Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XII. - L’èglîje di Céles

Li P’tit Marchô tuneut ôbèrje su l’ grand-route. One dobe pancârte di tôle èsteut pindûwe dizeû l’ uch, avou on fiêr di tch’fô ôs quate cwins :

 

12.- L’église de Celles

Le Petit Maréchal tenait auberge sur la grand-route. Une double enseigne de tôle était pendue au-dessus de la porte, avec un fer à cheval aux quatre coins :

Joseph LOUVIÔ
Maréchal-ferrant diplômé
On loge à pied et à cheval.
 
Joseph LOUVIAU
Maréchal-ferrant diplômé
On loge à pied et à cheval.
     
Ô mitan dol façade, dizos on sint-Élwè raclôs dins one tchabote, one coche di pèkèt tote souwéye bârlokeut ô vint. Esconte, c’èsteut l’ fwadje avou sès p’tits cârôs nwâris pa lès-ignîres.
  Au milieu de la façade, en-dessous d’un saint Éloi enfermé dans une cavité, une branche de genévrier toute séchée se balançait au vent. Tout contre, c’était la forge avec ses petits carreaux noircis par les fumées.
     
Pus d’on côp su l’ samwin.ne, lès vwètures di Dinant aminint à Céles dès tourisses qui v’nint véy l’èglîje. Lès louwajeûs distèlint èmon li P’tit Marchô, sacristin-ôrganisse, qui sièrveut d’ guide.   Plus d’une fois durant la semaine, les voitures de Dinant amenaient à Celles des touristes qui venaient visiter l’église. Les louageurs dételaient chez le Petit Maréchal, sacristain-organiste, qui faisait office de guide.
     
Li vî ome dispindeut l’ pèsante clè acrotchîye à on clô addé l’uch dol cûjène, èt qu’ lès djon.nès djins, à môde di riséye, pwartint co bin su leûs spales, en plèyant dès gngnos. I d’chindeut l’ viyadje en s’ rècrèstant, avou lès monseûs èt lès madames padrî li. Ô pus sovint, li p’tit Josèf lès siyeut ô cul.   Le vieil homme dépendait la lourde clé accrochée à un clou près de la porte de la cuisine, et que les jeunes gens, en manière de plaisanterie, portaient quelquefois sur leurs épaules, en ployant les genoux. Il descendait le village en se rengorgeant, avec les messieurs et les dames derrière lui. Le plus souvent, le petit Joseph les suivait de près.
     
Li P’tit Marchô èspliqueut t’t-à-fét, avou lès pondants èt lès djondants, ossi fiér qui si l’èglîje ôreut stî da li. I fôt dîre qui, dispôy 1856, i n’aveut nin lèyi ouve po sonè lès clotches, do fè s’ sogne di sacristin, do touchi lès-ôrgues, do tchantè mèsse, veupes èt salut èt do bate li mèseure ôs djoûs d’ fièsse, quand l’ tchanterîye do tchèstia doneut mèsse en musique. C’èsteut come si deûzinme môjon èt c’èst tot jusse s’i n’î lodjeut nin.   Le Petit Maréchal expliquait tout, avec les tenants et les aboutissants, aussi fier que si l’église eût été sienne. Il faut dire que, depuis 1856, il n’avait cessé de faire sonner les cloches, de faire sa besogne de sacristain, de toucher les orgues, de chanter messe, vêpres et salut, et de battre la mesure les jours de fête, quand la chorale du château donnait une messe en musique. C’était comme sa seconde maison, et c’est tout juste s’il n’y logeait pas.
     
Si vos v’loz, nos sîrans l’ vî ome èt nos choûterans s’ bonimint avou lès visiteûs.
  Si vous le voulez, nous suivrons le veil homme et nous écouterons son boniment avec les visiteurs.
     
