Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

VI. – On p’tit gamin tot avinè

Quand lès jolibwès ont r’flori, li p’tit Josèf èsteut tot scréfyi. Li dîmègne après veupes, Marîye lî r’foûrbeut s’ binète, lî fieut s’ crole èt lî passeut s’ pus bèle cote. Èle li mèteut ol vwèture — on grand démon d’ vwèture avou dès wôtès gréyès rûwes — èt l’aleut porminè pa lès Rèchès-Vôyes.

 

6.- Un petit gamin tout déluré

Quand les lilas refleurirent, le petit Joseph était tout vigoureux. Le dimanche après les vêpres, Marie essuyait sa binette, lui faisait sa boucle et lui passait sa plus belle robe. Elle l’installait dans le landau, — un grand diable de landau avec de hautes et fines roues — et elle allait le promener par les Rèchès-Vôyes.

     
On passeut èmon Caterine Djène, qu’aveut todi on bokèt d’ suke po li p’tit, èt on ruv’- neut pa mon l’ Pâpe, dîre bondjoû à Anjèle, qu’i lomeut Anchine. Tot l’ long dol vôye, on-z-èsteut arokè pa lès coméres di Bèl-Ér. « Jèsus´ Mâria ! dijint-èles en tapant lès mwins su n’on l’ôte, qué bia p’tit valèt ! » Su ç’ timps-là, Djan-Piêre èsteut vôye tapè on côp d’ ligne o prè ou qwèru do bwès d’ pouye à Côreus (1), po fè saquants mantches di martia. I rapwarteut d’zos s’ brès dès coches di neûjî tchèrdjîyes di minons èt li p’tit è strameut tote li chîje pa t’t-avô l’ cûjène.   On passait chez Catherine Djène, qui avait toujours un morceau de sucre pour le petit, et on revenait par chez le Pape, dire bonjour à Angèle, qu’il appelait Anchine. Tout le long du chemin, on était arrêté par les femmes de Bel-Air. « Jésus, Marie, disaient-elles en claquant des mains, quel beau petit garçon ! » Pendant ce temps, Jean-Pierre était allé jeter un coup de ligne au pré ou chercher du bois d’érable à Côreus (1), pour faire quelques manches de marteau. Sous ses bras, il rapportait des branches de noisetiers chargées de chatons et le petit en répandait toute la soirée partout dans la cuisine.
     
