Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XIV. – Pléjis d’iviêr

En lîjant l’istwâre dès preumîrès-anéyes do p’tit Louviô, vos v’ dijoz quéquefîye dins vos-minme : « I m’ chone qu’il èsteut bin sérieûs, ç’ gamin-là ! Ça fét qu’i n’ s’amuseut jamés avou l’s-ôtes ! »

 

14.- Plaisirs d’hiver

En lisant l’histoire des premières années du petit Louviau, vous vous dites peut-être : « Il me semble qu’il était bien sérieux, ce gamin-là! Ainsi donc, il ne s’amusait jamais avec les autres ! »

     
C’èst bin là qu’ vos v’ brouyerîz : tot curieûs d’aprinde qu’il èsteut, Josèf djouweut voltî, come tos lès gamins di s’t-âdje. Èt gn-aveut-i dès djeûs d’ totes lès sôtes, do timps passè, por on gamin d’ô viyadje ! Non, lès-èfants d’al vile, rassèrès drî l’uch di leû môjon ou raclôs dins on pârc trop bin arindji, ni sôront jamés l’ pléji qu’i-gn-a à rènè tote l’anéye èt à totes lès-eûres do djoû su totes lès vôyes èt dins totes lès rouwales, pa t’t-avô on vré viyadje. Djeûs d’èstè, djeûs d’iviêr, djeûs qui totes lès sésons raminèt avou zèles èt qui s’apurdèt tot seûs, à fét qu’on crét èt qu’ lès mwès passèt.   C’est bien là que vous vous fourvoieriez : si curieux d’apprendre qu’il fût, Joseph aimait jouer, comme tous les garçons de son âge. Et il y en avait des jeux, au temps passé, pour un gamin au village ! Non, les petits citadins, enfermés derrière la porte de leur maison ou reclus dans un parc trop bien arrangé, ne sauront jamais le plaisir qu’il y a de flâner l’année entière et à toute heure du jour sur tous les chemins et dans toutes les ruelles, à travers un vrai village. Jeux d’été, jeux d’hiver, jeux que chaque saison ramène avec elle et qu’ils apprennent par eux-mêmes, au fur et à mesure qu’ils grandissent et que passent les mois.
     
Ô mwés timps, c’èsteut l’ nîve qui lès rabouteut. Â ! qu’ li p’tit Louviô èsteut binôje quand, pa lès finièsses dol sicole, èou-ce qu’on bon feû brouyeut dins l’ grosse sitûve, lès blancs pèwyons d’ l’iviêr dansint leû preumîre carmagnole ! Qué boneûr, al sôrtîye, do s’ rodji lès mwins, qu’i fôt tènawète richandi ol potche di s’ pantalon, en pougnant dins l’ frède lin.ne, qui rin n’a co man.ni !   À la mauvaise saison, c’était la neige qui les rapportait. Ah ! qu’il était heureux le petit Louviau quand, par les fenêtres de l’école, où un bon feu crépitait dans le gros poêle, les blancs papillons de l’hiver dansaient leur première carmagnole ! Quel bonheur, à la sortie, de se rougir les mains, qu’il faut de temps en temps réchauffer dans la poche de son pantalon, en poignant dans la laine froide, que rien n’a encore salie !
     
