Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXIII. - On bia grand prè

Iute do corti, di l’ôte dès costès do ri, Djan-Piêre a on bia prè d’on d’méy-bonî (1), tot plantè d’ôbes.

 

23.- Un beau grand pré

Au-delà du jardin, de l’autre côté du ru, Jean-Pierre a un beau pré d’un demi-bonnier (1), tout planté d’arbres.

     
À l’intréye, voci l’ grand pwârî d’ monseû, qui done, do trèvint dol dicôce, dès p’tis fruts, djanôsses d’on costè, roselants d’ l’ôte èt pléjants à crochi. Cûtes ol casserole avou do suke, lès pwâres di monseû fondèt ol bouche ; sitindûwes dissus l’ pwin, èle pètèt totes lès mârmolâdes. Dins l’ timps, lès Leûp s’è sièrvint po fè l’ pwârè (2) : on mèteut l’ feû d’zos l’ cabolwè èt on macheut doze eûres è rote, nét-èt-djoû.   À l’entrée, voici le grand poirier « monseigneur », qui, à l’époque de la ducasse, donne des petits fruits, jaunâtres d’un côté, rosés de l’autre, et agréables à croquer. Cuites dans la casserole avec du sucre, les poires « monseigneur » fondent dans la bouche; étendues sur le pain, elles dépassent toutes les marmelades. Autrefois, les Leloup s’en servaient pour faire le « poiret » (2) : on allumait le feu sous la marmite et l’on mélangeait douze heures d’affilée, nuit et jour.
     
Tot l’ long dès Rèchès-Vôyes, ô pîd d’ l’ûréye, c’è-st-one rindjîye di pomîs tapissès d’ mossias, bossus, chalès, k’twârdus come dès vîs-omes, avou dès tchabotes rimplîyes di nids d’ maserindjes. I-gn-a lès p’titès pomes d’awous´, doûces èt sucréyes, qu’on saye lès preumîres ; lès vètès cwastrèsses plin.nes di djus quand èle kimincèt à djani ; lès bons pomîs èt lès francs bons pomîs (3), tapinès d’ rodje, seurs ô coudadje més qui s’ôrdèt jusqu’après l’iviêr ; lès grossès grîjes èt lès pomes-fréjes d’ô coron, lès rin.nètes, qui durèt jusqu’à Pôques, t’t-ossi ratchitchîyes qui dès massales di vîyès coméres.   Tout le long des Rèchès-Vôyes, au pied du talus, c’est une rangée de pommiers tapissés de mousses, bossus, de travers, tordus comme de vieux hommes, avec des cavités remplies de nids de mésanges. Il y a les petites pommes d’août, douces et sucrées, qu’on goûte les premières; les calvilles vertes très juteuses quand elles commencent à jaunir; les « bons pommiers » (3), tachetés de rouge, sûrs lors de la cueillette mais qui se gardent jusqu’après l’hiver; les grosses grises et les pommes-fraises du fond, les reinettes, qui durent jusqu’à Pâques, tout aussi ratatinées que des joues de vieilles femmes.
     
Ôs tiènès vèspréyes do mwès d’octôbe, doréyes par on flôwe solia, c’è-st-on pléji do véy drèssi lès chôles èt rid’tchinde lès plins panis. Dizos lès-ôbes, Josèf èt Omêr tchèssèt lès bèrbis, qui scafièt à fét lès cines qui chapèt dol mwin dès coudeûs.   Aux tièdes après-midi du mois d’octobre, dorées par un faible soleil, c’est un plaisir de voir dresser les échelles et redescendre les paniers remplis. Sous les arbres, Joseph et Omer chassent les brebis, qui mangent goulûment les fruits qui s’échappent de la main des cueilleurs.
     