Tènawète, li vî Douârd Bouche, on rentier qui s’ fieut one glwâre d’awè l’ pus bia djârdin do viyadje, èl vineut qwér po-z-alè coude saquants bèlès grossès fréjes. Ô pus sovint, l’èfant sclipeut vôye qu’on n’î aveut rin vèyu. On côp, i toûrneut l’ pègnon su Bèl-Ér èt il aleut bwâre one jate di nwâr cafè ou bin mougni one potéye addé Anchine. Èlle aveut l’ toûr po l’ fè djipè en l’ tukant su s’ front : « Qui èst-ce, dijeut-èle, qui vout do suke di bèdot ? (2) » Li Pâpe, li, lî froteut s’ massale su s’ minton po lî fè « dol bôbe di gade ». On-ôte côp, i lèveut l’ pèton pa l’ djârdin èt i coureut d’mandè à Marîye Bêy ci qui s’ moman n’èlî aveut nin vlu d’nè. Si mére aveut one rude aclapéye avou li : èlle èsteut tofêr à s’ cul. Co dîs côps su l’ djoûrnéye, èle criyeut ôs vèjènes : « N’avoz nin vèyu nosse pitit avôr-là ?» A tot momint, i trèvôtcheut l’ route po couru « dîre bondjoû à Pârin Marchô èt à Mârène ». S’il aveut on p’tit bôbô, i l’aleut mostrè à Ionide. « Vinoz, m’ fi, d’jeut-èle, nos-alans mète dissus dol crache di mârmote ! » Èle lî ratcheut su s’ deugt ou su s’ djambe èt il èsteut r’fét. Si ça n’ valeut vrémint nin lès pwin.nes, èle lî d’jeut : « Si dj’aveu ça su l’ coron di m’ linwe, djèl ratchereu al têre. » Ou bin, s’i s’ plindeut trop ôjîyemint : « Vos-avoz l’ maladîye Sint-Tîbô, qui mougne bin èt qui n’ bwèt nin mô ». Quand il atrapeut l’ licote, èle lî tapeut on côp su s’ dos po l’ sibarè èt lî fieut avalè on gwardjon d’éwe. S’i s’aveut fét on boûrsia à s’ front, èle lî r’tchôkeut avou on nwâr gros sou.   Parfois, le vieil Édouard Bouche, un rentier qui se faisait une gloire de posséder le plus beau jardin du village, venait le chercher pour cueillir quelques belles et grosses fraises. Le plus souvent, l’enfant s’échappait sans qu’on n’y ait rien vu. Une fois, il contournait le pignon de la maison vers Bel-Air et il allait boire une tasse de café noir ou bien manger une potée près d’Anchine. Elle savait comment s’y prendre pour le faire rire aux éclats en lui heurtant le front : « Qui est-ce, disait-elle, qui veut du ‘sucre de jeune mouton’ ? (2)» Le Pape, lui, lui frottait la joue sur son menton pour lui faire « de la barbe de chèvre ». Une autre fois, il levait le pied par le jardin et courait demander à Marie Bêy ce que sa maman n’avait pas voulu lui donner. Avec lui, sa mère avait une rude corvée : elle était toujours sur ses talons. Au moins dix fois de la journée, elle criait aux voisines : « N’avez-vous pas vu notre le petit de ce côté-là ? » À tout moment, il traversait la route pour courir « dire bonjour à Parrain Maréchal et à Marraine ». S’il avait un petit bobo, il allait le montrer à Léonide. « Venez, mon fils, disait-elle, nous allons mettre dessus de la graisse de marmotte ! » Elle lui crachait sur le doigt ou sur la jambe et il était guéri. Si cela n’en valait vraiment pas la peine, elle lui disait : « Si j’avais cela sur le bout de la langue, je le cracherais par terre. » Ou bien, s’il se plaignait trop facilement : « Vous avez la maladie de Saint-Thibaud, qui mange bien et qui ne boit pas mal. » Quand il attrapait le hoquet, elle lui donnait un coup dans le dos pour le surprendre et elle lui faisait avaler une gorgée d’eau. S’il s’étaitfait une bigne au front, elle la repoussait avec un gros sou noir.
     
Avou lèy, il èsteut timps do dîre li vré ! Sins qwè èle vos mèteut vosse pitit deugt dins-st-orèye ou bin èle vos d’jeut : « Vos mintoz, gn-a vosse nèz qui r’crole ! » Si on-z-èsteut pâr trop èyôve : « Ratindoz, dji m’ va trimpè one coche dins l’ vinégue ». Èt s’on fieut dès chinéyes à môde di lwagne : « Wétoz à vos, d’jeut-èle, si lès cloches di Sint-Hubêrt sonerint, vos d’meur’rîz insi !»   Avec elle, il s’agissait de dire la vérité ! Sans quoi elle vous mettait votre petit doigt dans son oreille ou bien elle vous disait : « Vous mentez, il y a votre nez qui se retrousse ! » Si l’on était par trop pétulant : « Attendez, je m’en vais tremper une baguette dans le vinaigre. » Et si l’on grimaçait comme un sot : « Prenez garde, disait-elle, si les cloches de Saint-Hubert sonnaient, vous demeureriez ainsi ! »
     
Al rintréye di l’iviêr, il a arivè à Céles deûs-ârtisses di Brussèles, Mossieû Middeleer èt Mossieû Sohier, qui l’ curè aveut fét v’nu po-z-achèvè li noû tch’min d’ crwès d’ l’èglîje — on curieûs tch’min d’ crwès doré su pîre —, qu’aveut d’meurè en plan pace qui l’ pinte aveut moru divant d’awè tot fét. Come di jusse, il ont mètu coutia su tôve èmon l’ madjustêr, li P’tit Marchô, qui t’neut ôbèrje. Tos lès djoûs, à l’anéti, quand i rarivint d’ l’èglîje, i d’jint ô p’tit : « Allez, Bijou, va chercher nos pantoufles ! » èt l’ gamin lèzî apwarteut, en rèspondant su l’minme ton : « Vo-lès-là, Bidjou ! »
  Au retour de l’hiver, vinrent à Celles deux artistes de Bruxelles, Monsieur Middeleer et Monsieur Sohier, que le curé avait fait venir pour achever le nouveau chemin de croix de l’église — un curieux chemin de croix doré sur pierre —, qui était resté en plan parce que le peintre était mort avant d’avoir terminé. Comme de juste, ils prirent pension chez le marguillier, le Petit Maréchal, qui tenait auberge. Tous les jours, au crépuscule, quand ils rentraient de l’église, ils disaient au petit : « Allez, Bijou, va chercher nos pantoufles ! » Et le gamin les leur apportait, en répondant sur le même ton : « Les voilà, Bijou ! »
     
