Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

IX.- On timpru musicyin

C’è-st-one saqwè d’ curieûs : pus d’ cint-ans ô long, lès Louviô d’ Fôy èt d’ Céles ont stî, di pére à fi èt d’ mon-n-onke à nèveûs, marchôs èt ôrganisses. Sèreut-ce quéquefîye lès côps d’ martia ridondant su l’èglume qu’èlzî ont mètu l’ mèseure ol tièsse èt l’musique dins l’orèye ?

 

9.- Un musicien précoce

C’est chose curieuse : durant plus de cent ans, les Louviau de Foy et de Celles ont été, de père en fils et d’oncle en neveux, maréchaux-ferrants et organistes. Seraient-ce peut-être les coups de marteau rebondissant sur l’enclume qui leur ont mis la mesure dans la tête et la musique dans l’oreille ?

     
Todi èst-ce-t-i qu’ li p’tit Josèf aleut cor è scole ôs sœûrs qui Pârin Marchô lî apurdeut d’djà sès notes èt lî fieut tchantè lès solféjes da Lemoine (1) èt da Garaudé (2). Li vî ome aveut on bia ârmoniom´ en-acajou (Merklin-Schutze et Cie). Èt dj’ vos jure qu’il è t’neut do cas : n’èsteut-ce nin Mossieû l’ comte Aymard qu’èlî aveut tchwèsi li-minme à l’èksposicion d’ Paris ?   Toujours est-il que le petit Joseph allait encore à l’école des sœurs que Parrain Maréchal lui apprenait déjà ses notes et lui faisait chanter les solfèges de Lemoine (1) et de Garaudé (2). Le vieil homme avait un bel harmonium en acajou (Merklin-Schutze et Cie). Et je vous jure qu’il en faisait grand cas : n’était-ce pas Monsieur le Comte Aymard qui le lui avait choisi lui-même à l’Exposition de Paris ?
     
Li gamin n’èsteut nin r’souwè drî lès-orèyes qu’il èsteut tofêr dissus. Po c’minci, il a sayi l’ Tantum avou on deugt, en sintant après lès notes. Més, p’tit-z-à-p’tit, il a v’nu à coron do discramyi lès bokèts d’ôrgue do grand-pére : li vîye musique da Battmann (3) èt da d’Archambeau (4), come c’èsteut l’ môde adon.   Le gamin n’était pas encore sorti de la prime enfance (littéralement : n’était pas encore séché derrière les oreilles) qu’il était tout le temps dessus. Pour commencer, il essaya le Tantum [ergo] avec un doigt, en tâtonnant sur le clavier. Mais petit à petit, il arriva à déchiffrer les pièces d’orgue du grand-père : la vieille musique de Battmann (3) et de d’Archambeau (4), comme c’était alors la mode.
     
Il èsteut tèribe po l’ musique. À l’ sôrtîye dès scoles, à onze eûres, à quatre eûres, il acoureut. Lès deûs vîyès djins èstint assis dins leû fôteuy o culot, onk di chaque costè dol sitûve. « Bondjou, Pârin ! Bondjou, Mârène ! » Li gamin r’wéteut d’ crèsse Ionide qui fieut s’ mawe èt s’ôreut voltî passè di ç’ brut-là, més l’ouy da Pârin, drî lès bèliques cècléyes di blanc fiêr, l’ècoradjeut à porsîre si vôye. Il ascôcheut lès trwès montéyes di bleûwès pîres, tchôkeut l’uch dol tchambe avou sès p’tits rotches cârôs èt il èsteut chapè. Rademint, i toûrneut l’ vèra po ièsse tranquile èt vos p’loz dîre qu’i ’nn’aveut por one bèle apéye à nivetè dins lès musiques – qu’i r’toûrneut po l’ quantrinme côp ! – èt à lès saye fét-à-fét su l’instrumint !   Il était féru de musique. À la sortie des écoles, à onze heures, à quatre heures, il accourait. Les deux vieilles personnes étaient assises dans leur fauteuil auprès du feu, chacun d’un côté du poêle. « Bonjour, Parrain ! Bonjour, Marraine ! » Le gamin regardait de biais Léonide qui faisait sa moue et se serait volontiers passée de ce bruit-là, mais l’œil de Parrain, derrière les lunettes cerclées de fer blanc, l’encourageait à poursuivre sa route. Il enjambait les trois marches de pierres bleues, poussait la porte de la pièce aux petits carreaux rouges, et il était sauvé. Bien vite, il tournait le verrou pour être tranquille et vous pouvez dire qu’il en avait pour un bon bout de temps à fureter dans les partitions – qu’il manipulait pour la quantième fois ! – et à les essayer au fur et à mesure sur l’instrument
     
