Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXI. – Preumîrès-amoûrs

Quand Josèf èsteut p’tit, i n’ôreut v’lu ièsse one gamine po tot l’ôr do monde. One crapôde, ça brét po rin, ça n’a pont d’ fwace, ça s’ lét k’boutè sins s’ sèpe rivindji, ça n’îrè jamés è scole qu’èmon lès bèguènes. Ç’aveut stî on grand djoû por li quand Mitile, li costîre, s’aveut aminé on londi ô matin, avou s’ machine dizos s’ brès, po v’nu lî fè s’ preumîre culote. Pôve Mitile ! l’ârnôje l’a-t-i fét assoti ! Ci djoû-là, i l’ôreut bin rabrèssi à picètes. Èt quand i s’aveut vèyu moussi come on vré gamin, avou s’ pantalon èt sès burtales, il èsteut fiér come on djon.ne ome qui r’vint po l’ preumî côp dès sôdârts.

 

21.- Premières amours

Quand Joseph était petit, il n’aurait pas voulu être une fille pour tout l’or du monde. Une gamine, ça pleure pour rien, ça n’a pas de force, ça se laisse bousculer sans pouvoir se venger, ça n’ira jamais à l’école que chez les sœurs. Cela avait été un grand jour pour lui quand Domitille, la couturière, était venue un lundi matin, avec sa machine sous le bras, pour lui confectionner sa première culotte. Pauvre « Mitile » ! l’espiègle l’a-t-il énervée ! Ce jour-là, il l’aurait bien embrassée avec effusion. Et quand il s’était vu habillé comme un vrai garçon, avec son pantalon et ses bretelles, il était fier, tel un jeune homme qui revient pour la première fois du service militaire.

     
Lès gamines ! Quand d’asard i-gn-a one qui vout fè do gamin, ça d’vint co pés qu’one wèspe. Insi Zandrine d’èmon Pîrlot èst si télemint mèchante qui s’ grand-mére èl raclôt ol coûr tote li djoûrnéye. Tos côps qu’ Josèf passe avôr-là, èle si mèt à l’ataquè come on vîreûs tchin d’ vatche alachi su l’ pavéye d’one cinse.   Les gamines ! Quand par hasard il en est une qui veut faire le gamin, cela devient encore pire qu’une guêpe. Ainsi, Alexandrine de chez Pirlot est tellement méchante que sa grand-mère l’enferme dans la cour toute la journée. Chaque fois que Joseph passe par là, elle se met à l’attaquer comme un grincheux « chien de vache » attaché sur le trottoir d’une ferme.
     
« Louviète ! Louviète ! , crîye-t-èle avou s’ vwès d’agace.   « Louviette ! Louviette ! , crie-t-elle avec sa voix de pie.
- Pîrlète ! » rèspond-t-i l’ gamin. « Louviète !... » Èle n’èst binôje qui quand èlle a mètu Josèf ô coron. Adon, i satche li bôrîre bon-z-èt rwèd èt s’ mèt à lanci l’afrontéye. Més èlle a dèdjà tchôkè l’uch di drî po r’moussi è s’ môjon. Quand Josèf a ratrapè l’ vôye, èle vint co bôkè (1) on côp po lî fè one dérène chinéye: « Louviète ! Louviète ! » Avou one parèye vipére, i n’ fôt nin saye d’awè l’ dérène.   – Pîrlette ! » répond le gamin. « Louviette » !... Elle n’est contente que lorsqu’elle a mis Joseph à bout. Alors, il ouvre vivement la barrière et se met à la poursuite de l’effrontée. Mais déjà elle a poussé la porte de derrière pour rentrer chez elle. Quand Joseph a regagné le chemin, elle vient encore une fois lorgner (1) pour lui faire une dernière grimace : « Louviette ! Louviette ! » Avec une pareille vipère, il ne faut pas essayer d’avoir le dernier mot.
     
