Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XIII. - One mèsse di méye-nét à Céles en 1873

Li P’tit Marchô n’èsteut nin seûlemint fiér dès curiôsitès d’ l’èglîje di Céles èt dès biatès d’ l’Èrmitadje Sint- Ôlin, i conteut voltî lès rudès sovenances di s’ docsâl, qu’aveut conu dès-eûres di glwâre à n’ nin rovyi.

 

13.- Une messe de minuit à Celles en 1873

Le Petit Maréchal n’était pas seulement fier des curiosités de l’église de Celles et des beautés de l’ermitage Saint-Hadelin, il aimait conter les souvenirs marquants de son jubé, qui avait connu des heures de gloire inoubliables.

     
Lès vîs monseûs di Nwèsi èstint dès fèls-amateûrs di musique. I donint inte zèls ô tchèstia dès vrés concêrts. Il avint stî jusqu’à organisè li 23 d’ fèvri 1860, ol sâle do Grand Concêrt dol rue Ducale à Brussèles one sèance di musique di tchambe, po ramèchenè dès côrs qui d’vint sièrvi à bâti l’èglîje di Djindron. Lès p’titès comtèsses èt l’djon.ne comte Humbert – qui d’veut duv’nu compôsiteûr – î avint djouwè divant l’ Duc èt l’ Duchèsse di Brabant.   Les anciens seigneurs de Noisy étaient de grands amateurs de musique. Ils donnaient entre eux au château de véritables concerts. Ils étaient allés jusqu’à organiser, le 23 février 1860, dans la salle du Grand Concert de la rue Ducale à Bruxelles, une séance de musique de chambre destinée à collecter de l’argent pour aider à la construction de l’église de Gendron. Les petites comtesses et le jeune comte Humbert – futur compositeur – y avaient joué devant le duc et la duchesse de Brabant.
     
Surtout, il ètèrtunint d’ leû potche tote one tchanterîye d’omes èt d’ coméres. Po-z-aprinde li piano èt l’ solféje ôs djon.nès djins dol parotche, il avint embôchi one anciène pianisse di l’empèreûr d’Ôtriche, Mme Kassner.   Surtout, ils entretenaient de leur poche toute une chorale d’hommes et de femmes. Pour apprendre le piano et le solfège aux jeunes gens de la paroisse, ils avaient engagé une ancienne pianiste de l’empereur d’Autriche, Mme Kassner.
     
Èmon li P’tit Marchô, li djoûrnéye féte, fis èt fèyes, odès ou nin, duvint montè deûs côps par samwin.ne ô tchèstia po lès lèçons èt lès rèpèticions. Mwints côps, lès djon.nes- omes, qui travayint tortos ol fwadje avou leû pére, ènn’avint bin pèsant télemint qu’il èstint rédwîts, més i-gn-aveut nin à r’nictè. Ôs-ofices dès grands djoûs, li Comtèsse djouweut lès-ôrgues èt li P’tit Marchô bateut l’ mèseure.   Chez le Petit Maréchal, la journée finie, garçons et filles, fatigués ou non, devaient monter deux fois par semaine au château pour les leçons et les répétitions. Maintes fois, cette obligation pesait aux jeunes hommes, qui travaillaient tous à la forge avec leur père, tant ils étaient recrus de fatigue, mais il était hors de question de regimber. Aux offices des grands jours, la comtesse jouait de l’orgue et le Petit Maréchal battait la mesure.
     
Di ç’ maniére-là, l’èglîje èt l’èrmitadje conechint dès bias momints. On tchanteut dès mèsses da Haydn èt da Mozart èt l’ France musicale di Paris ènn’aveut côsè ! Tènawète, lès comtes invitint ô tchèstia dès grands-ârtisses èt c’è-st-insi qu’on-z-aveut tchantè à Céles li Stabat da Rossini, dès pîces da Gounod èt da Cherubini. Dès musicyins come li violonisse Vieuxtemps, li violoncèlisse Servais èt l’ôrganisse Kufferath s’î avint fét ètinde.   De cette façon, l’église et l’ermitage connaissaient de beaux moments. On chantait des messes de Haydn et de Mozart, et la France musicale de Paris en avait parlé. Parfois, les comtes invitaient au château de grands artistes, et c’est ainsi qu’on avait chanté à Celles le Stabat de Rossini, des pièces de Gounod et de Cherubini. Des musiciens comme le violoniste Vieuxtemps, le violoncelliste Servais et l’organiste Kufferath s’y étaient fait entendre.
     