Tos cès fruts-là sèront stindus su li strin ol tchambe ôs pomes. One vréye ritchèsse po l’iviêr. Marîye lès k’tayerè à rondèles po lès fricassè ol péle avou do lôrd ou bin, quand èlle a cût, èle lès mètrè souwè o for su dès cléyes po fè dès tchitches, ou dès-orèyes di bèguène, qui véront à pont po gârni lès tôtes. Tènawète, elle è cûrè one ol pôsse avou do fin suc èt dol canèle : c’èst si bon one rôbosse (4) ! Tos lès djoûs, Djan-Piêre è pèlerè saquantes à non.ne, po s’ dèssêrt. Èt tos lès djoûs, en montant coûtchi, lès gamins è crocheront quéques-ones. Qué bon gout pa t’t-avô là-wôt, quand on douve l’uch dol tchambe ôs pomes !   Tous ces fruits-là seront étendus sur la paille dans la chambre aux pommes. Une vraie richesse pour l’hiver. Marie les coupera en rondelles pour les fricasser dans la poêle avec du lard ou bien, quand elle a cuit [ le pain], elle les mettra à sécher sur des claies pour faire des « tchitches », ou [des] « oreilles de béguine » [quartiers de pommes séchés], qui viendront à point pour garnir les tartes. Parfois, elle en cuira une dans la pâte avec du sucre fin et de la cannelle : c’est si bon une « rabote » (4) ! Tous les jours, Jean-Pierre en épluchera quelques-unes à midi, pour son dessert. Et tous les jours, en montant se coucher, les gamins en croqueront quelques-unes. Quel bonne odeur partout à l’étage, quand on ouvre la porte de la chambre aux pommes !
     
Li prè, més c’èst ç’ qui done à tote li famile ayèsses èt pléjis d’ totes lès sôtes !   Le pré, mais c’est ce qui donne à toute la famille commodités et plaisirs de toutes sortes !
     
Tos lès quinze djoûs, Marîye î stind s’ bouwéye al rimouye èt, pa lès tchôdès djoûrnéyes d’èsté, on s’ sint tot ranéri rin qu’à véy pichi l’aroswè su lès blancs èt lès bleûs ! Quand il ôront stî rispômès ô ri èt stwardus, il iront minè leûs danses su lès fils, scoryis pa l’vint d’ bîje ou d’ chwache ou bin r’souwès pôjîremint ôs brûlantès bôjes do solia.   Tous les quinze jours, Marie y étend sa lessive à blanchir sur la pelouse et, par les chaudes journées d’été, on se sent tout rafraîchi rien qu’à voir l’arrosoir asperger les blancs et les bleus ! Une fois rincés au ruisseau et tordus, ils iront mener leurs danses sur les fils, fouettés par le vent de bise ou du nord-ouest ou bien paisiblement sécher aux brûlants baisers du soleil.
     
Ôs preumîs bias djoûs, Josèf èt Omêr iront coude tot l’ long d’ l’ aye, en s’ dimèfiant dès-ôrtèyes, lès p’titès violètes qui sintèt si bon. Inte lès côps, i f’ront dès côpwèris (5) su l’ûréye avou lès djon.nes bèdots, qui troupelèt, bisèt, wignèt do cul, èt fièt tos leûs rigodons, come dès lwagnes. Par ègzimpe, i-gn-a pont d’ fiyate ôs bèrôs ! On côp, Josèf a atrapè one bèle chandîye avou zèls ! En plin mitan do prè, onk di ces mô-toûrnès-là s’a mètu à sès trosses. Li gamin n’a yeû qu’ li r’coûrs do s’ catchi drî on pomî. Li bèrô s’a mètu à brostè, més chaque côp qui l’ gamin v’leut s’èsnondè po couru vôye, li tréte rilèveut s’ tièsse po l’ sukè. Tot l’ minme Josèf a fini pa s’ disclapè à plin.ne charje, avou l’ôte qui fieut dès opes à s’ cul. Il a arivè jusse à timps po lî r’clapè à s’ nèz li bôrîre do djârdin. Di radje, il a atrapè on scôrson èt, ô trivies dol cloture, i s’a mètu à makè l’tièstu, qui s’ôreut lèyi distrûre pus rade qui do branlè.   Aux premiers beaux jours, Joseph et Omer iront cueillir tout le long de la haie, en se méfiant des orties, des petites violettes qui sentent si bon. Entre les coups, ils feront des « cumulets » (5) sur le talus avec les jeunes moutons, qui dansent, courent, agitent l’arrière-train, et font toutes leurs cabrioles, comme des sots. Pour votre gouverne, il ne faut pas se fier aux béliers ! Une fois, Joseph attrapa une belle frousse avec eux ! Au beau milieu du pré, l’un des ces malotrus se lança à ses trousses. Le gamin n’eut d’autre recours que de se cacher derrière un pommier. Le bélier se mit à brouter, mais chaque fois que le gamin voulait s’élancer pour s’enfuir, le traître relevait la tête pour le cosser. Tout de même, Joseph finit par s’écarter à pleine charge, avec l’autre qui faisait des bonds à son derrière. Il arriva juste à temps pour lui claquer au nez la barrière du jardin. De rage, il attrapa une perche et, à travers la clôture, il se mit à frapper violemment le têtu, qui se serait laissé détruire plus vite que de broncher.
     
