Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XX. – Tchèrôde èt Grand Feû

Divant do-z-ataquè l’ Cwarème, on n’ manqueut nin do fè l’ tchèrôde (1).

 

20.- « Tchèrôde » et Grand Feu

Avant d’entrer en Carême, on ne manquait pas de faire la « tchèrôde » (1).

     
Li môrdi d’vant lès Cènes, al vèspréye tote basse, gamins èt crapôdes si rachonint do costè d’èmon li Scayeteû. Avou saquants djôbes di strin, quéquès ourètes èt lès spinemints dès ayes d’avôr-là, il avint c’ qu’il-z-î faleut. Quand l’alumète èsteut mètûwe èt qui l’ feû c’minceut à fè craqué l’ moncia, i criyint tortos d’ leû pus fwârt, en lèyant bachi l’ vwès ô coron d’ leû mèssadje :   Le mardi avant les Cendres, en fin d’après-midi, garçons et filles se rassemblaient du côté de chez l’Ardoisier. Avec quelques gerbes de paille, quelques fagots de menus bois et les émondes des haies du coin, ils avaient ce qu’il leur fallait. Quand l’allumette était mise et que le feu commençait à faire craquer le tas, ils criaient tous à gorges déployées, en laissant baisser la voix à la fin de leur message :
Al Tchèrôde
Marîye marôde !
Li ci qu’ vout v’nu
Qu’ l’apwate one djôbe !
À la « Tchèrôde »
Marie maraude !
Celui qui veut venir
Qu’il apporte une gerbe !
     
Quand i n’ dimeureut pus qu’ dès breûjes, lès-èfants zoublint iute à toûr. Rin d’ parèy, dijeut-on, po n’ nin awè mô s’ vinte dins l’ courant d’ l’anéye.   Quand il ne restait plus que des braises, les enfants sautaient par-dessus tour à tour. Rien de tel, disait-on, pour ne pas avoir mal au ventre l’année durant.
     
« À la bone eûre, mès-èfants, criyeut-i l’ Gros Batisse, en r’passant avou s’musète à s’ dos. Quand on n’ fét nin l’ tchèrôde li-minme, li Bon Diè l’ fét à vosse place ! » Di ç’ maniére-là, on-z-èsteut sûr èt cèrtin do n’ nin awè l’ feû tins d’ l’anéye.   « À la bonne heure, mes enfants, criait le Gros Baptiste, en repassant avec sa musette au dos. Quand on n’a pas soi-même fait la ‘tchèrôde’, le Bon Dieu la fait à votre place ! » De cette façon, on était sûr et certain de ne pas avoir le feu pendant l’année.
     
