Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XIX. Sint-Nicolés

Apres l’ Sint-Élwè, on s’aprèteut po l’ Sint-Nicolés.

 

19.- Saint-Nicolas

Après la Saint-Éloi, on s’apprêtait pour la Saint-Nicolas.

     
Dispôy dès samwin.nes, Josèf èt Omêr ni côsint pus qui d’ ça. Marîye aveut apris ôs gamins dès tchansons qu’i s’mètint à rèpètè dol chîje.
  Depuis des semaines, Joseph et Omer ne parlaient plus que de cela. Marie avait appris aux gamins des chansons qu’ils se mettaient à répéter à la soirée.
     
C’èsteut d’abôrd, su l’ér « Au clair de la lune » :   C’était d’abord, sur l’air d’ « Au clair de la lune » :
C’est bientôt la fête
De saint Nicolas !
Partout on apprête
Paniers et cabas.
Prenons une manne,
Mettons-y du foin
Afin que son âne
Ne meure pas de faim.
C’est bientôt la fête
De saint Nicolas !
Partout on apprête
Paniers et cabas.
Prenons une manne,
Mettons-y du foin
Afin que son âne
Ne meure pas de faim.
     
Ou bin :   Ou bien :
Ô grand saint Nicolas, patron des écoliers,
Apportez-moi des prunes, des noix dans mes souliers.
Je serai toujours sage comme un petit mouton,
Je dirai mes prières pour avoir des bonbons.
Venez, venez, saint Nicolas (ter)
Et tra-la-la !
Ô grand saint Nicolas, patron des écoliers,
Apportez-moi des prunes, des noix dans mes souliers.
Je serai toujours sage comme un petit mouton,
Je dirai mes prières pour avoir des bonbons.
Venez, venez, saint Nicolas (ter)
Et tra-la-la !
     
I-gn-aveut co l’ cine qui tos lès èfants do viyadje sèpint par cœûr, pace qu’on l’ tchanteut è scole :   Il y avait encore celle que tous les enfants du village connaissaient par cœur, parce qu’on la chantait à l’école :
Saint Nicolas du paradis,
Apportez-moi du suc’ candi,
Et des caramels
Pour les demoiselles
Et des coups de bâton
Pour les méchants garçons.
Saint Nicolas du paradis,
Apportez-moi du suc’ candi,
Et des caramels
Pour les demoiselles
Et des coups de bâton
Pour les méchants garçons.
     
Més justumint, pace qui tot l’ monde èl conecheut èt qu’i n’émeut nin do fè come lès-ôtes, Josèf n’è t’neut wére di cas. Pus, à-st-idéye, lès paroles èstint fétes po dès crapôdes èt l’ér, qui n’aveut wére di cougne, lî choneut jusse bon po l’ viole d’on toûrniquèt.   Mais précisément, parce que tout le monde la connaissait et qu’il n’aimait pas faire comme les autres, Joseph n’en faisait guère de cas. Puis, pensait-il, les paroles étaient faites pour les gamines, et l’air, qui n’avait guère d’allure, lui semblait juste bon pour la viole d’un carrousel.
     
Lès-èfants n’avint nin tot fét leûs coplèts qu’one pougnîye di gayes èt d’ neujètes chîyeteut ol tchiminéye èt i vorint après dins tos lès cwins, dosmètant qu’ Djan-Piêre, qui soketeut o culot, si dispièrteut bon-z-èt rwèd, en zoublant su s’ tchèrîye. Pus i criyint d’ leû pus fwârt : « Merci, saint Nicolas ! »   Les enfants n’avaient pas terminé leurs couplets qu’une poignée de noix et de noisettes tintait dans la cheminée et ils se précipitaient dessus dans tous les coins, pendant que Jean-Pierre, qui sommeillait près de l’âtre, se réveillait brusquement, en sautant sur sa chaise. Puis ils criaient de toute leur force : « Merci, saint Nicolas ! »
     
Èt i n’èstint nin co contints insi ! Divant do montè coûtchi, i mètint leû solè ol tchiminéye èt c’èsteut tote one afêre quand l’ londemwin ô matin, sint Nicolés aveut rovyi do passè.   Et ils n’étaient pas encore contents ainsi ! Avant de monter se coucher, ils mettaient leur soulier dans la cheminée et c’était toute une affaire quand le lendemain matin, saint Nicolas avait oublié de passer.
     
