Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXIV. – Djeûs èt passemints d’ timps (1)

Ôs preumîrès bôjes do tiène solia d’avri, quand l’ viyadje si rèwîye après s’ longue plandjîre d’iviêr èt qu’on-z-ètind chîyetè lès-ostèy dins lès cortis, gamins èt bwéçales si stramèt pa t’t-avô lès vôyes èt lès fièt ravikè.

 

24.- Jeux et passe-temps (1)

Aux premiers baisers du tiède soleil d’avril, quand le village se réveille après sa longue sieste d’hiver et qu’on entend tinter les outils dans les jardins, garçons et filles se répandent à travers les rues et les font revivre.

     
On bia djoû ô matin, sins qu’ lès-èfants s’oyèche donè l’ mot, sins qu’on sèpe ô jusse poqwè ni comint, vos vèyoz couru d’ tos costès su l’ têre rissouwéye, come si elle avint soûrdu dol nét, dès mayes di totes lès sôtes èt d’ totes lès coleûrs : gros mayèts d’ djasse à bleûs filèts, pititès mayes di pîre rodjes, grîjes, vètes ou cadjoléyes, fines mayes di vêre èou-ce qu’on veut r’lûre on-ârc-en-ciél. Ô timps qui dj’ vos côse, lès pus r’qwèrûwes, c’èsteut lès mayes di soda, coleûr di botèye, prôpes à l’ mwin po tchictè.   Un beau jour au matin, sans que les enfants se soient donné le mot, sans qu’on sache au juste pourquoi ni comment, vous voyez courir de tous côtés sur la terre séchée, comme s’il elles avaient surgi de la nuit, des billes de toutes les sortes et de toutes les couleurs : grosses billes de jaspe à filets bleus, petites billes de pierre rouges, grises, vertes ou multicolores, fines billes de verre dans lesquelles on voit reluire un arc-en-ciel. À l’époque dont je vous parle, les plus recherchées, c’étaient les billes de « soda », couleur bouteille, maniables pour heurter d’autres billes.
     
Dispôy on bokèt, dins totes lès môjons, on-z-a r’toûrnè lès ridans po rachonè totes lès cines di l’anéye passéye èt Marîye Ovide, avisante come i-gn-a pont, ènn’a mètu on bocô ètyîr à l’ finièsse di s’ botîque : por on p’tit sou, on ’nn’a on d’méy-quôtron. Qué pléji d’ lès fè chîyetè ol potche di s’ pantalon !   Depuis un bout de temps, dans toutes les maisons, on a retourné les tiroirs pour rassembler celles de l’année passée, et Marie Ovide, adroite comme pas deux, en a mis un bocal entier à la fenêtre de sa boutique : pour un petit sou, on en a un demi-quarteron. Quel plaisir de les faire tinter dans la poche de son pantalon !
     
Tant qu’i n’ont nin bin atrapè l’ manoûje, lès-apurdices djouwèt po rîre : vos compurdoz qu’i sèrint rade plumès ! I n’ sèront dès vrés gamins qui quand il ôront wasu s’ risquè po d’ bon.   Aussi longtemps qu’ils n’ont pas attrapé la manière, les apprentis jouent pour rire : vous comprenez qu’ils seraient bien vite plumés ! Ils ne seront de vrais garçons que quand ils auront osé se risquer pour de bon.
     
Ô pus sovint, on djoûwe à l’ ligne. Lès mayes sont arindjîyes à on bon pas one di l’ôte ; chakin dès djouweûs a mètu l’ sène. Dol crèsse do solè, on mârquéye li tas à trwès-ascôchîyes dol preumîre. A s’ toûr, fét-à-fét, on tape si soda, en lignant d’ sès mias. Si on-z-è djont one, on-z-a l’ drwèt d’è ralè ô tas, més ç’ cop-là, i fôt tchictè. Lès-ôtes tapèt, onk après l’ôte, en sayant do touchi l’ ci qu’a d’djà r’lèvè dès mayes : s’il èst cût, i fôt qu’i lès r’tchîye èt il èst boutè foû do djeû. Avou on mésse-djouweû come li p’tit Collard, on risqueut do véy totes lès mayes sicrotéyes divant d’awè yeû s’ toûr.   Le plus souvent, on joue à la ligne. Les billes sont disposées à un bon pas l’une de l’autre; chaque joueur a mis la sienne. De la pointe du soulier, on marque la ligne à trois enjambées de la première. À son tour, au fur et à mesure, on lance son « soda », en visant de son mieux. Si l’on en touche une, on a le droit de revenir à la ligne, mais cette fois-ci, il faut heurter une bille. Les autres tapent, l’un après l’autre, en essayant de toucher celui qui a déjà relevé des billes : s’il est cuit, il faut qu’il les replace et il est mis hors-jeu. Avec un maître-joueur comme le petit Collard, on risquait de voir toutes les billes subtilisées avant d’avoir eu son tour.
     
