Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

VIII.- Chorâl

Lès cinq ans do gamin v’nint do sonè quand, on bia djoû, volà Mossieû l’ Curè qu’empwinte li coûr d’èmon Djan-Piêre. Come i n’a nin l’abitude do moussi nul pô, Marîye, qu’èst-en trin do d’junè, manque do s’ècrukè.

 

8.- Enfant de chœur

Les cinq ans du gamin venaient de sonner quand, un beau jour, voilà Monsieur le Curé qui s’engage dans la cour de chez Jean-Pierre. Comme il n’entre d’habitude nulle part, Marie, qui est en train de prendre son petit déjeuner, manque d’avaler de travers.

     
« Tènoz, s’ di-st-èle à lèy-minme, qu’èst-ce qui Mossieû l’ Curè vint fè è nosse môjon ? » Èt, tot tûsant ça, èle court lî douviè l’uch.
  « Tiens, se dit-elle, qu’est-ce que Monsieur le Curé vient faire à la maison ? »Et, tout en y réfléchissant, elle court lui ouvrir la porte.
     
Mossieû l’ Curè ritoûne si tchapia su l’ tôve, satche one tchèrîye èt, après-awè copinè one miète do timps qu’i fét, ènn’arive à s’ mèssadje :   Monsieur le Curé retourne son chapeau sur la table, prend une chaise et, après avoir un peu devisé du temps qu’il fait, en arrive à son propos :
     
« Marie, di-st-i, j’ai besoin d’un enfant de chœur. Joseph est intelligent. J’ai pensé à lui. Vous ne refuserez pas ce service au Bon Dieu. Il faudra lui apprendre les répons qui se trouvent au bout du Petit Catéchisme. Je me chargerai du reste. »   « Marie, dit-il, j’ai besoin d’un enfant de chœur. Joseph est intelligent. J’ai pensé à lui. Vous ne refuserez pas ce service au Bon Dieu. Il faudra lui apprendre les répons qui se trouvent au bout du Petit Catéchisme. Je me chargerai du reste. »
     
Come li gamin èsteut abituwè d’ètinde Pârin rèpètè s’ plin-tchant, i n’ lî a wére falu d’ timps po discramyi(1) l’ latin èt vo-l’-là embôchi dins l’ binde dès chorâls.   Comme le gamin était habitué d’entendre Parrain répéter son plain-chant, il ne lui fallut guère de temps pour déchiffrer (1) le latin et le voilà embauché dans la troupe des enfants de chœur.
     
II èst tot fiér do s’ véy moussi d’one bèle rotche soutâne avou on blanc surplis èt on lôdje col tot rètourè d’ôr. Èt pus qué-n-oneûr do s’ trouvè à gngnos vélà al copète di l’èglîje, divant totes les djins ! I s’ sint quôsu ol pia d’on vré curè ! Justumint, il a r’trouvè dins one lôce o gurnî on bia gros parwassyin avou dès rotchès lètes plic-ploc, tot fin parèy qui d’dins l’ missèl.   Il est tout fier de se voir habillé d’une belle soutane rouge avec un surplis blanc et un large col tout entouré d’or. Et puis quel honneur de se trouver à genoux là-bas au haut de l’église, devant tout le monde ! Il se sent presque dans la peau d’un vrai curé ! Justement, il a retrouvé dans une boîte au grenier un beau gros paroissien avec cà et là des lettres rouges, tout à fait comme dans le missel.
     
Èt il a fét s’ sogne di chorâl : rèsponde ô pîd dès montéyes, pwartè l’ gros lîve d’on costè à l’ ôte di l’ôteu – en wétant bin do n’ nin s’èstrèbukè dins lès tapis –, présintè lès bûrètes, fè chîyetè l’ sonète à timps à eûre, alumè lès ciêrjes èt lès distinde avou l’ cornèt (2). Par ègzimpe, il ôreut bin v’lu fè blonci l’encenswâr, més ça, c’èsteut l’afêre dès pus vîs.   Et il a fait son devoir d’enfant de chœur : répondre au pied des marches, porter le gros livre d’un côté à l’autre de l’autel – en veillant bien à ne pas trébucher dans les tapis –, présenter les burettes, faire tinter la sonnette au bon moment, allumer les cierges et les éteindre avec le cornet (2). Par exemple, il aurait bien voulu faire balancer l’encensoir, mais cela, c’était l’affaire des aînés.
     