L’èglîje di Céles a stî bâtîye pa lès péres qu’ont v’nu après sint Ôlin, ôtoû d’ l’an mille. Jujoz : sur onk dès costès dol châsse da sint Ôlin, qu’on sét awè stî féte di cès trèvints-là, on pout d’djà véy li monumint, tél qu’il èst cor ôdjoûrdu. Divant do duv’nu l’èglîje dol parotche, èlle a sièrvi por on covint d’ bènèdictins qu’ont remplacè lès-èrmites di sint Ôlin èt po lès tchènon.nes quèls-ont sî.   L’église de Celles fut construite par les pères qui sont venus après saint Hadelin, vers l’an mille. La preuve : sur l’un des côtés de la châsse, qui date à coup sûr de ce temps-là, on peut déjà voir le monument tel qu’il est encore aujourd’hui. Avant de devenir l’église de la paroisse, elle servit pour un couvent de bénédictins qui remplacèrent les ermites de saint Hadelin et pour les chanoines qui les suivirent.
     
Èt volà poqwè èlle èst si grande èt si bèle ; èle pwarteut l’ tite di coléjiale.   Et voilà pourquoi elle est si grande et si belle; elle portait le titre de collégiale.
     
C’èst tot-à-fét l’ modèle dol vîye èglîje romane èt on n’ conut d’djà dins l’ payis qui lès cines d’Astîre èt d’ Sint-Sèverin po s’ p’lu mèsurè avou lèy, quèstion d’ viyèsse. Èlle a on rude catchèt èt n’èst nin à distrûre ; èlle a stî bâtîye avou dol pîre d’avôr-ci, pordjètéye avou do mârtî come on-n’è fét pupont. Sès meurs ont li spècheû dès vîyès fôrtèrèsses. Èlle è-st-astokéye à trwès toûrs : li pus grosse èst câréye èt sopwate on clotchî à chîs pans ; deûs rondes, mobin pus p’tites, î sont aclapéyes. Èle purdèt djoû pa dès strwètès bawètes pus lôdjes pa d’dins qu’ pa d’ foû, come dins lès tchèstias do timps passè.   C’est le type même de la vieille église romane, et l’on ne connaît guère dans le pays que celles d’Hastière et de Saint-Séverin qui puissent rivaliser avec elle quant à l’ancienneté. Elle a un fameux cachet et est indestructible; elle a été bâtie avec de la pierre du pays, rejointoyée avec du mortier comme on n’en fait plus. Ses murs ont l’épaisseur des vieilles forteresses. Elle est flanquée de trois tours : la plus grosse est carrée et supporte un clocher hexagonal; deux rondes, beaucoup plus petites, y sont accolées. Elles sont ajourées d’étroites baies plus larges à l’intérieur qu’à l’extérieur, comme dans les châteaux des temps anciens.
     
Li bâtimint a deûs rindjîyes di p’titès rondès finièsses totes simpes, dins on rèfoncemint do meur.   Le bâtiment a deux rangées de petites fenêtres arrondies toutes simples, dans un renfoncement du mur.
     
Conte li tièsse di l’èglîje, do gôche costè, li famile di Liedekerke-Beaufort – c’èst lès monseûs di Nwèsi – a drèssi là pus d’ cint-ans, one ritche tchapèle, èou-ce qu’on dit mèsse por zèls tos lès vinr’dis. Il î ètèrè totes leûs djins dins on cavô qu’èst pa-d’zos, avou on-uch pa-d’ foû donant su l’ vîye cimintiére, qui toûne tot-ôtoû d’ l’èglîje.   Contre le chœur de l’église, côté gauche, la famille de Liedekerke-Beaufort – ce sont les châtelains de Noisy – a dressé voilà plus de cinquante ans, une riche chapelle, où l’on célèbre la messe pour eux tous les vendredis. Ils y enterrent tous les membres de leur famille dans un caveau qui se trouve par-dessous, avec une porte extérieure donnant sur le vieux cimetière qui entoure l’église.
     
