Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

V. - Créchince

Li vinr’di d’après — ô noûvinme djoû — Marîye s’a r’lèvè. Sins pus tôrdji, èlle ènn’a ristî è l’èglîje. Avou l’acoûcheûse qui t’neut li p’tit su sès brès, èle s’a stî mète à gngnos o fond d’ l’èglîje. Dosmètant qu’ Mossieû l’ Curè dijeut dès pâtêrs, èlle aveut è s’ mwin li bènite tchandèle aluméye. Pus il ont montè èchone à l’ôteu d’ l’Aviêrje, po l’ rimèrcyi dol djôye d’awè stî mére.

 

5.- Croissance

Le vendredi suivant — au neuvième jour — Marie se releva. Sans plus tarder, elle retourna à l’église. Avec l’accoucheuse qui tenait le petit dans ses bras, elle alla s’agenouiller au fond de l’église. Pendant que Monsieur le Curé disait des Pater, elle tenait en main la chandelle bénite allumée. Puis, ensemble, ils montèrent à l’autel de la Vierge, pour la remercier de la joie d’avoir été maman.

     
Ci djoû-là, deûs sœûrs di Sint-Vincent lî ont apwartè on bia câde doré. Ô mitan, i-gnaveut on cruç’fi coleûr d’ôr ; li pîd dol crwès èsteut gârni di saquants p’titès fètchîres souwéyes ; tot-ôtoû, lès sœûrs avint brodè ô rodje coton :   Ce jour-là, deux sœurs de Saint-Vincent lui apportèrent un beau tableau doré. Au milieu, il y avait un crucifix couleur or ; le pied de la croix était garni de quelques petites fougères séchées ; tout autour, les sœurs avaient brodé au coton rouge :
« Je suis la Voie, la Vérité et la Vie. »
« Je suis la Voie, la Vérité et la Vie. »
Èt, pa d’zos :   Et, par-dessous :
« Joseph Louviau, né le 13 mars 1901. »
« Joseph Louviau, né le 13 mars 1901. »
     
Marîye èl a pindu ô meur dizeû l’ bêrce, come one bènèdicsion, en priyant l’ Bon Diè po qui s’t-èfant sîyuche todi l’ bone vôye.   Marie le pendit au mur au-dessus du berceau, comme une bénédiction, en priant le Bon Dieu pour que l’enfant suive toujours le bon chemin.
     
Li p’tit a créchu come on-ôbwisson : i-gn-aveut qu’ fè do l’ pèsè po véy qu’i profiteut. Li grand pléji da Marîye, c’èsteut do l’ rifachi à l’anéti. Èle li ravôtieut dès pîds jusqu’à l’ tièsse dins dès lagnes bin blancs èt l’ rimèteut è s’ lèt come on p’tit Jésus.   Le petiot grandit comme un champignon : nul besoin de le peser pour voir qu’il profitait. Le grand plaisir de Marie, c’était de le remmailloter à la nuit tombante. Elle l’enveloppait des pieds à la tête dans des langes bien blancs et le remettait au lit comme un petit Jésus.
     
On djoû portant, l’èfant a chinè su l’ tète. I n’èsteut nin si guéy qui d’abitude ; pus, i s’a mètu à pîlè. On vèyeut bin qu’ ça n’ lî aleut nin. Quand l’ male-posse di trwès-eûres s’a arètè d’vant mon Vônèche, Djan-Piêre a stî pwartè on mèssadje po l’ médecin Cassart di Dinant.   Un jour pourtant, l’enfant grimaça au sein. Il n’était plus si gai que d’habitude ; puis il se mit à piailler. On voyait bien qu’il n’était pas en forme. Quand la malle-poste de trois heures s’arrêta devant chez Vonèche, Jean-Pierre alla porter un message pour le médecin Cassart de Dinant.
     