To dè long do ri, lès gamins tindèt ôs tchabots. On r’lève tot doûcemint lès grossès pîres èt on-z-è-st-à peû près sûr èt cèrtin do trouvè pa d’zos on p’tit pèchon avou one grosse tièsse, deûs gros-ouy qui r’bolèt foû èt on cwârps qu’è va à rin. Il èst là qui n’ boudje nin pus qu’on cayô ; on s’tind s’ mwin d’zeû li èt on l’ riclape bon-z-èt rwèd. Ça î èst ! On sint l’ pèchon qui s’ kitape inte lès deugts èt qui wéte après on trô po sclipè vôye. Po prinde lès tchabots, i-gn-a pont d’ parèy à Colârd, li fi do Blanc da Rôse. I rène todi pa t’t-avô l’ri èt Poyant, li cantonier d’ comune, èst tos lès djoûs à sès trosses. Més, al coûrse come ôs tchabots, i-gn-a pont à l’ bate !   Tout le long du ruisseau, les gamins allaient piéger les chabots. On relève tout doucement les grosses pierres et l’on est à peu près sûr et certain de trouver par-dessous un petit poisson avec une grosse tête, deux gros yeux exorbités et un corps qui va s’amincissant. Il est là qui ne bouge pas plus qu’un caillou; on étend sa main dessus et on la referme promptement. Ça y est ! On sent le poisson qui se débat entre les doigts et qui cherche un trou pour s’échapper. Pour prendre les chabots, Collard, le fils du Blanc de Rose, n’a pas son pareil. Il rôde toujours partout autour du ruisseau et Poyant, le cantonnier de la commune, est tous les jours à ses trousses. Mais, à la course comme aux chabots, nul ne peut le battre !
     
Lès dîmègnes d’èsté, al vèspréye, li grand pléji da Djan-Piêre, c’èst d’ tapè on côp d’ ligne o ri. I conut come si potche totes lès places èou-ce qui lès trûtes si r’mètèt èt i sét comint s’î prinde po-z-aprotchi chaque gofe. Catchi drî one boéye d’ôrnias ou d’ wèsîres, en wétant bin do n’ pont fè d’ brut avou sès pîds, i tape li viêr inte deûs rindjîyes di crussons, dins on p’tit courant qu’ èl mine o trô. S’i-gn-a one trûte, do côp i sint on bètchadje, qui fét ictè l’ baguète. I lét alè l’ crin èt, quand l’ pèchon è va avou l’amwace, i done on côp d’ pougnèt, li pique èt l’ fét volè su l’ prè.   Les dimanches d’été, à la soirée, le grand plaisir de Jean-Pierre est de jeter un coup de ligne au ruisseau. Il connaît comme sa poche toutes les places où se tiennent les truites et il sait comment s’y prendre pour approcher chaque endroit d’eau profonde. Caché derrière une touffe d’aulnes ou d’osiers, veillant bien à ne pas faire de bruit en marchant, il lance le ver entre deux rangées de cressons, dans un petit courant qui le mène au trou. S’il y a une truite, du coup il sent le mordillage, qui fait vibrer le scion. Il laisse aller le crin et, quand le poisson s’en va avec l’appât, il donne un coup de poignet, le ferre et le fait voler sur le pré.
     