Mozart, Beethoven, Haendel, Haydn, por li, c’èsteut dès bons diès èt i n’a nin tôrdji à-z-atrapè l’ fîve do fè come zèls, do « compôsè ». I nwâricheut dès fouyes di papî à cinq rôyes èt i ’nn’a nin yeû po longtimps à scrîre lès notes ossi ôjîyemint qu’ sès d’vwârs di scole. Come i n’ conecheut pont d’ôte musique qui lès bokèts d’èglîje, il inventeut dès « motèts » di totes lès sôtes : on Pie Jesu, on Recordare, on-O salutaris. Fin parèy qui lès vrés compôsiteûrs, i mârqueut s’ nom pa-d’zeû èt, come i-gn-aveut trwès Josèf Louviô à Céles, i sineut : J. Louviau-Leloup. Èt, à costè, li numèro d’ l’eûve : op. 1, op. 2,...   Mozart, Beethoven, Haendel, Haydn, pour lui, c’étaient des bons dieux et il ne tarda pas à attraper la fièvre de les imiter, de « composer ». Il noircissait des feuilles de papier à cinq lignes et il ne mit guère de temps à écrire les notes aussi facilement que ses devoirs scolaires. Comme il ne connaissait pas d’autre musique que les pièces d’église, il inventait des « motets » de toutes sortes : un Pie Jesu, un Recordare, un O salutaris. À l’instar des vrais compositeurs, il indiquait son nom en tête de page et, comme il y avait trois Joseph Louviau à Celles, il signait : J. Louviau-Leloup. Et, à côté, le numéro de l’œuvre : op. 1, op. 2...
     
Il èsteut arivè à l’op. 21 (on Regina coeli à trwès vwès, deûs violons èt ôrgue !) quand i lî a sorvinu one avirète quèl a brâmint rafrèdi. Come il aveut tûsè do fè imprimè s’ chèd’eûve, i l’aveut voyi à mon-n-onke Arthur di Mârchin, qui conecheut vélà one saquî. I transsicheut dispôy on bokèt po sèpe ci qu’il è r’toûrneut, quand il î a arivè one cârte di visite, qui d’jeut tot bonemint :   Il était arrivé à l’op. 21 (un Regina cœli à trois voix, deux violons et orgue !) quand il lui survint une mésaventure qui le refroidit beaucoup. Comme il avait envisagé de faire imprimer son chef-d’œuvre, il l’avait envoyé à l’oncle Arthur de Marchin, qui connaissait quelqu’un là-bas. Il attendait fébrilement depuis un bout de temps pour savoir ce qu’il en advenait, quand lui arriva une carte de visite disant tout bonnement :

J. MARTIN-MERVILLE
Éditeur de musique,
regrette de ne pouvoir rien faire du présent manuscrit. Je vous en dirai le motif à la première entrevue.

J. MARTIN-MERVILLE,
Éditeur de musique,
regrette de ne pouvoir rien faire du présent manuscrit. Je vous en dirai le motif à la première entrevue.
     
A-t-i tûsè po sèpe ci qu’ gn-aveut là-d’dins qui n’aleut nin ! Pus, on bia djoû, disgostè dol compôsicion, il a atrapè sès cayès d’ musique èt il a tapè t’t-à-fét o feû. Po l’ preumî côp, li vîye lî apurdeut à n’ nin v’lu pètè pus wôt qui l’...trô !   A-t-il réfléchi pour savoir ce qu’il y avait là-dedans qui n’allait pas ! Puis, un beau jour, dégoûté de la composition, il attrapa ses cahiers de musique et les jeta tous au feu. Pour la première fois, la vie lui apprenait à ne pas vouloir péter plus haut que le... trou !
     
