Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXIX.- En tot créchant

Dins ç’ manadje-là qui s’ètindeut si bin, Josèf èt Omêr créchint pôjîremint, en n’ vèyant ôtoû d’ zèls qui lès bons-ègzimpes. Djan-Piêre èt Marîye n’èstint nin dès pilès d’èglîje. Eou ’nn’ôrint-i stî trouvè l’ timps ? Més il èstint d’meurès come leûs parints lès-avint apris. I n’ôrint nin, por one bleûwe vatche, manquè do fè leûs pôques, l’Adôrâcion èt l’ Sint- Ôlin, ni d’alè à mèsse li dîmègne èt cor à veupes èt ô salut, lès djoûs d’ grande fièsse. Josèf ni lès-aveut jamés vèyu s’ mète al tôve sins s’ sinè. Tos lès djoûs après l’ chîje, on r’toûrneut s’ tchèrîye po dîre tot wôt lès pâtêrs. Èt l’ londemwin, à chîj eûres, on-z-èsteut su pîd po-z-alè sièrvi mèsse.

 

29.- Tout en grandissant

Dans ce ménage-là qui s’entendait si bien, Joseph et Omer grandissaient paisiblement, en ne voyant autour d’eux que de bons exemples. Jean-Pierre et Marie n’étaient pas des piliers d’église. Où en auraient-ils trouvé le temps ? Mais ils étaient restés comme leurs parents les avaient éduqués. Ils n’auraient pour rien au monde manqué de faire leurs pâques, l’Adoration et la Saint-Hadelin, ni d’aller à la messe le dimanche et encore aux vêpres et au salut, les jours de grande fête. Joseph ne les avait jamais vus se mettre à table sans se signer. Tous les jours après avoir passé la soirée, on retournait ses chaises pour dire tout haut les prières. Et le lendemain, à six heures, on était debout pour aller servir la messe.

     
Portant, l’ gamin èsteut bèl èt bin à s’ tièsse, i monteut come one sope ô lècia èt i rèpliqueut ôjîyemint. Adon, Marîye lî d’neut en-èximpe li cousin Artûr Gènon, on vré modèle, parèt-i. Més, come li p’tit Jean da ma sœûr Josèf, li modèle èsteut si parfét èt on li r’présinteut si sovint qu’il ôreut fini pa l’ véy èvi.   Pourtant, le gamin avait bel et bien du tempérament, il montait comme une soupe au lait et il répliquait facilement. Alors, Marie lui donnait en exemple le cousin Arthur Genon, un vrai modèle, paraît-il. Mais, comme le petit Jean de ma sœur Joseph, le modèle était si parfait et on le lui représentait si souvent qu’il aurait fini par le détester.
     
À onze ans, Josèf purdeut s’ pléji à fè roté l’ plume. I s’a mètu ol tièsse do scrîre one trajèdîye en cinq-akes èt en vêrs, come lès grands scrîjeûs do timps passè.   À onze ans, Joseph prenait son plaisir à faire courir la plume. Il se mit en tête d’écrire une tragédie en cinq actes et en vers, comme les grands écrivains du temps passé.
     
Pus, il a trouvè qu’ c’èsteut one saqwè d’ trop londjin èt il a aband’nè l’ tèyâte. Adon, i s’a r’tapè su l’ musique èt i composeut dès motèts comes lès cis da Pârin Marchô. Quand i n’ nwâricheut nin do papî à cinq rôyes, i djouweut d’ l’ârmoniom´ à longueû d’ vèspréye.   Puis, il trouva que c’était quelque chose de trop long et il abandonna le théâtre. Alors, il se rabattit sur la musique, et il composait des motets pareils à ceux de Parrain le Maréchal. Quand il ne noircissait pas du papier à cinq lignes, il jouait de l’harmonium à longueur d’après-midi.
     