Quand i-gn-aveut tchmin d’ crwès, on s’aleut porminè avou lès gros tchandelès d’ keûve jusqu’ô grand bènitî ô fond d’ l’èglîje, en s’arètant à chaque èstâcion. Ci djoû-là, i faleut wéti do n’ nin lèyi gotè l’ cîre su sès âdes !   Quand il y avait un chemin de croix, on allait se promener avec les gros chandeliers de cuivre jusqu’au grand bénitier au fond de l’église, en s’arrêtant à chaque station. Ce jour-là, il fallait veiller à ne pas laisser goutter la cire sur ses vêtements !
     
Ôs mèsses d’ètèremint, on t’neut l’ platia addé Mossieû l’ Curè, qui fieut bôji l’ platène. « Requiescat in pace. Amen ». Èt on purdeut atincion ôs cis qui tchôkint one centime ou on gros sou francès. M. l’ Curè, parèt-i, lèzî rindeut après côp, po lès fè biskè. À l’ mèsse di chîs samwin.nes dès djins à peu près come u fôt, on d’neut lès « souvenirs ». Après l’ofice, on-z-aveut s’ pôrt dol boléye èt c’èsteut todi ostant po mète o spôgne-môye ou bin po-z-achetè saquants caramels ô beurre èmon Marîye Ovide. On-z-aveut co l’ drwèt do s’gotè l’ vin qui d’meureut dins lès bûrètes, més M. l’ Curè aveut sogne do rassèrè l’ botèye : ènn’ n’aveut-i nin atrapè onk on côp qu’èle tûteleut sins s’ jin.nè ? Més ça, Josèf nèl ôreut nin v’lu fè : s’ moman l’aveut trop bin apris.   Aux messes d’enterrement, on tenait le plateau près de Monsieur le Curé, qui faisait baiser la patène. « Requiescat in pace.– Amen ». Et l’on était attentif à ceux qui poussaient une pièce d’un centime ou un gros sou français. M. le Curé, paraît-il, les leur rendait par la suite, pour les faire bisquer. À la messe de six semaines des gens à peu près comme il faut, on donnait les souvenirs. Après l’office, on avait sa part de la collecte et c’était toujours autant à glisser dans la tirelire ou bien pour acheter quelques caramels au beurre chez Marie Ovide. On avait aussi le droit de boire les quelques gouttes de vin qui restaient dans les burettes, mais M. le Curé avait soin de mettre la bouteille sous clef : n’en avait-il pas, une fois, attrapé un qui y buvait sans se gêner ? Mais cela, Joseph se serait bien gardé le faire : sa maman l’avait trop bien éduqué.
     
Tot-ô d’ long d’ l’anèye, i s’ présinteut do novia. Qué pléji, par ègzimpe, ôs Rogâcions, do minè l’ binde d’èfants, di coméres èt d’ vîs-omes pa totes lès vôyes ôtoû do viyadje, en tapant on côp d’ouy su lès près qui ravèrdichint ou bin, pa lès djoûs d’ pleuve èt d’ broûs, en wétant lès grîchès caracoles si porminè dins lès ayes ! Ô triviès dès pâtêrs qui lès bèguènes rècitint avou lès gamines, on-z-ètindeut, vélà padrî, ô coron dol quèwéye, M. l’ Curè èt l’ vî Pârin qui s’ rèspondint en tchantant :   Tout au long de l’année, il se présentait du nouveau. Quel plaisir, par exemple, aux Rogations, de conduire le cortège d’enfants, de femmes et de vieux hommes par tous les chemins autour du village, en jetant un coup d’œil sur les prés qui reverdissaient ou bien, par les jours de pluie et de boue, en regardant les escargots gris se promener dans les haies ! Au travers des prières que les béguines récitaient avec les gamines, on entendait, là-bas derrière, au bout de la file, M. le Curé et le vieux Parrain, qui répondaient en chantant :
Peccatores.
Te rogamus, audi nos.
Peccatores.
– Te rogamus, audi nos.
     
