Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXII. – O corti

Pôvès djins d’al vile, qui vikèt tote l’anéye inte leûs quate meurs èt qui n’ont, po s’ porminè, qui lès trotwârs èburtakès dès rûwes, lès pârcs èt lès boulevârds qui sont da tortos èt qui n’ sont da person.ne ! C’èst tot jusse s’il ètertinèt drî leû môjon quéques mètes di tèrin avou dol cièrfouye ètique, saquants fleûrs siblarîyes qu’ont yeû do mô do flori èt dès-èspaliers trop flôwes po pwartè dès fruts.

 

22.- Au jardin

Pauvres citadins, qui vivent toute l’année entre leurs quatre murs et qui n’ont, pour se promener, que les trottoirs encombrés des rues, les parcs et les boulevards qui appartiennent à tout le monde et qui ne sont à personne ! C’est tout juste s’ils entretiennent derrière leur maison quelques mètres de terrain avec du cerfeuil étique, quelques fleurs blêmes qui ont eu de la peine à éclore et des espaliers trop faibles pour porter des fruits.

     
Li payisan, li, a èsconte di s’ môjon, rètourè d’ blankès spènes, si corti.   Le paysan, lui, a, jouxtant sa maison, clôturé d’aubépines, son jardin.
     
Si corti, li mitan di s’ vikadje !   Son jardin, la moitié de son existence !
     
Quand lès blancs plumions dès dérins vias d’ mârs ont tot fét do minè leûs danses d’arèdjis, quand l’ têre si r’soûwe èt qui l’ solia r’mètu à noû rilût dins on ciél bin r’gnèti, quand l’ coucou tchante sès deûs notes o bwès dès Côreus (Avoz dès sous è vosse potche ?[1]), quand lès grûwes ont r’passè en minant leû disdut vélà pa-d’zeû, li bon timps èst ruv’nu.   Quand les blancs flocons des dernières giboulées en ont fini de mener leurs danses d’enragés, quand la terre se sèche et que le soleil remis à neuf luit dans un ciel bien nettoyé, quand le coucou chante ses deux notes dans le bois des Côreus (Avez-vous des sous dans votre poche ? [1]), quand les grues sont repassées en menant leur vacarme là-haut, le beau temps est de retour.
     
Dès samwin.nes ô long, lès payisans, rèculotès dispôy li Tossint, s’ont rafyi do r’moussi dins lès cortis. Ossi, sont-i binôjes d’alè r’qwér o forni pôles, awes èt rèstias. I roûjèt l’ cisia èt i raboctèt (2) l’ cwardia. C’è-st on vré ravikadje !   Durant des semaines, les paysans, calfeutrés depuis la Toussaint, se sont réjouis d’avance de remettre les pieds dans les jardins. Aussi sont-ils heureux d’aller rechercher au fournil pelles, houes et râteaux. Ils aiguisent le ciseau et ils remettent le cordeau en état (2). C’est une vraie résurrection !
     
Po Djan-Piêre, ci n’èst nin one pitite afêre. I va falu sèrè l’ fwadje èt lèyi là l’ vanwâre Dieû sét combin d’ timps ! Gn-a-t-i dès paletéyes à r’toûrnè dins s’ grand djârdin ! Èt d’vant tot ça, i fôrè r’gnèti l’ prè, ciselè lès ayes èt tonde lès bwardures di pôquî, stopè lès trôs dins lès clotures, rèmantchi lès bôrîres totes dis´ otéyes, riloyi lès grûsalîs avou dès wèsîres, pèltè (3) lès wazons (4), wîdi l’ poutrîye èt minè l’ancène dès bèrbis. I n’ fôrè nin co rovyi do ukè Kakat´ po tapi (5) lès pwârîs d’èspaliers.   Pour Jean-Pierre, ce n’est pas une mince affaire. Il va falloir fermer la forge et abandonner le tablier de cuir Dieu sait combien de temps ! Y en a-t-il des pelletées à retourner dans son grand jardin ! Et avant tout cela, il faudra nettoyer le pré, tailler les haies et tondre les bordures de buis, boucher les trous dans les clôtures, réparer les barrières toutes désarticulées, relier les groseilliers avec de l’osier, retourner (3) les touffes d’herbes (4), vider le poulailler et transporter le fumier des brebis. Et il ne faudra pas oublier d’appeler Kakat pour tailler (5) les poiriers en espalier.
     
Quand l’ djârdin sèrè r’toûrnè, i fôrè co mète è têre lès timprus canadas, aprètè l’ tèrin po r’piquè lès cabus èt lès célèris èt surtout, sèmè lès p’titès s’minces.   Quand le jardin sera bêché, il faudra encore planter les pommes de terre hâtives, apprêter le terrain pour repiquer les choux pommés et les céleris et surtout semer les petites graines.
     