En nivetant o gurnî, il aveut r’trouvè su one sovronde saquants lîves qu’on mésse di scole do payis, qu’aveut yeû dins l’ timps d’ l’idéye po Marîye, lî aveut apwartè, en v’nant al chîje. I-gn-aveut dès-istwâres di djon.nes-amoureûs – Estelle et Galathée, pastorale de Florian, Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre – ; pus, dès pîces di tèyâte fwârt guéyes, més qu èlî chonint ièsse dès mwés lîves : Le Sicilien ou l’Amour peintre, Les Fourberies de Scapin, Le Mariage forcé de Molière – ; one grande trajèdîye come li cine qu’il aveut ètèrpris ènawére : Héraclius, empereur d’Orient de Pierre Corneille. C’èsteut dès p’tits lîves avou dès bleûwès couviètes, nin pus grands qu’ l’ôrmanak di Lîdje èt qu’avint costè one pîce di cinq sous. Josèf conecheut tos cès-ôteûrs-là pa si P’tit Larousse, qu’il aveut r’toûrnè co cint côps, èt, môgrè qu’on côseut brâmint d’amoûr dins tos ces lîves-là, i s’aveut risquè do lès lîre. Pus, i ’nn’aveut yeû do r’mwârds èt i l’aveut stî dîre à c’fèsse. I-gn-aveut co on fwârt vî volume avou dès brunès couviètes di cârtron : Histoire de Suède, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours. Il aveut bin quate cints-ans èt i n’èsteut nin ôji à lîre pace qui lès-u èstint come des v èt lès-ès´ come dès-èf´. Josèf apurdeut co à discramyi totes lès-ècritures, todi pus malôjîyes à fét qu’on-z-avanceut. C’èsteut L’Art de lire les manuscrits.   En furetant au grenier, il avait retrouvé sur un petit entablement du mur quelques livres qu’un maître d’école du pays, qui avait eu autrefois un penchant pour Marie, lui avait apportés, en venant à la soirée. Il y avait des histoires de jeunes amoureux – Estelle et Galathée, pastorale de Florian, Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre – ; puis, des pièces de théâtre fort gaies, mais qui lui semblaient être de mauvais livres : Le Sicilien ou l’Amour peintre, Les Fourberies de Scapin, Le Mariage forcé de Molière – ; une grande tragédie comme celle qu’il avait entrepris d’écrire naguère : Héraclius, empereur d’Orient de Pierre Corneille. C’étaient de petits livres avec des couvertures bleues, pas plus grands que l’almanach de Liège et qui avaient coûté une pièce de cinq sous. Joseph connaissait tous ces auteurs-là par son Petit Larousse, qu’il avait bien feuilleté cent fois, et, bien que l’on parlât beaucoup d’amour dans tous ces livres-là, il s’était risqué à les lire. Puis, il avait eu des remords et il avait été le dire à confesse. Il y avait encore un fort vieux volume avec des couvertures brunes en carton : Histoire de Suède, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours. Il avait bien quatre cents ans et il n’était pas facile à lire parce que les u étaient comme des v et les s comme des f. Joseph apprenait encore à déchiffrer toutes les écritures, toujours plus difficiles au fur et à mesure qu’on avançait. C’était L’Art de lire les manuscrits.
     
Quand il a yeû stî odè do lès capontyi, il a pwartè tos ces lîves-là à Mossieû Tonglèt, li mésse di scole, èt il a mètu avou saquants « prix », qu’avint dès rotchès couviètes èt one trintche doréye. Il a proposè ô mésse do montè one pitite bibliotéque. Tènawète, on scolî apwarteut ossi ç’ qu’il aveut r’trouvè è s’ môjon. Ci qu’i lîjeut l’ pus voltî, c’èsteut Prince noir, l’istwâre d’on polin. C’èst tot jusse si lès lârmes n’ èlî spitint nin foû dès-ouy, télemint qu’i s’ fieut mô dol djon.ne bièsse qu’aveut d’vu quitè s’ man.   Quand il a été fatigué de les froisser, il a porté tous ces livres-là à Monsieur Tonglet, le maître d’école, et il [les] mit avec quelques « prix », qui avaient des couvertures rouges et une tranche dorée. Il proposa au maître de monter une petite bibliothèque. Parfois, un écolier apportait aussi ce qu’il avait trouvé chez lui. Ce qu’il lisait le plus volontiers, c’était Prince noir, l’histoire d’un poulain. C’est tout juste si les larmes ne lui échappaient pas des yeux, tant il avait pitié de la jeune bête qui avait dû quitter sa maman.
     