Li londemwin ô matin, totes lès coméres èt lès vîs-omes èstint à mèsse po r’cîr li crwès di bènitès cènes. Tos l’s-ans, li P’tit Marchô ènn’aprèteut one pougnîye en brûlant dès coches di pôquîs d’ l’anéye di d’vant. En passant ’ddé l’ curè ô banc d’ comunion, i-gn-aveut mwintes qui stindint leû lîve di mèsse po ’nn’awè one picîye. C’è-st-insi qu’ Josèf, qui t’neut l’ platia, aveut sési poqwè ç’ qui l’ parwassyin da Mârène aveut dès pâjes totes tchôboréyes. I-gn-aveut dès gamins qui n’èstint nin d’djà foû d’ l’èglîje qu’il avint rôstè leûs cènes avou leû mokwè d’ potche. Més Josèf, qui Marîye aveut scolè là-d’ssus come su brâmint dès-afêres, èsteut tot fiér do pôrti po l’ sicole avou one bèle nwâre crwès su s’ front. Èt i sayeut do l’ôrdè jusqu’à l’ nét, pace qu’on n’ dut nin awè peu do mostrè quî qu’on-z-èst.   Le lendemain au matin, toutes les femmes et les hommes âgés étaient à la messe pour recevoir la croix de cendres bénites. Tous les ans, le Petit Maréchal en apportait une poignée en brûlant des branches de buis de l’année précédente. En passant près du curé au banc de communion, plus d’un présentait son missel pour en recevoir une pincée. C’est ainsi que Joseph, qui tenait le plateau, avait saisi pourquoi le paroissien de Marraine avait des pages toutes barbouillées. Certains gamins n’étaient même pas encore sortis de l’église qu’ils avaient enlevé leurs cendres avec leur mouchoir de poche. Mais Joseph, que Marie avait initié sur cette question comme sur beaucoup de choses, était tout fier de partir pour l’école avec une belle croix noire sur le front. Et il essayait de la conserver jusqu’à la nuit, parce qu’on ne doit pas craindre de montrer qui l’on est.
*   *
Li dîmègne di d’vant, après veupes, lès gamins s’avint rachonè o Fond èt avint c’minci à toûrnè po l’ Grand Feû. Lès pus grands satchint drî zèls one tchèrète qui lès-ôtes boutint ô cul èt i fyint tos lès-uch fét-à-fét. I-gn-a d’djà person.ne qu’ôreut wasu l’zî r’fusè on fagot, one djôbe di strin, ou bin on gros sou po-z-achetè dol pétrole !   Le dimanche précédent, après les vêpres, les garçons s’étaient rassemblés au Fond et avaient commencé leur tournée pour le Grand Feu. Les plus grands tiraient une charrette que les autres poussaient par derrière, et ils « faisaient » toutes les portes au fur et à mesure. Personne, au vrai, n’aurait osé leur refuser un fagot, une gerbe de paille ou bien un gros sou pour acheter du pétrole !
     
Tote li samwin.ne, après quatre eûres, i s’ ritrouvint su Tchôbrumont po-z-alè ôs spènes. Lès pus vîs, come Vivide èt Djôsèf li Scayeteû, lès s’nèsint avou on fèrmin ; lès-ôtes lès èrtchint en l’s-atèlant à one cwade, jusqu’à l’ fine dès copètes do tiène po lès ramoncelè addé l’ Grande Câriére. C’è-st-one saqwè d’ curieûs més, po fè ç’t-ovradje-là, on n’aveut nin peû do s’ digrètè. Ça n’ fét rin, po-z-è ralè à l’anéti, on ’nn’aveut tortos à sès guètes !
  Toute la semaine, après quatre heures, ils se retrouvaient à Tchaubrumont pour aller aux épines. Les aînés, comme Ovide et Joseph l’Ardoisier, les coupaient avec un courbet; les autres les tiraient en les attachant à une corde, jusque tout au sommet de la colline pour les entasser près de la Grande Carrière. C’est une chose étrange, mais, pour accomplir cette besogne-là, on ne craignait pas de se griffer. Il n’empêche que pour rentrer le soir, on était tous fatigués !
     
Todi èst-ce-t-i qui l’ dîmègne tins d’ basse mèsse, quand l’ Blanc da Rôse èt l’ Gros Bêy arivint avou leûs fotches po-z-arindji l’ moncia, il è trouvint on si fèl paquèt qu’i faleut qui l’ cinsî d’Al Coûr lèzî aminuche on tchôr po gripè d’ssus. Do côp après l’ salut, tote li djon.nèsse do viyadje èt co brâmint dès vîs gripint lès pasias tot-ôtoû d’ Tchôbrumont : lès cis do Fond come lès cis d’Al Rotchète, lès cis d’ Bèl-Ér come lès cis d’Al Copète do Viyadje, lès cis d’Ûbaye come lès cis dès Rèchès-Vôyes. Tos lès-ancyins èstint ô posse pace qui ç’ djoû-là « on r’vint di sèt-eûres lon èt d’ sèt-eûres lôdje (2) mougni l’ pwin d’ sès parints ».   Toujours est-il que le dimanche durant la messe basse, quand le Blanc de Rose et le Gros Bêy arrivaient avec leurs fourches pour arranger le tas, ils en trouvaient un si fameux paquet qu’il fallait que le fermier de la Cour leur amenât un chariot pour grimper dessus. Tout de suite après le salut, toute la jeunesse du village et encore bien des vieux gravissaient les sentiers tout autour de Tchaubrumont : ceux du Fond comme ceux de la Rochette, ceux de Bel-Air comme ceux du Sommet du Village, ceux d’Hubaille comme ceux des Rèchès-Vôyes. Tous les anciens étaient au poste parce que ce jour-là « on revient de sept heures de long et de sept heures de large (2) manger le pain de ses parents ».
     