Tènawète ossi, on djouweut à l’ casserole. Chakin mèteut s’ maye dins one couviète di blanc fiêr, qu’i faleut wéti do r’vièrsi : li ci quèl fieut volè dju ramècheneut tote li boléye. À ç’ djeû-là, vos v’ doutoz qu’ lès pus chalès èstint rademint gnètis ! Èsteut-ce li pléji do tron.nè po s’ sint-frusquin ? Todi èst-ce-t-i qui Josèf ènn’aveut qu’ po l’ casserole. Come i n’ siyeut pus avou lès mayes da Marîye Ovide, on bia djoû, Djan-Piêre a rarivè dol chîje avou tote one satchîye qu’il aveut achetè po cinq´ sous ô Grand Bazar di Chârleurwè. I n’ fôt nin d’mandè si Josèf èt Omêr èstint al dicôce !   Parfois aussi, on jouait à la casserole. Chacun mettait sa bille dans un couvercle de fer blanc, qu’il fallait tenter de renverser : celui qui la faisait voler bas ramassait tout l’enjeu. À ce jeu-là, vous vous doutez que les plus maladroits étaient rapidement liquidés ! Était-ce le plaisir de trembler pour son capital ? Toujours est-il que Joseph n’avait d’intérêt que pour la casserole. Comme il épuisait ses réserves de billes de Marie Ovide, un beau jour, Jean-Pierre revint dans la soirée avec tout un sachet qu’il avait acheté pour cinq sous au Grand Bazar de Charleroi. Il ne faut pas demander si Joseph et Omer étaient à la fête !
     
Èt pus, on bia djoû, totes lès mayes èstint rèvoléyes : tot l’ monde djouweut à l’ dèye (1).   Et puis, un beau jour, toutes les billes s’étaient envolées : tout le monde jouait à la « dèye » (1).
     
C’èsteut lès-omes qu’avint mètu l’afêre en route. Li dîmègne après grand-mèsse, i s’ rachonint ô pègnon d’èmon Pârin Marchô. Avou l’ crèsse d’on gros sou, i fyint one ligne al têre ; deûs p’titès rôyes li r’côpînt su lès costès. En t’nant l’ sou bin à plat inte li pôce èt l’ôte deugt, i lignint l’ rôye, po wéti d’alè à tch’fô. Lès cis qu’alint à tchin, su l’ costè, ènn’èstint quites po r’saye on p’tit sou. Si gn-aveut pus d’on djouweû à tch’fô ou t’t-ossi près dol ligne onk qui l’ôte, i bôreut èt il è ralint ô tas èchone. Li preumî ramècheneut tos les sous èt lès stitcheut par one crôye dins lès mwins do deûzinme, po lès mache. Ci qui r’tchèyeut péye èsteut por li ; ci qui r’tchèyeut tchin èsteut r’machi inte li deûzinme èt l’ trwèsinme èt todi insi. I n’ dimeureut nin sovint grand-tchôse po l’ dérin ! Dès côps qu’i-gn-a, lès preumîs èstint télemint tièstus po-z-î ralè qu’i-gn-aveut pont d’ fin èt qu’i faleut mète one limite. Èt i rarivint tortos è leû môjon qui l’ sope èsteut rafrèdîye dispôy on bokèt !   C’étaient les hommes qui avaient pris cette initiative. Le dimanche après la grand-messe, ils se rassemblaient au pied du pignon de chez Parrain le Maréchal. Avec le bord d’un gros sou, ils faisaient une ligne à terre : deux petites raies la recoupaient sur les côtés. En tenant le sou bien à plat entre le pouce et l’index, ils visaient la ligne, pour essayer de la lui faire chevaucher. Ceux qui lançaient hors de la raie, sur le côté, en étaient quittes pour essayer à nouveau le lancer d’un petit sou. S’il y avait plus d’une pièce de joueurs à cheval ou si elles étaient aussi proches de la ligne l’une que l’autre, il y avait jeu égal et ils retournaient ensemble à la ligne de lancer. Le premier ramassait tous les sous et les glissait dans une fente dans les mains du deuxième, pour les mélanger. Ce qui retombait pile était pour lui; ce qui retombait face était à nouveau mélangé entre le deuxième et le troisième et ainsi de suite. Il ne restait souvent pas grand-chose pour le dernier ! Parfois, les premiers étaient tellement acharnés pour recommencer la partie qu’on n’en finissait pas et qu’il fallait assigner une limite au jeu. Et ils rentraient tous chez eux alors que la soupe était refroidie depuis un bout de temps !
     