Més l’ pus fameûse sovenance do P’tit Marchô, c’èsteut l’ mèsse di méye-nét di 1873. I l’aveut racontè télemint dès côps qu’ li p’tit Josèf li sèpeut quôsu par cœûr.   Mais le plus fameux souvenir du Petit Maréchal, c’était la messe de minuit de 1873. Il l’avait conté tant de fois que le petit Joseph le connaissait presque par cœur.
*
  *
Ci-t-anéye-là, li comte Aymard aveut priyi brâmint do monde po lès grandes batûwes. Èle s’avint achèvè dins lès Mwés Monts, li djoû di d’vant l’ Noyè. Dispôy one bèle apéye, on n’aveut pus vèyu on parèy tâblô d’ tchèsse : one sitôréye di lapins, di lîves, di chèvreûs èt d’ singlès. (Di ç’ timps-là, on n’ conecheut nin co l’ fésan dins l’ payis : c’èst Monseû di Nwèsi qu’a lachi pus tôrd li preumî dins sès bwès ; cès bias cadjolès mouchons-là vinèt, parèt-i, do costè dol mér Caspiène).
Cette année-là, le comte Aymard avait invité beaucoup de monde pour les grandes battues. Elles s’étaient achevées dans les Mauvais Monts, la veille de Noël. Depuis belle lurette, on n’avait vu pareil tableau de chasse : tout un parterre de lapins, de lièvres, de chevreuils et de sangliers. (À l’époque, on ne connaissait pas encore le faisan dans le pays : c’est le châtelain de Noisy qui a lâché plus tard le premier [spécimen] dans ses bois ; ces beaux oiseaux multicolores viennent, paraît-il, de la mer Caspienne.)
     
Mossieû l’ Comte èsteut binôje. Ô vî tchèstia (1), à l’anéti, i cléricheut à totes lès finièsses : lès monseûs èt lès madames fyint leû twèlète po-z-alè à mèsse di méye-nét. Ôtoû dès stôves èt dès r’mîses, ci n’èsteut qu’on convôye di lampes. Li cocher èt lès vôrlèts striyint lès tch’fôs, richurint lès keûves dès-atèléyes, apontyint lès vwètures qui d’vint minè à Céles, pa lès catoûrnantès vôyes do Pârc, tote one noblèsse di France. Ol grande cûjène dol cinse di Nwèsi, lès mèskènes avint fwat-à fè po plumè lès-ôwes èt chwarchi lès lîves, dosmètant qui l’ gârde do tchèstia discôpeut lès chèvreûs. Onk après l’ôte, li cûjenére dispindeut lès casseroles di keûve qui r’lûjint tot l’ long dès meurs èt, à momints, quand on tapeut l’uch ô lôdje, i sinteut bon pa t’t-avô l’ coûr, à fè frumeji lès narènes. C’è-st-on clapant dînè qui s’aleut d’nè dins l’ grande sâle do tchèstia !   Monsieur le Comte était heureux. Au vieux château (1), à la nuit tombante, toutes les fenêtres s’éclairaient : les messieurs et les dames faisaient leur toilette pour aller à la messe de minuit. Autour des étables et des remises, ce n’était qu’un va-et-vient de lampes. Le cocher et les valets étrillaient les chevaux, récuraient les cuivres des harnais, apprêtaient les voitures qui devaient mener à Celles, par les chemins tortueux du Parc, toute une noblesse de France. Dans la grande cuisine de la ferme de Noisy, les servantes avaient fort à faire pour plumer les oies et écorcher les lièvres, pendant que le garde du château découpait les chevreuils. L’une après l’autre, la cuisinière dépendait les casseroles de cuivre qui reluisaient tout le long des murs et, par moments, on ouvrait la grande porte, et toute la cour en était embaumée, à faire frémir les narines. C’est un fameux dîner qui allait se donner dans la grande salle du château !
*
 
