Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXV. – Djeûs èt passemints d’ timps (2)

Après l’ quinze d’awous´, on côp lès tchaleûrs iute, on-z-ètind lès rôlètes chîyetè su totes lès vôyes. On cèke di tonia, on bindadje di mouyou, one rûwe di vwèture d’èfant, tot ç’ qu’è-st-à minme do rôlè, volà d’ qwè fè l’afêre. Lès finès rôlètes di bwès do p’tit Jan — li parfét scolî qui l’ sœûr Josèf rimosture è l’Asîle — c’èst bon po lès-èfants d’al vile.

 

25.- Jeux et passe-temps (2)

Après le quinze août, une fois les chaleurs passées, on entend les cerceaux tinter sur tous les chemins. Un cercle de tonneau, un bandage de moyeu, une roue de voiture d’enfant, tout ce qui peut rouler, voilà de quoi faire l’affaire. Les fins cerceaux de bois du petit Jean – le parfait écolier que la sœur Joseph expose à l’asile [l’école gardienne] –, c’est bon pour les enfants de la ville.

     
À grands côps d’ baston, lès p’tits Célîs lès tchôkèt d’vant zèls èt, à dadaye, i chametetèt po lès sîre en d’chindant l’ copète do viyadje ou bin l’ tiène di Bèl-Ér. C’è-st-ô ci qu’ariverè l’ pus vite al valéye ! Tènawète minme, à fwace d’awè flachi d’ssus, i fôt lachi l’ rôlète, qui va r’dagni conte on meur ou l’ pègnon d’one môjon.   À grands coups de bâton, les petits Cellois les poussent devant eux et, bien vite, ils galopent pour les suivre en descendant le sommet du village ou bien la colline de Bel-Air. C’est à celui qui arrivera le plus vite en bas ! Parfois même, à force de l’avoir fouetté, il faut lâcher le cerceau, qui va rebondir contre un mur ou contre le pignon d’une maison.
     
Vos compurdoz bin qui, po lès rôlètes, lès fis d’ marchô n’ sont nin lès dérins : Josèf èt Omêr ènn’ont à pléji èt i n’ sont nin ô drî d’ayussi on camarâde. Li rôlète, c’èst leû biciclète ; i l’ minèt t’t-ossi lèdjîremint èt i n’ sôrint ’nn’alè nule pôt sins l’ prinde avou zèls : on va qwér on pwin mon Ovide ou one pinte di lècia èmon l’Avocat, on prind s’ rôlète ; on va mète one cârte al bwèsse, on prind s’ rôlète ; on va pwartè lès solès mon l’ cwamjî, on prind s’ rôlète. C’èst tot jusse s’on n’ va nin coûtchi avou !   Vous comprenez que, pour les cerceaux, les fils du maréchal ne sont pas les derniers : Joseph et Omer en ont à plaisir et sont tout disposés à équiper un camarade. Le cerceau, c’est leur bicyclette; ils le conduisent tout aussi légèrement, et ils ne pourraient s’en aller quelque part sans le prendre avec eux : on va chercher un pain chez Ovide ou une pinte de lait chez l’Avocat, on prend son cerceau ; on va mettre une carte à la boîte aux lettres, on prend son cerceau ; on va porter les souliers chez le cordonnier, on prend son cerceau. C’est tout juste si l’on ne va pas se coucher avec !
     
Pus, on bia djoû, v’là tos lès gamins à scasses. Gritchis là-d’ssus, il ascôchèt à grandès opes, come li tchèt da Mârène Ionide qu’aveut dès botes « di set´ lieues ».   Puis, un beau jour, voilà tous les gamins sur des échasses. Juchés là-dessus, ils font des enjambées à grands bonds, comme le chat de Marraine Léonide qui avait des « bottes de sept lieues ».
     
Gn-a co l’ quinèt (1), qu’on-z-adjoke su one pîre èt qu’on fét r’dipè bon-z-èt rwèd d’on côp d’ bordon. Més c’è-st-on djeû qu’ lès parints vèyèt èvi : i fôreut si pô d’ tchôse po s’bwargni one saquî !   Il y a encore le bâtonnet (1) qu’on fait tenir en équilibre précaire sur une pierre et qu’on fait sauter violemment d’un coup de bâton. Mais c’est un jeu que les parents détestent : il faudrait si peu de chose pour éborgner quelqu’un !
     