Totes sès-imbicions nèl èspétchint nin d’ièsse on vré gamin d’ô viyadje, come sès camarâdes. I conecheut l’ boneûr do vikè inte sès parints èt sès grands-parints do costè di s’ pére. Èt co dîs côps su l’ djoûrnéye, i coureut d’one môjon à l’ôte. Ionide èsteut one miète vîreûse, més i siyeut Pârin ô cul d’ tos costès. Il aleut avou li sogni lès feûs è l’èglîje, sonè à mèsse èt à veupes, montè ou dismontè l’ catafalque, aprètè lès-afêres po lès porcèssions. On côp minme, il aveut gripè lès rwèdès montéyes do clotchî po-z-alè véy tribolè : on martia dins chaque mwin, li P’tit Marchô boucheut su lès clotches, on côp su l’ grosse, on côp su li p’tite, èt tofêr insi. E l’èsté on-z-aleut mostrè l’èglîje ôs tourîsses. Tènawète, on ’nn’aleut à camion avou Bibi : on-z-aleut véy lès parints d’ Sorènes. Li gamin, bèl èt bin couyon, si rascrampieut quand on passeut addé l’ wé, one fayéye basse, tote tapinéye di vêrt, ô crwèjemint dès vôyes. Do trèvint dol dicôce, on-z-aleut cheûre lès pwâres o pachu d’ Fôy, qui li P’tit Marchô aveut yeû dins-st-èritance. Pârin ènn’èsteut fin lwagne ; li gamin, di s’ costè, vèyeut co pus voltî l’ vî ome qui sès prôpes parints.   Toutes ses ambitions ne l’empêchaient pas d’être un vrai gamin du village, comme ses camarades. Il connaissait le bonheur de vivre entre ses parents, et ses grands-parents du côté paternel. Bien dix fois de la journée, il courait d’une maison à l’autre. Léonide était un peu grincheuse, mais il suivait Parrain de près de tous côtés. Il l’accompagnait pour soigner les feux à l’église, sonner la messe et les vêpres, monter ou démonter le catafalque, apprêter le nécessaire pour les processions. Une fois même, il avait grimpé les escaliers raides du clocher pour aller voir carillonner : un marteau dans chaque main, le Petit Maréchal frappait sur les cloches, un coup sur la grosse, un coup sur la petite, et ainsi de suite. L’été, on allait montrer l’église aux touristes. Parfois, on partait en camion [hippomobile] avec Bibi : on allait saluer les parents de Sorinnes. Le gamin, bel et bien poltron, se recroquevillait quand on passait près du gué, une mare insignifiante, toute tachetée de vert, à la croisée des chemins. Au temps de la ducasse, on allait secouer les poires au verger de Foy, que le Petit Maréchal avait reçu en héritage. Parrain lui était follement attaché ; de son côté, le gamin aimait le vieil homme plus encore que ses propres parents.
     
On dîmègne, en zoublant d’on tamon d’ tchôr, il a sintu qu’i s’aveut fét do mô dins l’ vinte : come s’i s’aveut d’chèrè one saqwè. Marîye èsteut vôye qwér li lècia èmon s’ frére, o vîyadje. En chaltant, il a stî jusqu’à là lî contè l’afêre. Lès Leûp èstint sudjèts à l’ èrnîye ; li Grand Leûp, si vré pârin, ènn’aveut stî opèrè : il ont sési d’embléye ci qu’èsteut arivè.   Un dimanche, en sautant d’un timon de charrette, il sentit qu’il s’était fait mal dans le ventre : comme s’il s’était déchiré quelque chose. Marie était partie chercher le lait chez son frère, au village. En boitant, il s’en fut jusque-là lui conter l’incident. Les Leloup étaient sujets à la hernie; le Grand Leloup, son vrai parrain, en avait été opéré : ils comprirent d’emblée ce qui s’était passé.
     