*
Dins totes lès môjons d’ Céles, dins lès minâbès cassines dès amias èt jusqu’à dins lès grandès cinses pièrdûwes ô mitan dès campagnes, on chîj’leut matènes. Li vint chûleut ol tchiminéye, li feû brouyeut ol sitûve, li cokmwâr tchanteut su l’ plate-bûse. Ramoncelès ôtoû dol tôve, dizos l’ lumiére dès quinquèts, lès-omes djouwint on cint d’ piquèt (2) ou bin sèt´ rôyes ô couyon, sustins qu’ lès coméres passint l’ cafè, po mougni lès cougnous (3). O culot dol tchiminéye, lès-èfants soketint su l’ baguète (4) dol sitûve : i n’avint nin v’lu alè coûtchi po ratinde méye-nét avou lès grands.   Dans toutes les maisons de Celles, dans les minables bicoques des hameaux et jusque dans les grandes fermes perdues au milieu des campagnes, on réveillonnait. Le vent sifflait dans la cheminée, le feu bruissait dans le poêle, la bouilloire chantait sur la cuisinière. Rassemblés autour de la table, à la lumière des quinquets, les hommes jouaient un « cent de piquet » (2) ou bien sept lignes au « couillon », tandis que les femmes passaient le café, pour manger les « cougnous » (3). Au coin de la cheminée, les enfants sommeillaient (appuyés) sur la « baguette » (4) du poêle : ils n’avaient pas voulu aller au lit, afin d’attendre minuit avec les grands.
     
A l’uch, i nîveut sins lèyi ouve èt i fieut t’t-ossi spès qu’ dins on for. Eviès l’ quârt di onze eûres, li P’tit Marchô a tapè s’ caban su s’ dos, a mètu sès mofes èt s’ calote à r’clapes èt, avou l’ lampe di stôve è s’ mwin, il a pôrti po l’èglîje. Po c’minci, il a stî fè l’ toûr di sès stûves. Lès tôles èstint totes rodjes èt l’ tchaleûr monteut dins lès wôtès bûses jusqu’ô plafond ; à onze eûres èt d’méye, il a stî sonè à l’ grosse clotche li deûzinme côp d’ mèsse. Pus il a alumè lès tchandèyes dès suspensions èt l’ vîye èglîje avou sès meurs blankis à l’ tchôs´ a sôrti p’tit-z-à p’tit do l’ nwâreu. Après, ça stî l’ toûr dès boujîyes divant l’ créche. C’èsteut one vréye créche féte tot-ètyîre avou do bouchon, qu’aveut l’ér d’on pôvriteûs stôve come li ci d’ Bètlèyèm, avou sès meurs tot d’labrès èt sès rèslis. Su l’ costè, one grande chôle gripeut jusqu’ô cina. Didins l’ fond, i cléricheut par one bawète. Ô mitan, li p’tit Jésus, coûtchi dins one crépe, su li strin, soriyeut ; ôtoû d’ li, sint Josèf èt l’ Sinte Viêrje à gngnos dijint leûs pâtêrs. À l’intréye, lès bièrdjîs, ravôtyis dins leûs mantias d’ coleûr, li bordon è leû mwin, s’aminint avou leûs motons.
Dehors, il neigeait sans répit et il faisait tout aussi obscur que dans un four. Vers onze heures moins le quart, le Petit Maréchal jeta son caban sur le dos, mit ses moufles et sa casquette à revers et, la lampe de l’étable à la main, il partit pour l’église. Pour commencer, il alla faire le tour de ses poêles. Les tôles étaient toutes rouges et la chaleur montait dans les hautes buses jusqu’au plafond; à onze heures et demie, il alla sonner à la grosse cloche le deuxième coup de la messe. Puis il alluma les chandelles des lustres, et la vieille église avec ses murs blanchis à la chaux sortit peu à peu de l’obscurité. Après cela, ce fut au tour des bougies devant la crèche. C’était une vraie crèche tout entière faite de liège, qui évoquait une misérable étable comme celle de Bethléem, avec ses murs tout délabrés et ses râteliers. Sur le côté, une grande échelle grimpait au fenil. Dans le fond, une lueur passait par une lucarne. Au milieu, le petit Jésus, couché dans une mangeoire, sur la paille, souriait; autour de lui, saint Joseph et la Sainte Vierge agenouillés disaient leurs prières. À l’entrée, les bergers, enveloppés dans leurs manteaux de couleur, le bâton à la main, s’approchaient avec leurs moutons.
*
 