Èt portant, lès vrés djeûs, vo-lès-là : c’èst lès djeûs disfindus. On djoû, Josèf avise divant l’ fwadje on-èkstirpateûr qu’on cinsî a aminè po r’tchôssi (2) lès dints. V’là po fè one ôtomobile ! Tins qu’ lès marchôs ont l’ pîd toûrnè, i rachone saquants-ârsôyes èt i boutèt l’ machine tortos èchone jusqu’à mon Poyant, vélà al copète di Bèl-Ér. Lès voyadjeûs s’assièt su lès triviès èt, come di jusse, Josèf si mèt ô volant po minè : vos vèyoz ça di-d’ci ! Li pèsante machine dichind l’ crawieûse vôye à plin.ne charje, en r’dagnant su lès cayôs. On fét sine à Anjèle en passant ’ddé mon l’ Pâpe. Vis-à-vis d’èmon l’ Gros Bêy, on passe à môde di bolide. I-gna là pus bas on léd batardô tot sclimbwagne qui k’cheût tèribemint lès voyadjeûs en fiant zoublè l’ostèy. Il èst quèstion do l’ ridrèssi ô pus rade po qu’èle ni vaye nin bukè conte l’ingléye dol môjon ou bin, di l’ôte dès costès, conte li meur do tiène da Caterine... èt saquants-ascôchîyes pus lon, c’èst l’intréye di l’ aquèduc. On djeû po s’ distrûre ! Més l’ tchôfeû n’a nin bambyi : il empwinte l’ûréye dol coûr èt on-z-arive à sôbritè (3) divant l’ fwadje. Lès gamins ont à pwin.ne yeû l’ timps do s’ séwè qui lès marchôs abrokèt avou l’ vanwâre ol mwin. Tins qu’ mon-n-onke Josèf si mèt ôs trosses da Omêr, Djan-Piêre court après Josèf, qui broke ol môjon. Tote sibarîye do véy si-t-ome parèyemint dismantchi, Marîye sitind sès brès po lî bôrè l’ vôye. Més i-gn-a rin po l’ rapôji : i flache dol vanwâre ô triviès d’ tot dins lès montéyes d’è là-wôt èt l’ sèyance s’achève o plantchi. Quand i rid’tchind ol cûjène, il èst rodje come on pot di stûve. C’è-st-one pasquéye qui l’ gamin n’ rovîyerè jamés !   Et pourtant, les vrais jeux, les voici : ce sont les jeux défendus. Un jour, Joseph avise devant la forge un extirpateur qu’un fermier a apporté pour recharger (2) les dents. Voilà de quoi faire une automobile ! Tandis que les maréchaux ont le dos tourné, il rassemble quelques arsouilles et ils poussent la machine tous ensemble jusque chez Poyant, là-bas au-dessus de Bel-Air. Les voyageurs s’asseyent sur les traverses et, comme de juste, Joseph se met au volant pour conduire : vous voyez cela d’ici ! La lourde machine descend le chemin cahoteux à pleine charge, en rebondissant sur les cailloux. On fait signe à Angèle en passant près de chez le Pape. En face de chez le gros Bêy, on file comme un bolide. Il y a là plus bas un laid caniveau tout de travers qui secoue terriblement les voyageurs en faisant sauter l’engin. Il est question de le redresser au plus vite pour qu’il n’aille pas buter contre l’angle de la maison, ou bien, de l’autre côté, contre le mur du talus de Catherine... et quelques enjambées plus loin, c’est l’entrée de l’aqueduc. Un jeu pour se détruire ! Mais le chauffeur n’a pas bronché : il s’engage dans le talus de la cour et on arrive sains et saufs (3) devant la forge. Les gamins ont à peine eu le temps de se sauver que les maréchaux surgissent avec le tablier de cuir à la main. Pendant que mon oncle Joseph se met aux trousses d’Omer, Jean-Pierre court après Joseph, qui fonce dans la maison. Tout étonnée de voir son mari pareillement démonté, Marie étend les bras pour lui barrer le chemin. Mais rien ne l’apaise : il frappe du tablier à travers tout dans l’escalier de là-haut et la séance s’achève à l’étage. Quand il redescend à la cuisine, il est rouge comme le foyer d’un calorifère. C’est une mésaventure que le gamin n’oubliera jamais !
     
