Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XVII. Lès tchèsseûs

À Céles, quand l’ Tossint èsteut passéye, tot l’ monde si rafiyeut après lès grandès tchèsses.

 

17.- Les chasseurs

À Celles, la Toussaint passée, tout le monde se réjouissait à l’avance des prochaines grandes chasses.

     
On bia djoû ô matin, lès-ôtomobiles dès monseûs d’ Brussèles arivint one après l’ôte pa l’ grand-route di Dinant. Èle toûrnint à pwin.ne al Câriére qui lès gamins lès-avint r’conu : li grande djane Mèrcédès´ da Mossieû Richelot, li bleûwe Minèrva da M. Hanssens, li présidint, li bèle nwâre limousine da M. Warnant, qu’i n’ faleut nin aprotchi di d’ trop près pace qui l’ tchôfeû Pèrot – on-ome qui proveneut d’ Céles – ni v’ bambieut nin èt vos fieut awè peû avou sès tèribès moustaches qui r’crolint... A fét qu’i ’nn’ariveut one, lès-èfants s’ rachonint t’t-ôtoû. Cwèfès di leûs nwârès calotes avou one pène di twèye ciréye, lès tchôfeûs qu’ lès-èfants conechint tortos pa leû p’tit nom, tapint lès pôrtiéres ô lôdje èt il è sorteut dès grands mènîrs en casaque di cûr èt culotes cavalier avou dès wôtès tchôsses di lin.ne. Ô pus sovint, one plume di fésan èsteut piquéye drî l’ ruban d’ leûs vêrts tchapias tot cabouyis. I ’nn’alint tortos do costè d’èmon l’ chèf-gârde, en s’ rècrèstant come si ç’ôreut stî da zèls li viyadje. Lès tchôfeûs lès siyint avou lès fusiks dins dès-ètwis d’ rodje cûr pindus à leû spale, en t’nant à l’ lache dès grands démons d’ tchins montès su dès grêyès pates, avou dès longus mûsias, dès longs pwèls èt dès lôdjès-orèyes qui r’tchèyint.   Un beau jour, au matin, les automobiles des messieurs de Bruxelles arrivaient les unes après les autres par la grand-route de Dinant. Elles tournaient à peine à la Carrière que les gamins les avaient reconnues : la grande Mercedes jaune de Monsieur Richelot, la Minerva bleue de M. Hanssens, le président, la belle limousine noire de M. Warnant, dont il ne fallait pas trop s’approcher parce que le chauffeur Perot – un homme originaire de Celles – ne vous ménageait pas et vous faisait peur avec ses terribles moustaches retroussées... Au fur et à mesure qu’il en arrivait une, les enfants se rassemblaient tout autour. Coiffés de leurs casquettes noires avec une visière de toile cirée, les chauffeurs que les enfants connaissaient tous par leur prénom, ouvraient toutes larges les portières et il en sortait des grands messieurs en casaque de cuir et culottes de cavalier avec de hauts bas de laine. Le plus souvent, une plume de faisan était piquée derrière le ruban de leurs chapeaux verts tout cabossés. Ils s’en allaient tous du côté de chez le chef-garde, en se rengorgeant comme si le village leur avait appartenu. Les chauffeurs les suivaient avec les fusils dans des étuis de cuir rouge pendus à l’épaule, en tenant à la laisse de grands démons de chiens montés sur des pattes grêles, avec de longs museaux, de longs poils et de grandes oreilles pendantes.
     
Lès traqueûs aboulint pa totes lès vôyes avou l’ bâche su leû dos, en fiant pètè su l’ route li baston d’ cwagnoûlî. Ol coûr d’èmon l’ Chèf, i-gn-aveut rade tote one soce rachonéye. Tos lès gârdes do domin.ne èstint ô posse. Il avint moussi leû camusole gros bleû gârnîye di botons d’ keûve qui r’mostrint on ciêrf avou sès bwès èt leûs nwârès guètes rilûjint dizeû l’ pantalon mârquè tot dè long d’one lôdje djane rôye. Avou leûs kèpis rètourès d’ôr èt cirès al copète, i fyint sondji ôs grands mésses d’on-ètat-majôr. Li chèf Corbisier èsteut ô mitan d’ zèls avou sès galons d’ preumî-sèrdjent su lès mantches èt s’ cwane dissus s’ dos èt li p’tit boc di s’ minton brikeut pés qu’ jamés. I fieut dès salutâcions jusqu’à têre ôs monseûs qu’arivint, arin.neut lès traqueûs, aleut d’onk à d’ l’ôte, tot èfoufi. On-z-ôreut dit on jènèrâl qui passeut li r’vûwe di sès sôdârts divant d’ètèrprinde li bataye.   Les traqueurs accouraient par tous les chemins avec la cape sur le dos, en faisant péter sur la route le bâton de cornouiller. Dans la cour de chez le Chef, toute une société était bientôt rassemblée. Tous les gardes du domaine étaient au poste. Ils avaient revêtu leur veste gros bleu garnie de boutons de cuivre qui représentaient un cerf avec ses bois, et leur guêtres noires reluisaient au-dessus de leur pantalon marqué tout du long d’une large raie jaune. Avec leurs képis ornés d’un liseré d’or et dont le dessus était ciré, ils faisaient songer aux officiers d’un état-major. Le chef Corbisier se tenait au milieu d’eux avec ses galons de premier-sergent sur les manches et sa corne de chasse sur le dos, et le petit bouc de son menton pointait plus que jamais. Il faisait des salutations jusqu’à terre aux bourgeois qui arrivaient, apostrophait les traqueurs, allait de l’un à l’autre, tout excité. On aurait dit un général passant en revue ses soldats avant de lancer la bataille.
     