*
Fét-à-fét, lès djins dès amias intrint en fiant criyi l’ gros uch èt on lès-oyeut cheûre li nîve di leûs solès su l’ pavéye di bleûwe pîre. Pa d’ foû, on lès vèyeut arivè pa tos lès costès : lès cis d’ Swène toûrnint à l’ Rotchète, lès cis d’ Lavis dichindint l’ Tchèrô, lès cis d’ Véves abrokint pa l’copète do viyadje, tot Bèl-Ér n’èsteut qu’one convôye, dès trokès d’ lumerotes bloncint di tos costès. Pus lon, inte lès ayes dès Rèchès-Vôyes, lès lampes lûjint à tatches ; Trussogne ariveut en porcèssion pa l’ Broke-o-Bwès... Li nîve fieut r’glati l’ lumiére su lès mantias dès coméres èt lès sôros dès-omes èt l’zî tècheut su leûs calotes di sôye èt leûs sandronètes dès-èchépes di blanke lin.ne.   Petit à petit, les gens des hameaux entraient en faisant crier la grosse porte, et on les entendait secouer la neige de leurs souliers sur le seuil de grès. Dehors, on les voyait arriver de tous côtés : ceux de Soinne tournaient à la Rochette, ceux de Lavys descendaient la Voie charretière, ceux de Vêves surgissaient par le haut du village, tout Bel-Air n’était qu’un va-et-vient, des grappes de lumignons oscillaient de tous côtés. Plus loin, entre les haies des Rèchès-Vôyes, les lampes luisaient par taches; Trussogne arrivait en procession par le Broke-o-Bwès... La neige faisait reluire la lumière sur les manteaux des femmes et les sarraus des hommes, et tissait sur leurs casquettes de soie et leurs bonnets des écharpes de laine blanche.
*
*
Asteûre, l’èglîje èsteut rimplîye come on-oû. I-gn-aveut pus one tchèrîye à trouvè dins lès nèfs èt lès-omes si bourint dins l’ cul d’ l’èglîje, padrî l’ grand bènitî.
  Maintenant, l’église était pleine comme un œuf. Il n’y avait plus une chaise à trouver dans les nefs et les hommes se serraient dans le fond de l’église, derrière le grand bénitier.
     
Tot d’on côp, one quèwéye di monseûs èt d’ madames a montè l’ grande nèf : c’èsteut l’ comte èt l’ comtèsse avou leûs djins. I s’ont stî instalè à l’ copète, dins leû banc gârni d’ rodje vèlours èt raclôs par on-uchelèt. Lès cis qu’ n’ont pont trouvè d’ place ont ascôchi lès trwès montéyes do chœûr èt s’ont mètu dins lès vîyès stales di tchin.ne.   Soudain, une file de messieurs et de dames monta la grande nef : c’étaient le comte et la comtesse avec leurs hôtes. Ils s’installèrent au-devant, dans leur tribune garnie de velours rouge et fermée par une petite porte. Ceux qui n’ont pas trouvé de place ont enjambé les trois marches du chœur et se sont installés dans les vieilles stalles de chêne.
     
