Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XVI. Au long dol samwin.ne

Marîye sét ç’ qui c’èst do vikè. Lès Leûp, sès parints, ont tîchenè tote leû vîye su l’ cinse d’Ûbaye èt, à fwace di rascrôwes, c’èst tot jusse s’il ont mètu lès deûs corons èchone.

 

16.- Au fil de la semaine

Marie sait ce que vivre veut dire. Les Leloup, ses parents, ont trimé toute leur existence à la ferme d’Hubaille et, à force d’épreuves, c’est tout juste s’ils ont pu nouer les deux bouts.

     
Po qu’ lès pratiques dès marchôs ni vôyent nin ô vèjin en ratindant leûs-ovradjes, li feume da Djan-Piêre vind à bwâre è s’ cûjène. On comptwâr rachetè dins one passéye, one ètajêre avou saquants vêres à bîre èt à gote (lès pus p’tits qu’èlle a seû trouvè), on lite di pèquèt, deûs bwèsses di cigâres (dès gros à deûs sous, dès p’tits d’one mastoke) : à Céles, i n’è fôt nin pus po t’nu cabarèt .   Pour que les clients des maréchaux n’aillent pas chez le voisin en attendant d’être servis, la femme de Jean-Pierre vend des boissons dans la cuisine. Un comptoir racheté dans une vente aux enchères, une étagère avec quelques verres à bière et à genièvre (les plus petits qu’elle a pu trouver), un litre de genièvre, deux boîtes de cigares (des gros à deux sous, des petits d’un sou) : à Celles, il n’en faut pas davantage pour tenir cabaret.
     
Li dîmègne, i vint co mwints côps onk èt l’ôte po c’mandè on-ovradje à Djan-Piêre ou po lî achetè on boufa avou l’ fâmeûse éplôsse conte lès-agaces, qu’i fét ruv’nu d’ Lîdje. Més comint fè rotè on cabarèt èou-ce qu’i fôt côsè bin-onétreumint èt qu’i-gn-a pont d’ djon.nès coméres ? Marîye a sovint mô s’ cœûr do véy, drî lès ridôs di s’ finièsse, lès trokès d’omes qui moussèt après mèsse dins lès cafès do Fond. Portant, dji v’djure qu’èle fét on bia visadje ôs clients. Èt dîre qu’i-gn-a dès mô-mi-r’vint qui r’bourèt lès djins èt qui, môgrè ça, vindèt à bwâre tant qu’i v’lèt ! On n’ sét nin mwints côps à qwè qu’ ça tint... C’è-st-èou qu’ lès-omes si tapèt...   Le dimanche, assez souvent, l’un ou l’autre (client) vient commander un travail à Jean-Pierre ou lui acheter un étui avec le fameux emplâtre contre les cors au pied, qu’il fait venir de Liège. Mais comment faire marcher un cabaret où il faut parler bien honnêtement et s’il n’y a pas de jeunes femmes ? Marie a souvent le cœur gros de voir, derrière les rideaux de sa fenêtre, les grappes d’hommes qui entrent après la messe dans les cafés du Fond. Pourtant, je vous jure qu’elle fait bon accueil aux clients. Et dire qu’il y a des cafetiers désagréables qui repoussent les gens et qui, malgré cela, vendent à boire autant qu’ils veulent ! On ne sait maintes fois à quoi cela tient... Tout dépend de l’endroit où les hommes ont coutume de s’installer…
     
Li cabarèt da Marie va co mia lès-ovrèdjoûs qui l’ dimègne. I n’ s’è passe wére qui lès cinsis n’ vinèt nin bwâre on vêre en ratindant qu’ leûs chis soyèche ribatus ou leûs tch’fôs r’fèrès.   Le cabaret de Marie marche encore mieux les jours ouvrables que le dimanche. Il ne s’en passe guère sans que les fermiers ne viennent boire un verre en attendant que leurs socs de charrues soient martelés ou leurs chevaux referrés.
     
Èt pus chaque djoû amine sès djins èt on n’a wére li timps long d’on coron à l’ôte dol samwin.ne.   Et puis chaque jour amène ses gens et l’on ne trouve guère le temps long d’un bout à l’autre de la semaine.
     
