Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XI.- Sint Ôlin, patron d’ Céles

À Céles, come di tos costès, i-gn-a dès djins qui n’ plèt mô do pèlè leûs gngnos à fwace d’alè à mèsse. Més dji m’ dimande si vos-è trouverîz one diméye-dozin.ne qui n’ fièt nin leû Sint- Ôlin. On fét l’ Sint- Ôlin, li trwès d’ fèvrî, tot parèy qu’on fét sès pôques.

 

11.- Saint Hadelin, patron de Celles

À Celles comme partout, il y a des gens qui ne risquent pas de s’user les genoux à force d’aller à la messe. Mais je me demande si vous en trouveriez une demi-douzaine qui ne « font » pas leur Saint-Hadelin. On fait la Saint-Hadelin, le trois février, tout comme on fait ses pâques.

     
Trwès djoûs è rote, i-gn-a do monde plin l’èglîje po v’nu ôre prétchi l’ pére ô salut. Li p’tit Josèf n’èsteut nin pus wôt qu’one bote qu’on l’ fieut montè su one tchèrîye po prétchi come li capucin d’ Cînè avou s’ grande bôbe : « Saint Hadelin était un grand saint. Il mangeait du pain et buvait de l’eau ». Èt on lî fieut répètè co trêze côps !   Trois jours de suite, il y a du monde plein l’église pour venir entendre prêcher le père au salut. Le petit Joseph n’était pas plus haut qu’une botte qu’on le faisait monter sur une chaise pour prêcher comme le capucin de Ciney avec sa grande barbe : « Saint Hadelin était un grand saint. Il mangeait du pain et buvait de l’eau ». Et on le lui faisait bien répéter treize fois !
     
Dol djoûrnéye, li pére toûne dins l’ parotche avou l’ curè po c’fèssi lès malades è leû culot èt l’zî pwartè l’ Bon Diè. Li dérin djoû, lès curès d’ Fôy, di Drouance, di Con.nejous, di Custène èt d’ Djindron sont ô posse dins lès c’fèssionôs èt c’è-st-one vréye porcèssion pa t’t-avô l’èglîje. I-gn-a one grand-mèsse avou cinq curès èt à l’ofrande, on va bôji li r’lique. A ç’t-ocâsion-là, on-z-a boutè o chœûr, dizos lès stales, li bèle èstatûwe en bwès do XIVe siéke qui s’ trouve d’abitude astoc d’on pilè, drî lès bancs dès gamins. Sint Ôlin, moussi come po dîre mèsse, tint ol gôche mwin on gros lîve di mèsse ; ol mwin drwète, on baston d’èvèque. Su si spale, on colon è-st-à djok, prèt´ à s’èvolè. Èt l’sacristin a plantè drî li li pus bia grète-cu qu’il a trouvè o bwès.   De la journée, le père tourne dans la paroisse avec le curé pour confesser les malades chez eux et leur apporter le Bon Dieu. Le dernier jour, les curés de Foy, de Dréhance, de Conjoux, de Custinne et de Gendron sont au poste dans les confessionnaux et c’est une vraie procession partout dans l’église. Il y a une grand-messe avec cinq curés et à l’offrande, on va baiser la relique. À cette occasion-là, on a poussé dans le chœur, sous les stalles, la belle statue en bois du XIVe siècle qui, habituellement, se trouve contre un pilier, derrière les bancs des garçons. Saint Hadelin, vêtu comme pour dire la messe, tient dans la main gauche un gros missel; dans la main droite, une crosse d’évêque. Sur son épaule, est juchée une colombe, prête à s’envoler. Et derrière lui, le sacristain a planté le plus beau houx qu’il a trouvé au bois.
     
Justumint, volà ç’ qui nos r’présinte dins quénès condicions sint Ôlin s’a v’nu ètabli à Céles.
  Justement, voici une représentation qui nous indique dans quelles conditions saint Hadelin vint s’établir à Celles.
     