Ô Sint-Sacreumint èt ô quinze d’awous´, c’èsteut l’ Grande Porcèssion. Tos lès sints sôrtint d’ l’èglîje, pwartès à spale inte lès méy (3) plantès dès deûs costès dol vôye. Dizos l’Aviêrje, dès djon.nès coméres. moussîyes di blankès rôbes à dintèles, purdint l’ tchèdje à toûr. Su l’ bwârd dol route, lès-omes d’on costè èt lès feumes di l’ôte rotint à l’ file dins leûs âdes dès dimègnes, tièsse à bachète, en disvôtiant leû tchapelèt. Ô d’bout dol porcèssion, Mossieû l’ Curè, dins sès moussemints blanc èt ôr, tuneut précieûsemint l’ostenswâr en rotant piyâne-miyâne dizos l’ bârdaquin pwartè pa chîj omes – todi lès minmes. Djan-Piêre èsteut fiér d’î awè s’ place èt i n’ p’leut mô do manquè d’ièsse ô posse cès djoûs-là. Al copète do viyadje, come dissus l’ route, èsconte d’èmon Marot, come al Crwès Sint- Ôlin, on-ôteu aveut stî drèssi, tot flori d’ piyônes èt d’ mârgueurites, avou on rodje tapis stindu su l’ sôv’lon. Li P’tit Marchô ataqueut l’ Tantum èt l’ tchanterîye rèspondeut. Tins qu’ Mossieû l’ Curè fieut su lès djins one grande crwès avou l’ Sint-Sacreumint, on-z-ètindeut clapè l’ bwèsse da ma sœûr Josèf : lès p’titès gamines di l’Asîle (4), qu’on-z-ôreut pris pos dès-andjes, poûjint dès fleûrs dins l’ corbèye pindûwe à leû cô èt lès stramint ôtoû d’ zèles, après l’s-awè bôji. Li bwèsse riclapeut cor on côp, èt èle lèyint ouve. Adon, chakin ripurdeut s’ place dins l’ cortèje èt on s’ rimèteut en route. On r’passeut pa l’ tchapèle di l’Èrmitadje dins l’ombrîre dès Grands-Chemins. Pus, ô triviès dès sapins, on rid’tchindeut pa l’ Tchèrô, dosmètant qu’ lès clotches di l’èglîje sonint à r’lagne. Li tchant do Te Deum monteut à l’ vôssure dès grands èsses d’Al Coûr (5) èt s’infleut fét-à-fét. Adon, lès vwès dès tchanteûs r’tchèyint come one voléye di sprûwes qui s’ tape al têre :   Au Saint-Sacrement et au quinze août, c’était la Grande Procession. Tous les saints sortaient de l’église, portés sur les épaules entre les branches d’arbres (3) plantées des deux côtés du chemin. Sous la Vierge, de jeunes femmes, vêtues de blanches robes de dentelle, prenaient en main la charge tour à tour. Sur le bord de la route, les hommes d’un côté et les femmes de l’autre marchaient à la file dans leurs habits du dimanche, tête baissée, en égrenant leur chapelet. Au bout de la procession, Monsieur le Curé, dans ses vêtements blanc et or, tenait précieusement l’ostensoir en marchant doucement sous le baldaquin porté par six hommes – toujours les mêmes. Jean-Pierre était fier d’y avoir sa place et il n’avait garde de manquer d’être au poste ces jours-là. Au haut du village, comme sur la route, contre la maison des Marot, comme à la Croix Saint-Hadelin, un autel avait été dressé, tout fleuri de pivoines et de marguerites, avec un tapis rouge étendu sur le sable. Le Petit Maréchal entonnait le Tantum et la chorale répondait. Tandis que Monsieur le Curé faisait sur les gens un grand signe de croix avec le Saint-Sacrement, on entendait claquer la boîte [le claquoir] de « Ma Sœur » Joseph : les petites filles de l’Asile (4), qu’on aurait prises pour des anges, puisaient des fleurs dans la corbeille pendue à leur cou et les répandaient autour d’elles après les avoir baisées. Le claquoir se faisait entendre une fois encore, et elles cessaient leur « travail ». Ensuite, chacun reprenait sa place dans le cortège et l’on se remettait en route. On repassait par la chapelle de l’Ermitage sous l’ombrage des Grands-Chemins. Puis, à travers les sapins, on redescendait par le Tchèrô, pendant que les cloches de l’église sonnaient sans relâche. Le chant du Te Deum s’élevait à la voûte des grands hêtres d’ À la Cour (5) et s’enflait progressivement. Alors, les voix des chanteurs retombaient comme une volée d’étourneaux qui atterrit :
Aeterna fac cum sanctis tuis in gloria numerari...
Æterna fac cum Sanctis tuis in gloria numerari...
     