Li londemwin, one vwèture do louwadjeû Diffrang a d’chindu ol coûr da Djan-Piêre. I ’nn’a sôrti on grand gros fwârt ome qui roteut on pô à bachète en s’aspoyant su s’ baston. I s’a fét èspliquè lès pondants èt lès djondants ; pus, li mwin r’toûrnéye, avou quate deugts, il a aspoyi su l’ vinte di l’èfant. Djan-Piêre èt Marîye, sèrès conte n’on l’ôte, en rat’nant leû-z-alin.ne, èstint come su dès breûjes.   Le lendemain, une voiture du loueur Diffrang descendit dans la cour de Jean- Pierre. En sortit un gros homme grand et fort qui marchait un peu cassé, en s’appuyant sur sa canne. Il se fit expliquer les tenants et les aboutissants ; puis, la main retournée, avec quatre doigts, il appuya sur le ventre de l’enfant. Jean-Pierre et Marie, serrés l’un contre l’autre, en retenant leur haleine, étaient comme sur des braises.
     
« Dj’é l’idéye qui ci n’ sèrè rin, di-st-i l’ médecin en s’ rilèvant. One miète d’inflamâcion d’intèstin... Vos lî mètroz dès papins al farène di lin. Pus, i vôrè mia l’ sipani èt n’ lî d’nè qui d’ l’éwe sucréye jusqu’à tant qu’ dji r’véré. Dji m’ lî va fè one botèye èt vos ’nn’î dôroz trwès couyîs à sope tos lès djoûs. »   « Je pense que ce ne sera rien, dit le médecin en se relevant. Un peu d’inflammation intestinale... Vous lui mettrez des cataplasmes à la farine de lin. Puis, il serait préférable de le sevrer et de ne lui donner que de l’eau sucrée jusqu’à ce que je revienne. Je vais lui faire une bouteille et vous lui en donnerez trois cuillerées à soupe tous les jours. »
     
Al place d’alè mia, li p’tit a co stî pus mô : i fieut tot vêrt dins sès draps èt i djèmicheut nét-èt-djoû. Il a c’minci à cheûre. Iût djoûs après, c’ènn’èsteut pupont. Si strwèt visadje tot ratchitchi èsteut blanc come dol bolète èt on-z-ôreut quôsu vèyu ô d’ triviès ; si pôve pitit cwârps èsteut duv’nu on-èsquèlète. Lès vèjins quèl vinint véy sôrtint en ôssant lès spales come po dîre : « C’è-st-one soris po l’ tchèt ! »   Au lieu de s’améliorer, l’état de l’enfant ne fit qu’empirer : ses langes étaient maculés de selles toutes vertes, et il gémissait nuit et jour. Il commença à maigrir. Huit jours plus tard, il ne restait plus rien de lui. Son visage émacié tout ratatiné était blanc comme du fromage à la pie et l’on aurait presque vu à travers ; son pauvre petit corps était devenu un squelette. Les voisins qui venaient le voir sortaient en haussant les épaules comme pour dire : « C’est une souris pour le chat ! »
     