C’èst l’ Gros Bêy qui mèteut l’alumète èt i n’ôreut nin d’nè s’ place à pèrson.ne : il èsteut t’t-ossi fiér do fè ç’ jèsse-là qui Monsègneûr do d’nè l’ Pax tecum al Confirmâcion ! Su pont d’ timps, lès linwes di feû lètchint l’ moncia pa t’t-ôtoû èt i flameut come one môye en fiant one vréye pètarâde. Si l’ feû aveut l’ér do grogni, on bassin d’ pètrole l’aveut rade fét ravikè.   C’est le Gros Bêy qui mettait l’allumette et il n’aurait donné sa place à personne : il était tout aussi fier d’accomplir ce geste-là que Monseigneur de donner le Pax tecum à la Confirmation ! Bientôt les langues de feu léchaient le tas tout autour et il flambait comme une meule en faisant une vraie pétarade. Si le feu avait l’air de grogner, un bassin de pétrole l’avait bien vite ranimé.
     
Su ç’ timps-là, gamins èt gamines criyint tortos ô pus fwârt èt do pus wôt qu’i sèpint : « Ô Grand Feû, lès chîjes o feû ! » Èt on-z-oyeut leûs vwès qui r’dondint dins lès Fonds jusqu’après l’ Trô Méria ! Vélà, do costè d’ Lavis, di Swène, di Nwèsi, di Ûbièmont, di Bwèssèye èt d’ Mayène, lès feûs blawetint dins l’ nwâreû. Tant mieûs po l’ djon.ne comére qu’è p’leut comptè sèt´ : èlle èsteut sûre d’ièsse maryéye po l’ Novèl-An ! Lès viyès djins, zèls, p’lint co-z-è r’véy sèt´ l’anéye d’après. Dosmètant, Tintin, l’ Djan Fâstrè èt saquants-ârsôyes qui s’avint tchôborè l’ visadje courint come dès lwagnes avou on- « ome » qui flameut al copète d’one pièce, en fiant è l’ér dès dessins di totes lès sôtes.   Pendant ce temps, garçons et filles criaient tous à tue-tête et le plus haut qu’ils pouvaient : « Au Grand Feu, les veillées au feu ! » Et l’on entendait leurs voix rebondir dans les Fonds jusque vers le Trou Mairia ! Là-bas, du côté de Lavys, de Soinne, de Noisy, de Hubermont, de Boisseilles et de Mayenne, les feux scintillaient dans l’obscurité. Tant mieux pour la jeune fille qui pouvait en compter sept : elle était assurée d’être épousée pour le Nouvel An ! Les vieilles personnes, elles, pouvaient encore en voir sept l’année suivante. Entre-temps, Tintin, le Jean Fastré et quelques canailles qui s’étaient barbouillé le visage couraient comme des sots avec un « homme » qui flambait au-dessus d’une perche, en décrivant dans l’air des dessins de toutes sortes.
     
P’tit-z-p’tit portant, li feû ’nn’aveut à s’ pène. Après lès zoupèlerîyes dol djon.nèsse, tot l’ monde rid’chindeut su Bèl-Ér ou su l’ Tchafor. Ô pus sovint i-gn-aveut dès trokes di masquès qui fyint awè ôsse lès coméres avou leû grand rodje nèz, leû rossète tignasse èt leûs nwârs-ouy tot èwarès.   Petit à petit pourtant, le feu déclinait. Après les sauteries de la jeunesse, tout le monde redescendait sur Bel-Air ou sur le Four à chaux. Le plus souvent, des grappes de masques effrayaient les femmes avec leur grand nez rouge, leur tignasse rousse et leurs yeux noirs tout ahuris.
     