Sint Ôlin, qu’a v’nu ô monde èviès 617 – là one bèle apéye come vos vèyoz ! – proveneut d’ô fin coron dol France. Sès parints èstint dès monseûs qu’avint fwârt bin l’ moyin. Tot p’tit, il èsteut iute di mamé, come on dit à Lîdje ; il èsteut fwârt bin èlèvè èt i d’jeut bin sès pâtêrs. On côp qu’il a duvenu djon.ne ome, il a aband’nè t’t-à fét, come lès-apôtes, èt il a stî prinde li soutâne ô covint d’ Solignac, addé Limôjes.   Saint Hadelin, qui naquit vers 617 – il y a belle lurette comme vous voyez ! – provenait du fin fond de la France. Ses parents étaient des seigneurs très bien nantis. Tout petit, il était plus que mamé [gentil], comme on dit à Liège; il était fort bien élevé et il disait bien ses prières. Une fois devenu jeune homme, il abandonna tout, comme les apôtres, et il alla prendre la soutane au couvent de Solignac, près de Limoges.
     
Capâbe èt djintil come il èsteut. il a do côp stî l’ome da sint Rèmâke, l’Abé, quèl a èminè avou li, èviès 646, à Cugnon su l’Asmwès, pus à Tongres ou à Mâstricht – on n’ sét nin d’djà ô jusse. – èou-ce qui sint Rèmâke a stî èvèque. Sint Ôlin a stî aprièstè èt il a duvenu missionére dins tos ces payis-là, qu’èstint cor à mitan sôvadjes. Dîj ans pus tôrd, on l’ ritrouve ô covint di Stavelot, avou sint Rèmâke, qu’èsteut vôye s’î r’pwèsè.   Doué et gentil comme il était, il devint aussitôt l’homme de saint Remacle, l’Abbé, qui l’emmena avec lui, vers 646, à Cugnon sur la Semois, puis à Tongres ou à Maestricht – on n’en sait trop rien – , où saint Remacle fut évêque. Saint Hadelin fut ordonné prêtre et devint missionnaire dans toutes ces régions-là, qui se trouvaient encore à demi sauvages. Dix ans plus tard, on le retrouve au couvent de Stavelot, avec saint Remacle, qui était allé s’y reposer.
     
On bia djoû qu’i ruv’nint èchone d’awè stî à Rome dîre bondjou ô Pape, sint Ôlin, qui n’ sèpeut pus aye, s’aveut coûtchi al têre èt s’aveut mètu à soketè. Tot d’on côp, sint Rèmâke avise one ombrîre dizeû l’ tièsse di s’ soçon. I l’ dispiète èt lî d’mande s’i n’a nin sondji.
  Un beau jour qu’ils revenaient ensemble de Rome où ils étaient allés saluer le Pape, saint Hadelin, qui était épuisé, s’était couché par terre et s’était mis à sommeiller. Tout à coup, saint Remacle aperçoit une ombre au-dessus de la tête de son compagnon. Il le réveille et lui demande s’il n’a pas fait un songe.
     
« Siya, di-st-i sint Ôlin, dj’é avisè on colon qui d’chindeut do ciél èt qui s’a v’nu arètè d’zeû m’ tièsse, més dji n’ sé nin ci qu’ ça vous dîre.
  « Si, dit saint Hadelin, j’ai remarqué une colombe qui descendait du ciel et qui est venu s’immobiliser au-dessus de ma tête, mais je ne sais ce que cela veut dire.
     
– È bin m’ fi, di-st-i l’èvèque, ci n’èst rin d’ôte qui l’ Sint-Èsprit qu’a fét avou vos come avou l’s-apôtes, dins l’ timps. Vos ’nn’aloz ’nn’alè dins l’ payis d’ Dinant. Nin lon èrî d’ l’éwe di Lèsse, vos ariveroz inte quate tiènes. A ç’ place-là, vos trouveroz on grand trô ol rotche èt vos-î vikeroz avou dès camarâdes qui véront v’s-î r’trouvè ».   – Eh bien ! mon fils, dit l’évêque, ce n’est rien d’autre que le Saint-Esprit qui a agi avec vous comme avec les apôtres, autrefois. Vous allez partir pour le pays de Dinant. Pas loin derrière la rivière de la Lesse, vous arriverez entre quatre collines. À cet endroitlà, vous trouverez un grand trou dans la roche et vous y vivrez avec des camarades qui viendront vous y retrouver. »
     