Èmon Louviô, par ègzimpe, i n’ faleut nin v’nu côsè d’ pianô ! Lès saquants casseroles qu’il avint oyu dins l’ payis èt lès-érs di toûrniquèt qu’on djouweut d’ssus lès-avint disgostè po todi. On n’ djureut ol famile qui pa lès grands mésses do timps passè èt on côseut d’ Cherubini, di Gounod, di Panseron (5) èt d’ Balthasar-Florence (6), li mésse-musicyin d’ Nameur, comme si ç’ôreut stî dès conechances èt quôsu dès parints.   Chez Louviau, par exemple, il ne fallait pas venir parler de piano ! Les quelques casseroles qu’ils avaient entendues au pays et les airs de carrousel qu’on jouait dessus les avaient dégoûtés pour toujours. On ne jurait dans la famille que par les grands maîtres du temps passé et l’on parlait de Cherubini, de Gounod, de Panseron (5) et de Balthasar-Florence (6), le maître-musicien de Namur, comme si c’eût été des connaissances et presque des parents.
     
Li P’tit Marchô aveut t’nu longtimps l’ baguète al tchanterîye do Tchèstia di Nwèsi èt c’èsteut on fèl acompagnateûr : i djouweut avou lès môdes èt lès tons, lès diêses èt lès bémols, come avou sès-ècnéyes èt sès martias ol fwadje.   Le Petit Maréchal avait longtemps tenu la baguette à la chorale du Château de Noisy et c’était un excellent accompagnateur : il jonglait avec les modes et les tons, les dièses et les bémols, comme avec ses pinces et ses marteaux à la forge.
     
Tot-en fiant s’ sièrvice di chorâl à l’ôteu, li p’tit Josèf choûteut l’ musique qu’ariveut vélà, do docsâl, Do preumi côp, i r’conecheut tos lès djeûs d’ l’ôrgue : li bourdon, qui zûne come on malton ; li salicionâl, avou sès doûs sons clérs ; li vwès célèsse, qui fét sondji ôs-andjes do paradis ; li montre, qui brouy dins lès tuyôs dol divanture ; li flûte, qui chufèle sès wôtès notes, à môde di môvi.   Tout en remplissant sa tâche d’acolyte à l’autel, le petit Joseph écoutait la musique qui arrivait là, depuis le jubé. D’emblée, il reconnaissait tous les jeux d’orgue : le bourdon, qui murmure sourdement comme un frelon ; le salicional, avec ses doux sons clairs ; la voix céleste, qui fait rêver aux anges du paradis ; la montre qui bruit avec force dans les tuyaux de façade ; la flûte, qui siffle ses hautes notes comme un merle.
     
Lès djoûs d’ fièsse, il èsteut al dicôce pace qui mon-n-onke Émile, li mèyeû ôrganisse dol famile, ruveneut d’ Dinant po djouwè sès bias bokèts ; c’ qui Josèf vèyeut l’ pus voltî, c’èsteut l’ Magnificat à veupes.Tins qui l’ curè encenseut l’ôteu en fiant brâmint dès gènuflèksions, l’ôrgue èt lès tchanteûs si dispôrtint lès versèts èt, après l’ Gloria Patri, c’èsteut l’ fanfâre dès djeûs d’ trompète, qui soneut clér jusqu’ô coron dès nèfs èt r’bondicheut vélà dins lès fonts batismôs.   Les jours de fête, il était « à la ducasse » parce que l’oncle Émile, le meilleur organiste de la famille, revenait de Dinant pour jouer ses beaux morceaux; ce que Joseph préférait, c’était le Magnificat aux vêpres. Tandis que le curé encensait l’autel en faisant moult génuflexions, l’orgue et les chanteurs se répartissaient les versets et, après le Gloria Patri, c’était la fanfare des jeux de trompette, qui sonnait clair jusqu’au bout des nefs et rebondissait là-bas dans les fonts baptismaux.
     