On-z-aveut co pus d’ pléji à djouwè ô bu. Chakin dès djouweûs arindjeut s’ sou su on bouchon astampè. On l’ ligneut avou one plaque di plomb po wéti do l’ tapè dju. Més, po rascoude li boléye, i faleut co tchèssi l’ bouchon lon èrî èt wéti do n’ nin trop stramè lès sous : lès cis qu’èstint pus près do bu qui dol pîce dimeurint ô bu. S’i gn-aveut à discutè, on mèsureut avou on strin. Ô pus sovint, on djouweû qu’aveut bone idéye fieut r’lèvè : li bouchon èsteut r’drèssi èt on r’mèteut tortos on sou.
  On prenait encore plus de plaisir à jouer au bouchon. Chaque joueur déposait son sou sur un bouchon dressé. On le visait avec une plaque de plomb pour essayer de le renverser. Mais, pour recueillir la mise, il fallait chasser le bouchon loin à l’écart et prendre garde de ne pas trop disperser les sous : ceux qui étaient plus près du bouchon que de la pièce restaient au bouchon. Si contestation il y avait, on mesurait avec une paille. Le plus souvent, un joueur qui était optimiste faisait relever : le bouchon était redressé et on remettait tous un sou.
     
O mwès d’ méy, quand l’éradje èsteut r’chandi, c’èsteut l’ séson dès baloûjes. Al vèspréye tote basse, on pôrteut tote one binde po l’ Djan Marcô. Ci n’èsteut qu’on zûnadje pa t’t-avô l’ bwès. On choyeut lès tchin.nias, èt lès baloûjes tchèyint come dès biokes sur lès fouyas do tayis´. On-z-è ramècheneut plin s’ calote èt l’ lond’mwin on lès pwarteut ô mésse po l’ Gouvemeumint : por on quôtron, on-z-aveut drwèt à one mastoque. On purdeut ossi s’ pléji à ’nn’atèlè one pa l’ pate avou on bokèt d’ fil, po l’ fè montè à môde di ciêrf-volant. Par ègzimpe, avou Mossieû Tonglèt, i n’ôreut nin fét bon-z-è lachi one tins dol sicole !
  Au mois de mai, quand l’air était réchauffé, c’était la saison des hannetons. À la vêprée toute basse, on partait à toute une bande pour le Djan Marcau. Ce n’était qu’un bourdonnement à travers le bois. On secouait les jeunes chênes et les hannetons tombaient comme des prunes sur les feuillages du taillis. On en ramassait plein sa casquette et, le lendemain, on les apportait au maître pour le Gouvernement : pour un quarteron, on avait droit à une pièce de cinq centimes. On prenait aussi plaisir à en attacher un par la patte avec un bout de fil, pour le faire monter à la manière d’un cerf-volant. Par exemple, avec Monsieur Tonglet, il eût été mal venu d’en lâcher un au cours de la classe !
     