Su pont d’ timps, i s’aveut fét ol coûr, deûs camps vis-à-vis d’n’on l’ôte, èt on s’ canârdeut à côps d’ bolèts. Baf ! on bon côp sètch su l’ djambe da onk. Bouf ! one bèle grosse sitwèye su li scrine da l’ôte. Èt qu’ Mossieû l’ Curè wéteuche bin à li do n’ nin s’ fè gnèti s’ tchapia en passant po ’nn’alè è l’èglîje ! Par ègzimpe, i-gn-aveut dès trétes qui sèrint leûs bolèts jusqu’à tant qu’i soyinche deurs come dol pîre èt qui v’ makint ça ô rwèd brès, sins véy ni conuche, quites à fè on boûrsia à on camarâde ! On djoû l’ chalè Mangin n’aveut- i nin spiyi à mile bokèts on cârô dol sâle comunâle ! Li mésse lès-aveut oyu chîyetè su l’ pavéye èt ç’ djoû-là, li pléji aveut stî gâté po tot l’ monde.   En peu de temps, s’étaient formés deux camps opposés, et l’on se canardait à coups de boulets. Paf ! un bon coup sec sur la jambe de l’un. Pouf ! une belle grosse étoile sur l’échine de l’autre. Et que Monsieur le Curé prît bien soin de ne pas se faire « nettoyer » le chapeau en passant pour aller à l’église ! Par exemple, il y avait des traîtres qui tassaient leurs boulets jusqu’à ce qu’ils fussent durs comme pierre et qui vous assenaient cela bras tendu, à l’aveuglette, au risque de faire une bosse à la tête d’un camarade ! Un jour, Mangin, qui boitait, n’avait-il pas brisé en mille morceaux un carreau de la salle communale ! Le maître les avait entendus tinter sur le trottoir, et ce jour-là, le plaisir avait été gâté pour tout le monde.
     
Po dîre li vré, Josèf ni vèyeut nin trop voltî tos ces djeûs-là d’ sôvadjes. Il émeut mia, avou lès pôjîres, rôlè one bèle grosse bole, po fè on bolome : avou saquants breûjètes, on lî aveut rade mètu deûs-ouy, on nèz, one bouche ; one brokète di bwès lî sièrveut d’ pupe. Li Blanc d’Ô Molin, Vivide, li Fôdeû (1), tos lès pus grands, afroyint one glisswâre su l’ plaque di fonte qui trèvôtcheut l’ coûr divant l’èglîje. Èle rilûjeut abîyemint come on murwè èt i l’ dichindint à plin.ne charje, rwèds come dès piquèts ou abachis à cul d’ pouyon, en criant d’ leûs pus fwârts : « Èrî ! èrî ! » Quand il arivint al valéye, su l’ grile di l’aqueduc, c’èst tot jusse s’il avint l’ timps do toûrnè l’ cul, po n’ nin fougni l’ tièsse dins lès spènes, è l’ aye da Djan Marchô !   À vrai dire, Joseph n’affectionnait pas trop tous ces jeux de sauvages. Il préférait, avec les calmes, rouler une belle grosse boule, pour faire un bonhomme : avec quelques braisettes, on lui avait bientôt mis deux yeux, un nez, une bouche; une brindille de bois lui servait de pipe. Le Blanc du Moulin, Ovide, le Charbonnier (1), tous les plus grands traçaient une glissoire sur la plaque de fonte qui traversait la cour devant l’église. Elle reluisait bien vite comme un miroir et ils descendaient à pleine charge, raides comme des piquets ou baissés et accroupis, en criant à gorge déployée : « Arrière ! arrière ! » Quand ils arrivaient en bas, sur la grille de l’aqueduc, c’est à peine s’ils avaient le temps de faire un tête-à-queue pour ne pas foncer de la tête dans les épines, dans la haie de Jean le Maréchal !
     
Quand on sôrteut d’è scole, i rècourint tortos ô pus abîye po-z-alè r’qwér o cina ou su l’ gurnî li tchèriot qu’il î avint èrè l’anéye di d’vant, ô dérin r’lignadje. I ranukint l’ cwade s’èlle aveut stî chortéye èt èvôye à dadaye, avou l’ tchèriot à leû cul. On côp, i gripint Bèl-Ér, jusqu’addé mon Poyant ; on-ôte côp, i montint l’ viyade po c’minci èsconte d’èmon Coïdje ; quand il aveut bin nîvè, il alint minme do costè d’èmon li Scayeteû. One anéye, il avint si bin afroyi l’ grand-route dispôy li tîdje di Swène qui lès tchèrons n’î wasint pus d’dchinde avou leûs tch’fôs.   Quand on sortait de l’école, ils rentraient tous en courant au plus vite pour aller chercher au fenil ou au grenier le traîneau qu’ils y avaient fourré l’année précédente, au dernier dégel. Ils renouaient la corde si elle avait été arrachée et, en route, bien vite, avec le traîneau derrière eux. Une fois, ils grimpaient Bel-Air jusqu’à hauteur de chez Poyant; une autre fois, ils montaient le village pour commencer près de chez Cohidje; quand il avait bien neigé, ils allaient même du côté de chez l’Ardoisier. Une année, ils avaient si bien préparé la grand-route depuis la colline de Soinne que les charretiers n’osaient pas descendre avec leurs chevaux.
     