Quand il a co yeû créchu one miète, Mârène lî a racontè dès bèlès fôves : « Li P’tit Chaperon rouge », « Li P’tit Poucèt », èt co bin d’s-ôtes. Al vèspréye, on s’assieut ôtoû dol sitûve èt on fieut l’ nwâr quârt d’eûre (3). Adon, c’èsteut tèribe do s’ riprésintè l’ leûp qui trèvôtcheut l’ bwès, pus qui brokeut mon l’ vîye grand-mére, rascrampyîe dizos sès couvêrtes. Mwints côps, i l’a oyu bwêrlè do costè do Broke-o-Bwès èt i lî choneut tofêr qu’il aleut tchôkè l’uch... Ou bin i s’ vèyeut pièrdu dins lès tayis´ dès Côreus èt i wéteut après dès p’tits blancs cayôs po r’trouvè s’ vôye. Il a yeû abîyemint sèpu par cœûr totes lès flôwes èt, come il aveut one bone linwe, on lèzî fieut racontè d’ tos costès. I-gn-aveut one — dji n’ sé pus l’ quéne — qui s’achèveut par one... chite. « èt il a fét one chite, dijeut-i, one chite... come di d’ci à mon Mârène ! » Pus, il a apris à djouwè ô « cinsî rwinè ». Èt i n ’nn’a nin yeû po longtimps à discomèlè (4) lès-as´, lès rwès, lès dames èt lès valèts.   Quand il eut encore un peu grandi, Marraine lui narra de beaux contes : « Le Petit Chaperon rouge », « Le Petit Poucet », et encore bien d’autres. Au crépuscule, on s’asseyait autour du poêle et l’on faisait le « quart d’heure noir » (3). Alors, c’était terrible de se représenter le loup traversant le bois, puis entrant précipitamment chez la vieille grand-mère, recroquevillée sous ses couvertures. Maintes fois, il l’entendit hurler du côté du Broke-o-Bwès, et il lui semblait sans cesse qu’il allait pousser la porte... Ou bien il se voyait perdu dans les taillis des Côreus et il cherchait des petits cailloux blancs pour retrouver son chemin. Il connut bientôt par cœur toutes les histoires et, comme il avait la langue bien pendue, on les lui faisait raconter de tous côtés. Il y en avait une — je ne sais plus laquelle — qui s’achevait par une crotte. « Et il a fait une crotte, disait-il, une crotte... comme d’ici à chez Marraine ! » Puis il apprit à jouer au « fermier ruiné ». Et il ne mit guère de temps à distinguer (4) les as, les rois, les dames et les valets.
     