Dins lès môjons èou-ce qu’i-gn-aveut dès djon.nès coméres, c’è-st-one chîje qui p’leut comptè : lès galants î fyint leû-z-intréye. Ci djoû-là, d’jeut-on, on ratche è l’ouy di s’ crapôde ; on vérè r’qwér si ratchon à l’ Létâré ! Ècoradji pa lès soçons èt tot mougnant lès ôfes, i faleut bin fè l’ grand mèssadje : « Èst-ce qui vos v’loz bin qui dj’ vègne po Louwisse ? » Si l’ papa èsteut d’acwârd, i sièrveut one pitite gote « peû qu’on n’ tchèyuche flôwe en-z-è ralant ». Èviès dîj eûres — l’eûre dès bravès djins — on r’purdeut l’ vôye po-z-è ralè.   Dans les maisons où demeuraient des jeunes filles, c’était une veillée qui pouvait compter : les prétendants y faisaient leur entrée. Ce jour-là, disait-on, on crache dans l’œil de sa bonne amie; on viendra rechercher son crachat à la Lætare ! Encouragé par les copains et tout en mangeant les gaufres, il fallait bien faire le grand message : « Acceptez-vous que je ‘vienne pour’ Louise ? » Si le papa était d’accord, il servait une petite goutte « de crainte qu’on ne tombe faible en rentrant ». Vers dix heures – l’heure des braves gens – , on reprenait la route pour s’en retourner.
     
Josèf èt Omêr ôrint bin v’lu ossi montè jusqu’à d’ssus Tchôbrumont po wéti l’ Grand Feû di t’tot près. Més il avint bèl à talemanè Marîye ! On n’ vèyeut nin d’djà si mô l’ feû qu’ ça pa l’ finièsse d’èmon Pârin ! Èt pus, èst-ce qui lès gamins come-u-fôt vont insi rôlè dol chîje lon èrî d’ leû môjon ? Ça n’ fét rin, i ’nn’avint bin pèsant ! Po lès contintè, Djan-Piêre ènn’èsteut quite à fè flamè saquants djôbes ol coûr, divant l’ fwadje.   Joseph et Omer auraient bien aimé, eux aussi, monter jusqu’à Tchaubrumont pour regarder le Grand Feu de tout près. Mais ils avaient beau tanner Marie ! On ne voyait déjà pas si mal que ça le feu par la fenêtre de chez Parrain ! Et puis, est-ce que les garçons convenables vont ainsi vagabonder le soir loin de leur maison ? Tout de même, ils en avaient le cœur gros ! Pour les contenter, Jean-Pierre en était quitte pour faire flamber quelques gerbes dans la cour, devant la forge.
Suite du texte…

NOTES :

(1) Lucien Somme me communique ces précisions : « Trouvé dans Le calendrier populaire wallon, étude de folklore par Rodophe de Warsage (1920) sous le titre ‘Grands feux, bures ou thèrôdes’ : Au Carnaval, il est de coutume d’allumer de Grands Feux semblables à ceux de la Saint-Jean. À Cherain (Houffalize), les jeunes gens flambent une botte de paille devant leur demeure. Le feu se nomme ‘Shèrôde’ ou ‘Tchèrôde’ (du wallon : récurer). » Sans doute, dans ce texte, faut-il lire ‘Chèrôde’ et non ‘Shèrôde’ ; le mot wallon serait, en wallon de Celles, richurè (« récurer, nettoyer »). L’ALW (III, notice 193) signale tchèrôde en D72 (comme ailleurs en Condroz, ainsi qu’en Famenne et dans l’Ardenne voisine), avec le sens de « petit feu », comme l’appelait Jean Haust par opposition au Grand Feu de la quadragésime. Sur le folklore du mardi-gras, voir Jules Vandereuse et Roger Pinon, La Chanson de « Saint Pansard » in Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, IX, pp. 257-312. - Retour texte

(2) Comprenez : « à sept heures de là, à sept heures de marche à la ronde ». - Retour texte