Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXVIII.- On-z-a touwè l’ couchèt

Après l’dicôce, li pus bia djoû d’ l’anéye, c’èst bin quand on toûwe li couchèt.

 

28.- On a tué le cochon

Après la ducasse, le plus beau jour de l’année, c’est bien celui où l’on tue le cochon.

     
Dispôy li timps qu’on l’a rapwartè d’al fwâre di Cînè, li noûrin (1) a rudemint profitè. À fwace di caboléyes d’ôrtèyes, di pèlakes di canadas èt di r’lavûres machîyes avou do laton, i s’a stindu èt il a pris do cul. Dins lès dérins mwès, on l’a gourè di p’tit lècia, di tortias èt d’ farène di wadje, po l’ècrachi. I va ôtoû d’ cint kulos èt Pôques n’èst pus lon : c’èst l’ momint d’è fè l’ fin. Djan-Piêre uke li vî bièrdjî d’Ûbaye : dispôy qu’i-gn-a pupont d’ tropes dins l’ payis, c’èst li qui toûwe tos lès couchèts one eûre lon èt one eûre lôdje.   Depuis le temps qu’on l’a rapporté de la foire de Ciney, le nourrain (1) a rudement profité. À force de brouets d’orties, d’épluchures de pommes de terre et d’eau de vaisselle mélangés à du son, il a grandi et il a pris de l’arrière-train. Dans les derniers mois, on l’a gavé de petit lait, de tourteaux et de farine d’orge, pour l’engraisser. Il pèse quelque cent kilos et Pâques n’est plus loin : c’est le moment d’en faire la fin. Jean-Pierre fait venir le vieux berger d’Hubaille : depuis qu’il n’y a plus de troupeaux dans le pays, c’est lui qui tue tous les cochons à une heure à la ronde.
     
Ôs preumîrès-éreûs do djoû, vo-l’-là qui s’amine, moussi di s’ sôro. I pwate su l’ dos li ronde cârnassiére di cûr avou sès-ostèy : li grand coutia, li fusik èt l’ sôliète. C’è-st-on vî ome todi stocas´, avou one blanke bôbe come li rwè Lèyopol.   Aux premières lueurs du jour, le voilà qui s’amène, vêtu de son sarrau. Il porte sur le dos la carnassière de cuir ronde avec ses outils : le grand couteau, l’affiloir et la scie. C’est un vieil homme toujours robuste, avec une barbe blanche comme le roi Léopold [II].
     
Do côp, i mousse o ran, passe on courant lace à one pate di drî èt l’ bièsse èst subtilemint èrtchîye su l’ pavéye. En s’ kitapant, èle winkîye à v’ rôyi lès-orèyes, més èlle èst rade domp´téye èt r’vièrsîye. Li bièrdjî lî mèt si gngno su li spale èt, d’one mwin qui n’ tron.ne nin, lî done à l’ gorlète li côp d’ coutia. Li song abroke à gros gwardjons èt, tins qui l’ bièrdjî méstrîye l’ bièsse, Marîye li rascoud dins on pélon, qu’èle trèwîde à fét dins on sèya. Quéques lans èco, lès dérins, èt l’ couchèt n’ boudje pus.   Aussitôt, il entre dans la soue, passe un nœud coulant à une patte de derrière et la bête est adroitement traînée sur le trottoir. En se débattant, elle crie à vous arracher les oreilles, mais elle est vite domptée et renversée. Le berger lui met le genou sur l’épaule et, d’une main qui ne tremble pas, lui donne à la gorge le coup de couteau. Le sang afflue à grosses giclées et, pendant que le berger maîtrise la bête, Marie le recueille dans un poêlon, qu’elle transvase au fur et à mesure dans un seau. Quelques soubresauts encore, les derniers, et le cochon ne bouge plus.
     