Tènawète ossi, on-z-oyeut côsè èt rotè su l’ pavéye... Li gros uch si douvieut èt sint Nicolés mousseut ol cujène avou s’ dômèstique qu’aveut one vèdje è s’ mwin. Lès gamins bolint dès-ouy ô vî ome avou s’ blanke bôbe, si mantia èt s’ tchapia d’èvèque. Èt i rèspondint bin-onétreumint à totes sès quèstions, sins piède dès-ouy li nwâr mô-mi-r’vint qui, di timps-in-timps, fieut alè s’ tchène, come po lès manecyi.   Parfois aussi, on entendait parler et marcher sur le trottoir... La grande porte s’ouvrait et saint Nicolas entrait dans la cuisine avec son domestique, qui tenait une verge en main. Les gamins roulaient des yeux au vieil homme avec sa barbe blanche, son manteau et son chapeau d’évêque. Et ils répondaient bien poliment à toutes ses questions, sans perdre de vue le désagréable personnage noir qui, de temps en temps, agitait son fouet, comme pour les menacer.
« Est-ce que les enfants sont sages ? Vont-ils se coucher tôt ? »   « Est-ce que les enfants sont sages ? Vont-ils se coucher tôt ? »
     
On côp portant, l’afêre aveut manquè do mô toûrnè. Josèf, todi pus ârnôje qu’on-ôte, aveut satchi l’ sint pa s’ bôbe èt l’ « doux patron des enfants », qu’èlî aveut d’nè one pètéye, n’aveut yeû qui l’ timps d’atrapè l’uch : Djan-Piêre s’aveut lèvè èt s’aprèteut à l’apici...   Une fois, pourtant, l’affaire avait failli mal tourner. Joseph, toujours plus espiègle qu’un autre, avait tiré le saint par la barbe et le « doux patron des enfants », qui lui avait donné un soufflet, n’avait eu que le temps de gagner la porte : Jean-Pierre s’était levé et s’apprêtait à le saisir...
     
È scole, lès-èfants n’avint pus qu’ ça ol tièsse èt l’ mésse aveut do mô do lès fè sondji à ôte tchôse. I-gn-aveut todi ol binde on mô toûrnè po s’ chinè dès-inocints qu’èstint co d’ doûce crwèyance. Més Josèf lès lèyeut dîre : il aveut, comme on dit, li fwè dès tchèrbonîs. Portant, on djoû qu’ Marîye, rarivant d’ Dinant, aveut rovyi do sèrè l’ drèsse dol tchambe, il a discouviè l’ mistêre. Seûlemint, il a ôrdè l’ novèle por li tot seû. I mousseut dins one sinte radje quand on grand mô onteûs v’leut ètèrprinde do gâté l’ djôye di si p’tit frére.   À l’école, les enfants n’avaient plus que cela en tête et le maître avait du mal à les faire songer à autre chose. Il y avait toujours dans la bande un mal avisé pour se gausser des innocents qui étaient encore de douce croyance. Mais Joseph les laissait dire : il avait, comme on dit, la foi des charbonniers. Pourtant, un jour que Marie, rentrant de Dinant, avait oublié de fermer à clef le buffet de la belle pièce, il découvrit le mystère. Seulement, il garda la nouvelle pour lui tout seul. Il entrait dans une sainte rage quand un grand impudent voulait tenter de gâter la joie de son petit frère.
     
Li djoû di d’vant l’ fièsse, en rarivant d’è scole, lès gamins èstint al fîve. I purdint lès biyèts qu’il avint scrît ô grand sint po fè leûs comandes èt i pôrtint avou leûs-assiètes dins on pani, po fè l’ toûrnéye dol parintéye.   La veille de la fête, en rentrant de l’école, les gamins étaient fébriles. Ils prenaient les billets qu’ils avaient écrits au grand saint pour faire leurs commandes et ils partaient avec leurs assiettes dans un panier, pour faire le tour de la parenté.
     
Èmon Pârin Marchô, il alint poûji è l’ oudje do forni one pougnîye di laton po l’ bôdèt èt Mârène arindjeut l’ picotin dins on banstia.   Chez Parrain [le] Maréchal, ils allaient puiser à la huche du fournil une poignée de son pour le baudet et Marraine arrangeait le picotin dans une petite manne.
     