Més totes lès crapôdes ni sont nin di ç’ sôte-là. Josèf ènn’a r’mârquè pus d’one qu’i r’wéte voltî, avou s’ tinre pia, sès bèlès trèsses èt sès-ouy di poupène. Seûlemint, c’èst come on fét-èksprès, cèt’-lal, on-z-a do mô d’ lès rèscontrè. È l’èglîje, lès gamins si t’nèt d’on costè, lès gamines di l’ôte. Po sôrti, èlle è vont pa l’uch dès sœûrs ; lès gamins sôrtèt pa l’ gros uch. Èt on s’ toûne li dos, motô po jusqu’ô londemwin : lès crapôdes gripèt è l’ Èrmitadje, lès gamins vont è scole ô mésse. I-gn-a dèdjà qu’ô catèsime qu’on s’ ritrouve quéques momints èchone. Èt, avou Mossieû l’ Curè, i n’ fét co bon d’ trop toûrnè l’ tièsse su l’ costè !   Mais toutes les filles ne sont pas de cette sorte-là. Joseph en a remarqué plus d’une qu’il aime regarder, avec sa peau tendre, ses belles tresses et ses yeux de poupée. Seulement, comme par un fait exprès, celles-là, on a du mal à les rencontrer. À l’église, les garçons se tiennent d’un côté, les filles de l’autre. Pour sortir, elles empruntent la porte des religieuses; les gamins sortent par la grande porte. Et l’on se tourne le dos, peut-être jusqu’au lendemain : les filles montent à l’Ermitage, les garçons vont à l’école chez le maître. Il n’y a guère qu’au catéchisme qu’on se retrouve quelques moments ensemble. Et, avec Monsieur le Curé, encore ne fait-il pas bon de trop tourner la tête sur le côté !
     
Portant, à l’s-ètinde, tos lès gamins ont dèdjà leû p’tite comére. Tot l’ monde sét bin, par ègzimpe, qui l’ Gusse di Malaviséye ènn’a qui por Ôgusta d’Al Rotchète. Li gros Nèstôr di Véves wéte todi d’atôji l’ Zandrine en v’nant è scole ; l’ôte djoû, i copinint co èchone à Gomèpont. D’al copète do Tchèrô, en-z-è ralant al vèspréye, li Damas d’ Lavis fét alè s’ cârnassiére après lès djèrmales d’èmon l’ Chèf.
  Pourtant, à les entendre, tous les gamins ont déjà leur petite femme. Tout le monde sait bien, par exemple, que l’Auguste de Malavisée n’a d’yeux que pour Augusta de la Rochette. Le gros Nestor de Vêves essaie toujours d’aborder la Sandrine en venant à l’école; l’autre jour, ils copinaient encore ensemble à Gomèpont. Depuis le sommet de la Voie charretière, en rentrant dans l’après-midi, le Damas de Lavys balance son cartable pour se faire remarquer des jumelles de chez le Chef.
     
Li p’tit Josèf n’èst nin fét ôtreumint qui l’s-ôtes èt i-gn-a dèdjà on bokèt qu’il a s’t-idéye.   Le petit Joseph n’est pas fait autrement que les autres et il y a déjà un bout de temps qu’il a sa petite idée.
     
Bin sûr, ça n’ lî displét nin do djouwè avou s’ cousine Lèya. Èlle a on bia fin visadje come one comtèsse, dès bruns tchfias qu’èlî pindèt su s’ dos èt il èst fiér d’ièsse parint avou one dès pus bèlès crapôdes do viyadje. Do trèvint qu’èle dimeureut al cinse di Nwèsi, i fieut d’ l’ome pace qu’i p’leut alè rènè avou lèy ôtoû dol canardiére, djouwè ô catchi dins lès rébédèmedrom´ èt ramèchenè dès bèrwètéyes di marons dins lès-aléyes do pârc. Tos lès dimègnes après non.ne, èle vint dîre bondjou à Marîye, li soûw di s’ pére, li Grand Leûp, li vré pârin da Josèf. Quand sès matantes d’èmon Marot nèl lèyèt nin v’nu jusqu’à l’ môjon, li dîmègne divant veupes, il èst disloûji tote li vèspréye. A môde di rin, tins qu’ Marîye copine avou s’ frére, i l’assatche ol tchambe po l’awè por li tot seû : c’èst bin mèyeû insi ! Portant, i l’ rabrèsse sins sondji à rin : one cousine, ça n’ compte nin, ci n’èst nin on mayon.   Bien sûr, il ne lui déplaît pas de jouer avec sa cousine Léa. Elle a un beau visage fin comme une comtesse, des cheveux bruns qui lui pendent dans le dos et il est fier d’être parent avec l’une des plus belles filles du village. Du temps où elle habitait à la ferme de Noisy, il faisait l’homme parce qu’il pouvait aller flâner avec elle autour de la mare aux canards, jouer à cache-cache dans les rhododendrons et ramasser des brouettées de marrons dans les allées du parc. Tous les dimanches après-midi, elle vient dire bonjour à Marie, la sœur de son père, le Grand Loup, le vrai parrain de Joseph. Quand ses tantes de chez Marot ne la laissent pas venir jusqu’à la maison, le dimanche avant les vêpres, il est chagriné toute l’après-midi. Mine de rien, tandis que Marie copine avec son frère, il l’attire dans la belle pièce pour l’avoir pour lui tout seul : c’est bien meilleur ainsi ! Pourtant, il l’embrasse sans songer à rien : une cousine, ça ne compte pas, ce n’est pas une fiancée.
     