Ôs saluts d’ Cwarème, come i fieut trop spès dins lès toûrnantès montéyes do docsâl èt trop frèd su l’ plantchi, li p’tit Josèf, en-z-alumant lès tchandèyes dès lusses, vèyeut l’ vî Pârin, avou s’ caban su s’ dos, montè li p’tite nèf, po-z-alè djouwè l’ârmoniom´ addé l’ tchapèle dès comtes. Quéne djôye po l’ gamin d’ètinde li gréye vwès do vî ome tchantè l’Attende, qui Lèyon Marot rèspondeut avou s’ basse à fè tron.nè lès cârôs :   Aux saluts de Carême, comme il faisait trop obscur dans l’escalier en colimaçon du jubé et trop froid à l’étage, le petit Joseph, en allumant les chandelles des lustres, voyait le vieux Parrain, avec son caban sur le dos, monter la petite nef, pour aller jouer de l’harmonium près de la chapelle des comtes. Quelle joie pour le gamin d’entendre la voix grêle du vieil homme chanter l’Attende, à quoi Léon Magot répondait avec sa basse à faire trembler les vitraux :
Attende, Domine, et miserere.
Quia peccavimus ti-i-bi.
Attende, Domine, et miserere.
Quia peccavimus ti-i-bi.
     
Més, come i n’ fét nin ôji s’ mèlè d’ deûs sôtes d’on côp, tins qui l’ musicyin tindeut l’orèye, li chorâl fieut s’ sogne di triviès. I s’èburtakeut co bin dins s’ soutâne, rovieut d’alè qwér lès bûrètes ou do fè chîyetè l’ sonète ; on côp, en fiant blonci l’encenswâr, i l’aveut lèyi pètè à l’ têre èt aveut stramè lès breûjes su l’ tapis. Quand i rariveut ol sacristîye, li gros curè Viroux, qu’aveut l’ song vif èt l’ mwin lèdjîre, lî tchèsseut mwints côps one bafe, en l’ trétiant di stornè. On djoû d’ètèrmint, Ionide, qui monteut à l’ofrande, ètind lès sous qui chîyetint à l’ têre à fét qu’ lès djins passint po bôji l’ platène. En-z-î wétant di d’ pus près, èle rimârquéye qui Josèf, qu’a lès-ouy toûrnès su l’ docsâl, tint s’ platia ô r’viêrs. En passant addé, èle gougne on bon côp l’ gamin po lî r’mète à place sès-èsprits. Cor one bèle ratoûrnèye à ramèchenè après mèsse !   Mais, comme il n’est pas aisé de se mêler de deux tâches à la fois, pendant que le musicien tendait l’oreille, l’enfant de chœur faisait sa besogne de travers. Il lui arrivait de s’empêtrer dans sa soutane, il oubliait d’aller chercher les burettes ou de faire tinter la sonnette; une fois, en faisant balancer l’encensoir, il l’avait laissé heurter le sol et avait répandu les braises sur le tapis. Quand il revenait à la sacristie, le gros curé Viroux, qui avait le sang chaud et la main légère, lui flanquait à maintes reprises une gifle, en le traitant d’étourdi. Un jour d’enterrement, Léonide, qui montait [la nef], entend les sous tinter par terre au fur et à mesure que les gens passaient pour baiser la patène. En y regardant de plus près, elle remarque que Joseph, qui a les yeux tournés vers le jubé, tient son plateau à l’envers. En passant près de lui, elle cogne un bon coup le gamin pour lui faire reprendre ses esprits. Encore une belle tripotée à recevoir après la messe !
     
Més ç’ n’èst nin avou dès pètéyes qu’on disgostéye dol musique on-èfant qu’a v’nu ô monde avou ça dins l’âme èt dins l’orèye. Dispôy on bokèt, Josèf si rafiyeut do djouwè su lès-ôrgues, l’instrumint qu’èlî fieut toûrnè l’ tièsse. En-z-alant sonè veupes, li dîmègne, avou Pârin Marchô, i gripeut d’ssus tènawète po quéquès minutes. Il aveut télemint talemanè Pârin po-z-acompagni on côp, qui l’ vî ome s’a lèyi à dîre.   Mais ce n’est pas en administrant des taloches qu’on dégoûte de la musique un enfant qui est venu au monde avec elle dans l’âme et dans l’oreille. Depuis quelque temps, Joseph se réjouissait de toucher les orgues, l’instrument qui lui faisait tourner la tête. En allant sonner les vêpres, le dimanche, avec Parrain Maréchal, il grimpait dessus [sur le banc de l’orgue] de temps à autre pour quelques minutes. Il avait tellement tanné Parrain pour accompagner une fois, que le vieil homme avait cédé.
     