Il a falu pôrti po Dinant èt Djan-Piêre l’a minè dins one grande môjon blankîye à l’ tchôs´, drî one wôte grile di fiêr èt dins one rûwe qui pwarteut on nom à vos fè frumeji : rue d’Enfer. Il a brâmint bré do s’ ritrouvè vélà tot seû, sogni par one sœûr avou on blanc d’vantrin èt on blanc bonèt su s’ tièsse, qui fieut portant ç’ qu’èle p’leut ôtoû d’ li po l’ rapôji èt l’ raguéyi. Tot timpe li londemwin, èle l’a v’nu qwér su one pitite blanke vwèture à rôlètes, po l’ minè ol sâle d’opèrâcion. On l’a stindu su one espéce di tôve èt on lî a èmantchi on drole di masque su s’ visadje. Lès médecins, abiyis tot blanc ossi, s’ont mètu à copinè avou li en brichôdant leûs-ostèy. Chaque côp qu’i douvieut s’ bouche po rèsponde, i sinteut qu’il avaleut one saqwè d’ mwés quèl sitofeut. Il a stî vôye qu’i n’è saveut rin. Quand i s’a rèwyi è s’ lèt, c’èsteut come s’il ôreut yeû on pwèds su li stomac´ èt sès pléyes li fyint djèmi. P’tit-z-à p’tit, ç’a stî mia. Ci quèl disloûjeut l’ pus, c’èsteut do s’ véy disseûlè dins ç’ grande môjon-là, lon èri d’ totes sès djins. Més Marîye n’a nin tôrdji à-z-arivè avou one bèle grape di réjins, qu’avint d’vu costè tchîr. Pus, c’a stî l’ toûr da Pârin Marchô ; on djoû èt lèyi l’ôte (1), i v’neut djouwè ôs côtes avou l’ gamin. Môgrè ça, l’èfant s’anoyeut bin. A l’ longue dès longues, Djan-Piêre a arivè on dîmègne ô matin, po l’ vinu r’qwér. Qué dicôce ! Quand l’ gamin a r’passè l’ griyadje, i lî a chonè qu’i sorteut d’ prîjon èt qu’i n’aveut jamés stî si binôje di s’ vîye. Papa aveut distèlè èmon l’ marchô Bouille, jusse à costè. En montant su l’ camion d’al cinse d’Ûbaye, i n’ si sinteut pus : il èsteut chapè, il è raleut à Céles.   Il fallut partir pour Dinant, et Jean-Pierre le conduisit dans une grande maison blanchie à la chaux, derrière une haute grille de fer et dans une rue qui portait un nom à vous faire frémir : rue d’Enfer. Il pleura beaucoup de se retrouver là tout seul, soigné par une religieuse avec un tablier blanc et coiffée d’un bonnet blanc; elle faisait cependant de son mieux auprès de lui pour l’apaiser et l’égayer. Le lendemain, très tôt, elle vint le chercher sur une petite voiture blanche à roulettes, pour le mener à la salle d’opération. On l’étendit sur une sorte de table et on lui mit un drôle de masque sur le visage. Les médecins, tout de blanc vêtus eux aussi, se sont mis à bavarder avec lui en manipulant leurs instruments. Chaque fois qu’il ouvrait la bouche pour répondre, il sentait qu’il avalait quelque chose de mauvais qui l’étouffait. Il perdit connaissance sans le savoir. Quand il se réveilla dans son lit, c’était comme s’il avait eu un poids sur l’estomac et ses plaies le faisaient gémir. Petit à petit, son état s’améliora. Ce qui le désolait le plus, c’était de se voir esseulé dans cette grande maison-là, loin de toute sa famille. Mais Marie ne tarda pas à arriver avec une belle grappe de raisins, qui avaient dû coûter cher. Puis, ce fut le tour de Parrain le Maréchal ; un jour sur deux (1), il venait jouer aux cartes avec le gamin. Malgré cela, l’enfant s’ennuyait bien. Finalement, Jean-Pierre arriva un dimanche matin, pour venir le rechercher. Quelle fête ! Quand le gamin repassa le grillage, il lui sembla sortir de prison et n’avoir jamais été aussi heureux de sa vie. Papa avait dételé [le cheval] chez le maréchal Bouille, juste à côté. En montant sur le camion de la ferme d’Hubaille, il ne se sentait plus de joie : il était sauf, il s’en retournait à Celles.
     
Èt c’èst come ça qu’il a seû tot djon.ne ci qu’ c’èst do quitè s’ môjon.   Et c’est comme cela qu’il sut tout jeune ce que c’est de quitter sa maison.
*   *
A noûf, dîj ans, one avirète come cite-lal è-st-abîyemint rovyîye. Ô long dès djoûs, Josèf sinteut moussi ô fin fond d’ li li pléji do vikè quand on-z-èst djon.ne èt bin pwartant, qui l’amistè vos vint d’ tos costès, qu’on papa èt one moman sont là po wéti à vos èt vos d’nè tot ç’ qu’i vos fôt.   À neuf ou dix ans, une mésaventure comme celle-là est vite oubliée. Au fil des jours, Joseph sentait entrer au plus profond de lui le plaisir de vivre quand on est jeune et bien portant, que l’amitié vous vient de partout, qu’un papa et une maman sont là pour veiller sur vous et pourvoir à tous vos besoins.
     