Non ! i-gn-a qu’one gamine qu’i veut vrémint voltî : c’èst Rafaèle d’èmon l’ Chèf. Més ossi, c’èst l’ pus bèle di totes ! One grosse gamine avou on doûs visadje d’Aviêrje, dès bruns tchfias tot crolès, one pia roselante come one pèche, dès ouy à vos fè piède li tièsse. Sès parints t’nèt botique en montant l’ viyadje. Chaque côp qu’ Josèf empwinte li toûrnant po passè par là, il a dèdjà dès batemints d’ cœûr, rin qu’ do véy li môjon. Si d’astchèyance i l’ rèsconture, c’èst tot jusse s’i wase lèvè lès-ouy po lî dîre bondjou. Èt s’il è va fè one comission po s’ moman, il a ôsse qui ci n’ sôye lèy qui vègne sièrvi ! Li gamine, lèy, qui n’ si dote di rin, lî côse avou on bia sorîre quèl fét r’chonè à on-andje.  ! ç’ n’èst nin po rin qu’on l’ lome Rafaèle ! Tot côp qui s’ nom passe dins lès litanîyes ôs Rogâcions ou bin l’ Sèmedi d’ Pôques, Josèf si sint frumeji. Quéne malchance qu’èlle èst deûs-ans pus djon.ne qui li : i n’îront jamés ô catèsime èchone ! Quand il a trop l’ timps long après, i va jusqu’à d’ssus l’ route po véy igni l’ tchiminéye dol môjon.   Non ! Il n’y a qu’une fillette qu’il aime vraiment : c’est Raphaèle de chez le Chef. Mais aussi, c’est la plus belle de toutes ! Une gamine bien en chair avec un doux visage de Vierge, des cheveux bruns tout bouclés, une peau rosée comme une pêche, des yeux à vous faire tourner la tête. Ses parents tiennent un magasin en montant le village. Chaque fois que Joseph se dirige vers le tournant [qui masque la demeure de la belle] pour passer par là, il a déjà des battements de cœur, rien qu’à voir la maison. Si d’aventure il la rencontre, c’est à peine s’il ose lever les yeux pour lui dire bonjour. Et s’il va y faire une commission pour sa maman, il redoute que ce ne soit elle qui vienne servir ! La gamine, elle, qui ne se doute de rien, lui parle avec un beau sourire qui la fait ressembler à un ange. Ah ! ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle Raphaèle ! Chaque fois que son nom passe dans les litanies aux Rogations ou bien le Samedi saint, Joseph se sent frémir. Quelle malchance qu’elle ait deux ans de moins que lui : ils n’iront jamais au catéchisme ensemble ! Quand il trouve le temps long, il va jusque sur la route pour voir fumer la cheminée de la maison.
     