Quand il aveut ploû, on pôrteut ôs caracoles. I faleut conuche lès places : i-gn-aveut dès ayes qui vos ’nn’ôrîz nin trouvè one fayéye ; ôte pô, i-gn-aveut à make, més on n’ duveut nin awè peû do s’ fè ôrtyi. On-z-aveut bon do lès véy èrtchi leû grîje sicôgne su lès cochas, tot frèches dol dérène pleuve. On-z-è vindeut po quéques sous ôs coméres di Bèl-Ér qu’ènn’èlèvint dès cints dizos dès tchôdrons, po lès pwartè ôs bordjwès d’ Dinant. I parèt qu’i-gn-a rin d’ mèyeû, més on ’nn’ôreut todi pont v’lu mougni ! Mwints côps ossi, après l’ nouwéye, on s’ rachoneut li saquantes ôtoû d’on batârdô po-z-èmantchi one astantche : quéques cayôs qui lès p’titès mwins maç’nint avou dol têre èt gârnichint d’ièbe èt on-z-èsteut to fiérs d’awè fét on « vèvî ».   Quand il avait plu, on partait aux escargots. Il fallait connaître les endroits : il y avait des haies où vous n’en auriez pas trouvé un minable ; ailleurs, il y en avait à profusion, mais on ne devait pas craindre de se faire piquer par les orties. On prenait plaisir à les voir traîner leur coquille grise sur les branches feuillues coupées, tout humides de la dernière pluie. On en vendait pour quelques sous aux femmes de Bel-Air, qui en élevaient des centaines sous des chaudrons, pour les porter aux bourgeois de Dinant. On dit qu’il n’y a rien de meilleur, mais on n’aurait en tout cas pas voulu en manger ! Maintes fois aussi, après l’averse, on se rassemblait à quelques-uns autour d’un fossé pour bricoler un barrage : quelques cailloux que les petites mains maçonnaient avec de la terre et garnissaient d’herbe, et on était tout fiers d’avoir fait un « vivier ».
     
On côp qui l’ timps èsteut r’chandi po d’ bon, lès lutes di p’tite bale (2) ripurdint o pârc di Nwèsi, dins l’ grand prè iute dol cinse, en ’nn’alant su l’ tchèstia. Monseû ènn’èsteut fwârt amateûr èt il èmantcheut dès concoûrs quôsu tos lès dîmègnes après veupes. Di ç’ trèvint-là, on compteut à Céles saquants rudes casseûs : Djôsèf Marchô, li pus fèl dès p’tits mitans ; Gusse Djandjan, one preumîre pawène ; Ubèrland, l’ sècrètére do tchèstia, qu’èsteut mésse po t’nu l’ grand mitan.   Dès que le temps était réchauffé pour de bon, les luttes de petite balle (2) reprenaient au parc de Noisy, dans le grand pré au-delà de la ferme, quand on se dirige vers le château. Le comte en était grand amateur et il organisait des concours presque tous les dimanches après les vêpres. À l’époque, on comptait à Celles quelques fameux frappeurs : Joseph le Maréchal, le plus énergique des « petits-milieux »; Auguste Djandjan, un gaucher de première force; Huberland, le secrétaire du château, qui était passé maître pour tenir le « grand milieu ».
     
