Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XVIII. - Li Sint-Élwè

Po Djan-Piêre Louviô, li pus grand djoû d’ l’anéye, c’èsteut l’ Sint-Élwè (1), li fièsse dès-ovrîs do fiêr èt dès cinsîs.

 

18.- La Saint-Éloi

Pour Jean-Pierre Louviau, le plus grand jour de l’année, c’était la Saint-Éloi (1), la fête des forgerons et des fermiers.

     
Ci djoû-là, li curé Viroux tchanteut one grand-mèsse à dîj eûres. Elle èsteut c’mandéye pa lès marchôs, més lès cultivateûrs èt lès tchèrons payint leû pôrt : one pèce (2), qu’i trouvint su l’ note da Djan-Piêre, ô coron d’ l’anéye.   Ce jour-là, le curé Viroux chantait une grand-messe à dix heures. Elle était commandée par les maréchaux, mais les cultivateurs et les charretiers payaient leur part : une pièce (2), qu’ils trouvaient sur la note de Jean-Pierre, en fin d’année.
     
Tot l’ monde èsteut ô posse, rabiyi dès pîds jusqu’à l’ tièsse. Li vî Sint-Élwè dol pitite nèf èsteut d’chindu di s’ djokwè èt mètu o chœûr, ô mitan dès tchandèles èt dès fleûrs di papî. Avou s’ tchapia èt s’ mantia d’èvèque, ol drwète mwin si martia prèt-à bouchi su l’èglume, il aveut l’ér d’one saquî !   Tout le monde était au poste, rhabillé de pied en cap. Le vieux Saint-Éloi de la petite nef était descendu de son perchoir et placé dans le chœur, au milieu des chandelles et des fleurs de papier. Avec sa mitre et sa chasuble d’évêque, à la main droite son marteau prêt à frapper sur l’enclume, il avait l’air de quelqu’un !
     
O docsâl, li P’tit Marchô aveut dès tchanteûs po fè : li Juje (3) d’al cinse di Swène, Djan Marot d’ Lavis, Châle Anisèt, li vatchî di Nwèsi, Victôr d’èmon l’ Leûp, tos lès Louviô, jusqu’à l’ Émile, ruvenu èsprès d’ Dinant po touchi lès-ôrgues.   Au jubé, le Petit Maréchal disposait de chanteurs en suffisance : le Juje (3) de la ferme de Soinne, Jean Marot de Lavys, Charles Aniset, le vacher de Noisy, Victor de chez le Loup, tous les Louviau, jusqu’à Émile, revenu exprès de Dinant pour toucher les orgues.
     
Po li p’tit Josèf ossi, c’èsteut on bia djoû. Il aveut condji dol matinéye po v’nu sièrvi mèsse èt, tot-en fiant blonci l’encenswâr, i purdeut pléji à-z-ôre tchantè totes sès djins èt à choutè lès-ôrgues qui brouyint dizos lès deugts do pus fèl musicyin dol famile.   Pour le petit Joseph aussi, c’était un beau jour. Il était en congé dans la matinée pour venir servir la messe et, tout en faisant balancer l’encensoir, il prenait plaisir à entendre chanter toute sa parenté et à écouter les orgues qui sonnaient sous les doigts du musicien le plus doué de la famille.
     
Après mèsse, tos lès Sint-Élwè brokint èmon Uberland èt l’ vîye Françwèse, tote binôje dol bone ocâsion, wîdeut à pléji lès grandès gotes di pèkèt èt lès pintes di bîre. I s’assyint zèls quate ôtoû dès tôves èt Françwèse n’aveut rin d’ trop d’ tos sès djeûs d’ côtes po l’s-ayussi tortos. Djan-Piêre si r’trouveut todi avou lès minmes po-z-ataquè on cint d’ piquèt : li grand tchèron Willot, Piyin, li vôrlèt d’al cinse d’Ûbaye, Èdmond, li cinsî d’Ô Tiyou. I satchint dès boulons à deûs sous avou dès lôdjès bagues mârquéyes « Senator » èt, su pont d’ timps, li place èsteut tote èignîye.   Après la messe, tous les [fidèles de la] Saint-Éloi se précipitaient chez Huberland, et la vieille Françoise, toute contente de la bonne occasion, versait à plaisir les grands verres de genièvre et les pintes de bière. Ils s’asseyaient par groupes de quatre autour des tables et Françoise n’avait pas trop de sa réserve de jeux de cartes pour les servir tous. Jean-Pierre se retrouvait toujours avec les mêmes pour attaquer un cent de piquet : le grand charretier Willot, Piyin, le valet de la ferme d’Hubaille, Edmond, le fermier du Tilleul. Ils tiraient sur de gros cigares à deux sous avec de larges bagues marquées « Senator » et, en peu de temps, la place était tout enfumée.
     