Vélà pa-d’zeû, su l’ plantchi do docsâl, i-gn-aveut do daladje : li P’tit Marchô, one miète èpoltè, mèteut à place tchanteûs èt tchanteûses. I-gn-aveut là lès Ôtot, lès Clôssèt, lès Cassârt, lès Pèrot, lès Pôlèt, lès Pâquèt d’ Swène, lès Èsbwès, lès Ubèrland, lès-omes d’émon l’ Leûp, tos lès Louviô, Jules, Djan-Piêre. Djôsèf, Émile, Doksîye èt Mâria, lès coméres d’émon Nèpèr èt combin d’s-ôtes ! Il èstint fiérs tortos di leû noûve tinûwe : Mossieû l’ Comte lès-aveut rabiyi dès pîds ch’ qu’à l’ tièsse. Lès-omes pwartint l’ bleû sôro èt l’ nwâr pantalon avou one lôdje rodje rôye ; lès coméres èstint cwèféyes do bèrèt gros bleû rètourè d’ôr. Li comtèsse Aymard èsteut ôs-ôrgues, avou s’ bia fin visadje di sinte Cicile.   Là-bas, en haut, sur le plancher du jubé, il y avait du mouvement : le Petit Maréchal, un peu gauche, plaçait chanteurs et chanteuses. Il y avait là les Hautot, les Closset, les Cassart, les Perot, les Paulet, les Pâquet de Soinne, les Hesbois, les Huberland, les hommes de chez Leloup, tous les Louviau, Jules, Jean-Pierre, Joseph, Émile, Eudoxie et Maria, les femmes de chez Neper et tant d’autres ! Ils étaient tous fiers de leur nouvelle tenue : Monsieur le Comte les avait rhabillés de pied en cap. Les hommes portaient le sarrau bleu et le pantalon noir avec un large galon rouge; les femmes étaient coiffées du béret gros bleu bordé d’or. La comtesse Aymard tenait les orgues, avec son beau visage de sainte Cécile.
     
Lès deûs clotches sonint à r’lagne : la-sol, sol-la, la-sol...   Les deux cloches sonnaient sans relâche : la sol, sol la, la sol...
     
Quand li p’tit gros curè Fîvèt a sôrti di drî l’ôteu avou sès chorâls moussis di blancs surplis à dintèles èt d’ rotchès soutânes, li comtèsse Rossi-Sontag, vinûwe èsprès d’ Paris, a ataquè l’ Minuit chrétiens. (C’èsteut l’ preumî côp qu’on l’oyeut dins l’ payis). Jamés, on n’aveut ètindu one si bèle vwès èt tot l’ monde s’a r’toûrnè. Pus, li P’tit Marchô a montè ô pupite. Tins qui l’ curè èvolpeut l’ôteu dès bleûwès-ignîres qui chapint foû di s’t-encenswâr, li tchanterîye a ataquè one mèsse en musique. Lès Kyrie èt lès Christe s’èvolint fét-à-fét, come dès colons qu’on-z-ôreut lachi, si cotchèssint, si rèscontrint, si twartchint ôtou d’n’on l’ôte èt, po fini, ritchèyint tortos èchone, fin parèy à one binde di colons qui v’nèt s’ raploûre su lès steûles. À l’ofrande, ç’a stî l’ toûr da Châle Anisèt, li vatchî di Nwèsi. Il a tchantè l’Ave verum da Balthasâr (5) avou one vwès d’ ténôr qu’agritcheut sins mô lès pus wôtès notes. Quand l’ dérin Hosannah do Sanctus s’a distindu, li vwès célèsse di l’ôrgue a montè ossi doûce qui l’ tchant dès-andjes, dizos lès fins deugts dol Comtèsse.   Quand le petit gros curé Fiévet sortit de derrière l’autel avec ses acolytes revêtus de surplis blancs à dentelles et de soutanes rouges, la comtesse Rossi-Sontag, venue tout exprès de Paris, entonna le Minuit chrétien. (C’était la première fois qu’on le donnait dans le pays.) Jamais on n’avait entendu une si belle voix et tout le monde se retourna. Puis le Petit Maréchal monta au pupitre. Tandis que le curé enveloppait l’autel des fumées bleues qui s’échappaient de son encensoir, la chorale commença le chant d’une messe polyphonique. Les Kyrie et les Christe s’envolaient au fur et à mesure, comme des pigeons qu’on aurait lâchés, se pourchassaient, se rencontraient, s’entrelaçaient et, finalement, retombaient tous ensemble, à l’instar d’une volée de pigeons qui viennent se rassembler sur les chaumes. À l’offrande, cela fut le tour de Charles Aniset, le vacher de Noisy. Il chanta l’Ave verum de Balthasar (5), avec une voix de ténor qui décrochait sans peine les notes les plus aiguës. Quand le dernier Hosannah du Sanctus se détendit, la voix céleste de l’orgue monta, aussi douce que le chant des anges, sous les fins doigts de la comtesse.
     