Portant, lès pus bèlès pîces, Djan-Piêre lès prind à l’ ligne di fond : il èmantche on bia gros viêr ou on tchabot à l’anzin, ô coron dol cwade qu’il atèle à on stukion. Li lond’mwin, ôs preumîrès-éreûs do djoû (ni fôt-i nin s’ dimèfyi dol djalouserîye dès vèjins ?), i vint r’satchi one bèle grosse trûte, tote tapinéye di rodje èt d’ nwâr. Fricasséye o bûre èt aroséye d’on filèt d’ vinégue, c’èst l’ mèyeû dès d’junès.   Pourtant, les plus belles pièces, Jean-Pierre les prend à la ligne de fond : il accroche un beau gros ver ou un chabot à l’hameçon, au bout d’une corde qu’il fixe à un jet de souche. Le lendemain, aux aurores (ne faut-il pas se méfier de la jalousie des voisins ?), il vient tirer de l’eau une belle truite, toute tachetée de rouge et de noir. Fricassée au beurre et arrosée d’un filet de vinaigre, elle fait le meilleur des petits déjeuners.
     
On n’a rin sins pwin.ne. Ô long dol campagne, li prè done di l’ovradje à tote li famile.
  On n’a rien sans peine. En saison, le pré donne de l’ouvrage à toute la famille.
     
Do trèvint d’ Pôques, on lî fét s’ twèlète : lès gamins ramèchenèt lès pîres èt lès coches, Marîye sitrame lès fougnants, Djan-Piêre raboctéye lès clotures èt tond lès ayes avou l’ cisia. Pus tôrd, Josèf èt Omêr passeront quéquès vèspréyes à rôyi lès vatchotes (6), on vré pwèson po lès bèrbis. Qué mèstî d’ pacyince !   Au temps pascal, on lui fait la toilette : les gamins ramassent les pierres et les branches, Marie éparpille les taupinières, Jean-Pierre remet en état les clôtures et tond les haies avec la cisaille. Plus tard, Joseph et Omer passeront quelques soirées à arracher les colchiques (6), un vrai poison pour les brebis. Quel métier de patience !
     
Li finômwès èst là qu’on n’a nin d’jà yeû l’ timps d’î sondji. Par one bèle matinéye di jun, li p’tit Tave è-st-arivè avou s’ fôs, tot-al piquète do djoû. Li dos à bachète, li pawène aspoyîye su l’ fômwin, i coûtche lès stôréyes d’ ièbe èt d’ fleûrs qui lèyèt cheûre lès pièles dol roséye. Tènawète, i s’ ridrèsse èt passe d’on costè èt l’ôte dol lame li pîre à roûji, qui trimpe à s’ dos dins l’ buè. Tot-à 1’eûre, i s’assîrè su l’ bwârd di l’ûréye po r’bate li fôs avou li p’tit martia d’ fiêr. Après non.ne, lès rèstias d’ bwès strameront lès bates ô solia. Dimwin, on lès r’toûnerè. Més v’là l’ foûr qui c’mince à chîyetè : c’èst l’ momint do l’ ramoncelè à ribambèles. Saquants djoûs durant, al vèspréye, on l’ rimètrè à ougnètes, todi pus grosses, jusqu’à tant qu’i sèrè bon. Marîye, todi spôrgnante, rèsseléye drî lès gamins, po ’nn’è pont piède. On bia djoû, Djan-Piêre douvrè l’ grande bôrîre ô coron èt l’ tchôr d’Al Coûr rèminerè pa lès Rèchès-Vôyes one tchèréye di foûr bon-z-èt sètch qui kakîye lès narènes. Il îrè rimpli l’ cina èt on-z-ôrè d’ qwè sogni lès bèrbis tot l’iviêr. Rimètu à noû, li prè ripudrè rade si bèle vèrdeû. On l’ rifôtcherè après l’awous´ po fè do wayin, pus lès bièsses li tchampîyeront jusqu’ô mwés timps.   Le mois de la fenaison est là qu’on n’a pas encore eu le temps d’y songer. Par une belle matinée de juin, le petit Tave [Gustave] est venu avec sa faux à la fine pointe du jour. Le dos courbé, la main gauche appuyée sur le manche, il couche les jonchées d’herbe et de fleurs qui laissent tomber les perles de la rosée. De temps en temps, il se redresse et passe des deux côtés de la lame la pierre à aiguiser, qui trempe à son dos dans le coffin. Tout à l’heure, il s’assiéra sur le bord du talus pour rebattre la faux avec le petit marteau de fer. Après-midi, les râteaux de bois répandront les andains au soleil. Demain, on les retournera. Mais voilà le foin qui commence à bruire : c’est le moment de l’amonceler en «ribambelles». Durant quelques jours, le soir, on le remettra en tas, toujours plus gros, jusqu’à ce qu’il soit bon. Marie, toujours économe, râtisse derrière les garçons, pour ne pas en perdre. Un beau jour, Jean-Pierre ouvrira la grande barrière au bout (du pré) et le chariot de la (ferme de la) Cour ramènera par les Rèchès-Vôyes une charretée de foin bien sec qui chatouille les narines. Il ira remplir le fenil et l’on aura de quoi nourrir les brebis tout l’hiver. Remis à neuf, le pré reprendra bientôt sa belle verdeur. On le fauchera à nouveau après l’août pour faire du regain, puis les bêtes y pâtureront jusqu’au mauvais temps.
     