Portant, piyâne-miyâne, i s’a ragritchtè. Lès coleûrs ont ruvenu su sès massales èt il a duv’nu on bia p’tit gamin. « Mâria todi (1), d’jeut-on, c’èst s’ mère tote ratchîye ! » II aveut dès p’tits bleûs-ouy qu’è d’jint long èt on sorîre si amitieûs ! Djan-Piêre ènn’èsteut pèrcè lwagne. Quand i rintreut dol fwadje al vèspréye tote basse, il aveut à pwin.ne tirè s’ vanwâre èt r’lavè sès mwins qui li p’tit èsteut su s’ chou. Rèculotè ol tchiminéye, i l’ fieut zoublè su sès gngnos en tchantant, à môde di litanîyes :   Pourtant, petit à petit, il se rétablit. Les couleurs revinrent sur ses joues et il devint un beau petit garçon. « Mon Dieu, mon Dieu (1), disait-on, c’est sa mère toute crachée ! » Il avait de petits yeux bleus qui en disaient long et un sourire si affectueux ! Jean-Pierre en était complètement fou. Quand il rentrait de l’ouvrage à la nuit tombante, à peine avait-il ôté son tablier et s’était-il lavé les mains que le petit était sur son giron. Bien installé au coin de la cheminée, il le faisait sauter sur ses genoux en chantant, à la manière de litanies :
« Ine, sène, drèye !
Pite èt pite èt comèdrèye,
Boure èt boure èt rakakaye,
Michetraye ! »
Ine, sène, drèye !
Pite èt pite èt comèdrèye,
Boure èt boure èt rakakaye,
Michetraye !
Ou do bin :   Ou bien :
« Zou-zou-zoupe su li spiria !
Djambe di bwès n’a pont d’oucha.
Nosse mèskène ni sét dansè,
Nosse vôrlèt nèl sét minè.
Nosse tchivô n’a pont d’awin.ne.
I ’nn’ôrè à l’ôte samwin.ne
Avou lès pouyes do capitin.ne.
Lès tchins tchîront,
Lès pouyes ponront,
Lès djon.nès fèyes si marîyeront,
Ron, ron, ron. »
Zou-zou-zoupe sur le genou !
Jambe de bois n’a pas d’os.
Notre servante ne sait danser,
Notre valet ne sait la conduire.
Notre cheval n’a pas d’avoine.
Il en aura la semaine prochaine
Avec les poules du capitaine.
Les chiens chieront,
Les poules pondront,
Les jeunes filles se marieront.
Ron, ron, ron.
Ou bin èco :   Ou bien encore :
« À dada, à dada,
Sur le ch’val de son papa !
Quand il court, il fait des pets,
Pets, pets, jusqu’à Givet ,
Youp bidet ! »
À dada, à dada,
Sur le ch’ val de son papa !
Quand il court, il fait des pets.
Pets, pets, jusqu’à Givet,
Youp bidet !
     
L’èfant djipeut télemint qu’i n’ si sinteut pus. Al longue dès longues, Marîye criyeut : « Lèyoz-là ci p’tit-là ! Tot-à l’eûre, dj’ôré co dès rûses do l’èdwârmu ! ».   L’enfant s’esclaffait tellement qu’il ne se sentait plus. À la longue, Marie criait : « Laissez-là ce petit ! Tout à l’heure, j’aurai encore du mal à l’endormir. »
     
Po dîre li vré, il èsteut one miète trop nèrveûs. Tins di s’ maladîye, i s’aveut acostumè do dwârmu avou one vèyeûse. Si on s’aviseut do l’ distinde, i s’ dispièrteut en criyant come s’ on l’aveut stron.né. Il aveut dès-ouy tot èwarès èt s’ mére li d’veut bêrci jusqu’à tant qu’i soyuche rapôji.   À dire vrai, il était un peu trop nerveux. Durant sa maladie, il s’était accoutumé à dormir avec une veilleuse. S’avisait-on de l’éteindre, il se réveillait en criant comme si on l’eût étranglé. Il avait les yeux tout égarés et sa mère devait le bercer jusqu’à ce qu’il fût apaisé.
     
Tot l’ monde li fieut assoti, télemint qu’il èsteut ârsôye. Quand on lî d’jeut : « Donoz one bôje, insi ! », i douvieut one bouche come on for èt i vos-aclapeut sès frèchès lèpes su lès massales, come dès vréyès sanseroûles. On côp qu’ Djan-Piêre n’aveut nin fét s’ bôbe, il a sintu lès pwèls qu’èlî grètint s’ visadje èt ç’a stî brosse on bokèt po lès bôjes à s’ papa. I fieut les quances do l’ rabrèssi èt, ô dérin momint, i s’ rissatcheut en fiant l’ chinéye.   Tout le monde le faisait endêver tant il était arsouille. Quand on lui disait : « Donnez donc un bisou ! », il ouvrait une bouche comme un four et il vous collait ses lèvres humides sur les joues, comme de vraies sangsues. Une fois que Jean-Pierre ne s’était pas rasé, il sentit les poils lui gratter le visage et, pour un temps, ce fut bernique pour les baisers à son papa. Il faisait mine de l’embrasser et, au dernier moment, il se retirait en faisant la moue.
     