I purdeut s’ pôrt dol vîye simpe èt étyîye d’on viyadje do Wôt-Payis, ô bon timps di d’vant quatôze, qui lès guêres èt lès « progrès » n’avint nin co èpwèsonè. I profiteut dol bone ér èt dol tranquilitè dès campagnes èt dès bwès èt rascoudeut précieûsemint ç’ qui lès sésons apwartint d’ boneûr avou zèles.   Il prenait sa part de la vie simple et saine d’un village du Haut-Pays, au bon temps d’avant-quatorze, que les guerres et les « progrès » n’avaient pas encore empoisonné. Il profitait du bon air et de la quiétude des campagnes et des bois et recueillait précieusement ce que les saisons apportaient de bonheur avec elles.
     
È l’iviêr, c’èsteut l’ pléji do s’ sinte ô r’cwè quand i bîje èt qu’i djale à pîre finde, do wéti pa l’ finièsse lès blancs plumions dol nîve, qui tèche si lin.ne su lès teuts, lès-ôbes èt lès cortis. Èt quéne fièsse d’alè r’qwér su l’ gurnî, po l’afroyi su lès vôyes, li tchèriot avou sès ray èrènis ! Al nét, c’èsteut lès grandès chîjes qu’on passeut rachonès ôtoû do feû qui brouye ol sitûve, dins l’ombrîre di l’abat-jour qui rabat su l’ tôve li lumiére do quinquèt.   L’hiver, c’était le plaisir de se sentir à l’abri quand souffle la bise et qu’il gèle à pierre fendre, de regarder par la fenêtre les blancs flocons de la neige, qui tisse sa laine sur les toits, les arbres et les jardins. Et quelle fête d’aller rechercher dans le grenier, pour le mettre en piste sur les chemins, le traîneau avec ses fers rouillés ! Le soir, c’étaient les longues veillées que l’on passait rassemblés autour du feu qui bruit dans le poêle, dans l’ombre de l’abat-jour qui renvoie sur la table la lumière du quinquet.
     
Après lès fièsses qu’achèvint l’anéye, li tchèrôde (2) èt l’ grand feû raminint l’ bon timps. Lès-ostèy do djârdin sôrtint do forni al copète, on fouyeut l’ corti avou papa èt li p’tit Tave di Bèl-Ér. Ôs vacances di Pôques, on-z-aleut plantè ôs canadas su l’ Grîjoûle avou Marîye Bêy èt on mougneut s’ marinde su lès fènasses di l’ûréye, en bèvant tènawète on côp ô bidon d’ nwâr cafè : jamés one târtine ni choneut si bone ! Su l’ fin dol campagne, on-z-îreut lès rôyi èt on-z-ôreut l’ pléji do ’nn’impli dès satchîyes, dosmètant qu’ lès fotches f’rint chîyetè lès clavias. O mwès d’ jun, c’èsteut l’ finômwès, li fôs qui coûtche lès-ièbes dins l’ roséye do p’tit djoû, lès rèstias qui fièt chîyetè l’ foûr ô solia, lès ougnètes qui sintèt bon plin lès Rèchès-Vôyes.   Après les fêtes qui terminaient l’année, la « flambée » (2) et le grand feu ramenaient le beau temps. Les outils du jardin sortaient du fournil de l’étage, on bêchait le potager avec papa et le petit Gustave de Bel-Air. Aux vacances de Pâques, on allait planter les pommes de terre sur la Grîjoûle avec Marie Bêy et on mangeait son casse-croûte sur les graminées du talus, en buvant de temps à autre un coup au bidon de café noir : jamais une tartine ne semblait si bonne ! En fin de saison, on irait les arracher et l’on aurait le plaisir d’en remplir des sacs, pendant que les fourches feraient tinter les silex. Au mois de juin, c’était la fenaison, la faux qui couche les herbes dans la rosée du petit jour, les râteaux qui font crisser le foin au soleil, les tas de foin qui parfument toutes les Rèchès-Vôyes.
     