Tot-ô-dilong d’ l’anéye, i n’ manque nin d’alieûrs di djeûs pus pôjîres èt mwins´ risquants. Ô catchi, par ègzimpe. Li ci qu’î èst va s’aspoyi en toûrnant l’ dos èt en cloyant lès-ouy conte li pwate dol grègne ou l’uch dol rèmise ôs fagots. Dosmètant qu’i compte tot wôt, lès-ôtes si séwèt ô pus rade èt s’ vont stitchi sôye-t-i su on cul-d’ for, sôye-t-i drî l’ meur do pont, sôye-t-i à l’intréye do stôve al valéye ou bin drî l’ grosse sipène do ri. « Quarante, quarante et un, quarante-deux... » On c’mince à-z-awè ôsse, il èst timps d’awè s’ catchète… « Quarante-huit, quarante-neuf... Cinquante ! Ça î èst ! » Tot l’ monde è-st-à place èt i-gn-a rin qui boudje nul pô. À pas mèsurès, lès-ouy toûrnès d’ tos lès sins, li ci qu’î èst s’ mèt en route èt wéte di tos costès. Més gâre à li s’il è va trop lon èri do but´ ! I-gn-a onk qui spite foû di s’ trô èt qui chametéye po-z-arivè al pwate li preumî. S’il î advint, l’ôte si r’mèt à l’ tchèsse jusqu’à tant qu’i ’nn’a atrapè onk po prinde si place li côp qui vint.   Tout au long de l’année, il ne manque d’ailleurs pas de jeux plus paisibles et moins risqués. À cache-cache, par exemple. Celui « qui y est » va s’appuyer, en tournant le dos et en fermant les yeux, contre la porte de la grange ou celle de la remise aux fagots. Pendant qu’il compte à haute voix, les autres se sauvent au plus vite et vont se fourrer soit sur un cul-de-four, soit derrière le mur du pont, soit à l’entrée de l’étable du bas ou bien derrière la grosse aubépine du ruisseau. « Quarante, quarante et un, quarantedeux... » On commence à se presser, il est temps d’avoir sa cachette... « Quarante-huit, quarante-neuf... Cinquante ! Ça y est ! » Tout le monde est à sa place et rien ne bouge nulle part. À pas mesurés, les yeux tournés dans tous les sens, celui « qui y est » se met en route et regarde de tous côtés. Mais gare à lui s’il s’en va trop loin du but ! L’un des joueurs jaillit de son trou et fonce pour arriver à la porte le premier. S’il y parvient, l’autre se remet à la chasse jusqu’à ce qu’il en ait attrapé un pour prendre sa place au prochain tour.
     
