voler tout autour sur les pavés rugueux. La marraine ouvrit sa sacoche et en fit autant avec ses dragées. Les gamins et les gamines fonçaient de tous les côtés pour les ramasser, en se bousculant l’un l’autre (8) comme des enragés. Quelquefois, le parrain faisait mine de vouloir lancer derrière lui, et quand toute la bande était rassemblée là, il répandait la monnaie d’un autre côté, pour le plaisir de voir les petites canailles se précipiter dessus. Puis il haussa les épaules et ouvrit les mains, comme pour dire qu’il n’avait plus rien, et l’on se mit en route.
 
Lès-èfants lès siyint ô cu en criyant d’ leûs pus fwârts : « Pârin ! Mârène ! potche trawéye ! » Là-d’ssus, l’ pârin s’ ritoûrneut en fiant chonance do sinte dins sès potches èt lès sous chîyetint cor on côp su l’ pavéye. Lès pus p’tits, qui n’avint wasu couru avou l’s-ôtes di peû do s’ fè stôrè, vinint pîlè ôtoû dol mârène, qu’èlzî mèteut en soriyant, dins lès mwins, saquants batèmes rôses èt bleûs.
 
Les enfants les suivaient de près en criant de toutes leurs forces : « Parrain ! Marraine ! poche trouée ! » Là-dessus, le parrain se retournait en feignant de sentir dans ses poches et les sous tintaient encore sur le trottoir. Les plus petits, qui n’avaient osé courir avec les autres par crainte de se faire renverser, venaient quémander en piaillant autour de la marraine, qui, souriante, leur glissait dans les mains quelques dragées roses et bleues.
 
On-z-a intrè bwâre li gote èmon Ovide. Pus, li P’tit Marchô, qui t’neut cabarèt ossi, n’a nin v’lu qu’on passuche iute di s’ môjon. Ionide aveut mètu s’ bèle cote èt s’ noû casavèk à cârôs, po fè oneûr à tote li soce. En rintrant èmon Djan-Piêre, pârin èt mârène ont lachi leûs dérènès pougnîyes ôs-èfants, qui n’avint nin lèyi ouve do lès sîre.
 
On entra boire la goutte chez Ovide. Puis, le Petit Maréchal, qui tenait cabaret, lui aussi, ne voulut pas qu’on passât sans faire halte chez lui (littéralement : qu’on passât outre de sa maison). Léonide avait mis sa belle robe et sa nouvelle blouse à carreaux, pour faire honneur à toute la société. En entrant chez Jean-Pierre, parrain et marraine lâchèrent leurs dernières poignées aux enfants, qui n’avaient cessé de les suivre.
 
Ionîye d’Ouyèt, li soûw da Marîye, aveut fét lès galètes. Èlle èsteut en trin do passè l’ cafè èt on sinteut bin qui ç’ n’èsteut nin dol lapète. Èlle a pris o bufèt dol tchambe lès bèlès jates à fleûrs, avou l’ sucrier èt l’ pot ô lècia en pôrçulin.ne. Djan-Piêre n’aveut pus stî si binôje dispôy li djoû qu’i s’aveut mariè èt il a payi ôs-omes on cruchon d’ vî sistème.
 
Léonide de Houyet, la sœur de Marie, avait fait les gaufres. Elle était en train de passer le café et l’on sentait bien que ce n’était pas de la lavasse. Elle sortit du buffet du salon les belles tasses à fleurs, avec le sucrier et le pot au lait en porcelaine. Jean-Pierre n’avait plus été aussi heureux depuis le jour où il s’était marié et il paya aux hommes un cruchon d’excellent genièvre.
 
Su ç’ timps-là, lès coméres èstint montéyes o plantchi po véy rifachi li p’tit, qui l’acoûcheûse aveut mètu à l’ tète en rarivant d’ l’èglîje. Marîye, qu’aveut l’ér tote radjon.nîye dins lès blancs linçous, siyeut dès-ouy tos lès jèsses dol comére. Quand èlle a vèyu li p’tit tot roselant è s’ bêrce, li rwè n’èsteut nin d’ sès parints.
 
Cependant, les femmes étaient montées à l’étage pour voir remmailloter le petit, que l’accoucheuse avait mis au sein au retour de l’église. Marie, qui avait l’air toute rajeunie dans ses draps de lit blancs, suivait des yeux tous les gestes de la femme. Quand elle vit le petit tout rosé dans son berceau, le roi n’était pas de ses parents.
     
Èt jusqu’à bin tôrd dol chîje, lès clotches dol vîye èglîje ont stramè l’ djôye dins lès fonds d’ Céles. Vélà al copète do clotchî, li P’tit Marchô triboleut à tot spiyi po s’ novia p’tit-fi.   Et jusque bien tard dans la soirée, les cloches de la vieille église répandirent la joie dans les fonds de Celles. Là-bas au sommet du clocher, le Petit Maréchal carillonnait à tout rompre pour son nouveau petit-fils.
Suite du texte…

je suis la voie

«Ce jour-là, deux sœurs de Saint-Vincent
apportèrent un beau tableau doré…» (chap. V)


NOTES :

(1) Il s’agit du père de l’auteur. Il s’appelait en réalité François-Léon-Joseph Houziaux ; son prénom usuel était Léon. Il était né à Celles le 17 mai 1860 et y mourut le 11 avril 1939. - Retour texte

(2) Pierre-Joseph (dit Joseph) Houziaux (Foy-Notre-Dame, 1832 – Celles, 1913), que l’on appelait li p’tit marchô, grand-père de l’auteur. Il s’installa à Celles en 1856. Il est à noter que, comme le voulait la coutume, les grands-parents partageaient , auprès de leurs petits-enfants, les titres de « parrains » et « marraines » avec les authentiques parrains et marraines : Joseph Houziaux le rappelle dans, un touchant poème parfaitement ciselé, « Pârin » (cf. L. Houziaux, Mon Père Joseph, 1995, pp. 26-29). - Retour texte

(3) Marie-Joseph Leloup, née à Celles le 28 août 1864 avait épousé François-Léon-Joseph Houziaux le 28 avril 1900. Elle mourut à Celles le 27 septembre 1923 : ses fils, Joseph (Celles, 13 mars 1901 – Celles , 22 août 1969) et Omer (Celles, 3 septembre 1904 – Celles, 3 janvier 1978) n’avaient, respectivement, que 22 et près de 21 ans. - Retour texte

(4) R(i)churè. Littéralement : récuré. - Retour texte

(5) Tîdje : « tige » ou « tiège » en français régional; vieux chemin de terre, côte, colline (L. SOMME). - Retour texte

(6) Sur l’opposition graphique Josèf /Djôsèf, cf. l’Introduction (in fine). - Retour texte

(7) Sobriquet de Victor Leloup (Celles, 1859-1927). C’était l’oncle maternel et le parrain de l’auteur. Secrétaire communal du village de 1893-1927, il fera appel à son filleul pour le seconder dans ses tâches administratives (cf. chapitre XXXVII). - Retour texte

(8) N’on l’ôte. Cf. Louis Remacle, Syntaxe du parler wallon de La Gleize, Paris, Les Belles Lettres, 1952, tome I, p. 289. À La Gleize (et apparemment pas en liégéois – DL -), pour « l’un l’autre », on a l’on l’ôte. En note 1, p. 290, le dialectologue signale que, selon Haust, l’ard. n’on l’ôte (Awenne), serait « altéré de *l’on l’aute, emprunté du fr. l’un l’autre, car le w. devrait ici employer onk sans l’article » ; selon Remacle, ceci n’est pas certain : l’onk pourrait être authentique. - Retour texte