Tot-ô long dol campagne, lès fleûrs discloyint one après l’ôte : lès jolibwès à l’intréye do djârdin, lès violètes ô pîd dès ayes, lès brôyes di tchèt dins lès-ûréyes. Èviès Pôques, lès fleûrs à beû tapissint d’ôr lès tayis´ dès Côreus èt on lès coudeut à lôdjès pougnîyes. O Gris Bonî, li muguèt sèmeut sès blankès clotchètes, qui sintint bon sins parèy. Dins l’ djârdin da Djan-Piêre, tote one plate-binde floricheut : pinséyes di totes lès coleûrs, rôses d’Éjipe, murèts, piônes, bouquèts tot-féts.   Tout au long de la belle saison, les fleurs éclosaient l’une après l’autre : le lilas à l’entrée du jardin, les violettes au pied des haies, les primevères dans les talus. Vers Pâques, les narcisses tapissaient d’or les taillis des Côreus, et on les cueillait à larges poignées. Au « Gris Bonnier », le muguet semait ses clochettes blanches, qui répandaient leurs parfums sans pareils. Dans le jardin de Jean-Pierre, toute une plate-bande fleurissait : pensées multiclores, résédas, giroflées, pivoines, « bouquets tout faits ».
     
Tote l’anéye ossi, on-z-aveut bon do coude lès fruts à l’ôbe : grûsales one miète seures, fréjes di bwès qu’on-z-aleut ramèchenè à plins pots ol sapinière di Trussogne, frambôjes do Djan Marcô, qui tchôborint si bin lès massales. Pus tôrd, c’èsteut al Grande Trussogne lès cèréjes da Marîye Qwèstia, lès rodjes, lès nwâres, lès crindjes, lès djanes bigarôs. O mwès d’awous´, on choyeut lès p’titès nobêrts, lès blankès biokes, lès rin.nes-glôdes, sucréyes à pléji. Do trèvint dol dicôce, on bardacheut lès pwâres di monseû, rodjes èt djanôsses, apétichantes ô-d’là èt on crocheut d’djà voltî one pome pus avancîye, ramasséye dizos l’ôbe.   L’année durant aussi, l’on prenait plaisir à cueillir les fruits (à l’arbre) : groseilles un peu sûres, fraises des bois qu’on allait ramasser à pleins pots dans la sapinière de Trussogne, framboises du Djan Marcau, qui barbouillaient si bien les joues. Plus tard, c’était à la Grande-Trussogne les cerises de Marie Questia, les rouges, les noires, les griottes, les bigarreaux jaunes. Au mois d’août, on faisait tomber les petites « noberts », les prunes blanches, les reines-claudes, sucrées à souhait. Au temps de la ducasse, on gaulait les poires « Monseigneur », rouges et jaunâtres, plus qu’appétissantes et l’on croquait déjà volontiers une pomme plus précoce, ramassée sous l’arbre.
     
À l’ Sint-Lambêrt,
Lès gayes à l’ têre.
À la Saint-Lambert,
Les noix par terre.
     
Après li r’lachôde, on s’ basseneut lès gayîs d’Ûbaye. A côps d’ bardache, on flacheut dins lès coches èt on purdeut pléji à-z-ôre lès fruts pètè à l’ têre come dès gros grusias. Ô risse do s’ câssè lès dints, on lès crocheut po satchi foû dès scafiotes lès tinres djambons qu’ont si bon gout !   Après l’octave de la ducasse, on gaulait les noyers d’Hubaille. À coups de perche, on frappait dans les branches et on prenait plaisir à entendre les fruits tomber à terre comme de gros grêlons. Au risque de se casser les dents, on les croquait pour extraire des coquilles les tendres chairs si savoureuses !
     