Quand tot l’ monde èsteut prèt´, tote li binde purdeut l’ vôye dès Côreus ou do Djan Marcô. Al quèwe dol porcèssion, Étiène, sorlomé Coïtche, siyeut avou l’ tchèrète, gârnîye di tchfurons à crotchèts po pinde li jubier. Li sècrètére Leloup, qui sièrveut d’ mârqueû, èsteut assis su li d’vant addé li, avou s’ caban su s’ dos. On-z-ôreut dit l’èstatûwe dol Justice, qui rind à chakin ç’ qu’èlî r’vint.   Quand tout le monde était prêt, toute la troupe prenait le chemin des Côreus ou du Jean Marcau. En queue de procession, Étienne, surnommé Cohitche, suivait avec la charrette, garnie de chevrons à crochets pour pendre le gibier. Le secrétaire Leloup, qui faisait office de marqueur, était assis sur le devant à ses côtés, avec son caban sur le dos. On eût dit la statue de la Justice, qui rend à chacun ce qui lui revient.
     
O bwès, lès gârdes avint raprôpriyi lès chéyes. Il î postint lès tireûs, dosmètant qu’ lès traqueûs alint prinde li coron do tayis´. Enfin, quand l’ cwane do Chèf soneut ô lon – tutûte ! –, il avancint d’ front, onk tos lès vingt mètes, en wétant do n’ nin rotè pus vite qui leû vèjin. On-z-oyeut pa t’t-avô l’ bwès leûs bastons qui bouchint su lès boéyes tins qu’i criyint à s’ fè rôques « Arô !Arô !», po s’barè l’ jubier. Lapins, lîves èt chèvreûs vorint do costè dès chéyes come dès pièrdus ; avou on grand brut d’éyes, lès fésans èwarès volint dins lès coches dès grands-ôbes. Adon, on n’ tôrdjeut pus do-z-ôre bouchi lès côps d’ fusik. One pètarâde di Dieû l’ Pére !   Au bois, les gardes avaient nettoyé les laies. Ils y postaient les tireurs pendant que les traqueurs gagnaient le bout du taillis. Enfin quand la corne du Chef sonnait au loin – tutûte ! –, ils avançaient de front, un tous les vingt mètres, en veillant à ne pas marcher plus vite que leur voisin. Partout dans le bois, on entendait leurs bâtons taper sur les touffes d’herbe tant ils criaient à s’enrouer « Haro ! Haro ! » pour effrayer le gibier. Lapins, lièvres et chevreuils fonçaient de tous côtés des laies comme des égarés : avec un grand bruit d’ailes, les faisans effrayés volaient dans les branches des grands arbres. Alors, on ne tardait plus à entendre tirer les coups de fusil. Une pétarade de Dieu le Père !
     
On côp qui l’ cwane do Chèf aveut r’sonè, lès tireûs tapint dju. Tins qui l’ jubier èsteut ramassè, lès tchins porsiyint lès blèssis en bawyant èt tènawète è rapwartint onk dins leû gueûye. I catoûrnint on bokèt ôtou d’ leû mésse en fiant dès p’titès maniéres ; pus, i lèyint tchér li bièsse al têre, tanflint en mostrant leûs grandès linwes, avou dès-ouy rilûjants qu’avint l’ér do d’mandè : « È bin ! qu’è d’joz, avans-dj’ bin fét nosse sogne ? » A fét qu’on-z-apwarteut one pîce à l’ tchèrète, Leloup l’ mârqueut su s’ calepin, ossi spèpieûs qui s’il aveut yeû d’vant li sès rédjisses d’Ètat-Civil. Lîves, lapins èt chèvreûs èstint tapès à moncia ; lès fésans, grîjès pouyes èt coqs tot cadjolès, èstint précieûsemint pindus ôs avèts.   Une fois que la corne du Chef avait sonné à nouveau, les tireurs déposaient les armes. Pendant qu’on ramassait le gibier, les chiens poursuivaient les blessés en aboyant et parfois en rapportaient un dans la gueule. Ils tournaient en rond autour de leur maître en faisant des petites manières; puis, ils laissaient tomber la bête à terre, haletant en montrant leurs grandes langues, avec des yeux brillants qui avaient l’air de demander : « Eh bien, qu’en dites-vous, avons-nous bien fait notre besogne ? » À mesure qu’on apportait une pièce à la charrette, Leloup la marquait dans son calepin, aussi méticuleux que s’il avait eu devant lui ses registres d’État-Civil. Lièvres, lapins et chevreuils étaient entassés; les faisans, poules grises et coqs tout bigarrés, étaient précieusement pendus aux crochets.
     