Saquants ronds bwès sont arindjis al têre èt il èst stindu d’ssus. L’ome dislôye one djôbe di bia strin d’ swèye, li strame pa t’t-avô l’ cwârps èt î mèt l’alumète. Quéne flaméye ! Pus, il è twartchîye quéquès pougnîyes èt achève do rosti lès sôyes drî lès pates èt lèsorèyes, à totes lès djwinteures. Li bièsse èst r’toûrnéye èt l’ touweû r’fét one novèle tchèrôde. On côp d’ ramon d’ chakin dès costès èt i s’ mèt à raclè l’ pia avou one pîre-ponce tins qu’ Marîye arose li cwârps avou on cokmwâr di tchôde éwe. I rôye lès-onglètes, qui lès tchèts apicèt fét-à-fét. Asteûre, li soçon da sint- Antwin.ne a l’ pia tinre èt rôse come on-èfant à l’ fachète. I chone qu’on agnereut d’djà voltî d’dins, télemint qu’il è-st-apétichant. Dol copète do coutia, li bièrdjî lî crène li vinte èt lî douve li panse : voci l’ cœûr, li féte, lès r’nos, di qwè rimpli on grand plat, qui promèt dès fameûsès frichetouyes. Lès tripes sont scrèpéyes su one tôve : on s’è sièv’rè po fè lès boudins.   On étend l’animal sur des rondins disposés par terre. L’homme délie une gerbe de belle paille de seigle, en parsème le corps et y met l’allumette. Quelle flambée ! Puis, à l’aide de quelques torches de paille, il achève de rôtir les soies derrière les pattes et les oreilles, à toutes les articulations. La bête est retournée et le tueur refait une nouvelle flambée. Un coup de balai de chaque côté et il se met à racler la peau avec une pierre ponce pendant que Marie arrose le corps avec une bouilloire d’eau chaude. Il arrache les onglons, que les chats saisissent au fur et à mesure. Maintenant, le compagnon de saint Antoine a la peau tendre et rose comme un enfant au maillot. Il semble qu’on mordrait déjà volontiers dedans, tant il est appétissant. De la pointe du couteau, le berger lui incise le ventre et lui ouvre la panse: voici le cœur, le foie, les rognons, de quoi remplir un grand plat, qui promet de fameux régals. Les tripes sont raclées sur une table : on s’en servira pour faire les boudins.
     
Djan-Piêre a apontyi li p’tite chôle èt l’ couchèt èst stindu d’ssus. Li bièrdji passe on plat bwès ô triviès dès djèrèts qu’il a findu : i sièverè à atèlè l’ bièsse à l’ chôle avou dès cwades solidemint nukéyes. On côp d’ mwin dès rwétants po l’ drèssi èt l’ bièrdjî l’ èrtchéye su s’ dos ol tchambe padrî, èou-ce qu’i fét bin fris´. Adon, i wîde li vèchîye, li gonfèle come on balon en soflant d’dins èt l’ pind al copète dol chôle. Quand èle sèrè souwéye èt bwardéye d’on bleû cwardia, ci sèrè l’ mèyeûse des blagues à toubac´.   Jean-Pierre a apprêté la petite échelle et le cochon est étendu dessus. Le berger passe un morceau de bois plat au travers des jarrets qu’il a fendus : il servira a fixer la bête à l’échelle avec des cordes solidement nouées. Un coup de main des spectateurs pour la dresser et le berger la traîne sur son dos dans la chambre de derrière, où il fait bien frais. Alors, il vide la vessie, la gonfle comme un ballon en soufflant dedans et la pend au haut de l’échelle. Quand elle sera séchée et bordée d’un cordon bleu, ce sera la meilleure des blagues à tabac.
     
Vo-z-è-là assèz por ôdjoûrdu. C’èst l’ momint do wîdi ô bièrdjî, quèl a bin gangni, one grande gote di pèquèt ou d’ vî sistème (2) : après on s’fét-ovradje, il a dandji do ratrapè s’t-alin. ne ! Come on ’nn’è va nin su one djambe, Djan-Piêre rimplit lès vêres. On rit, on blague... èt on mèt l’ cougnèt (3). Ol cûjène, on-z-ôt d’djà lès cârbonâdes qui fricassèt ol péle. On bon gout kakîye lès narènes dès vèjins qui passèt su l’ vôye. Divant l’ nét, tot l’ monde sôrè dins l’ viyadje qu’on-z-a touwè l’ couchèt èmon Djan-Piêre.   En voilà assez pour aujourd’hui. C’est le moment de servir au berger, qui l’a bien gagnée, une grande goutte de genièvre ou de « vieux système » (2) : après un pareil ouvrage, il a besoin de reprendre haleine ! Comme on ne s’en va pas sur une jambe, Jean-Pierre remplit les verres. On rit, on blague... et on boit un dernier verre (3). À la cuisine, on entend déjà les carbonnades qu’on fait frire dans la poêle. Un bonne odeur chatouille les narines des voisins qui passent sur la route. Avant la nuit, tout le monde saura dans le village qu’on a tué le cochon chez Jean-Pierre.
     