Come i s’ tuneut rwèd su sès djambes, on-z-a sondji à l’ fè rotè. Djan-Piêre a d’chindu on vî gadot do gurnî èt l’èfant a yeû rade atrapè l’ manoûje po ’nn’alè d’on costè èt d’ l’ôte, en fiant voyadji l’ plantche di d’zeû qu’èlî sot’neut lès brès : saquants samwin.nes après, i coureut tot seû.   Comme il se tenait droit sur les jambes, on pensa à le faire marcher. Jean-Pierre descendit du grenier un vieux trotteur et l’enfant eut vite acquis la manière d’aller d’un côté et de l’autre, en faisant voyager la planche du dessus qui lui soutenait les bras : quelques semaines après, il courait tout seul.
     
Adon, il a falu ièsse à sès trosses tote li sinte djoûrnéye. Ram’chant come il èsteut, i rèneut tofêr di tos costès. I-gn-aveut pus nuk moyin do l’ tunu prôpe : l’ârnôje n’èsteut contint qui quand i s’aveut bin tchôborè !   Alors, il fallut être à ses trousses toute la sainte journée. Remuant comme il était, il courait sans cesse de tous côtés. Plus moyen de le tenir propre : le coquin n’était content que quand il s’était bien barbouillé !
     
I n’ lî manqueut pus qui l’ parole. Èle lî a chapè come ça d’on plin côp. On djoû qu’on-z-aveut tôrdji di lî d’nè s’ biberon, il a criyi on bon côp : « Moman ! » Ça stî one vréye rèvolucion ol môjon ! On-z-a couru qwér Ionide po lî fè ôre, més canifichetole (2) ! On-z-a yeû bèl à fè : ci djoû-là, i-gn-a pus yeû diâle moyin do lî satchi on mot. Papa a yeû s’ toûr saquants samwin.nes après. C’èsteut on pléji d’ètinde l’èfant chirlamè è s’ lèt quand il èsteut dispièrtè. Tènawète, i clinceut l’ tièsse su l’ costè èt r’wéteut pa lès bâres, en criyant d’on p’tit-ér ârsôye : Kilou, moman ! Kilou, papa ! »   Il ne lui manquait plus que la parole. Elle lui échappa comme cela, tout de go. Un jour qu’on avait tardé à lui donner le biberon, il cria un bon coup : « Maman ! » Cela fut une vraie révolution à la maison ! On courut chercher Léonide pour le lui faire entendre, mais tintin (2) ! On eut beau faire : ce jour-là il n’y eut plus, diable ! moyen de lui tirer un mot. Papa eut son tour quelques semaines après. C’était un plaisir d’ouïr l’enfant baragouiner dans son lit quand il était éveillé. Parfois il inclinait la tête sur le côté et regardait à travers les barreaux, en criant d’un petit air arsouille : « Coucou, papa ! Coucou, maman ! »
Suite du texte…

NOTES :

(1) Littéralement : « Marie toujours ! » - Retour texte

(2) canifichetole. Cp. lg. canifich’tône, cali- [néerl. ik kan niet verstaan « je ne puis comprendre »] (DL).- Selon Joseph Houziaux, la tradition était, à Celles, de rattacher ce mot à l’all. Ich kan nicht verstehen, propos tenus par les soldats allemands en 1914-1918. Pour notre témoin Mme Lebrun, cette interjection a pris le sens de « inutile d’insister » ou « ce sera pour une autre fois ». - Retour texte