On pô pus tôrd, on pôrteut tote one binde po l’ Plantis´ di Lavis èt on s’ataqueut ôs bons marons do Pârc. A côps d’ talon, po n’ nin piquè sès deugts, on lès fieut spitè foû dès scôgnes èt on-z-è boureut dins sès potches à lès skètè. Més, quand onk ou l’ôte aveut avisè, inte lès boéyes do tayis´, li djane kèpi do grand Gilot, li gârde do tchèstia, à dadaye, tot l’ monde lèveut l’ pèton. En rid’dchindant l’ Tchèrô, on s’astôrdjeut d’zos lès èsses po ramèchenè dès fayin.nes èt on tapeut dès pîres après lès spirous qui catoûrnint, jusqu’à l’ copète, ôtoû dès grands sapins d’ l’Èrmitadje. Li séson dès fruts èsteut iute qu’on coudeut co lès seures cwagnoûles di Tchôbrumont èt lès neus qui pindint à trokès, chayètes, tot l’ long dès tayis´, èt qu’on scafîy’reut ôs grandès chîjes. Après lès preumîrès rèlèyes, i n’ faleut nin co rovyi do saye lès pètches su lès blankès spènes èt do ramèchenè su lès nwâres lès seures purnales, qui moman mètreut è bocô avou do blanc pèquèt.   Un peu plus tard, on partait à toute une bande pour la Plantation de Lavys, et on s’attaquait aux châtaigners du Parc. À coups de talon, pour ne pas se piquer les doigts, on les faisait jaillir des bogues et l’on en bourrait ses poches à les déchirer. Mais quand l’un ou l’autre avait avisé, entre les touffes du taillis, le képi jaune du grand Gilot, le garde du château, au plus vite, tout le monde s’éclipsait. En redescendant le Tchèrô, on s’attardait sous les hêtres pour ramasser des faînes, et on lançait des pierres après les écureuils qui virevoltaient, jusqu’au sommet, autour des grands sapins de l’Ermitage. La saison des fruits était passée que l’on cueillait encore les cornouilles sûres de Tchaubrumont et les noisettes qui pendaient par grappes, mûres, tout le long des taillis, et qu’on écalerait aux longues soirées. Après les premières gelées blanches, il ne fallait pas non plus oublier de goûter les cenelles sur les aubépines ni de ramasser sur les épines noires les prunelles sûres, que maman mettrait en bocal avec du genièvre blanc.
     
Li vîye èsteut si bèle qui Josèf ni compurdeut nin qu’on p’luche s’è disfè, come ça, à fwace d’è ièsse odè. Èt portant, n’aveut-on nin rapèchi, o canâl di Nwèsi Ortense d’ô Cabinèt ? Pus, il a sorvinu à Céles one afêre quèl a mètu tot foû d’ li. On dîmègne ô matin, on-z-a trouvè stindu rwèd mwârt ol Baraque, li p’tit Louis l’ déleû. Il aveut on trô ô mitan di s’ front. Li djoû di d’vant, al vèspréye, il aveut v’nu payi à Djan-Piêre li r’batadje di sès grètes. Josèf èl vèyeut co qu’i d’neut lès sous à papa, su l’ pavéye dol môjon. C’è-st-one sovenance qu’èlî a longtimps trotè ol tièsse. Èt dispôy adon, quand i passeut tot seû addé l’ Baraque, i lî purdeut dès frèyeûs èt i s’ dispétcheut d’ièsse iute.   La vie était si belle que Joseph ne comprenait pas qu’on pût s’en défaire, comme ça, à force d’être fatigué. Et pourtant, n’avait-on pas repêché, dans le canal de Noisy Hortense du Cabinet ? Puis il survint à Celles une affaire qui le mit tout hors de lui. Un dimanche matin, on trouva, étendu raide mort à la Baraque, le petit Louis, ouvrier de fosse à terre plastique. Il avait un trou au milieu du front. La veille, dans l’après-midi, il était venu payer à Jean-Pierre le battage de son grattoir. Joseph le voyait encore donnant les sous à papa, sur le trottoir de la maison. C’est un souvenir qui lui trotta longtemps en tête. Et depuis lors, quand il passait seul près de la Baraque, il lui prenait des frayeurs et il hâtait le pas.
Suite du texte…

Le «p’tit Marchô» (Pierre-Joseph Houziaux, 1832-1913),
parrain de cœur du gamin de Celles
et sa femme, la «vîye marène» (Marie-Joseph-Léonide Michel, 1836-1913).


NOTES :

(1) On djoû èt lèyi l’ôte. Littéralement : un jour et laisser l’autre. - Retour texte

(2) Cf. supra, chapitre XX. - Retour texte