Li sèmadje ! c’èst ça qu’ n’èst nin rin ! Tos l’s-ans, c’èst l’ minme pantomine èt lès minmes mèssadjes ! Djan-Piêre vout sèmè lôdje. Po-z-awè pus d’ place po sôclè, di-st-i. Quéquefîye ossi, po-z-awè pus rade fét ! Marîye, todi spôrgnante, boudje li cwardia èt rastrind lès rôyes. Zèls qui s’ètindèt si bin tote l’anéye, il ont tos côps lès minmes kignekagnes, rapôrt ô djârdin !   Les semailles ! Voilà qui n’est pas rien ! Tous les ans, c’est la même pantomime et les mêmes propos ! Jean-Pierre veut semer large. Afin, dit-il, d’avoir plus de place pour sarcler. Peut-être aussi, pour avoir plus vite fini ! Marie, toujours économe, déplace le cordeau et resserre les sillons. Eux qui s’entendent si bien toute l’année, ils ont chaque fois les mêmes bisbilles quand il s’agit du jardin !
     
Po lès fleurs, ça n’ va wére mia. Djan-Piêre ènn’a d’ cure èt, sins fè lès quances di rin, i tape dès côps d’ awe didins. Marîye, lèy, vout awè sès plates-bindes po sèmè dès solias èt dès rôses d’Éjipe èt po r’piquè lès boéyes qu’èle rapwatrè do grand djârdin d’ Véves. Èle sondje surtout ôs fosses di sès djins, qu’èle duvrè raprôpriyi po lès Florîyès Pôques.   Pour les fleurs, cela ne va guère mieux. Jean-Pierre n’en a point cure et, sans faire semblant de rien, il tape des coups de houe dedans. Marie, elle, veut avoir ses plates-bandes pour semer des héliotropes et des résédas, et pour repiquer les touffes qu’elle rapportera du grand jardin de Vêves. Elle pense surtout aux tombes de sa famille qu’elle devra nettoyer pour les Rameaux.
     
Josèf èt Omêr s’acostumèt tot djon.nes ô djârdinadje. À l’intréye do corti, dès deûs costès di l’uch di drî, il ont leû p’tit djârdin da zèls èt il î fièt v’nu dès pinséyes di totes lès coleûrs : dès blankes, dès bleûwes, dès djanes tapinéyes di nwâr èt dès caflorîyes di totes lès sôtes. Il î crét co saquants boéyes di sâbes (6) èt dès grandès blankès fleûrs, qui florichèt à môde di bouquèts tot féts po l’ porcèssion do quinze d’awous´.   Joseph et Omer s’habituent tout jeunes au jardinage. À l’entrée du potager, des deux côtés de la porte de derrière, ils ont leur petit jardin à eux, et ils y font venir des pensées de toutes les couleurs : des blanches, des bleues, des jaunes tachetées de noir et des diaprées de toutes sortes. Il y croît encore quelques touffes d’iris des marais 6 et de grandes fleurs blanches, qui fleurissent à la manière de bouquets tout faits pour la procession du quinze août.
     
Tote li campagne, li djârdin va d’nè d’ l’ovradje à blame à tot l’ monde. I fôrè sôclè, racléri, rawè, r’piquè, arosè, pèltè (7) lès pasias.   Toute la saison, le jardin va donner de l’ouvrage en abondance à tout le monde. Il faudra sarcler, éclaircir, houer à nouveau, repiquer, arroser, nettoyer (7) les sentiers.
     
Més ossi, qué pléji po Marîye do trouvè d’zos l’ mwin tot ç’ qu’i lî fôt po l’ cûjène, dispôy lès preumîrès salades èt lès canadas rôyis à tinrijon jusqu’ôs porias èt ôs-orèyes di lîves, qui n’ bambièt nin po l’ djaléye, sins rovyi lès-ièbes qu’on vint coude tote l’anéye po fè l’ sope.   Mais aussi, quel plaisir pour Marie de trouver sous la main tout ce qu’il faut pour la cuisine, depuis les premières salades et les pommes de terre arrachées au moment des primeurs jusqu’aux poireaux et aux mâches, qui ne vacillent pas sous la gelée, sans oublier les fines herbes qu’on vient cueillir toute l’année pour faire le potage.
     
Al séson dès grûsales, Josèf èt Omêr vont chôrpyi lès grosses vêtes ; en lès machant avou l’ rubârbe, Marîye è fét dès copotes à s’ ralètchi. Lès p’titès rodjes toûneront à jèléye èt on mètrè lès nwâres dins dès botèyes avou do pèkèt po fè do cassis´ : rin d’ mèyeû po l’ dijèssion !   À la saison des groseilles, Joseph et Omer vont grappiller les grosses vertes ; en les mélangeant avec la rhubarbe, Marie en fait des compotes à se pourlécher. Les petites rouges finiront en gelée et l’on mettra les noires dans des bouteilles avec du genièvre pour faire du cassis : rien de meilleur pour la digestion !
     