Insi, tot-ô long d’ l’anéye, li pachu done ô payisan sès fruts èt sès ritchèsses : sins li, i-gn-a pont d’ pléjante môjon ô viyadje.   Ainsi, tout au long de l’année, le verger donne au paysan ses fruits et ses richesses : sans lui, il n’est pas d’agréable maison au village.
Suite du texte…

«Tout au long du ruisseau, les gamins
allaient piéger les chabots.»

«Au-delà du jardin, de l’autre côté du ru, Jean-Pierre
a un beau pré d’un demi-bonnier, tout planté d’arbres.»


NOTES :

(1) Le bonnier, vieille mesure agraire, a des valeurs diverses selon les régions : Littré indique qu’en Flandre française, le bonnier « valait 1 hectare 40 ares»”. Selon L. Somme (Namur), sa valeur est de 94,62 ares, mais on emploie généralement bonnier comme synonyme d’hectare. J. Haust (DL, bounî) donne une autre valeur : « 87 ares 188, c.-à-d. vingt verges grandes ». - Retour texte

(2) « On parle en français de poires au sirop […] En Wallonie, on donne ce nom [sirop] à une sorte de mélasse composée d’un jus concentré de poires, de pommes, de betteraves ; on le fabrique dans une “siroperie” ; on donne aussi le nom de poiret (autre belgicisme) à cette mélasse. » (J. HANSE et M. BLAMPAIN, Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne, 4e éd., De Boeck; Duculot, 2000, p. 534b.) - Retour texte

(3) Pour bon pomî et franc bon pomî, L. Somme propose la traduction « pommier belles fleurs ». - Retour texte

(4) Rabote, s.f. Espèce de gâteau où une pomme est enfermée dans la pâte; se dit dans les Ardennes et à Genève [...] (Littré). Cf. DL råbosse, rombosse. L’ALW 4, p. 325, signale pour Celles [D72] : rôbosse ; le type rabote, râbote, …, est plutôt présent dans le sud-wallon. - Retour texte

(5) Côpwèris. Cf. J. Haust, D.L. coupèrou : « culbute [...] Altéré de cou-pèri Littt « cul-poirier » (comparez le fr. faire le poirier) ; […]. – En français du terroir, coupèrou se traduit par ‘cumulet’ ». – Ici, côpwèri se dirait, en termes de gymnastique, « saut roulé ». - Retour texte

(6) Vatchotes. Le mot est signalé dans mon Enquête (p. 60, n° 26) avec le sens de « colchicum autumnale », plante également nuisible aux autres animaux de la ferme, notamment aux bovidés. « Dans le lexique gaumais de Chassepierre, on trouve ‘vatchot : colchique d’automne’ (Comm. de L. Somme). » - Retour texte