Li toûrnéye dès cabarèts continuweut... On passeut èmon Ubêrt Ôtot, addé Marîye Ovide, qu’aveut si bin l’ toûr po djipè en sièrvant à bwâre.   La tournée des cabarets continuait... On passait chez Hubert Hautot, près de Marie Ovide, si adroite pour rire aux éclats en servant à boire.
     
Su l’ côp d’ non.ne, li P’tit Marchô lès ramineut tortos è s’ môjon po l’ grand dînè. Lès coméres d’èmon Louviô avint drèssi l’ tôve ol tchambe, avou one blanke mape, chakin trwès-assiètes, lès coutias d’Ouyèt richurès come al dicôce, lès couyîs èt lès fortchètes, ristin.nès ô dérin passadje do tchôdronî.   Sur le coup de midi, le Petit Maréchal les ramenait tous chez lui pour le grand dîner. Les femmes de chez Louviau avaient dressé la table dans la belle pièce, avec une nappe blanche, trois assiettes pour chacun, les couteaux de Houyet astiqués comme à la ducasse, les cuillers et les fourchettes, rétamées lors du dernier passage du chaudronnier.
     
Quand il avint tûtè leû dérène grande gote ô comptwâr do cabarèt, Ionide lès v’neut ukè : « Alèz, lès-omes ! li bouyon èst sièrvi, mètans-nos al tôve ! »   Quand ils avaient enfilé leur dernière grande goutte au comptoir du café, Léonide venait les appeler : « Allez, les hommes ! le bouillon est servi, mettons-nous à table ! »
     
Come li P’tit Marchô aveut touwè l’ couchèt, i n’ lî manqueut rin po r’pache sès djins : sôcisses al djote, tripes èt cârbonâdes, tièsse prèsséye (4) èt nwâr boudin. Èt lès pots d’ bîre siyint à l’advinant.   Comme le Petit Maréchal avait tué le cochon, il ne lui manquait rien pour rassasier ses invités : saucisses au chou, tripes et carbonnades, fromage de tête (4) et boudin noir. Et les pots de bière suivaient à l’avenant.
     
Après l’ tôte ô riz èt l’ jate di cafè, on ralumeut lès cigâres ô potiquèt (5) d’alumètes. Li P’tit Marchô s’ mèteut à l’ârmoniom´ èt i tchantint leû tchanson, tortos à leû toûr. Ô pus sovint, c’èsteut Djôsèf Marchô qui strimeut l’ toûrnèye avou l’ vîye romance dol famile :   Après la tarte au riz et la tasse de café, on rallumait les cigares au « potiquet » (5) d’allumettes. Le Petit Maréchal se mettait à l’harmonium et ils chantaient leur chanson, chacun à son tour. Le plus souvent, c’était Joseph [le] Maréchal qui ouvrait la tournée avec la vieille romance de la famille :
Allez au feu, souvenirs de jeunesse,
Pages d’amour et rêves de tendresse ;
Mon cœur vous dit un éternel adieu,
Brûlez, brûlez et remontez vers Dieu.
Allez au feu, souvenirs de jeunesse,
Pages d’amour et rêves de tendresse ;
Mon cœur vous dit un éternel adieu,
Brûlez, brûlez et remontez vers Dieu.
     
Émile di Dinant, li, ruveneut todi avou l’ minme bièstrîye :   Émile de Dinant, lui, revenait toujours avec la même bêtise :
Pendant que saint Eloi forgeait,
Son fils Oculi soufflait.
Pendant que saint Éloi forgeait,
Son fils Oculi soufflait.
     