Vélà, ô coron do grand djeû, li lîvreû adjusteut s’ tamis, li tinkyeut, li clinceut, li r’drèsseut, sayant s’ bale fét-à-fét. Enfin, i rèculeut d’ quéquès-ascôchîyes, s’èsnondeut, lâcheut l’ bale foû d’ sès deugts; come èle ridjipeut su l’ twèye, i l’atrapeut, sôye-t-i al basse mwin, sôye-t-i à mwin wôte. Dès côps qu’i-gn-a, èle fileut ô réz d’ têre èt aleut trawè lès passîs ascropus po l’ ratinde ou bin èle monteut à clotchî, jusqu’ô fin fond do p’tit djeû. Arètéye su place ou rèvoyîye foû dès cwades, èlle èsteut chasse. Si l’ want l’aveut bin talonè, on p’leut lî dîre arvéye ; èlle èsteut r’cassîye ô drî èt, ô pus sovint, ci n’èsteut nin lès pwin.nes d’alè véy après. Si l’ casseû ’nn’aveut d’ trop, i l’ crocheut su l’ bètch do want èt èle ritchèyeut à sès pîds. Lès pus adrwèts lîvreûs èstint mésses po côpè lès mitans, quèl manquint onk après l’ôte èt èle lèzî chapeut co bin dès mwins jusqu’ô coron do p’tit djeû. Més ç’ qui l’ lîvreû p’leut bisquè si, en pièrdant onk après l’ôte tos sès quinze (3), i v’neut à chitè ô tamis ! Èt i n’ fôt nin d’mandè come lès djouweûs èstint onteûs quand leû pârtîye èsteut mirlitch ! Dès côps qu’i-gn-a, lès djeûs èstint télemint k’tayis qu’on s’ disguèrmèteut jusqu’ô dérin quinze.   Là-bas, au bout du grand jeu, le livreur ajustait son tamis, le tendait, l’inclinait, le redressait, essayant sa balle au fur et à mesure. Enfin, il reculait de quelques enjambées, s’élançait, lâchait la balle de ses doigts; comme elle rebondissait sur la toile, il l’attrapait, soit à main basse, soit à main haute. Parfois, elle filait au ras du sol et allait « trouer » les cordiers accroupis pour l’attendre ou bien elle montait en clocher, jusqu’au fond du petit jeu. Arrêtée sur place ou renvoyée hors des lignes de jeu, elle « était chasse ». Si le gant l’avait bien talonnée, on pouvait lui dire au revoir; elle était rechassée derrière et, le plus souvent, ce n’était pas la peine d’aller chercher après. Si le frappeur était dépassé [par la trajectoire de la balle], il l’attrapait sur le bec du gant et elle retombait à ses pieds. Les livreurs les plus adroits étaient passés maîtres pour « couper » [lancer entre] les « milieux », qui la manquaient l’un après l’autre et il arrivait qu’elle leur échappe des mains jusqu’au bout du petit jeu. Mais ce que le livreur pouvait bisquer si, en perdant l’un après l’autre tous ses « quinze » (3), il venait à foirer au tamis ! Et il ne faut pas demander combien les joueurs étaient honteux quand leur partie était complètement nulle ! Il arrivait que les jeux soient tellement disputés qu’on se bagarrait jusqu’au dernier quinze.
     
Li cûjène da mon-n-onke Marchô èsteut tote meûbléye avou dès pris d’ djeû d’ bale : dès pupes, dès câdes, dès quinquèts, on rèvèy èt jusqu’à on fôteûy. Aveut-i do pléji do racontè lès pus fâmeûsès lutes di d’dins l’ timps, surtout l’ cine d’al dicôce di Lègnon. Ci djoûlà, i djouweut conte Cînè avou l’ pârtîye di Tavièt. A quatôze à quatôze èt quarante à deûs, on lî siève li bale. On mésse côp d’ want èl ritchèsse bon-z-èt rwèd iute do drî èt èle va empwintè on bègnon éou-ce qu’èle si mèt à toûrnè, à toûrnè, qu’i-gn-aveut pont d’ fin.   La cuisine de mon oncle le Maréchal était toute meublée avec des prix de jeu de balle : des pipes, des tableaux, des quinquets, un réveil, et jusqu’à un fauteuil. Avait-il du plaisir à raconter les luttes les plus fameuses d’autrefois, surtout celle de la ducasse de Leignon. Ce jour-là, il jouait contre Ciney avec l’équipe de Tavièt. À quatorze à quatorze et quarante à deux, on lui sert la balle. Un maître coup de gant la rechasse puissamment au-delà du joueur de fond et elle va s’engager dans un tombereau où elle se met à tournoyer, à tournoyer sans fin.
     