Po c’minci, ça n’aleut qui d’ssus one djambe pace qui lès ray èrènis moussint ol nîve trop mole, més p’tit-z-à p’tit, li vôye s’adeuricheut, li glace rilûjeut èt, tos côps, on-z-ariveut one miète pus lon al valéye. À l’ fin, on n’ s’arèteut pus qu’ su l’ pavéye d’èmon l’ Leûp ou d’èmon Ôtot. Lès pus francs dol binde pôrtint lès preumîs, su leû vinte, èt sayint do s’ tapè dès clôs (2) ; lès pus couyons lès lèyint ’nn’alè, fyint dès kèsses èt dès mèsses divant do s’ mète en route si bin qu’il avint rade pièrdu on toûr. En trèvôtchant lès batârdôs, on zoubleut on fèl côp en fiant volè l’ nîve à poûssîre. S’i-gn-aveut deûs qu’ s’acrotchint, on-z-è vèyeut co bin tote one quèwéye qu’èsteut arokéye dins lès rotches, divant mon l’ Gros Batisse. Li pus embétant, c’èsteut avou Mayane, one vîye feume kwinkieûse èt mô toûrnéye. On-z-ôreut vrémint dit qu’ ça l’ jin.neut do véy qui lès-èfants avint bon. Èle vineut wîdi s’ ridan d’ cènes jusse ô mitan dol vôye èt lès tchèriots frin.nint on rude côp en-z-arivant d’ssus. Adon, lès pus grands alint qwér dès chupes avôr-là èt r’tchèrdjint l’ glisswâre fét-à-fét. À momints, ça duveneut one vréye comèléye, més Mayane aveut sovint l’ dérène avou on cokmwâr di bolante éwe. Li djûdi, on s’è d’ neut tote li vèspréye jusqu’à l’anéti. Més, on côp qu’i c’minceut à fè spès, i-gn-aveut nin à r’nictè : Josèf è d’veut ralè. Marîye lî aveut dit : « Al nét, gn-a pus qu’ lès rôleûs su lès vôyes. » Ô pus sovint portant, i faleut qu’èle vinuche li r’qwér avou one coche èt i ramècheneut co bin dol tchène. Minme qu’on côp ç’aveut stî Djan-Piêre qu’aveut arivè avou l’vanwâre èt, adon, ci n’aveut nin stî po rîre !   Pour commencer, cela n’allait que cahin-caha parce que les ferrures rouillées entraient dans la neige trop molle, mais petit à petit, le chemin se durcissait, la glace reluisait et, chaque fois, on arrivait un peu plus loin en bas. À la fin, on ne s’arrêtait plus que sur le trottoir de chez le Loup ou de chez Hautot. Les plus audacieux de la bande partaient les premiers, à plat ventre et essayaient de se heurter par les chevilles (2) ; les plus peureux les laissaient partir, faisaient des manières avant de se mettre en route, si bien qu’ils avaient bientôt perdu un tour. En traversant les rigoles, on sautait d’un coup sec en faisant voler la neige en poussière. S’il y en avait deux qui s’accrochaient, on en voyait parfois toute une file qui s’était échouée dans les rochers, devant chez le Grand Baptiste. Le plus ennuyeux, c’était avec Mayane, une vieille femme grognonne et de méchante humeur. On aurait vraiment dit que cela la gênait de voir les enfants s’amuser. Elle venait vider son tiroir de cendres juste au milieu du chemin et les traîneaux freinaient bien fort en arrivant dessus. Alors, les plus grands allaient chercher des pelles de ce côté-là et rechargeaient la piste au fur et à mesure. Parfois, cela devenait une véritable mêlée, mais Mayane avait souvent le dernier mot avec une bouilloire d’eau chaude. Le jeudi, on s’en donnait toute la soirée jusqu’à la nuit tombante. Mais une fois qu’il commençait à faire noir, il n’y avait pas à regimber : Joseph devait rentrer chez lui. Marie lui avait dit : « Le soir, il n’y a plus que les noceurs sur les routes. » Le plus souvent cependant, il fallait qu’elle vînt le rechercher avec une baguette et il lui arrivait de ramasser du fouet. Il advint même une fois que Jean-Pierre s’amenât avec son tablier de ;cuir et, alors, ce n’avait pas été une plaisanterie !
     