Li londemwin al vèspréye, voci l’ bièrdjî rarivè po fè l’ discôpadje. Onk après l’ôte, lès deûs quôrtîs sont stindus su l’ grande tôve dol cûjène. I fôt véy qué côp di spale i done po s’è distchèrdji ! Li grand coutia a vite fét do disclapè l’ lôrd èt c’èst do bia : trwès, quate deugts di spès su l’ dos. Lès craches sont ramasséyes jusqu’à l’ dérène sicroûle : Marîye lès f’rè fonde dins l’ grande casserole di cru fiêr, po-z-è fè do sayin : sur one trintche di pwin rosti, i-gn-a rin d’ mèyeû ! Pus, voci lès spales, lès djambons, adrwètemint toûrnès. Divant do k’tayi l’ tchô po l’ salè, i fôt co discôpè lès rostis : onk po Mossieû l’ Curè, onk po Pârin Marchô, onk po tos lès vèjins, qui v’s-è r’vôront ostant.   Le lendemain après-midi, voici le berger de retour pour débiter le porc. L’un après l’autre, les deux quartiers sont étendus sur la grande table de la cuisine. Il faut voir quel coup d’épaule il donne pour s’en décharger ! Le grand couteau a vite fait de détacher le lard, et c’est du beau : trois, quatre doigts d’épaisseur sur le dos. Les graisses sont ramassées jusqu’au dernier « copeau »: Marie les fera fondre dans la grande casserole de fonte pour en faire du saindoux : sur une tranche de pain rôti, il n’y a rien de meilleur ! Puis, voici les épaules, les jambons, adroitement façonnés. Avant de débiter la viande pour la saler, il faut encore découper les rôtis : un pour Monsieur le Curé, un pour Parrain le Maréchal, un pour tous les voisins, qui vous revaudront la pareille.
     
Di ç’ maniére-là, on-z-èst tot sési qu’i n’ dimeûre quôsu rin à mète o salwè. Li bièrdjî î stind one bone coûtche di gros sé, pus lès djambons, lès pans d’ lôrd èt l’ trèlârdè, lès bokèts d’ tchô qui sièvront po-z-aprètè dès stuvéyes à s’ ralètchi. Nos v’là co r’montès po quéques mwès !   Ainsi, on est tout surpris qu’il ne reste presque plus rien à mettre au saloir. Le berger y étend une bonne couche de gros sel, puis les jambons, les pans de lard gras et le lard maigre, les morceaux de viande qui serviront pour préparer des salades aux lardons [savoureuses] à se pourlécher. Nous voilà encore approvisionnés pour quelques mois !
     
Li bièrdjî a tot fét s’ sogne : i r’ lave sès-ostèy à l’ tchôde éwe èt r’plôye si bleû d’vantrin. Li timps do scrotè one gote èt do contè one craque èt i r’monte su Ûbaye.   Le berger a fait sa besogne : il lave ses outils à l’eau chaude et replie son tablier bleu. Le temps d’avaler une goutte et de conter une blague et il remonte vers Hubaille.
     
Su ç’ timps-là, lès crètons fricassèt ol péle : Marîye va passè l’ chîje à fè lès boudins. Rin d’ pus pléjant qui do véy lès tripes qui s’ rimplichèt fét-à-fét dizos l’ trétwè. On lès nuke avou do nwâr filèt èt on lès toûne ôtoû d’ l’assiète. Divant d’alè coûtchi, on-z-è sayerè on bokèt tot tchôd su s’ pwin. Dîrîz bin ç’ qu’i-gn-a d’ mèyeû ?   Entre-temps, les lardons sont fricassés dans la poêle : Marie va passer la soirée à faire les boudins. Rien de plus plaisant que de voir les tripes qui se remplissent peu à peu sous l’entonnoir. On les noue avec du fil noir et on les enroule dans l’assiette. Avant d’aller se coucher, on en goûtera un morceau tout chaud sur son pain. Diriez-vous bien ce qu’il y a de meilleur ?
     
Ci djoû-là, en montant è là-wôt, Josèf si dit è li-minme qu’i-gn-a môgrè tot saquants bias djoûs su l’anéye. I n’èst nin èbayi qu’on pout lîre dizos one îmôdje di l’ôrmanak di Lîdje :   Ce jour-là, en montant à l’étage, Joseph se dit en lui-même qu’il y a malgré tout quelques beaux jours dans l’année. Il n’est pas étonné qu’on puisse lire sous une image de l’almanach de Liège :
On a tué le cochon.
On a tué le cochon.
Suite du texte…

NOTES :

(1) On a maintenu le terme wallon parce qu’il est aussi… français. Littré le signale comme français avec le sens de « petit poisson que l’on met dans un étang pour le peupler » ; il mentionne le wallon noûrin et le provençal noirin (< lat. nutrimen), avec le sens de « porcelet à l’engrais ». Les deux acceptions sont mentionnées dans Le Robert et le Larousse. - Retour texte

(2) Genièvre de qualité supérieure. - Retour texte

(3) Littéralement : on met le coin (pour achever de fendre le bois), donc on met le point final. Cf. L. Somme, v° cougnèt : « mète li cougnèt » = mettre le coin, assurer l’achèvement de l’ouvrage, boire un dernier verre. - Retour texte