Il alint coûtchi do côp en rarivant pace qui tot l’ monde sét bin qu’ sint Nicolés n’ passe nin dins lès môjons èou-ce qui lès èfants n’ sont nin r’mètus tot timpe. Portant, il avint dès rûses do s’èdwârmu, à fwace do ravôdé zèls deûs èt do tûsè ô londmwin. Ô matin, i n’èsteut co pont d’eûre qu’il èstint dèdjà dispièrtès. I zoublint foû do lèt més Marîye lès-èspètcheut do d’chinde tant qu’èle n’aveut nin fét l’ feû. Èle n’aveut nin d’djà criyi après zèls ô pîd dès montéyes qu’i rouflint al valéye come dès distèrminès.   Ils allaient se coucher tout de suite, dès le retour parce que tout le monde sait bien que saint Nicolas ne passe pas dans les maisons où les enfants ne sont pas mis au lit bien tôt. Pourtant, ils avaient du mal à s’endormir, à force de bavarder tous deux et de penser au lendemain. Au matin, l’aube les trouvait déjà réveillés. Ils sautaient du lit, mais Marie les empêchait de descendre aussi longtemps qu’elle n’avait pas allumé le feu. À peine les avait-elle appelés en criant au pied de l’escalier qu’ils se ruaient en bas comme des enragés.
     
Qué côp d’ouy quand i moussint ol cûjène ! Lès-assiètes èstint là su li p’tite tôve, tchèrdjîyes di biscwîts, di figues, d’amandes, di caramèls, di coûtches di Rins´ èt d’ Dinant. Èt lès chocolats, don ! Zèls qui n’ conechint do trèvint d’ l’anéye qui lès p’tits cârès à on sou d’èmon Dèlése po fè l’ sopè l’ dîmègne, i n’è ruv’nint nin do trouvè dins l’ moncia dès clès, dès pupes, dès cigâres avou do feû ô coron (1). Pus, tot d’on côp, il avisint li bia blanc tch’fô montè su dès rôlètes, li djeû d’ quine, li bwèsse di construcsion. Més i faleut qui Marîye lèzî mostruche li noû tricot d’ bleûwe lin.ne : ça, ç’ n’èsteut nin dès-afêres di Sint-Nicolés !   Quel coup d’œil quand ils entraient dans la cuisine ! Les assiettes étaient là sur la petite table, chargées de biscuits, de figues, d’amandes, de caramels, de couques de Rins et de Dinant. Et les chocolats, donc ! Eux qui, en temps ordinaire, ne connaissaient que les petits carrés à un sou de chez Delhaize pour faire le souper le dimanche, ils n’en revenaient pas de trouver dans le tas des clefs, des pipes, des cigares avec du feu au bout (1). Puis, tout d’un coup, ils remarquaient le beau cheval blanc monté sur des roulettes, le jeu de loto, la boîte de construction. Mais il fallait que Marie leur montre le nouveau tricot de laine bleue : cela, ce n’était pas des objets de Saint-Nicolas !
     
Quand il avint assèz capontyi t’t-à-fét, i courint èmon Mârène. C’è-st-one saqwè d’ curieûs, més là, sint Nicolés catcheut totes sès-afêres dins l’ cofe dol cwîsiniére. Èmon ma tante Aline lès gamins èstint sûrs do trouvè tot ç’ qui l’zî faleut po l’ sicole ; c’èsteut li « spécialité » dol môjon : dès crèyons, dès gômes, dès touches, dès-ârdwèses, dès-intches di totes lès coleûrs : rodje, bleûwe, vète. Il èstint r’montès por on bokèt !   Quand ils avaient assez tout remué, ils couraient chez Marraine. C’est étrange, mais là, saint Nicolas cachait tous ses présents dans le four de la cuisinière. Chez . Chez « ma » tante Aline, les gamins étaient sûrs de trouver tout ce qu’il leur fallait pour l’école; c’était la « spécialité » de la maison : des crayons, des gommes, des crayons d’ardoise, des ardoises, des encres de toutes les couleurs : rouge, bleue, verte. Ils étaient approvisionnés pour un bout de temps !
     
I racourint vite bwâre li cafè èt i pôrtint po l’ sicole en s’ ragrançant d’ièsse à onze eûres po r’trouvè totes leûs ritchèsses.   Ils revenaient vite déjeuner et ils partaient pour l’école en se réjouissant d’avance d’être à onze heures pour retrouver toutes leurs richesses.
     
Josèf sondjeut qui c’èsteut bin mô trouvè do n’ nin d’nè condji on parèy djoû : li pus bia djoû d’ l’anéye po lès-èfants !   Joseph estimait que c’était une bien mauvaise idée de ne pas donner congé un pareil jour : le plus beau de l’année pour les enfants !
Suite du texte…

NOTE :

(1) Aux menues portions ordinaires (p’tits cârès à on sou), l’auteur oppose l’abondance des friandises au chocolat de formes diverses. Quant au « feu », il s’agit d’une imitation : le bout du faux cigare (en chocolat) est coloré en gris (pour la cendre) et en rouge (pour l’incandescence). - Retour texte