Dol chîje, Josèf niveteut dins sès lîves ou r’copieut dol musique, dosmètant qu’ Djan-Piêre , rèculotè ol tchiminéye, satcheut s’ pupe ou tokeut on some ; Marîye, lèy, rapîyeteut sès tchôsses, tècheut on tricot po l’s-èfants, rimèteut on cul ou on gngno à on pantalon. Tènawète, Josèf lî d’neut on côp d’ mwin po disvôtyi on-èchèt d’ lin.ne. Adon, i faleut stinde sès brès d’vant li come on curè qui tchante Dominus vobiscum : dosmètant qu’ moman rôleut s’ bole, on plèyeut subtilemint lès pougnèts, po qui l’ fil ni s’arokuche nin.   Pendant la soirée, Joseph furetait dans ses livres ou recopiait de la musique, tandis que Jean-Pierre, blotti près de la cheminée, tirait sur sa pipe ou piquait un somme; Marie, elle, ravaudait ses chaussettes, faisait un tricot pour les enfants, recousait un fond ou un genou à un pantalon. De temps en temps, Joseph lui donnait un coup de main pour dévider un écheveau de laine. Alors, il fallait étendre les bras devant soi comme un curé qui chante Dominus vobiscum : pendant que maman roulait sa pelote, on pliait adroitement les poignets, pour que le fil ne s’accroche pas.
     
Sovint, lès-èfants alint qwér li bwèsse di construcsion èt i montint dès môjons, dès tchèstias, dès-èglîjes, li pus wôt qu’i p’lint. « Rimètans cor on bwès ! — Non.na, vos-aloz fè grôlè t’t-à-fét ! » On-z-ôreut dit qu’i purdint pléji à tentè l’ diâle ! Po fini, lès meurs bloncint ; lès gamins, pus mwârts qui viques, sayint d’ lès rat’nu avou leûs mwins : més il èsteut trop tôrd : bèrdaf ! li bèle tchapèle ou l’ pléjant tchèstia n’èsteut pus qu’on moncia d’ pîres, d’uch èt d’ finièsses. Djan-Piêre zoubleut on bon côp su s’ tchèrîye, si dispièrteut en criyant : « Ôwe ! » come onk qu’a yeû l’ tchôde-mwârt.   Souvent, les enfants allaient chercher la boîte de construction et ils montaient des maisons, des châteaux, des églises, le plus haut qu’ils pouvaient. « Remettons encore un bois ! — Non, vous allez tout faire crouler ! » On aurait dit qu’ils prenaient plaisir à tenter le diable ! Pour finir, les murs penchaient ; les gamins, plus morts que vifs, essayaient de les retenir avec leurs mains ; mais c’était trop tard : patatras ! la belle chapelle ou le joli château n’était plus qu’un monceau de pierres, de portes et de fenêtres. Jean-Pierre sursautait brusquement sur sa chaise, se réveillait en criant : « Holà ! » comme quelqu’un qui a fait un cauchemar.
     
Li dîmègne, on djouweut tortos èchone one pôrt à l’ quine. Lès numèrôs èstint machis èt r’machis o satch di twèye raclôs par on cwardia èt, à fét qui l’ criyeû lès-anonceut, lès vètès côtes si rascouvyint. Qué pléji èt quéne fièrté po l’ djouweû quand, après-awè rimpli s’ côte, i p’leut criyi l’ preumî : « Quine ! »   Le dimanche, on jouait tous ensemble une partie de loto : les numéros étaient mélangés et remélangés dans le sac de toile fermé par une cordelette et, au fur et à mesure que le crieur les annonçait, les cartes vertes se recouvraient. Quel plaisir et quelle fierté pour le joueur quand, après avoir rempli sa carte, il pouvait le premier crier : « Quine ! »
     