À mitan-vôye dol grande nèf, vos montoz trwès montéyes èt vos v’là dins lès stales, èou-ce qui lès tchènon.nes tchantint matènes. I-gn-a là one bèle plate pîre finemint ovradjîye, qui rascouve l’ancyin cavô dès barons d’ Céles.   À mi-parcours de la grande nef, vous montez trois marches et vous voilà dans les stalles, là où les chanoines chantaient matines. Là, une belle pierre plate finement ouvragée recouvre l’ancien caveau des barons de Celles.
     
Elle èst sotenûwe pa quate pitits-omes ascropus ; su li d’zeû, on-z-a gravè on chris´ avou on-èsquèrlète à sès pîds èt on colon d’zeû s’ tièsse ; dès deûs costès dol crwès, on monseû èt one madame dijèt leûs pâtêrs à gngnos ; tot ôtou, i-gn-a dès-inscripsions en lètes gothiques, qu’on n’ sét quôsu pus lîre.   Elle est soutenue par quatre petits hommes accroupis; on a gravé un crucifix avec un squelette à ses pieds et une colombe au-dessus de la tête; de part et d’autre de la croix, un seigneur et une dame disent leurs prières à genoux : tout autour, devenues presque illisibles, on distingue des inscriptions en lettres gothiques.
     
Ascôchoz co trwès montéyes èt vos v’là ô banc d’ comunion, divant l’ mésse-ôteu ; li vôssure di ç’ pârtîye-là è-st-à môde di cul d’ for. Li plafond dol grande nèf èst fét d’ cârès d’ bwès, one miète come à Fôy, sinon qu’ gn-a pont d’imôdjes didins.   Enjambez encore trois marches et vous voilà au banc de communion, devant le maître-autel; la voûte de cette partie-là a la forme d’un cul-de-four. Le plafond de la grande nef est fait de [caissons] carrés de bois, un peu comme à Foy, sinon que ces caissons ne comportent pas de peintures.
     
Dès deûs costès, vos rid’chindoz dins lès p’titès nèfs, viès l’ôteu d’Aviêrje à gôche èt d’ sint Ôlin à drwète. Di l’onk èt d’ l’ôte dès costès, saquants montéyes vos minèt dins one cripe qui prind djoû pa dès rayîres ; lès vôssures, qui s’ crwèjelèt, sont sotenûwes pa quate pilès.   Des deux côtés, on descend dans les petites nefs, vers l’autel de la Vierge à gauche et de saint Hadelin à droite. De part et d’autre, quelques escaliers vous conduisent dans une crypte éclairée par des lucarnes; les voûtes, qui se croisent, sont soutenues par quatre piliers.
     
Dins lès meurs dès deûs p’titès nèfs, i-gn-a dès bèlès pîres di tombe, avou dès dèssins tot ûsès, ci qu’ nos fét comprinde qu’èlle èstint dins l’ timps o pavemint èt qu’on-z-a brâmint rotè d’ssus. Lès-ôtes ont stî abuméyes en 1793 pa lès sans-culottes do mayeûr Delecolle di Djivèt, qu’è v’lint à mwârt ôs monseûs èt ôs curès : il ont distrût à côps d’ burin tot ç’ qui lès jin.neut.   Les murs des deux petites nefs s’ornent de belles pierres tombales, avec des dessins tout usés, qui attestent qu’elles étaient autrefois au sol et qu’on les a beaucoup foulées. Les autres furent abîmées en 1793 par les sans-culottes du maire Delecolle de Givet, qui en voulaient à mort aux seigneurs et aux curés : ils détruisirent à coups de burin tout ce qui les gênait.
     
Rarivè dins l’ fond d’ l’èglîje, tapoz on côp d’ouy su l’ chœûr. Vèyoz come totes lès vôssures sont clincîyes do costè qui l’ solia s’ lève ? Ç’a stî fét èsprès pace qui l’ Chris´ a v’nu ô monde dins cès payis-là.   Revenus au fond de l’église, jetez un coup d’œil sur le chœur. Voyez-vous comme toutes les voûtes sont inclinées du côté du lever du soleil ? Cela a été fait exprès parce que le Christ naquit dans ces pays-là.
     