Ôlin, qu’ènn’aveut portant pèsant, ni sèl fét nin dîre deûs côps ; i rabrèsse si vî cousse sint Rèmâke èt vo-l’-là vôye ô triviès dès bwès do costè di ç’ payis-là. On djoû qu’il èsteut moussi èmon on lomè Bèyon, ci-t-ome-là nèl v’leut nin lodji pace qui s’ feume èsteut malade. Sint Ôlin ni fét ni one ni deûs èt i r’fét l’ feume par on mirôke. Li londemwin, Bèyon l’a fét minè jusqu’à pus lon, par onk di sès vôrlèts, po lî mostrè l’ vôye.   Hadelin, à qui pourtant cela pesait, ne se le fait pas dire deux fois; il embrasse son vieux camarade saint Remacle et le voilà parti à travers bois du côté de ce pays-là. Un jour qu’il était entré chez un nommé Bèyon, celui-ci ne voulait pas le loger parce que sa femme était malade. Saint Hadelin ne fait ni une ni deux et rétablit la femme par un miracle. Le lendemain, Bèyon le fit conduire jusque plus loin, par un de ses valets, pour lui montrer la route.
     
Quand il a stî à place, il a tchwèsi, po s’î r’mète, one grote, ô pîd d’on tiène, èou-ce qui c’è-st-asteûre l’Èrmitadje. Il a vikè on bokèt fin mièrseû en d’jant sès pâtêrs, en studiant, en travayant èt en fiant pènitince. Més on n’a nin tôrdji do côsè d’ li lon èt lôdje dins l’ payis. On bia djoû li duc Pépin di Èrstal lî a v’nu dîre bondjou avou s’ dame, Plectrude, èt lî a d’nè saquants bokèts d’ tèrin. Adon, dès soçons l’ont v’nu r’djonde, p’tit-z-à p’tit, à c’minci pa Bèyon, quèl aveut lodji en v’nant. Il ont bâti quéquès p’titès môjons, dès « cellules », èt c’èst par là qu’ nosse viyadje si lome Céles. Après côp, ça a duv’nu on covint d’ péres, qu’î vikint zèls doze – todi come lès-apôtes –, à môde di bènèdictins.   Arrivé à destination, il choisit, pour s’y installer, une grotte, au pied d’une colline, là où, de nos jours, se trouve l’Ermitage. Il vécut quelque temps tout à fait seul en disant ses prières, en étudiant, en travaillant et en faisant pénitence. Mais on ne tarda pas à parler de lui dans le pays. Un beau jour, le duc Pépin de Herstal vint lui dire bonjour avec sa dame, Plectrude, et lui donna quelques parcelles de terrain. Alors, des compagnons vinrent le rejoindre, petit à petit, à commencer par Bèyon, qui l’avait hébergé en venant. Ils bâtirent quelques petites maisons, des « cellules », et c’est pour cela que notre village se nomme Celles. Plus tard, cela devint un couvent de pères, qui y vivaient à douze – toujours comme les apôtres – , à la façon des bénédictins.
     
L’èvèque di Lîdje, sint Lambêrt dandj’reû assèz, aveut disfindu qu’on moussuche à tch’fô o payis d’ Céles. On djoû, deûs cavaliers î avint v’nu tchèssi môgrè li : li londemwin, leûs tch’fôs èstint crèvès èt lès tchins mougnint lès dispouyes.   L’évêque de Liège, très certainement saint Lambert, avait interdit que l’on entrât à cheval au pays de Celles. Un jour, deux cavaliers étaient venus y chasser malgré lui : le lendemain, les chevaux étaient crevés et les chiens mangeaient les dépouilles.
     