Li londi, c’èst lès brèsseûs d’ Dinant qu’arivèt, à djok su leûs wôts camions. I vont ukè lès marchôs ol fwadje èt i n’ sont nin ô drî do payi one chope à tîbi èt mèyî, ca Djan-Piêre è-st-one bone pratique : à li tot seû, i scrote on tonia su pont d’ timps ! Li mèstî èst seûlant : co dîs côps su l’ djoûrnéye, li marchô vint fè on toûr ol môjon èt stron.ne one pinte ou deûs. Li grand pot èst todi rimpli su l’ drèsse ol tchambe padrî, avou on drap d’ mwin d’ssus po qui l’ bîre ni passe nin. Quôsu tos côps qu’i v’nèt à Céles, li gros Bidjak dol brèssène Jômote distchèdje avou l’ Tur one tone ou one diméye. I pwartèt ça inte zèls deûs avou one èspéce di goria, en rotant drî d’n’on l’ôte, sins pus d’afêre qui si ç’ sèreut one vôye d’éwe (1). I mètèt l’ tonia su l’djantî dol pitite côve èt i n’è vont nin sins l’awè aforè.   Le lundi, ce sont les brasseurs de Dinant qui arrivent, juchés sur leurs hauts camions. Ils vont appeler les maréchaux à la forge et ils ne sont pas les derniers à payer une chope à quiconque, car Jean-Pierre est un bon client : à lui seul, il avale un tonneau en un rien de temps ! Le métier donne soif : bien dix fois sur la journée, le maréchal vient faire un tour au logis et engloutit une pinte ou deux. Le grand pot est toujours rempli sur l’armoire dans la chambre de derrière, avec dessus un drap pour que la bière ne « passe » pas. Presque chaque fois qu’ils viennent à Celles, le gros Bidjak de la brasserie Jaumotte décharge avec le Tur [ = Arthur] une tonne (100 ou 120 litres) ou une demie. Ils portent cela entre eux deux avec une espèce de palanche, en marchant l’un derrière l’autre, sans plus de précaution que si c’était une charge d’eau (1). Ils mettent le tonneau sur le chantier de la petite cave et ils ne partent pas sans l’avoir mis en perce.
     
Li djûdi dol vèspréye, c’èst l’ pètrolî d’Anserème qui fét sonè si p’tite clotche pa t’t-avô l’ viyadje. I s’arète su l’ route divant mon l’ marchô èt lès coméres si rachonèt ôtou di s’ curieûs camion, en tapant one divise. I douve one pitite ârmwâre ô cul do tonia, toûne li robinèt, mèsure sès lites èt rind l’ manôye, en fiant chîyetè lès sous dins l’ carnassiére di cûr pindûwe à si spale.   Le jeudi après-midi, c’est le marchand de pétrole d’Anseremme qui fait sonner sa petite cloche à travers le village. Il s’arrête sur la route devant la maison du maréchal et les femmes se rassemblent autour de son étrange camion, en taillant une bavette. Il ouvre une petite armoire au cul du tonneau, tourne le robinet, mesure ses litres et rend la monnaie, en faisant tinter les sous dans le sac de cuir pendu à son épaule.
     
Li vinr’di, c’èst l’djoû do botchî d’ Dinant. I mèt sès deûs grands panis d’ martchî su l’ tôve èt tire li drap qui lès rascouve. Lès bokèts sont tot discôpès èt l’ pris è-st-aclapè d’ssus. « Tènoz, Marîye, volà on rude bouli al tinre cwasse. Vos m’è dîroz dès novèles ! » Èlle è frè on crô bouyon po l’ dîmègne èt, s’i dmeûre on rèstant d’ tchô, ci sèrè po l’ londi. Avou ça èlle è-st-ayussîye po l’ samwin.ne : quand on-z-èst spôrgnant, on n’ mougne nin dol tchô tos lès djoûs, surtout qu’on z-a dès-ous, qu’on-z-ècrache on couchèt èt qu’on toûwe tènawète one vîye pouye.   Le vendredi, c’est le jour du boucher de Dinant. Il met ses deux grands paniers de marché sur la table et retire le drap qui les recouvre. Les morceaux sont tout découpés et le prix est collé dessus. « Tenez, Marie, voilà un beau bouilli à la tendre côte. Vous m’en direz des nouvelles ! » Elle en fera un bouillon gras pour le dimanche et, s’il y a un reste de viande, ce sera pour le lundi. Avec cela, elle est servie pour la semaine : quand on est économe, on ne mange pas de la viande tous les jours, d’autant qu’on a des œufs, qu’on engraisse un porc et qu’on tue de temps à autre une vieille poule.
     
Li djoûrnéye do sèmedi si passe dins lès r’gnètadjes èt Dieû sét si Marîye èst prôpe ! Si on n’ vout nin s’ècramyi dins lès sèyas, lès broches èt lès loques, vôt co mia n’ nin v’nu èburtakè lès coméres. Ci djoû-là, en s’ lèvant, Marîye fét on feû d’ bwès ol pitite colone dol tchambe. Qu’on-z-a bon do sinte ci doûce tchaleûr-là dins l’ bèle place èou-ce qu’on n’ mousse qu’ôs djoûs d’ fièsse !   La journée de samedi se passe dans les nettoyages, et Dieu sait si Marie est propre ! Si l’on ne veut pas s’empêtrer dans les seaux, les brosses et les serpillières, mieux vaut ne pas venir embarrasser les femmes. Ce jour-là, au lever, Marie fait un feu de bois dans le petit poêle-colonne du salon. Quel plaisir de sentir cette douce chaleurlà dans la « belle pièce » où l’on n’entre que les jours de fête !
     
Tos lès mwès, c’èst Dubwès, li martchand d’ loques d’Ôs Rivadjes, qui passe avou s’ bourique èt s’ tchèrète po ramèchenè lès gobèyes èt lès vîs fiêrs. On lès pèse su l’ romin.ne dol fwadje. Djan-Piêre si léreut cor à dîre po l’ pris, més Marîye si disguèrmètéye por one centime ô kulo !   Tous les mois, c’est Dubois, le marchand de loques d’Aux Rivages, qui passe avec sa bourrique et sa charrette pour ramasser les chiffons et les vieux fers. On les pèse sur la balance romaine de la forge. Jean-Pierre se laisserait encore bien convaincre pour le prix, mais Marie se dispute pour un centime au kilo !
     