Tènawète ossi, on djon.ne ome qui vout rîre one pôrt èmantche one coûrse à pîd : onk, deûs, trwès côps l’ toûr di l’èglîje. Lès coureûs s’ mètèt su l’ ligne ô pont do viyadje, avou l’ calote ritoûrnéye li pène èn-èrî. « One, deûs, trwès ! Partez ! » Chakin dès coureûs done on bon côp d’ rin po s’ disclapè èt volà l’ binde èvoléye. I chorèt su lès pavès d’ l’èglîje, toûrnèt rade drî l’ grosse toûr èt on-z-ètind lès clôs d’ leûs solès pètè su lès cayôs dol vôye, ôtoû dol vîye cimintiére. One gritchète èco divant d’avinde li route èt l’ preumî n’ tôdje nin do pwintè o fond do viyadje, avou l’ p’loton à s’ cul. En-z-arivant, i tanflèt come dès boûs mô touwès, més qué-n-oneûr d’ièsse preumî èt qué pléji do r’çîr on gros sou dins s’ calote : dîs caramèls ô beurre èmon Marîye Ovide !   Parfois aussi, un jeune homme qui veut rire un bon coup organise une course à pied : une, deux, trois fois le tour de l’église. Les coureurs se mettent sur la ligne [de départ] au pont du village, avec la casquette retournée la penne en arrière. « Une, deux, trois ! Partez ! » Chaque coureur donne un bon coup de rein pour se détacher et voilà la bande envolée. Ils foncent sur le parvis de l’église, tournent rapidement derrière la grosse tour et l’on entend les clous de leurs souliers péter sur les cailloux du chemin, autour du vieux cimetière. Une grimpette encore avant d’atteindre la route et le premier ne tarde pas à poindre au fond du village, avec le peloton au derrière. En arrivant, ils halètent comme des bœufs mal abattus, mais quel honneur d’être premier et quel plaisir de recevoir un gros sou dans sa casquette : dix caramels au beurre chez Marie Ovide !
     
Do trèvint d’ Pôques, lès crapôdes vont coude dins lès près èt su lès-ûréyes lès flotchîyes d’ôr dès brôyes-di-tchèt (4) : èle lès keûzeront èchone po fè dès bales di coucous (5). Pus tôrd, èlle ènn’îront à bindes côpè dès bouquèts d’ fleûrs-à-beû (6) dins lès tiènes dès Côreus. À l’ fin dol campagne, ci sèrè lès gamins qui f’ront dès mirlitons avou do saîu èt do papî d’ sôye ou bin dès chuflèts avou dès djoncs, ricôpès d’zeû on nuk. Eviès l’ quinze d’awous´, après one nét d’oradje, on pôte à l’ piquète do djoû avou s’ pani po-z-alè véy ôs-ôbwissons ol pature da Nèsse d’ Al Cour. C’è-st-ô ci qu’ariverè l’ preumî po discouviè lès blancs trokèts qui soûrdèt dins l’ roséye, catchis sovint dins lès topès d’ fènasses. Més mwints côps on n’ mèt l’ mwin qui d’ssu one vèsse di leûp.   À l’époque de Pâques, les filles vont cueillir dans les prés et sur les talus les pompons d’or des primevères (4) : elles les coudront ensemble pour faire des « balles de coucous » (5). Plus tard, elles partiront en groupes couper des bouquets de narcisses (6) dans les collines des Côreus. À la fin de la saison, ce seront les garçons qui feront des mirlitons avec du sureau et du papier de soie ou bien des sifflets avec des joncs, recoupés au-dessus d’un nœud. Vers le quinze août, après une nuit d’orage, on part à la pointe du jour avec son panier pour aller aux champignons dans la pâture d’Ernest de la Cour. C’est à qui arrivera le premier pour découvrir les blanches grappes qui sourdent dans la rosée, souvent cachées dans les touffes de graminées. Mais maintes fois on ne met la main que sur une vesse-de-loup.
     
On n’ôreut jamés tot fét d’èspliquè tot ç’ qu’on-èfant d’ô viyadje pout trouvè d’ djôyes èt d’amusemints sins malice ôtoû d’ li. Ça vôt bin lès kakayes qu’on-z-achetéye bon-z-èt tchîr ô bazâr d’al vile èt qui tchèyèt è pîces su quéques-eûres !   On n’en finirait jamais d’expliquer tout ce qu’un petit villageois peut trouver de joies et d’amusements innocents autour de lui. Cela vaut bien les camelotes qu’on achète bien cher au bazar de la ville et qui tombent en morceaux sur quelques heures !
     
Èt portant, sès mèyeûs passemints d’ timps, c’èst do d’nè on côp d’ mwin ôtoû d’ li ou do fè come lès grands : i sét bin qu’on n’ rôle nin su l’ôr èt qu’i lî fôrè boutè pus tôrd po vikè.   Et pourtant, ses meilleurs passe-temps, c’est de donner un coup de main autour de lui ou d’imiter les grands : il sait bien qu’on ne roule pas sur l’or et que, plus tard, il lui faudra trimer pour vivre.
     