On côp qu’i passeut pa Dinant, one comére qu’aveut pièrdu l’ parole s’a v’nu tapè à sès pîds : sint Ôlin s’ènn’a fét mô èt t’t-ossi rade, èlle a r’côsè. On-ôte côp, one ritche madame d’avôr-là qu’on lomeut Guisa èt qu’èsteut malade, l’aveut fét ukè po l’ rifè. Come èlle èsteut mwate quand il a arivè, i-l-l’a fét ravikè d’one trake. Li feume s’a r’lèvè èt lî a stindu sès wants : c’èsteut l’ môde adon po fè comprinde à one saquî qu’on v’leut lî lèyiç’ qu’on-z-aveut.   Un jour qu’il passait par Dinant, une femme qui avait perdu la parole vint se mettre à ses pieds : saint Hadelin la prit en pitié et aussitôt elle reparla. Une autre fois, une riche dame de là-bas qu’on appelait Guysa et qui était malade, l’avait fait appeler pour la guérir. Comme elle était morte à son arrivée, il la fit revivre d’une traite. La femme se releva et lui tendit ses gants : c’était la façon, à l’époque, de signifier à quelqu’un qu’on voulait lui laisser son bien.
     
Si vos passoz on djoû pa Franchimont, do costè d’ Florènes, vos vièroz vis-à-vis d’ l’èglîje one fontin.ne. C’èst sint Ôlin quèl a fét spitè foû d’ têre avou s’ baston one anéye qu’il aveut fét fwârt sètch. Li 3 d’ fèvri èt l’ dérin dîmègne di julèt´ lès pèlèrins s’î v’nèt lavè po ièsse riféts d’ leûs rumatisses. À Céles ossi, nos-avans one fontin.ne Sint- Ôlin, qu’ôreut soûrdu, parèt-i, dol minme maniére. Més i-gn-ôreut pont d’ fin do v’ racontè tos sès mirôkes.   Si vous passez un jour par Franchimont, du côté de Florennes, vous verrez en face de l’église une fontaine. C’est saint Hadelin qui la fit surgir avec son bâton une année de grande sécheresse. Le 3 février et le dernier dimanche de juillet, les pèlerins viennent s’y laver pour guérir de leurs rhumatismes. À Celles aussi, nous avons une fontaine Saint-Hadelin, qui aurait surgi, paraît-il, de la même manière. Mais on n’en finirait pas de vous raconter tous ses miracles.
     
Enfin, li 3 d’ fèvri 690, sint Ôlin s’a lèyi ralè, avou tos sès soçons ôtoû d’ li èt il a stî ètèrè ol grote èou-ce qu’il aveut vikè. En 704, il a stî d’chindu ol cripe dol vîye èglîje di Céles èt, en 1046, l’èvèque di Lîdje Wazon a fét mète sès-ouchas dins one bèle châsse di keûve, finemint ovradjîye. On veut co, ol vîye cripe dizos l’ toûr, li place èou-ce qu’èlle èsteut. C’è-st-on trô o meur qu’a lès minmès mèseures qui l’ châsse. Més maleureûsemint, citecine, nos n’ l’avans pus. I fôt sèpe qu’en 1338, lès tchènon.nes di Céles, qu’avint remplacè dispôy li XIIIe siéke lès péres do covint, èt qu’ lès monseûs fyint tofêr assoti ol place do l’zî d’nè on côp d’ mwin come il ôrint d’vu, ont quitè Céles avou l’ cwârps di leû patron èt s’ont v’nu ètâbli à Visé, o payis d’ Lîdje, d’acwârd avou l’ prince-èvèque Adolfe de la Marck.   Enfin, le 3 février 690, saint Hadelin s’éteignit, entouré de tous ses compagnons, et il fut enterré dans la grotte où il avait vécu. En 704, on le descendit dans la crypte de la vieille église de Celles et, en 1046, l’évêque de Liège Wazon fit déposer ses restes dans une belle châsse de cuivre finement ouvragée. On voit encore, dans la vieille crypte sous la tour, l’endroit où se trouvait la châsse. C’est un trou dans le mur qui a les mêmes dimensions que celles de la châsse. Mais hélas ! celle-ci, nous ne l’avons plus. Il faut savoir qu’en 1338, les chanoines de Celles, qui, depuis le XIIIe siècle, avaient remplacé les pères du couvent, et que les seigneurs ennuyaient sans cesse au lieu de leur donner un coup de main comme ils auraient dû, quittèrent Celles avec le corps de leur patron et allèrent s’établir à Visé, au pays de Liège, en accord avec le prince-évêque Adolphe de la Marck.
     