Lès pus embétants, c’èst lès rôleûs qui v’nèt stinde leû mwin ôs-uch èt lès pus tanis´ lès martchands avou leû késse à leû dos. Si vos-avoz l’ maleûr do l’zî lèyi douviè leû bwèsse, vos n’ vos-è disfroz nin sins l’zî awè fét vinde on-ôrmanak di Lîdje, one bole di savon ou one pére di lacètes. Si vos n’èlzî purdoz rin, il è vont en grûlant...Di timps-intimps ossi, c’èst l’ martchand d’ paraplis avou s’ hote à s’ dos.   Les plus gênants, ce sont les vagabonds qui viennent tendre la main aux portes et les plus importuns, les colporteurs avec leur caisse au dos. Si vous avez le malheur de leur laisser ouvrir leur boîte, vous ne vous en débarrasserez pas sans leur avoir fait vendre un almanach de Liège, un pain de savon ou une paire de lacets. Si vous ne leur achetez rien, ils s’en vont en grommelant... De temps en temps aussi, c’est le marchand de parapluies avec sa hotte sur le dos.
     
Di ç’ maniére-là, à chaque djoû qui l’ Bon Diè fét, il èst rade quatre eûres. Lès-èfants rarivèt d’è scole èt on s’ mèt à l’ tôve po bwâre li cafè. Josèf tape on fagot pa l’ bawète do cina èt k’taye one banse di bwès avou l’ fèrmin. Pus, il apontîye saquants rukes èt il aprète on sèya d’ martî en machant dol djane têre avou do fin. I va rascoude lès-ous ol pouyetrîye, en wétant bin do n’ nin rapwartè l’ niyô, come ça lî a d’djà arivè ! I court abîyemint djouwè on-ér d’ârmoniom´ èmon Pârin ou bin fè one pôrt ô catchî avou lès gamins.   Ainsi, chaque jour que fait le Bon Dieu, il est vite quatre heures. Les enfants rentrent de l’école et l’on s’attable pour boire le café. Joseph jette un fagot par la lucarne du fenil et débite une manne de bois avec la serpe. Puis il apprête quelques morceaux de charbon et prépare un seau de mortier en mélangeant de la terre jaune avec du poussier. Il va ramasser les œufs dans le poulailler, en veillant bien à ne pas rapporter le nichet, comme cela lui est déjà arrivé ! Il court vite jouer un air d’harmonium chez Parrain ou bien fait une part de cache-cache avec les gamins.
     
Quand i sone chîj eûres à l’Èrmitadje, si ç’ n’èst nin ôs grands djoûs, lès marchôs distèlèt èt cloyèt leûs pwates. Djan-Piêre ratchèsse lès bèrbis o stôve èt va mète li loquèt su l’ ran do couchèt.   Quand six heures sonnent à l’Ermitage, si ce n’est pas aux grands jours, les maréchaux arrêtent le travail et ferment leurs portes. Jean-Pierre ramène les brebis à l’étable et va fermer le loquet de la soue.
     
Divant do rintrè, à l’anéti, lès gamins tapèt saquants pîres après lès tchô-soris :   Avant de rentrer, à la tombée de la nuit, les garçons lancent quelques pierres après les chauves-souris :
Tchô-soris,
Passe par ci ;
T’ôrès do pwin rosti
Èt dol pichate di canari.
Chauve-souris,
Passe par ici;
Tu auras du pain rôti
Et du pipi de canari.
     
Marîye vint s’gotè d’vant l’uch li pani à salade, qui fét l’ molin ô coron di s’ brès.
  Marie vient égoutter devant la porte le panier à salade, qui fait le moulin au bout de son bras.
     
Asteûre, tot l’ monde èst r’mètu. Ôtou do quinquèt alumè, lès-èfants djouwèt one pôrt à l’ quine ou sèt´ rôyes ô couyon. Rédwît di s’ djoûrnéye, Djan-Piêre soketéye addé li stûve, li tièsse aspoyîye o fond dol tchiminéye. Su ç’ timps-là, Marîye fond lès crètons o pélon èt on bon gout d’ canadas ô lôrd kakîye lès narènes èt fét v’nu l’éwe à l’ bouche.
  Maintenant, tout le monde est rentré. Autour du quinquet allumé, les enfants jouent une part de loto ou sept lignes au « couillon ». Épuisé de sa journée, Jean-Pierre sommeille près du poêle, la tête appuyée au fond de la cheminée. Pendant ce temps, Marie fait fondre les lardons au poêlon et un bon goût de pommes de terre au lard chatouille les narines et fait venir l’eau à la bouche.
     
E v’là cor one di iute !   Et en voilà encore une de passée !
Suite du texte…

NOTE :

(1) Vôye d’éwe. Cf. Chap. II, note 4. - Retour texte