Pus, tot d’on côp, èle si rènondint d’ pus bèle, come s’èlle avint r’pris alin.ne :   Puis, tout à coup, elles se relançaient de plus belle, comme si elles avaient repris haleine :
Per singulos dies, benedicimus te...
Per singulos dies, benedicimus te...
     
Èle si distindint po d’ bon dins l’ choeûr di l’èglîje, ô mitan d’one vréye nouwéye d’encens, qui vos sôleut :   Elles s’éteignaient pour de bon dans le chœur de l’église, au milieu d’un vrai nuage d’encens, qui vous saoulait :
In te, Domine, speravi, non confundar in aeternum.
In te, Domine, speravi, non confundar in æternum.
     
Li grande corwéye dès chorâls, c’èsteut l’ pèneûse samwin.ne : lès-èvanjiles qui n’avint pont d’ fin, lès-ofices qui c’mincint d’vant l’ djoû, dol chîje lès tènèbes : lès quinze ciêrjes si distindint onk après l’ôte, sinon l’ dérin qu’on catcheut drî l’ôteu èt qui n’ si r’mostreut qui quand M. l’ Curè aveut bouchi, su lès montéyes di l’ôteu, on côp d’ bréviêre à fè ravikè lès mwârts. Vélà, o docsâl, lès tchanteûs s’ècramyint dins dès malôjis psômes qu’on n’oyeut qu’on côp par an. Li P’tit Marchô tchanteut, d’one vwès anoyeûse, lès misériadjes da Jèrèmîye èt lès ôtes lî rèspondint, come dès brèyôs : Bè-è-è-èth ! Tè-è-è-th !...(6) Dès droles di mèssadjes po dès gamins qui n’avint nin apris l’ creûjète en-ébreû ! Més, à pôrti do Djûdi sint, on-z-èsteut fiér do raquetè pa t’t-avô l’ viyadje, en criant su totes lès vôyes èt dins totes lès rouwales, su on-ér qui pèrson.ne n’aveut apris èt qui tot l’ monde sèpeut bin : « Ô salut (ou à l’ofice) di Notreu-Seigneûr, ô preumî, ô dérin côp ! » I-gn-aveut todi on mô-toûrnè ou l’ôte po brouyi l’ mèssadje èt li p’tit Louviô, qui purdeut s’ sogne à cœûr, èsteut tot foû d’ li : èsteut-ce là dès-afêres po rîre ? On côp, à fwace do couru après l’s-afrontès, lès-èfants d’ chœûr avint arivè trop tôrd à l’ôteu èt il avint atrapè après l’ salut one boure do curè Viroux. Josèf n’aveut nin trouvè ça jusse èt i ’nn’aveut stî choquè.   La grande corvée des enfants de chœur, c’était la Semaine sainte : les évangiles qui n’en finissaient pas, les offices qui commençaient avant le jour et, de la soirée, les ténèbres : les quinze cierges s’éteignaient l’un après l’autre, sauf le dernier, qu’on cachait derrière l’autel et qui ne réapparaissait que lorsque M. le Curé avait frappé, sur les marches de l’autel, un coup de bréviaire à ressusciter les morts. Là-bas, au jubé, les chanteurs s’empêtraient dans les psaumes difficiles qu’on n’entendait qu’une fois l’an. Le Petit Maréchal chantait, d’une voix triste, les lamentations de Jérémie et les autres lui répondaient comme des pleurnicheurs : Bè-è-è-èth ! Tè-è-è-th !...(6) D’étranges propos pour des gamins qui n’avaient pas appris la grammaire de l’hébreu ! Mais, à partir du Jeudi saint, on était fier de faire entendre les crécelles de toutes parts dans le village, en criant sur tous les chemins et dans toutes les ruelles, sur un air que personne n’avait appris et que tout le monde connaissait : « Au salut (ou à l’office) de Notre-Seigneur, au premier, au dernier coup ! » Il y avait toujours l’un ou l’autre malappris pour brouiller le message et le petit Louviau, qui prenait son devoir à cœur, était hors de lui : était-ce là matière à rire ? Une fois, à force de courir après les effrontés, les enfants de chœur étaient arrivés en retard à l’autel et ils avaient reçu après le salut une semonce du curé Viroux. Joseph n’avait pas trouvé cela juste et il en avait été choqué.
     