Ça n’a d’alieûrs nin stî tot drwèt po s’ mète en route, à ç’ qu’i parèt : il a falu qu’on-apèle Vèrène di Céles (c’èst co l’ nom d’ nosse champète) mète li mwin su l’ tchôr po l’ fè dèmarè. Ni pus ni mwins qu’ dispôy adon li cwârps da sint Ôlin è-st-à Visé. Nos avans d’djà sayi do l’ rawè, més vos compurdoz qu’i n’ plèt mô vélà do l’ lachi. Li tièsse do sint, qu’aveut stî mètûwe à pôrt en 1413, si trouve asteûre dins on bia busse d’ârdjint, qu’èst co todi à Visé ossi. Nos-ôtes, nos n’avans pus qu’ deûs p’titès rèliques. Nos-avins ôrdè on-oucha dol djambe dins one bèle gârniture, més èlle a stî apéye à l’èglîje là d’djà mwints-ans.   À ce qu’on rapporte, il ne fut d’ailleurs pas commode de se mettre en route : il fallut qu’un certain Vèrène de Celles (c’est encore le nom de notre garde-champêtre) mît la main au chariot pour le faire démarrer. Toujours est-il que depuis lors le corps de saint Hadelin est à Visé. Nous avons déjà essayé de le ravoir, mais vous comprenez qu’ils n’ont garde, là-bas, de le lâcher. La tête du saint, qui avait été placée à part en 1413, se trouve aujourd’hui dans un beau buste d’argent, qui, lui aussi, est toujours à Visé. Nous autres, nous n’avons plus que deux petites reliques. Nous avions gardé un os de la jambe dans un beau coffret, mais celui-ci a été volé à l’église voilà déjà maintes années.
     
Ci n’èst nin po ça d’alieûrs qui nos n’ riwétans nin sint Ôlin come ci ç’ sèreut todi da nos : c’èst li qu’a stî l’ preumîr ome èt qu’a bâti l’ preumîre môjon d’ nosse viyadje, qu’èlî a d’nè s’ nom po dîre, qu’a stî l’ècôse qu’on nos-a fét one si bèle èglîje èt, come di jusse, nos n’è v’lans pont d’ôte come patron. Pa t’t-avô l’ locâlitè, tot nos fét r’sondji à li : èglîje Saint-Ôlin, fontin.ne Sint- Ôlin, ôteu d’ sint Ôlin èt brâmint dès viyès djins pwartèt co s’ nom, à c’minci pa Monseû di Nwèsi (1).   Pour autant, nous considérons saint Hadelin comme s’il était toujours des nôtres : c’est lui qui fut le premier homme à bâtir la première maison de notre village, qui lui doit pour ainsi dire son nom; c’est grâce à lui qu’on nous a fait une si belle église et, comme de juste, nous n’en voulons pas d’autre comme patron. Partout dans la localité, tout nous rappelle son souvenir : église Saint-Hadelin, fontaine Saint-Hadelin, autel de saint Hadelin, et beaucoup de vieilles personnes portent encore son nom, à commencer par le comte de Noisy (1).
Suite du texte…

saint hadelin - sint olin

Hadelin, saint patron de Celles, sur le piédestal
dressé dans la cour de «son» ermitage.


NOTE :

(1) Le culte de saint Hadelin est resté particulièrement vivace à Celles et à Visé. On consultera sur ce point, entre autres publications : Chanoine H. Demaret, Saint Hadelin, sa vie, ses reliques, son culte, sa châsse et son buste, Liège, 1928, et surtout l’ouvrage collectif paru en 1988 à l’occasion du 650e anniversaire de la translation à Visé des reliques de saint Hadelin Trésors d’art religieux au pays de Visé et saint Hadelin, Visé, 1988 (cf., en particulier, la contribution de Léo Houziaux, Aspects du culte de saint Hadelin dans le “Pays d’Enhaut”, pp. 87-90). - Retour texte