Rafaèle a on p’tit vèjin qu’on lome Arsène. Tos lès djoûs, i djouwe al maye ou ô catchi avou lèy. I ’nn’a one li d’ chance, Arsène, do d’meurè insi èsconte d’èmon Rafaèle ! Josèf discandj’reut voltî s’ bèle môjon, si grand djârdin èt co l’ prè avou po l’ cassine da Arsène. Tènawète, i s’ risquéye do v’nu djouwè avou zèls. Il î a minme passè tote one matinéye di condji. Ci djoû-là, Arsène èt Josèf ont fét do maçon. Èt Arsène a dit à Rafaèle, come si ç’ sèreut s’ feume: « Quand i sonerè doze eûres, ti m’apwaterès l’ sope, sés´, Rafaèle ! » Josèf ènn’a ralè tot disloûji è s’ môjon. I n’a nin yeû l’ coradje do ruvenu dol vèspréye !   Raphaèle a un petit voisin qu’on appelle Arsène. Tous les jours, il joue aux billes ou à cache-cache avec elle. Il en a une de chance, Arsène, d’habiter ainsi tout à côté de chez Raphaèle ! Joseph échangerait volontiers sa belle maison, son grand jardin et le pré en plus contre la bicoque d’Arsène. Parfois, il se risque à venir jouer avec eux. Il y a même passé toute une matinée de congé. Ce jour-là, Arsène et Joseph jouèrent au maçon. Et Arsène dit à Raphaèle, comme si c’était sa femme : « Quand il sonnera douze heures, tu m’apporteras la soupe, n’est-ce pas, Raphaèle ! » Joseph s’en retourna chez lui tout désespéré. Il n’eut pas le courage de revenir l’après-midi !
     
Li dîmègne divant veupes, lès gamins s’ rachonint voltî ol coûr d’èmon l’ Chèf, po djouwè one pôrt al maye ou bin po discutè. On-z-ôreut dit qui ç’ gamine-là, si bèle èt si inocin.ne, lès-assatcheut tortos. Il èstint là acovetès ôtou d’ lèy, assis su l’ banc ou ascropus su l’ pavéye èt i choneut à Josèf qu’èle lès vèyeut voltî tortos. Li s’ tuneut one miète su l’ costè, tot jin.nè d’ièsse vinu là por one crapôde, si lon èrî di s’ môjon. Adon i lî a passè one idéye ol tièsse : « Dji su l’ preumî è scole. Pus tôrd, dj’iré ô coléje, dj’ôré one bèle place èt c’èst mi qu’ marîyerè Rafaèle ! » Èt il a sintu one saqwè d’ doûs qu’èlî coureut dins lès win.nes, pa t’t-avô l’ cwârps.   Le dimanche avant les vêpres, les gamins se rassemblaient volontiers dans la cour de chez le Chef, pour jouer une partie de billes ou pour bavarder. On aurait dit que cette fille-là, si belle et si innocente, les attirait tous. Ils étaient là blottis autour d’elle, assis sur le banc ou accroupis sur le trottoir et il semblait à Joseph qu’elle les aimait tous. Lui se tenait un peu à l’écart, tout gêné d’être venu là pour une fille, si loin de sa maison. Alors une idée lui passa par la tête : « Je suis le premier à l’école. Plus tard, j’irai au collège, j’aurai une belle situation et c’est moi qui épouserai Raphaèle ! » Et il sentit quelque chose de doux lui couler dans les veines, à travers tout le corps.
     
On djoû d’èsté al vèspréye, lès coméres d’èmon l’ Chèf ont passè su l’ route avou leû pot : èlle alint ôs fréjes ol sapinière di Trussogne. Justumint, Marîye èsteut su-st-uch avou Josèf. Alice a criyi : « Joseph ne veut-il pas nous accompagner ? » Èt Josèf ènn’a stî avou zèles, binôje èt strindu. Tot fiant l’ vôye pa lès Fonds avou lès djon.nès coméres, i n’ mouveteut nin : c’èst tot jusse s’i waseut lèvè l’ tièsse, onteûs do ’nn’alè come ça o bwès avou Rafaèle. Èle si r’toûrneut tènawète après li èt i trèssineut do véy di d’si près si tinre visadje. I bacheut do côp lès-ouy èt i s’ècramieut dins sès mots en rèspondant à sès paroles. Il ont moussi dins lès sapins, en catoûrnant ôtou dès ronchenis´. Dins lès clérias, i-gn-aveut tot rodje. Lès coméres ènn’avint à mitan leû pot qu’i n’nn’aveut co ramèchenè qu’ quéques-ones. I siyeut tofêr Rafaèle, en coudant lès cines qu’elle aveut lèyi. À momints, quand i s’abachint, leûs tièsses si djondint quôsu èt, do sinte sès lèdjîrès croles èsconte di s’ visadje, il èsteut tot foû d’ li. Pus, à môde di rin, il aleut fè on p’tit toûr one miète pus lon. Il î a r’sondji dès samwin.nes ô long.   Un jour d’été, l’après-midi, les femmes de chez le Chef passèrent sur la route avec leur pot : elles allaient aux fraises dans la sapinière de Trussogne. Justement, Marie était sur le pas de la porte avec Joseph. Alice cria : « Joseph ne veut-il pas nous accompagner ? » Et Joseph s’en alla avec elles, heureux et inquiet. Tout en cheminant par les fonds avec les jeunes femmes, il ne bronchait pas : c’est à peine s’il osait lever la tête, honteux de s’en aller comme cela au bois avec Raphaèle. Elle se retournait parfois sur lui et il éprouvait des frissons à voir de si près son tendre visage. Il baissait aussitôt les yeux et il s’empêtrait dans ses mots en formulant ses réponses. Ils entrèrent dans la sapinière, en contournant les ronciers. Dans les clairières, ce n’étaient que des taches rouges. Les femmes en avaient déjà jusqu’à la moitié de leur pot que lui n’en avait encore ramassé que quelques-unes. Il suivait tout le temps Raphaèle, en cueillant celles qu’elle avait laissées. Par moments, quand ils se baissaient, leurs têtes se touchaient presque et, de sentir ses légères boucles contre son visage, il était tout hors de lui. Puis, mine de rien, il allait faire un petit tour un peu plus loin. Il y repensa des semaines durant.
     