Li Sèm’di sint èt l’sèm’di dol Pintecosse, lès chorâls pôrtint, tchèrdjis d’ bidons come dès bôdèts, po-z-alè pwartè l’ bènite éwe. À chaque môjon, c’èsteut l’minme mèssadje : « Èst-ce qu’i fôrè dol bènite éwe ci côp-ci ? » Li comére aleut qwér li botèye, qu’on rimplicheut, èt glisseut l’ dringuèle. Més l’ toûr dès amias èsteut long ! Qwè fè quand on s’ trouveut ô mitan d’ Trussogne, avou dès bidons wîdes ? Èst-ce li diâle qui s’ènn’a mèlè ? On-z-a stî ô wé ! On bia djoû, l’ djeû s’a gâtè. On n’aveut nin wéti di d’ près assèz po rimpli les canetias èt Fine d’èmon l’ Blanc a r’mârquè dès p’tits vèt´ cayèts qu’ont vindu lès chorâls. Quéne pasquéye quand l’ curè Viroux l’a seû ! L’anéye d’après, Vivide, onk dès pus vîs dès chorâls, a trouvè l’ jwint : il a montè su quate rûwes on tonia avou on robinèt èt èvôye di tos costès avou l’ tchèrète, come dès pètrolîs ! I-gn-a pus yeû qu’ fè do poûji à l’ basse.   Le Samedi saint et le samedi de la Pentecôte, les enfants de chœur partaient, chargés de bidons comme des baudets, pour aller porter l’eau bénite. À chaque maison, c’était le même message : « Est-ce qu’il faudra de l’eau bénite cette fois-ci ? » La femme allait chercher la bouteille, qu’on remplissait, et elle glissait le pourboire. Mais le tour des hameaux était long ! Que faire quand on se trouvait au milieu de Trussogne avec des bidons vides ? Le diable s’en est-il mêlé ? On alla à l’étang ! Un beau jour, le jeu tourna mal. On n’avait pas été assez soigneux pour remplir les récipients et Joséphine de chez le Blanc remarqua des petites choses vertes qui ont trahi les enfants de chœur. Quelle histoire quand le curé Viroux le sut ! L’année suivante, Ovide, un des plus anciens acolytes, trouva le joint : il monta sur quatre roues un tonneau muni d’un robinet et en route de tous côtés avec la charrette, comme des vendeurs de pétrole ! Il n’y eut plus besoin de puiser à la mare.
     
Li djoû dol Tossint, lès chorâls passint leû chîje à sonè à mwârt. Après l’ salut, on gripeut o docsâl èt jusqu’à méye-nét méyes-eûres, on satcheut su lès cwades : on côp à l’ grosse clotche, on côp à li p’tite ; trwès côps à l’ grosse, trwès côps à li p’tite. À l’ longue dès longues, ça duveneut tanis´ : on-z-a tûsè dès djeûs po touwè l’ timps. Al têre, dins on cwin do docsâl, on planteut one boujîye aluméye ; on coureut dins l’ôte cwane avou l’ quèwe dol cwade, pus on l’ lèyeut ralè, en lignant l’ tchandèye. I-gn-aveut dins l’ fond do docsâl dès grandès wôtès-armwâres. Vivide èt li Scayeteû, lès deûs pus vîs – èt lès deûs pus ârnôches – satchint on bon côp à l’ cwade ; pus, à l’ place do l’ lachi, i s’ lèyint r’montè avou èt zoublint come dès diâlotins jusqu’à l’ copète dès drèsses. Vélà, d’zos l’ vôssure, on-z-ôreut dit, dins l’ nwâreû, dès sôrcîs qui minint l’arèdje, èt l’ brut di leûs zoupèlerîyes ridondeut ô triviès d’ l’èglîje jusqu’à l’ôteu. Li p’tit Louviô, tot-asbleuwi d’ leûs toûrs, ni s’ sinteut nin trop sûr. Pinsoz one miète : on parèy disdut dins one èglîje, one chîje di Tossint ! I- gn-aveut d’ qwè sondji dès ruvenants tote li nét. Més, po lès deûs losses, li mèstî di chorâl n’èsteut jamés si guéy qui ç’ djoû-là !   Le jour de la Toussaint, les enfants de chœur passaient leur soirée à sonner le glas. Après le salut, on grimpait au jubé et jusqu’à minuit et au-delà, on tirait sur les cordes : un coup à la grosse cloche, un coup à la petite; trois fois à la grosse, trois fois à la petite. À la longue, cela devenait lassant : on imagina des jeux pour tuer le temps. Par terre, dans un coin du jubé, on plantait une bougie allumée; on courait dans l’autre coin avec le bout de la corde, puis on la laissait repartir, en visant la chandelle. Il y avait dans le fond du jubé de grandes et hautes armoires. Ovide et l’Ardoisier, les deux plus vieux – et les deux plus espiègles – tiraient un bon coup à la corde; puis, au lieu de la lâcher, ils se laissaient remonter avec elle et sautaient comme des diablotins jusqu’au-dessus des armoires. Là-bas, sous la voûte, on eût dit, dans l’obscurité, des sorciers qui menaient la vie, et le bruit de leurs bondissements résonnait à travers l’église jusqu’à l’autel. Le petit Louviau, tout ébloui de leurs tours, ne se sentait pas trop en sécurité. Pensez un peu : pareil vacarme dans une église, un soir de Toussaint ! Il y avait de quoi rêver des revenants toute la nuit. Mais, pour les deux enragés, le métier d’acolyte n’était jamais si gai que ce jour-là !
     