Djan-Piêre raconteut voltî ossi li côp qu’ lès cinq Louviô, marchôs d’ Céles èt cousses di Fôy, avint stî gangni dès pupes à Cînè. Ci djoû-là, c’èsteut l’ dicôce di Fayis. Il î r’passèt échone, vont à toûrniquèt avou lès coméres d’al cinse èt lès fièt dansè. Totes fiéres d’awè trouvè dès galants d’ l’ètranjér´, èle lès rèminèt po sopè. Elle avint aprètè l’ salade su l’ plantche al copète dès montéyes dol côve. Més èle n’avint nin fét atincion qu’èle l’avint mètu dizos l’ lampe di stôve. Come ça aveut one miète sûnè, il ont stî oblidjis do mougni l’ salade à l’ pètrole. I ’nn’ont r’côsè mwints côps, més vos compurdoz bin qu’i n’ont jamés pus ristî al chîje à Fayis !   Jean-Pierre aimait aussi raconter la partie où les cinq Louviau, maréchaux de Celles et cousins de Foy, étaient allés gagner des pipes à Ciney. Ce jour-là, c’était la fête de Fayis. Ils y repassent ensemble, vont au manège forain avec les femmes de la ferme et les font danser. Toutes fières d’avoir trouvé des « galants » [venus] de l’étranger, elles les ramènent pour souper. Elles avaient préparé la salade sur la planche au haut de l’escalier de la cave. Mais elles n’avaient pas remarqué qu’elles avaient placé la planche sous la lampe de l’étable. Comme cela avait un peu suinté, ils ont été obligés de manger la salade au pétrole. Ils en ont maintes fois reparlé, mais vous comprenez bien qu’ils ne sont jamais plus retournés à la soirée à Fayis !
     
Dî ç’ manîére-là, Josèf èt Omêr èstint v’nus ô monde avou one pitite bale dins l’ vinte. Il alint à pwin.ne è scole ô mésse (4) qu’il avint d’djà leû want. Tènawète, li djûdi dol vèspréye, il èmantchint on djeû avou dès cochètes ô coron do prè. I ukint quéques soçons avou zèls èt lès bales volint inte lès coches dès pomîs. Omêr aveut l’ brès pus sclindjant po cassi, més Josèf n’èlî d’veut rin po stritchi one bale à passe (5) ou po côpè lès djouweûs (6).   Ainsi donc, Joseph et Omer étaient venus au monde avec une petite balle dans le ventre. Ils allaient à peine à l’école chez le maître (4) qu’ils avaient déjà leur gant. Parfois, le jeudi dans la soirée, ils aménageaient une aire de jeu de balle avec de petites branches au fond du pré. Ils hélaient quelques compagnons et les balles volaient entre les branches des pommiers. Omer avait le bras plus « fouettant » pour frapper, mais Joseph le valait bien pour lancer la balle à la corde (5) ou pour « couper » les joueurs (6).
Suite du texte…

NOTES :

(1) Dèye. Ce jeu est également mentionné par le DL, qui propose comme étymon probable le néerlandais deel, partie. - Retour texte

(2) L’auteur parle ici du jeu de petite balle ou balle au tamis, mais on jouait également à la balle pelote, notamment dans les provinces de Namur, du Hainaut et du Brabant. Descendant du jeu de paume (déjà mentionné dans nos provinces dans les années 1300), le jeu de balle pelote se pratique encore en maints endroits de Wallonie (comme dans le nord de la France). – Cf. Willy Bal, Sur le vocabulaire du jeu de balle dans l’ouest-wallon, Mélanges Haust, Liège, Vaillant-Carmanne, 1939, pp. 21-29, et Théo Mathy, Le sport, miroir de la société, in Wallonie, Atouts et référence d’une Région (sous la dir. de Freddy Joris), Gouvernement wallon, Namur, 1995. Signalons encore La balle pelote au cœur de notre région, un ouvrage bien documenté et abondamment illustré dû à Benoît Goffin, Éd . Aparté, Bruxelles, 2006. - Retour texte

(3) Qu’il s’agisse du jeu de balle pelote ou de jeu de balle « au tamis », les points se comptent comme au tennis, 15, 30, 40, jeu; à 40 – 40 (quarante à deûs), cependant, il n’y a pas de score intermédiaire (« avantage ») avant le gain du jeu. - Retour texte

(4) À l’école primaire. - Retour texte

(5) Ligne séparant le « grand jeu » du « petit jeu ». - Retour texte

(6) C’est-à-dire lancer (« livrer ») la balle entre deux joueurs de la partie adverse, de manière à rendre plus difficile le renvoi (« rechas ») de la balle. - Retour texte