À fét qu’ lès-ovrîs passint ol môjon, Josèf si mèteut à tos lès mèstîs. Divant l’ dicôce, il èsteut pinte, tapisseû ou blankicheû. Qu’i-gn-a-t-i d’ pus guéy qui do tchôborè on meur avou, ô coron d’on mantche, one broche qu’on trimpe dins on sèya d’éwe blankîye avou dol tchôs´ ? Èt do véy poûji à plin.ne palète dins l’ martî, qu’on stind à p’tits côps avou l’ bètchète dol trouwale, ni v’là-t-i nin d’ qwè vos fè duv’nu maçon môgrè vos ? Josèf monteut co bin jusqu’ô vî tchafor èt passeut dès bèles vèspréyes à-z-èmantchi one môjon d’ briques avou s’ mèyeû camarâde, Françwès d’èmon Baquèt .   Au fur et à mesure que les ouvriers passaient à la maison, Joseph se mettait à tous les métiers. Avant la ducasse, il était peintre, tapissier ou chauleur. Quoi de plus gai que de barbouiller un mur avec, au bout d’un manche, une brosse qu’on trempe dans un seau d’eau blanchie avec de la chaux ? Et de voir puiser à pleine palette dans le mortier, qu’on étend à petits coups avec la pointe de la truelle, ne voilà-t-il pas de quoi vous faire devenir maçon malgré vous ? Joseph montait parfois jusqu’au vieux four à chaux et passait de belles soirées à bricoler une maison de briques avec son meilleur camarade, François de chez Baquet.
     
Al séson dès cortis, li têre, qui lès Leûp avint tant r’toûrnè, lî d’neut l’ fîve. I bèrwèteut l’ancène dès bèrbis, pèlteut l’ wazon avou l’ awe èt r’mèteut l’ djârdin à noû avou l’ pôle èt l’ rèstia. En-z-alant qwér ô Grand Djârdin d’ Véves lès cabus, lès célèris èt lès fleûrs à r’piquè, i s’astôrdjeut voltî à sîre li Vî Djârdinî dins lès grandès-aléyes bwardéyes di piramides, à r’wéti lès vètès dintèles dès cârès d’aspèrjes, one légume di monseûs qui n’vint nin dins lès cortis dès p’titès djins èt qu’on n’ gostéye qui dins lès tchèstias. I moussunt, quôsu come dins one èglîje, dins lès grandès sêres totes rimplîyes di potéyes di fleûrs qui n’ créchèt nin avôr-ci, éou-ce qu’on fét v’nu lès réjins. Lès réjins, ci n’èst nin non pus po lès p’titès djins ! A Céles, i-gn-aveut qu’al divanture dol môjon d’ cure : dès p’tits blancs one miète seurs qui n’ valint nin lès cis do djârdin d’ Véves més c’èsteut dès réjins quand minme. On ’nn’atrapeut co bin one grape quand on-z-aleut fè one comission po Sofîye, li mèskène èt on s’ fieut quôsu mô d’ lès mougni. S’il aveut d’vu prinde on mèstî, Josèf s’ô-reut fét djârdinî.   À la saison des jardins, la terre, que les Leloup avaient tant bêchée, lui donnait la fièvre. Il brouettait le fumier des brebis, retournait les touffes d’herbe avec la houe et remettait le jardin à neuf avec la bêche et le râteau. En allant chercher au Grand Jardin de Vêves les cabus, les céleris et les fleurs à repiquer, il s’attardait volontiers à suivre le Vieux Jardinier dans les grandes allées bordées de pyramides, à regarder les vertes dentelles des carrés d’asperges, un légume de bourgeois qui ne pousse pas dans les jardins des petites gens et qu’on ne déguste que dans les châteaux. Il entrait, presque comme dans une église, dans les grandes serres remplies de pots de fleurs qui ne croissent pas par ici, [et] où l’on cultive les raisins. Les raisins, ce n’est pas davantage pour les petites gens ! À Celles, on n’en voyait qu’à la façade du presbytère : des petits blancs un peu sûrs qui ne valaient pas ceux du jardin de Vêves, mais c’était quand même des raisins. On en attrapait de temps à autre une grappe quand on allait faire une commission pour Sophie, la servante, et l’on regrettait presque de les manger. S’il avait dû exercer un métier [manuel], Joseph se serait fait jardinier.
     