En ratindant, i n’ crécheut wére, èt il èsteut tot s’blari. On-z-aveut mwints côps dès ruses do lî fè d’sèrè lès dints èt tènawète, i lî faleut avalè, en fiant l’ chinéye, on grand couyî d’ôle di ricin. Layide a trouvè qu’il aveut l’ fîve lin.ne ; èlle a consyi à Djan-Piêre èt à Marîye do lî lèyi fè lès paquèts à l’èfant. Èlle a prusti on louwin avou dol farène di swèye ; èlle ènn’a machi one grosse bolète avou on-ou cru, après-awè broyi l’ pia èt lès scôgnes ; pus èlle î a mètu on filèt d’ vinégue. Po fini, èlle a souwè l’ miche-mache avou dès grin.nes d’ôrtèyes. Èlle ènn’a plaquè su lès pougnèts d’ l’èfant èt lèzî a ravôtyi avou dès bindes di twèye, en ric’mandant bin do c’minci one noûvin.ne. Trwès côps par djoû, èle vineut médyi l’ malade. Quand l’ noûvin.ne a stî iute, l’èfant èsteut r’fét.   Cependant, il ne grandissait guère, et il était tout pâlot. Souvent, on avait du mal pour lui faire desserrer les dents et parfois, il lui fallait avaler, en grimaçant, une grande cuillerée d’huile de ricin. Adélaïde trouva qu’il était lymphatique ; elle conseilla à Jean-Pierre et à Marie de lui laisser « mettre les paquets » à l’enfant. Elle pétrit un levain avec de la farine de seigle ; elle en mélangea une grosse boulette avec un œuf cru, après avoir broyé la peau et les écailles ; puis elle y versa un filet de vinaigre. Pour finir, elle sécha la mixture avec des graines d’orties. Elle en badigeonna les poignets de l’enfant et les lui enveloppa de bandes de toile, en recommandant bien de commencer une neuvaine. Trois fois par jour, elle venait soigner le malade. La neuvaine révolue, l’enfant était guéri.
     
Ô quinze d’awous´, Djan-Piêre èt Marîye ont stî priyis pa Ionîye à l’ dicôce d’Ouyèt. Come on s’aprèteut à s’ mète à l’ tôve po saye li doréye ; « Mâria Dèyi ! di-st-èle Marîye, èou èst-ce-t-i li p’tit ? » Èle court véy addé s’ soûw, èmon l’ Tchôrlî... li p’tit n’î èsteut nin. Vo-lès-là tortos dins one bèle andèle ! Sustins qu’Ionîye dichindeut après l’ gâre, Marîye gripeut abîyemint l’ viyadje, en d’mandant ôs djins qu’èle rèscontreut : « N’avoz nin vèyu passè on p’tit gamin avou on nwâr divantrin ? » Pèrson.ne nèl aveut avisè. Qués côps di stomac´ ! Arivéye su l’ place al copète, nèl trouve-t-èle nin bin astampè ô mitan dol dicôce, lès mwins drî s’ dos, en trin do wéti l’ toûrniquèt ! Môgrè l’ chandîye qu’il avint yeû tortos, il a co bin falu qu’i s’ boutinche à rîre !   Au quinze août, Jean-Pierre et Marie furent invités par Léonide à la ducasse de Houyet. Comme on s’apprêtait à passer à table pour goûter la tarte : « Marie de Dieu, dit-elle, où est le petit ? » Elle court s’enquérir auprès de sa sœur, chez le Charron... le petit n’y était pas. Les voilà tous dans un bel embarras ! Tandis que Léonide descendait vers la gare, Marie grimpait rapidement le village, en demandant aux gens qu’elle rencontrait : « N’avez-vous pas vu passer un petit gamin avec un tablier noir ? » Personne ne l’avait aperçu. Quels coups au cœur ! Arrivée sur la place du haut [du village], ne le trouve-t-elle pas bien planté au milieu de la ducasse, les mains derrière le dos, en train de regarder le carrousel ! Malgré la sueur qu’ils avaient tous eue, il leur fallut encore bien s’esclaffer !
     
Tos lès djûdis, li vî mayeûr di Djindron, Djôsèf Tchèsseû, vineut à l’ Sâle comunâle po sinè lès papîs. I r’passeut voltî èmon Djan-Piêre po copinè one miète. Il aveut todi bon do fè assoti li p’tit avou sès cotes. « Ci n’èst nin on gamin, ça, d’jeut-i, c’è-st-one crapôde !» On djoû, l’èfant s’a corsi èt, come on lî d’jeut co qu’il èsteut one gamine, il a r’lèvè sès cotes jusqu’à pa-d’zeû s’ tièsse. Èt, en criant on bon côp : « Èt ça ? », il a d’nè l’ preûve qu’il èsteut on gamin... Li vî ome nèl a jamés pus couyonè là-d’ssus !   Tous les jeudis, le vieux bourgmestre de Gendron, Joseph [le] Chasseur, venait à la Salle communale pour signer les documents. Il repassait volontiers chez Jean-Pierre pour bavarder un peu. Il prenait toujours plaisir à taquiner l’enfant avec ses jupes. « Ce n’est pas un gamin, ça, disait-il, c’est une fillette ! » Un jour, l’enfant se rebiffa et, comme on lui disait encore qu’il était une gamine, il releva sa jupe jusque par-dessus la tête. Et en criant une bonne fois : « Et ça ? », il donna la preuve qu’il était un garçon... Le vieil homme ne le charria jamais plus à ce propos !
     