Quand Josèf èt Omêr rarivint d’è scole à quatre eûres, i trouvint tote li binde atôveléye èmon Djan-Piêre. Marîye aveut fét do feû ol tchambe, alumè sès trwès quinquèts èt on djouweut ôs côtes dins tote li môjon. Il èstint tortos ô pus guéy èt Djan-Piêre li-minme ènn’aveut one su l’orèye. Il èsteut co pus amitieûs qu’ d’abitude èt môgrè ça, sins sèpe ô jusse poqwè, Josèf n’émeut nin do véy si papa bèlzingue.   Quand Joseph et Omer rentraient de l’école à quatre heures, ils trouvaient toute la bande attablée chez Jean-Pierre. Marie avait fait du feu dans la belle pièce, allumé ses trois quinquets et l’on jouait aux cartes dans toute la maison. Ils étaient des plus gais et Jean-Pierre lui-même était en goguette. Il était encore plus affectueux que de coutume et malgré cela, sans savoir au juste pourquoi, Joseph n’aimait pas de voir son papa éméché.
     
Su l’ fin dol chîje, lès coméres di Bèl-Ér dichindint one après l’ôte avou l’ nwâr mokwè su leû dos, po v’nu r’qwér leûs-omes. Èlle aclapint leû visadje al finièsse dol cûjène èt, di d’ pa d’dins, ô triviès dès cârôs, èlle avint l’ér di sôrcîres dins li spècheû. Po c’minci, èle tapint saquants côps ô cârô, més lès djouweûs d’ côtes, èstchôfès pa lès p’titès gotes, ni boudjint nin d’ leû tchèrîye. Adon, èle si dècidint à moussi èt v’nint pîlè ôtoû d’ leûs-omes po-z-è ralè. Més, por on côp qu’ sès pratiques tapint boûsse ô lôdje, Marîye n’èsteut nin prèsséye do lès véy pôrti. Èle fieut one jate di cafè qui disloyeut lès linwes èt lès feumes zèles-minmes rovyint d’ tapè on côp d’ouy à l’ôrlodje. Po fini, gn-aveut one qui s’î mèteut :   En fin de soirée, les femmes de Bel-Air descendaient une à une avec le châle noir sur le dos, pour venir rechercher leurs maris. Elles collaient leur visage à la fenêtre de la cuisine et, de l’intérieur, au travers des carreaux, elles avaient l’air de sorcières dans le noir. Pour commencer, elles frappaient quelques coups à la vitre, mais les joueurs de cartes, échauffés par les petites gouttes, ne bougeaient pas de leur chaise. Alors, elles se décidaient à entrer et venaient piailler auprès de leurs maris pour qu’ils retournent. Mais, pour une fois que ses clients ouvraient grandes leurs bourses, Marie n’était pas pressée de les voir partir. Elle faisait une tasse de café qui déliait les langues et les femmes elles-mêmes oubliaient de jeter un coup d’œil à l’horloge. Pour finir, il y en avait une qui s’y mettait :
« Alons, Piyin, djans-r’z-è !
— C’èst l’ dérène pôrt, més dji vin d’ atrapè one crole (6) ! »
  « Allons, Piyin, rentrons !
— C’est la dernière partie, mais je viens d’attraper une boucle (6) ! »
     
Quand lès-omes s’avint lèyi bèrdèlè on bokèt, i faleut bin s’ disclapè !   Quand les hommes s’étaient laissé houspiller un moment, il fallait bien se séparer !
     
Lès coméres lès-atrapint pa l’ brès èt on lès-oyeut fét-à-fét r’montè Bèl-Ér, en trèbukant tènawète sur on cayô.   Les femmes les attrapaient par le bras et on les entendait peu à peu remonter Bel-Air, en trébuchant de temps en temps sur un caillou.
     
P’tit-z-à p’tit, li môjon s’ wîdeut.   Petit à petit, la maison se vidait.
     
Li Sint-Élwè èsteut co iute on côp.   Une fois encore, la Saint-Éloi était passée.
Suite du texte…

eglise et village de celles


NOTES :

(1) Sur la Saint-Éloi, voir Joseph Roland, Saint Éloi, in Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, VII, pp. 329-344. - Retour texte

(2) Une pièce de cinq francs (cf. Jean Haust, DL). - Retour texte

(3) Sans doute un sobriquet pour “Juge”. - Retour texte

(4) En Belgique, on dit tête pressée, comme le signale Le Robert. - Retour texte

(5) Belgicisme pour “petit pot, récipient” (Le Robert). - Retour texte

(6) Crole. Voir chapitre XIV, note 3. - Retour texte