C’èsteut on londi d’ Pintecosse. Ci djoû-là, lès pèlèrins d’Ouyèt, en r’passant d’ Notreu-Dame di Fôy, vinèt tos l’s-ans à Céles tchantè l’ salut èt bôji li r’lique da sint Ôlin. I rimplichèt l’églîje èt, come i-gn-a nin dès tchèrîyes po tortos, i s’assièt tot ou-ce qu’il astchét : dins lès stales, su l’ grande pîre do chœûr, su totes lès montéyes. I-gn-a on monde fou. Quéne ocâsion do strimè l’ mèstî d’ôrganisse !   C’était un lundi de Pentecôte. Ce jour-là, les pèlerins de Houyet, en repassant de Notre-Dame de Foy, viennent tous les ans à Celles chanter le salut et baiser la relique de saint Hadelin. Ils remplissent l’église et, comme il n’y a pas de chaises pour tous, ils s’asseyent où cela se trouve : dans les stalles, sur la grande pierre du chœur, sur toutes les marches. Il y a un monde fou. Quelle occasion d’étrenner le métier d’organiste !
     
V’là qu’il a tot fét do sonè, lès ciêrjes sont alumès, lès tchanteûs sont ô pupite. Josèf è-st-ô posse, avou Pârin addé li, fin prêt´ à aspoyi su lès touches. Lès chorâls sôrtèt di drî l’ôteu... Voci Mossieû l’ Curè avou l’ostenswâr è s’ mwin... N’a-t-i nin r’wéti do costè do docsâl ? Siya, bin sûr !... Il a avisè l’ gamin dandj’reû. Josèf atrape li vèssète. I plante là l’ôrgue èt roufèle dins lès montéyes. Ô triviès dès djins, i monte li p’tite nèf à grandès-ascôchîyes, su l’ copète di sès pîds, li tièsse à bachète, come onk qu’a mô fét,stroupîye si jènuflèksion en passant d’vant l’ôteu èt mousse abîyemint ol sacristîye, po-z-alè fè l’ feû d’ l’encenswâr.   Voilà qu’il a cessé de sonner, les cierges sont allumés, les chanteurs sont au pupitre. Joseph est au poste, avec Parrain à ses côtés, bien prêt à enfoncer les touches. Les enfants de chœur sortent de derrière l’autel... Voici Monsieur le Curé avec l’ostensoir à la main... N’a-t-il pas regardé du côté du jubé ? Si, bien sûr !... Il a avisé le gamin sans doute. Joseph prend peur. Il plante là l’orgue et se précipite dans l’ escalier. À travers la foule des fidèles, il monte la petite nef à grandes enjambées, sur la pointe des pieds, la tête rentrée dans les épaules, comme quelqu’un qui a mal agi, estropie sa génuflexion en passant devant l’autel et entre bien vite à la sacristie, pour aller faire le feu de l’encensoir.
     
Ci djoû-là, i ’nn’a yeû pèsant d’ s’awè èforniquè ol binde dès chorâls.   Ce jour-là, il lui en coûta de s’être fourvoyé dans le groupe des acolytes.
Suite du texte…

joseph houziaux

Joseph Houziaux (vers 1940), à l’orgue Merklin-Schutze de Celles,
dont son grand-père, «Pârin Marchô», fut titulaire
de 1856 jusque vers 1910.


NOTES :

(1) Henry Lemoine (1786-1854), pianiste parisien. On lui doit plusieurs ouvrages didactiques, notamment un Solfège, qui contribua beaucoup à la prospérité des Éditions Lemoine, fondées en 1772 par son père, Antoine. - Retour texte

(2) Alexis Garaudé (1779-1852), compositeur français, professeur au Conservatoire de Paris et auteur de nombreux ouvrages didactiques. - Retour texte

(3) Jacques-Louis Battmann (1818-1886), compositeur français. Parmi ses œuvres, on relève un recueil de pièces d’orgue destinées à la liturgie. - Retour texte

(4) Jean-Michel d’Archambeau (1823-1899), compositeur belge. Il enseigna la musique au Collège Marie-Thérèse de Herve. - Retour texte

(5) Auguste Panseron (1795-1859), compositeur français, Prix de Rome. Professeur au Conservatoire de Paris, il est l’auteur de nombreux ouvrages didactiques. - Retour texte

(6) Henri-Matthias Balthasar-Florence (1844-1915), compositeur belge, élève de Fétis. Il épousa la fille du Namurois Florence, facteur d’instruments de musique. Les harmoniums Balthasar-Florence étaient très réputés. - Retour texte