Enfin, Djan-Piêre aveut montè po lès gamins one pitite fwadje avou s’ soflèt èt s’t-èglume, més c’è-st-one fîve qui n’aveut wére durè : Josèf ni sinteut nin couru dins sès win.nes li song d’ marchô qui fieut vikè dispôye cint-ans lès Louviô d’ Céles èt d’ Fôy.
  Enfin, Jean-Pierre avait monté pour les gamins une petite forge avec son soufflet et son enclume, mais c’est une fièvre qui n’avait guère duré : Joseph ne sentait pas courir dans ses veines le sang de maréchal qui faisait vivre depuis cent ans les Louviau de Celles et de Foy.
     
Tos lès mèstîs qu’i sayeut onk après l’ôte, ci n’èsteut qu’ dès feûs di strin, èt, tot compte fét, i ruveneut todi ô portè-plume. Duvenu scrîjeû, musicyin, mésse di scole, i-gn-aveut qu’ ça qu’èlî troteut ol tièsse.   Tous les métiers qu’il essayait l’un après l’autre, ce n’était que feux de paille et, tout compte fait, il revenait toujours au porte-plume. Devenir écrivain, musicien, maître d’école, il n’y avait que cela qui lui trottait en tête.
Suite du texte…

NOTES :

(1) En dialecte liégeois, ce jeu s’appelle kinaye ou brîse (voir ces mots dans J. Haust, DL). - Retour texte

(2) Ritchôssi est un terme de métier. Il se traduit en français par recharger, avec le sens mentionné dans le Larousse du XXe siècle : « Techn. Recharger un outil, Ajouter de la matière dans les parties usées. » - Retour texte

(3) Selon Lucien Somme, l’expression employée par l’auteur correspond à celle que donne Lucien Léonard (Lexique, p. 227) « arivè à sauvrité », c’est-à-dire arriver en sécurité. - Retour texte

(4) Brôyes di tchèt. Le Lexique de L. Léonard mentionne, p. 59, le même terme : « fiente de chat = primevère officinale »; le DFL signale à Huy bråye-di-tchèt « primevère ».- Cf. aussi mon Enquête dialectale…[D72], p. 61. - Retour texte

(5) Bales di coucous : cette locution est absente des sources écrites consultées. Notre témoin de Celles, Mme Alice Alexandre, veuve Lebrun, se souvient de ces sortes de bouquets arrangés de manière à ce que les fillettes puissent s’en servir comme de balles. Le mot coucou, qui, à Celles comme en Wallonie, désigne tant l’oiseau que le trèfle, a ici le sens de « primevère » ; on l’a trouvé, avec la même acception, 1° dans H. Forir, Dictionnaire liégeois-français (Liège, 1886) : « feûr (sic ; coquille pour fleûr)-di-coukou, s., primevère à fleur jaune » et 2° dans Gust. Gothier, Dictionnaire français-wallon (Liège, J. Gothier, 1879) : « Koukou […] primevère à fleurs jaunes, s.f., fleure [sic] di koukou ».- Cf. aussi mon Enquête, p. 81 : djane coucou. - Retour texte

(6) Fleûrs-à-beû : la signifcation de cette locution, absente des sources écrites consultées, nous a été donnée par le témoin cité ci-avant, qui traduit par jonquilles, assurant que les narcisses sont des plantes plus grandes. En fait, en botanique, c’est l’inverse : la jonquille est cultivée tandis que le narcisse, plus petit, pousse à l’état sauvage, mais il est vrai qu’on l’appelle aussi narcisse jonquille, ou jonquille ; à noter que le mot coucou figure dans le Grand Larousse du XXe siècle comme désignant le narcisse… ou la primevère officinale ! - Retour texte