Ôs meurs dol môjon, pa-d’vant èt padrî, Djan-Piêre a fét montè dès-èspaliers d’ Durondô. I d’nèt dès si fondantès pwâres qui c’èst quôsu pètchi d’ lès mougni. Més il èst bin rare qu’on-z-è saye one : lès pwârîs n’ pwartèt wére. Marîye sotint qu’ c’èst dol fôte da Kakat´, qui vint tos l’s-ans tayi lès-ôbes... èt lès fruts do minme côp. Més Djan-Piêre, qui n’ fét nin voltî dol pwin.ne à one djint, ni vout nin candji d’ djârdinî. Èt on-z-è va todi come ça...   Aux murs de la maison, devant et derrière, Jean-Pierre a fait monter des espaliers de Durondeau. Ils donnent des poires si fondantes que c’est presque pécher de les manger. Mais il est bien rare qu’on en goûte une : les poiriers ne portent guère. Marie soutient que c’est la faute de Kakat, qui, chaque année, vient tailler les arbres... et les fruits du même coup. Mais Jean-Pierre, qui n’aime guère faire de la peine à quiconque, ne veut pas changer de jardinier. Et l’on continue toujours ainsi...
     
I fôt dîre ossi qu’il è-st-one miète tièstu èt Marîye a co bin dès rûses avou li. Si on-ôbe èl jin.ne avôr-là, i profite qu’èlle èst vôye à on-ètèrmint po fè à s’ tièsse. Quand èle rarive, èle lève dès grands brès, més il èst trop tôrd : li côp èst fét. I-gn-a yeû longtimps addé l’ ri on grand démon d’ mérabèlî qui d’neut à make. Més il è tchèyeut bèl èt bin o ri. On bia djoû, en rintrant d’one passéye, èle l’a trouvè soyi à wôteû d’ome.   Il faut dire aussi qu’il est un peu têtu et Marie a parfois des difficultés avec lui. Si, quelque part, un arbre le gêne, il profite de ce qu’elle est partie à un enterrement pour n’en faire qu’à sa tête. Quand elle revient, elle lève les bras au ciel, mais il est trop tard : le coup est fait. Longtemps, près du ru, un grand diable de mirabellier donna des fruits à profusion. Mais il en tombait beaucoup à l’eau. Un beau jour, en rentrant d’une vente aux enchères, elle l’a retrouvé scié à hauteur d’homme.
     
Ô pègnon do stôve, Djan-Piêre a plantè on p’tit drole d’ôbe qui done dès bèlès djanès pwâres, totes rascouviéyes di sôye. Més ni v’s-avisoz nin do crochi d’dins, vos-è f’rîz one di chinéye ! C’èst lès pwâres di cwing po fè dol jèléye.   Au pignon de l’étable, Jean-Pierre a planté un drôle de petit arbre qui donne de belles poires jaunes, toutes couvertes de soie. Mais ne vous avisez pas de croquer dedans, vous en feriez une de grimace ! Ce sont des poires de coing pour faire de la gelée.
Suite du texte…

celles sur lesse

«Pauvres citadins, qui vivent toute l’année entre leurs quatre murs. […] Le paysan, lui , a, jouxtant sa maison, clôturé d’aubépines, son jardin. Son jardin, la moitié de son existence !»


NOTES :

(1) « Qwand on-z-ôt l’ prumî tchant dè coucous å prétins, si on-z-a dès çans’ è s’ potche, on ‘ nnarè tote l’annêye. »(J. Haust, DL, coucou). « Quand on entend le premier chant des coucous au printemps, si l’on a des sous en poche, on en aura toute l’année. » - Retour texte

(2) « raboketè, v., rattacher les morceaux, mettre bout à bout. » (L. Somme, Lîve di mots.) - Retour texte

(3) Pèltè. Le terme, absent des sources écrites consultées, apparaît plusieurs fois dans le livre (en XXII, XXV et XXXIV). Notre témoin de Celles, Mme Alice Lebrun-Alexandre, nous donne cette signification : retourner (avec une bêche ou une houe) le « gazon » afin de l’enfouir pour nettoyer le terrain et l’amender, ou pour éliminer les « mauvaises herbes ». Le mot fait bien sûr penser à pelle, mais cet outil se dit choupe ; bêche se dit pôle, et houe, awe. - Retour texte

(4) Wazons. Le terme, qui se traduit parfois par gazon, désigne ici des touffes d’herbe, comme le confirme notre témoin : le véritable gazon était plutôt, à l’époque, l’apanage de quelques riches propriétés. - Retour texte

(5) Tapi : sans doute une coquille pour tayi « élaguer ». Ou faut-il comprendre « accoler » (comme on accole la vigne) ? - Retour texte

(6) L. Somme me signale, chez Lucien Léonard : « sâbes, iris faux-acore ». Le Larousse du XXe siècle mentionne « l’iris des marais (iris pseudo-acorus) ». - Retour texte

(7) Pèltè : ici, « nettoyer » ; voir note ci-avant. - Retour texte