I n’ si passeut nin one chîje sins qu’ Josèf n’aluche dîre bonswâr èmon Pârin Marchô. Ionide satcheut l’ djeû d’ côtes foû dol bwèsse pindûwe èsconte dol tchiminéye, apontieut l’ârdwèse èt l’ crôye ; « Alèz ! d’jeut-èle, djouwans on sèt´ : pôrt èt r’vindje èt l’ cul, s’i vint ». Pa côps, èle gligneut l’ouy à l’èfant èt Josèf compurdeut : « Mètans one crole (3) à Pârin ! » On-ôte djoû, li vîye djint aveut d’chindu do gurnî one banseléye di féves èt on scafieut à blame. Po-z-ècoradji l’ gamin, èle lèyeut co bin tchér di s’ divantrin one pougnîye di gayes ou d’ neus bin chayètes, qu’on-z-aveut bon do crochi. Li chîje èsteut todi trop coûte.   Il ne se passait pas une soirée sans que Joseph n’allât dire bonsoir chez Parrain Maréchal. Léonide retirait le jeu de cartes de la boîte pendue contre la cheminée, apprêtait l’ardoise et la craie : « Allez, disait-elle, jouons au ‘couillon’ : partie et revanche et la belle, s’il échet ». Parfois, elle faisait un clin d’œil à l’enfant et Joseph comprenait : « Mettons une boucle (3) à Parrain ! » Un autre jour, la vieille avait descendu du grenier une manne de fèves et l’on écossait tant et plus. Pour encourager le garçon, il lui arrivait de laisser tomber de son tablier une poignée de noix ou de noisettes bien à point, qu’on prenait plaisir à croquer. La soirée était toujours trop brève.
     
Quand l’eûre èsteut là, Marîye vineut r’qwér li p’tit. Ossi rade qu’on-z-aveut sopè, i-gn-aveut rin à fè : i faleut s’ mète à gngnos po dîre lès pâtêrs tot wôt, tortos èchone. Li « Je vous adore » choneut d’djà mwints côps bin long, ca on ’nn’aveut à s’ pène. Portant, i faleut co rècitè sins s’ brouyi tos lès « commandements » èt on finicheut pa lès-âkes ; més, lès trwès quârts do timps, on macheut l’ fwè avou l’èspérance, èt l’ charitè avou l’ contricion.
  Quand l’heure était là, Marie venait rechercher le petit. Dès qu’on avait soupé, il n’y avait rien à faire : il fallait s’agenouiller pour dire les prières à haute voix, tous ensemble. Le « Je vous adore » semblait déjà parfois bien long, car on était recru de fatigue. Pourtant, il fallait encore réciter sans se tromper tous les commandements et on finissait par les actes; mais les trois quarts du temps, on mélangeait la foi avec l’espérance, et la charité avec la contrition.
     
– Alèz, d’jeut-èle Marîye, on va fè chlof !   – Allez, disait-elle Marie, on va se coucher !
     
Dins leû lèt, Josèf èt Omêr wétint blawetè ô meur, jusqu’à bin tôrd, lès lumiéres dès lampes di stôve, qui montint èt rid’tchindint Bèl-Ér èt i tchèyint èdwârmus, sins trop sèpe comint.   Dans leur lit, Joseph et Omer regardaient scintiller au mur, jusque bien tard, les lumières des lanternes d’étable, qui montaient et redescendaient Bel-Air, et ils tombaient endormis, sans trop savoir comment.
Suite du texte…

NOTES :

(1) « Fabricant de charbon de bois » (L. Somme). - Retour texte

(2) Lès pus francs […] sayint do s’ tapè dès clôs . Littéralement : essayaient de se taper des clous. Cette expression laisse perplexe. Dans le DL, v° clå, on trouve : « clå d’ôr (Cointe), os saillant à l’extérieur de la cheville ». Si tel est le sens à retenir, clôs serait ici un complément circonstanciel de moyen. - Retour texte

(3) Sorte de pénalité qui consiste à ralentir la progression du joueur dans sa « course » à la victoire. - Retour texte