Li londemwin, Djoû dès-Âmes, lès-èfants d’ chœûr toûrnint dins tote li parotche po r’lèvè leûs dringuèles èt i ramèchenint ôtoû d’one pèce (7), di qwè gârni d’on bia coupon d’ pus leû livrèt dol Caisse d’Épargne.   Le lendemain, Jour des Âmes, les enfants de chœur parcouraient toute la paroisse pour recueillir leurs pourboires et ils ramassaient pas loin d’une pièce (7), de quoi garnir d’un beau coupon de plus leur livret de la Caisse d’Épargne.
     
     
C’èsteut l’ sorlond’mwin, fièsse di sint Ubêrt, divant do montè è scole, qu’on mougneut tote sètche, èt avou one fwè qui rin n’ôreut seû fè krankyi, li trintche di pwin tote souwéye qu’aveut stî bènîye à mèsse avou l’ mayis´ po lès pouyes : di ç’ maniére-là, bièsses èt djins èstint assurès do d’meurè étyis tote l’anéye.   C’était le surlendemain, fête de saint Hubert, avant de monter à l’école, qu’on mangeait toute sèche, et avec une foi que rien n’eût fait broncher, la tranche de pain tout rassis qui avait été bénie à la messe en même temps que le maïs pour les poules : de cette façon, bêtes et gens étaient assurés de demeurer en bonne santé toute l’année.
Suite du texte…

eglise de celles

L'église de Celles, joyau de l’art roman mosan.
À gauche, la «grande école» (devenue «Hôtel du Centre» puis «Le Val Joli).
À l’avant-plan, le petit pont de pierre enjambant le ruisseau Saint-Hadelin.


NOTES :

(1) Discramyi. Littéralement : démêler. - Retour texte

(2) Ou éteignoir. Le terme cornet est attesté, avec ce sens, par le Larousse du XXe siècle et par le Littré. - Retour texte

(3) Méy. Comparez fr. mai, « branche d’arbre que l’on plantait chaque année devant la porte de quelqu’un en signe d’honneur » (Le Robert). - Retour texte

(4) L’école gardienne; cf. chapitre VII. - Retour texte

(5) La grande ferme voisine de l’église. - Retour texte

(6) Bèth, Tèth, deux des 22 lettres de l’alphabet hébreu auxquelles correpondent des attributs du Divin (ici, respectivement : Sagesse, Bonté). Elles ponctuent, en mélismes, la lecture des Lamentations de Jérémie qu’on chantait aux Leçons des Ténèbres du Vendredi saint, célébrées le soir du Jeudi saint. J’ai retouvé ces psaumes bien oubliés dans le Vesperale Romanum ayant appartenu à mon arrière-grand-père, le P’tit Marchô, « organiste de 1856 à 1913 » (mention inscrite par son petit-fils, notre auteur). - Retour texte

(7) Entendez : une pièce de cinq francs. - Retour texte