Après l’Ite-missa est, Djôsèf Marchô a tchantè s’ fâmeûs cantique di tos l’s-ans :
  Après l’Ite missa est, Joseph Maréchal chanta son fameux cantique de chaque année :
Assez longtemps, la voix de tes prophètes
T’annonça tes malheurs...
Assez longtemps, la voix de tes prophètes
T’annonça tes malheurs...
     
Èt, dosmètant qu’ lès trompètes di l’ôrgue sonint à fè grôlè lès meurs, l’èglîje s’a wîdi p’tit-z-à p’tit.
  Et pendant que les trompettes de l’orgue sonnaient à faire crouler les murs, l’église, petit à petit, se vida.
     
Li bèle mèsse di méye-nét èsteut iute.   La belle messe de minuit était finie.
     
On l’a racminci en 74. Quinze djoûs pus tôrd, li 7 di janvier 1875, li djon.ne comte Adelin, qui s’ duveut mariè avou one dimwèsèle Rotschild, à stî touwè dins on-acsidint d’ tchèsse à Bièrtôtchamp, ô fin coron dès bwès d’ Djindron, nin lon èrî d’ Lèsse.   On l’a recommencée en 74. Quinze jours plus tard, le 7 janvier 1875, le jeune comte Hadelin, qui devait épouser une demoiselle Rotschild, fut tué dans un accident de chasse à Bertauchamp, au fin fond des bois de Gendron, non loin de la Lesse.
     
Lès comtes èt lès djins d’ Céles î ont fét bâti one tchapèle. Dès-anéyes ô long, èlle a stî gârnîye di blankès fleûrs come on n’è veut pont avôr-ci.   Les comtes et les gens de Celles y firent bâtir une chapelle. Durant de longues années, elle a été ornée de fleurs blanches comme on n’en voit pas par ici.
Suite du texte…

NOTES :

(1) Vî tchèstia. L’auteur se place au point de vue d’une époque postérieure à 1873, année de la messe de Noël ici relatée. Il s’agit d’une des anciennes résidences de la famille des comtes de Liedekerke-Beaufort. Cette gentilhommière, dont mention est faite dans des archives du XVIIIe siècle, a disparu à la fin du XIXe. Les plans de l’imposant château de Noisy actuel sont datés de 1866. En 1873, l’édifice était en construction. Ces informations nous ont été obligeamment fournies par M. le comte Hadelin de Liedekerke-Beaufort et le secretariat du Château de Vêves, que nous remercions. - Retour texte

(2) Partie de huit jeux (L. Somme). - Retour texte

(3) Petits gâteaux allongés que l’on mange à la Noël. - Retour texte

(4) Tige de fer tout le long du poêle. On y faisait sécher les torchons servant à essuyer la vaisselle. Le Lexique de L. Léonard (p.566) indique également que « cette tige de fer pouvait servir de séchoir ». - Retour texte

(5) Cf. Chap.IX , note 6. - Retour texte