Dizos l’ grosse toûr, c’èst l’ cul d’ l’èglîje èt lès fonts batismôs, qui sont vôssis avou one blanke pîre qu’on lome li tuf di Burnot. Dès deûs costès, on-uch done dins lès p’titès toûrs. Pa dès toûrnantès montéyes di pîre, vos p’loz d’chinde ol vîye cripe, qu’èsteut mètûwe dizos l’ chœûr dol preumîre èglîje. Vos-î vièroz o meur li trô èou-ce qui sint Ôlin a stî ètèrè, jusqu’à tant qu’i ’nn’a stî à Visé, en 1338 ; dins l’ fond, i-gn-a co lès rèsses d’on-ôteu qui sièrveut dandj’reû assèz po-z-î dîre mèsse à catchète. On-z-î veut co lès vîs pilès d’one pîce qu’î èstint dins l’ timps.   Sous la grosse tour, c’est le fond de l’église et les fonts baptismaux, qui sont voûtés avec une pierre blanche qu’on appelle le tuf de Burnot. De part et d’autre, une porte donne sur les petites tours. Par des escaliers tournants en pierre, vous pouvez descendre dans l’ancienne crypte, qui était placée sous le chœur de l’église primitive. Vous y verrez au mur la cavité où saint Hadelin était enterré, jusqu’à ce qu’il parte pour Visé, en 1338; dans le fond, voici encore les restes d’un autel qui servait sans doute pour dire la messe en cachette. Remarquez les vieux piliers d’une pièce qui se trouvait là autrefois.
     
Rimontoz lès montéyes èt vos-ariveroz o docsâl d’abôrd èt pus o clotchî. Jusse al copète, lès maçons qu’ont bâti l’èglîje ont mètu o meur one fwârt vîye pîre, qu’ôreut d’djà sièrvi do timps dès Romins èt qui pwate ces mots-ci :   Remontez l’escalier et vous arriverez d’abord au jubé, puis au clocher. Juste au sommet, les maçons qui bâtirent l’église ont mis au mur une fort vieille pierre, qui aurait déjà servi du temps des Romains et qui porte ces mots-ci :
Ex voto Neutto Tagausi
V.S.L.M.
 
Ex voto Neutto Tagausi
V.S.L.M.
     
Ci qui vout dîre, d’après V. Tourneur, ou bin : « Consacré à Neuttus (Neptune ?) par Tagaus » ou bin « Offert par Neuttus, fils de Tagausius ». Il accomplit ce vœu librement. (Votum solvit libens merito). A mwins´ qui ci n’ sèreut : V.S. Im. (Virtuti suis impensis). « Offert à la Vertu ou à la Victoire. De ses propres deniers ».   Ce qui veut dire, d’après V. Tourneur, ou bien « Consacré à Neuttus (Neptune ?) par Tagaus », ou bien « Offert par Neuttus, fils de Tagausius ». Il accomplit ce vœu librement (Votum Solvit Libens Merito). À moins que ce ne soit : V.S.Im. (Virtuti Suis Impensis), « Offert à la Vertu ou à la Victoire. De ses propres deniers ».
     
Vos compudroz ôjîyemint qu’one èglîje ossi curieûse n’a nin manquè d’ièsse classéye pa l’ Comission des Sites èt Monumints.   Vous comprendrez sans peine que la Commission des Sites et Monuments a tenu à classer une église aussi curieuse.
     