Su l’ côp d’ non.ne, tote li trope si rachoneut : c’èsteut l’eûre do mougni l’ marinde. Dès tôves avint stî drèssîyes avou dès plantches montéyes su dès trétôs èt lès tchèsseûs s’assyint t’t-ôtoû su dès bastons à pique qui s’ tapint ô lôdje al copète èt qu’èlzî sièrvint d’ chames. Tins qu’ lès monseûs scrotint lès bons bokèts en tûtant l’ bourgogne, lès traqueûs, acovetès su dès culs d’ôbe ou su dès fagots, câssint l’ crosse, en bèvant tènawète on côp ô bidon d’ nwâr cafè, qu’one flaméye aveut r’chandi. Do costè dès tchèsseûs, on discuteut fèl lès côps d’ fusik, dosmètant qu’ lès-omes si racontint lès-avirètes dol traque.   Sur le coup de midi, toute la troupe se rassemblait : c’était l’heure de manger le casse-croûte. Des tables avaient été dressées avec des planches montées sur des tréteaux et les chasseurs s’asseyaient tout autour sur des cannes à pique qui s’ouvraient complètement au-dessus et qui leur servaient de tabourets. Tandis que les riches dégustaient les bons morceaux en lampant le bourgogne, les traqueurs, accroupis sur des souches ou sur des fagots, cassaient la croûte, en buvant de temps en temps un coup au bidon de café noir, qu’une flambée avait réchauffé. Du côté des chasseurs, on commentait ferme les coups de fusil, pendant que les hommes se contaient les aventures de la traque.
     
Al vèspréye tote basse, tote li binde rariveut o vîyadje. Tchèsseûs èt traqueûs, rédwîts d’ leû djoûrnéye, lèyint one miète èrtchi l’ djambe.   À la nuit tombante, la bande entière revenait au village. Chasseurs et traqueurs, rompus de leur journée, laissaient un peu traîner la jambe.
     
Ol coûr d’èmon l’ Chèf, lès tchôfeûs arindjint dès jubiers dins lès cofes dès-ôtos ou bin loyint su l’ gârde-broû on chèvreû qui lèyeut pinde li tièsse. Pus, i dèmarint fét-à-fét su Dinant èt l’ viyadje riduveneut pôjîre...   Dans la cour de chez le Chef, les chauffeurs arrangeaient des gibiers dans les coffres des autos ou bien laissaient sur le garde-boue un chevreuil, la tête pendante. Puis, ils démarraient peu à peu vers Dinant et le village redevenait calme...
     
Ol grègne da Corbisier, Coïtche pindeut lès lîves èt lès fésans qui sèrint voyis l’ londemwin, dins dès grands panis d’ wèsîre, su lès ales di Brussèles. Li chèf-gârde aveut fwatà fè po-z-ayussi lès coméres do viyadje qui v’nint martchandè lès lapins.   Dans la grange de Corbisier, Cohitche pendait les lièvres et les faisans qui seraient envoyés le lendemain, dans de grands paniers d’osier, vers les halles de Bruxelles. Le chef-garde avait fort à faire pour servir les femmes du village qui venaient marchander les lapins.
     
Li djûdi dol vèspréye, lès gamins rènint su l’ bwârdure dès bwès èt dins lès chéyes po ramèchenè lès cârtouches. I-gn-aveut d’ totes lès coleûrs, més c’èsteut lès cines di keûve lès pus r’qwèrûwes. Josèf èt Omêr ènn’avint dès choûrchîyes qu’èburtakint l’ môjon èt qu’ Marîye ni siyeut nin à ramèchenè èt à r’tchôkè o gurnî.   Le jeudi dans l’après-midi, les gamins déambulaient à l’orée des bois et dans les laies pour ramasser les cartouches. Il y en avait de toutes les couleurs, mais c’étaient celles de cuivre qui étaient les plus recherchées. Joseph et Omer en avaient, dans leurs tabliers relevés, des quantités qui encombraient la maison et que Marie ne suivait pas à ramasser et à flanquer au grenier.
Suite du texte…