I s’a fét qui l’ Grand Leûp a v’nu d’meurè à costè d’èmon l’ Chèf. Ç’a stî one rude afêre po Josèf ! Il èsteut tofêr èmon s’ pârin. Rafaèle vineut djouwè avou l’ cousine Lèya. On djoû qu’il èstint bin tranquiles zèls trwès ol cûjène — ma tante Rôsine èsteut vôye rifè lès lèts ou bin mète souwè o gurnî — ç’a stî pus fwârt qui li : Josèf a dârè après Rafaèle po l’ rabrèssi. Més èlle aveut vènè ç’ qu’i lî v’leut èt èle lî a chapè dès mwins. I l’a porsî drî l’ tôve èt lès tchèrîyes més èlle a atrapè l’uch à timps èt a sclipè vôye.   Il se fit que le Grand Loup vint habiter à côté de chez le Chef. Une fameuse affaire pour Joseph ! Il était tout le temps chez son parrain. Raphaèle venait jouer avec la cousine Léa. Un jour qu’ils étaient bien tranquilles tous trois à la cuisine — la tante Rosine était partie refaire les lits ou bien mettre le linge à sécher au grenier — cela fut plus fort que lui : Joseph se précipita sur Raphaèle pour l’embrasser. Mais elle avait flairé ce qu’il lui voulait et elle lui échappa des mains. Il la poursuivit derrière la table et les chaises mais elle attrapa la porte à temps et s’échappa.
     
Josèf èsteut là tot pièrdu èt tot anoyeûs. en s’ dimandant ç’ qu’èlî aveut pris.   Joseph était là tout perdu et tout triste, et se demandait ce qu’il lui avait pris.
     
Jamés pus, i n’a r’sayi do rabrèssi Rafaèle.   Jamais plus, il n’essaya à nouveau d’embrasser Raphaèle.
Suite du texte…

celles sur lesse

Retour d’excursion. Des collégiens dinantais font une halte devant l’ «Auberge» du P’tit Marchô. Au centre de la photo, un prêtre surveillant, entouré de deux aides du forgeron et (à sa gauche) du P’tit Marcô. La maison du gamin (Nos Viyès Pîres) - cf. p. 47 - est sise juste en face, de l’autre côté de la chaussée.


NOTE :

(1) Bôkè. La traduction proposée est incertaine. Selon L. Somme, ce terme pourrait correspondre à bôki, mentionné dans le Dictionnaire étymologique de la langue wallonne de Ch. Grandgagnage : « […] de même que l’afr. Boquer, buquer, de l’all. Pochen, b. Sax. Boken, holl. beuken (frapper, battre, pousser) [...] ».- Selon J. Lechanteur, qui se réfère au FEW, I, 284b, le sens serait plutôt « regarder, guigner, lorgner » (Stavelot : båki « regarder », Bouillon bauquè « regarder à travers quelque chose). Le terme se retrouve au chapitre XXXIV, et il me semble qu’ici comme là, le sens de « lorgner » soit plus
plausible, sans que l’on puisse exclure le premier sens indiqué. - Retour texte