En fét d’ meûbes, on-z-î trouve brâmint dès-antiquitès : lès fonts batismôs en pîre, come li grand bènitî èt on vî pupite o meur do chœûr, quate tâblôs en gris, rimostrant lès-èvanjèlisses ; deûs bèles èstatûwes en bwès di sint Ôlin, on grand bon diè do XVIinme siéke, on tchmin d’ crwès doré su pîre èt surtout one rare èstatûwe di sinte Ane dès-anéyes quatôze cint.
  En fait de meubles, on y trouve beaucoup d’antiquités : les fonts baptismaux en pierre, comme le grand bénitier et un vieux pupitre au mur du chœur, quatre tableaux en gris [monochromes] représentant les évangélistes; deux belles statues en bois de saint Hadelin, un grand crucifix du XVIe siècle, un chemin de croix doré sur pierre, et surtout une statue rare de sainte Anne datant des années quatorze cent.
     
Ol sacristîye, on mosture one bèle chasûbe en fils d’ôr, qu’a stî féte dol prôpe mwin dol rin.ne Marîye-Henriète, quèl a d’nè à l’églîje, do timps qu’èle ruveneut ô tchèstia d’Ârdène.   Dans la sacristie, on expose une chasuble en fils d’or confectionnée de la propre main de la reine Marie-Henriette, qui l’a donnée à l’église, à l’époque où elle revenait au château d’Ardenne.
     
Dizeû l’èglîje, c’èst l’Èrmitadje Sint- Ôlin. On l’ lome insi pace qui, divant l’ Rèvolucion di 1789, il î d’moreut co dès-èrmites qu’î d’jint mèsse. On-z-î monte par one gritchète avou quatôze voléyes di montéyes èt quatôze pititès tchapèles, come por on tchmin d’ crwès : c’èst l’ « Calvaire ». Li coûr dol sicole dès bèguènes toûne tot-ôtoû dès bâtimints ; do costè do viyadje, dizeû l’ tiène, i-gn-a dès galerîyes sotenûwes pa dès pilès èt, ô mitan dol coûr, one èstatûwe en pîre qui r’présinte sint Ôlin avou one grande bôbe, si pidjon su s’ gôche sipale èt s’ crosse ol drwète mwin. En 1856, li comtèsse di Liedekerke-Beaufort, barone de Dopff, a fét r’mète tos lès bâtimints à noû. One ritche tchapèle a stî bâtîye jusse al place qui sint Ôlin a vikè èt a moru. Dins one pitite cripe, dizos l’ chœûr, on-za drèssi one fôsse tombe po mârquè l’endrwèt èou-ce qui l’ preumîr ome di Céles a clôs sès-ouy en 690. Lès sœûrs di Sint-Vincent, qui nos conechans d’djà, si sièrvèt dol tchapèle èt l’ètèrtunèt d’ leûs mia.   Au-dessus de l’église, c’est l’Ermitage Saint-Hadelin. On l’appelle ainsi parce que, avant la Révolution de 1789, y demeuraient encore des ermites qui y disaient la messe. On y accède par une grimpette avec quatorze volées de marches et quatorze petites chapelles, comme pour un chemin de croix : c’est le Calvaire. La cour de l’école des sœurs contourne tous les bâtiments : du côté du village, au-dessus de la colline, des galeries sont soutenues par des piliers et, au milieu de la cour, une statue en pierre représente saint Hadelin avec une grande barbe, sa colombe sur l’épaule gauche et sa crosse à la main droite. En 1856, la comtesse de Liedekerke-Beaufort, baronne de Dopff, fit restaurer tous les bâtiments. Une riche chapelle fut érigée juste à la place où saint Hadelin vécut et mourut. Dans une petite crypte, sous le chœur, on a construit une fausse tombe pour marquer l’endroit où le premier habitant de Celles ferma les yeux en 690. Les sœurs de Saint-Vincent, que nous connaissons déjà, l’entretiennent de leur mieux.
Suite du texte…

eglise de celles

«Le Petit Maréchal expliquait tout, avec les tenants et les aboutissants,
aussi fier que si l’église eût été sienne.»