Li 3 d’ sètimbe, Dolîye l’acoucheûse a apwartè on bia p’tit frére à Josèf. Quand Mossieû l’ Curè a d’mandè comint ç’ qu’on l’aleut lomè, li P’tit Marchô, qu’èsteut pârin, a tapè lès-ouy su l’ Cârtabèle, pindûwe dizeû l’ bènitî. « Wétans, di-st-i, nos-èstans l’ noûf... Sint Omêr... Nos l’ lomerans Omêr ! » (5)   Le 3 septembre [1904], Dolie l’accoucheuse apporta un beau petit frère à Joseph. Quand Monsieur le Curé demanda comment on allait l’appeler, le Petit Maréchal, qui était parrain, jeta un œil sur la cartabelle, pendue au-dessus du bénitier. « Regardons, dit-il, nous sommes le neuf... Saint Omer... Nous l’appellerons Omer ! » (5)
     
Josèf a stî bin binôje d’awè on p’tit frére. Més quén’ èbaras tos lès dîmègnes, quand lès coméres di Bèl-Ér èt d’Ûbaye, en r’passant d’ grand-mèsse, fyint lès quances do l’ v’lu apè ! Il atrapeut dès nwârès radjes èt coureut après zèles avou l’ grawîye, jusqu’à bin lon.   Joseph fut bien content d’avoir un petit frère. Mais quel embarras tous les dimanches, quand les femmes de Bel-Air et d’Hubaille, en repassant de la grand-messe, feignaient de vouloir le happer ! Il attrapait de noires colères et les poursuivait avec le tisonnier, jusque bien loin.
     
Èt i ’nn’aveut yeû pèsant pace qu’on mô toûrnè aveut dit on côp, en r’wétant li p’tit : « Ci-t-ci, il a bin sûr vinu ô monde dins on rodje cabu èt il a rwinè s’ mére po-z-awè one parèye tièsse d’ôr ! — Téjoz-vos, aveut rèspondu one vèjène : on bia rossia n’èst nin léd ! »   Et cela lui avait pesé qu’un malotru lui eût dit une fois, en regardant le petit : « Celui-ci, il est sûrement venu au monde dans un chou rouge et il a ruiné sa mère pour avoir une pareille tête d’or ! — Taisez-vous, avait répondu une voisine : un beau roux n’est pas laid ! »
Suite du texte…

gamin de celles

Le gamin de Celles avec sa maman, Marie Houziaux-Leloup.
À gauche, la chère «Anchine» (Angèle), une voisine qui le choyait.
Sur le char à bancs, deux gamines, dont la cousine Léontine, qui regarde la scène


NOTES :

(1) Côreus : coudriers. Haust, DL, signale (v° côre) : à Côreû, l.-d. à Sprimont, etc. [= fr. coudraie]. On écrira ici Côreus (avec la marque du pluriel), car l’auteur parle parfois du bois, des taillis, du chemin dès Côreus. - Retour texte

(2) Cf. L. SOMME, v° bèdot : « quî ç’ qui vout do suk di bèdot ?» (suk=coup de corne pris pour suk, sucre)= qui veut des coups d’agneau? (dit-on en approchant son front de celui de l’enfant, pour le cogner). - Retour texte

(3) Par souci d’économie, on se contentait, tant que subsistait une pénombre dans la pièce, de la faible lueur du crépuscule. - Retour texte

(4) Discomèlè. Littéralement : démêler. - Retour texte

(5) Omer Houziaux «Celles 1904 - Celles 1978) fit une carrière très réussie à la Société Nationale des Chemins de fer belges (SNCB); il la terminera à Haine Saint-Pierre en qualité de chef de gare principal. Cf. L. Houziaux, Mon Père Joseph, 1995, pp. 45-49 - Retour texte