Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXX.- Li gamin fét sès pôques

Dins l’timps, c’èsteut one grosse afêre por on gamin qui do fè sès pôques. C’èsteut, come on dit, on toûrnant dins s’ vîye. À pôrti di ç’ momint-là, i n’èsteut pus t’t-à-fét on-èfant, i duveneut quôsu on djon.ne ome. Si, par ègzimpe, il aveut l’idéye d’awè one monte, do fumè come si pa, d’aprinde on mèstî ou d’alè studyi dins lès wôtès scoles, i s’ètindeut rèsponde : « Quand vos-ôroz fét vos pôques ! » Ou bin : « Quand vos-ôroz stî confirmè ! » tot fin parèy qui po l’ djon.ne ome, qui n’ duveneut one saquî qu’après-awè stî tirè ô sôrt (1).

 

30.- Le gamin fait sa communion solennelle

Autrefois, c’était un événement d’importance pour un gamin que de faire sa communion solennelle. C’était, comme on dit, un tournant dans sa vie. À partir de ce moment-là, il n’était plus tout à fait un enfant, il devenait presque un jeune homme. Si, par exemple, l’idée lui venait d’avoir une montre, de fumer comme son père, d’apprendre un métier ou d’aller étudier dans les « hautes écoles », il s’entendait répondre : « Quand vous aurez fait votre communion solennelle ! » Ou bien : « Quand vous aurez été confirmé ! » Tout comme pour le jeune homme, qui ne devenait quelqu’un qu’après être allé tirer au sort (1).

     
I n’ fôt nin d’mandè si on s’è rafiyeut èt si l’ djoû qu’on fieut sès pôques èsteut on grand djoû po tote li vikérîye !   Il ne faut pas demander si l’on se réjouissait d’avance et si le jour où l’on faisait sa communion était un grand jour pour toute la vie !
     
C’èst po ça qu’i s’î faleut aprètè d’ longue mwin. Deûs-ans ô long, on-z-èsteut oblidji d’alè à mèsse tos lès djoûs èt do sîre li grand catèsime. Po ç’t-afêre-là come po l’s-ôtes, li curè Viroux ni s’ mostreut nin tinre. Il èsteut quèstion do sèpe récitè par cœûr, sins krankyi, lès cinquante lèçons do P’tit Catèsime di Nameur. Ci n’èsteut qu’on fayé p’tit lîve qui costeut deûs sous, més qué ovradje po sèl tchôkè ol tièsse, avou tos sès vîs mots, qui n’èstint mwints côps qui dès-advinias. Ossi, on-z-aveut co bin one pôrt di pléji quand onk ou l’ôte rèspondeut d’ triviès, en machant lès rèsponses.   C’est pour cela qu’il fallait s’y apprêter bien à l’avance. Durant deux ans, on était tenu d’aller à la messe tous les jours et de suivre le grand catéchisme. Sur ce chapitre comme sur les autres, le curé Viroux ne se montrait pas tendre. Il s’agissait de savoir réciter par cœur, sans broncher, les cinquante leçons du Petit Catéchisme de Namur. Ce n’était qu’un pauvre petit livre qui coûtait deux sous, mais quel travail pour se le mettre en tête, avec tous ses vieux mots, qui n’étaient souvent que des devinettes. Aussi, avait-on parfois une partie de plaisir quand l’un ou l’autre répondait de travers, en mêlant les réponses.
     
Onk qui n’ rieut wére ô catèsime, c’èsteut l’ Tur di Malaviséye. Come i v’neut d’one dimèye-eûre lon, i sorvineut sovint, pa lès nîves èt lès djaléyes, qu’i n’èsteut nin co là qu’il aveut tot fét do sonè. Quand, on côp mèsse iute, Monsieû l’ Curè passeut addé lès stales do chœûr, il î purdeut, avou si p’tit nwâr calepin, si vîye baguète di neûji, èt l’ Tur ramècheneut dol tchène pus qu’i ’nn’ôreut v’lu. Eûreûsemint por li, il aveut todi su s’ dos on gros spès caban qui câsseut lès côps. Pus, i s’duveut mète à gngnos su lès bleûs pavès, divant l’ pîre tombale, come on rèprouvè.   S’il en était un qui ne riait guère « au catéchisme », c’était Arthur de Malavisée. Comme il venait d’un endroit situé à une demi-heure de marche, il arrivait souvent, à l’époque des neiges et des gelées, qu’il n’était pas encore là quand les cloches avaient fini de sonner. Quand, après la messe, Monsieur le Curé passait près des stalles du chœur, il y prenait, avec son petit calepin noir, sa vieille baguette de noisetier, et notre Arthur ramassait du fouet plus qu’il n’en aurait voulu. Heureusement pour lui, il était toujours vêtu d’un gros caban épais qui amortissait les coups. Puis, il devait s’agenouiller sur les pavés bleus, devant la pierre tombale, comme un réprouvé.
     
Li dimègne, i faleut bin choûtè l’ prône, pace qui l’ londi ô matin on d’veut r’mète à Monsieû l’ Curè li « résumé » do sermon. Po ç’ divwâr-là, Josèf èsteut l’ preumî do costè dès gamins, come Anna Lacrwès èmon lès gamines. Li catèsime, i nèl situdieut nin voltî : i vèyeut èvi do-z-aprinde par cœûr. Marîye l’aveut dit mwints côps à Mossieû Tonglèt, l’instituteûr : l’èfant ôreut stî bin mia puni s’i lî aveut d’nè quéquès lignes à rècitè, putôt qu’ do lî bourè dès scriyadjes qu’i fieut quôsu po s’ pléji. I n’aveut lî qu’on côp ou deûs s’ lèçon qu’i s’ présinteut à s’ moman po l’ rècitè ; més s’il aveut l’ maleûr do avetè on côp ou deûs, èle li rèvoyeut à si studiadje.   Le dimanche, il fallait bien écouter l’homélie, parce que le lundi matin, on devait remettre à Monsieur le Curé un « résumé » du sermon. Pour ce devoir-là, Joseph était le premier parmi les garçons, comme Anna Lacroix chez les filles. Le catéchisme, il n’aimait pas l’étudier : il détestait apprendre par cœur. Marie l’avait dit maintes fois à Monsieur Tonglet, l’instituteur : l’enfant aurait été bien mieux puni s’il lui avait donné quelques lignes à réciter, plutôt que de lui infliger des punitions écrites qu’il faisait presque pour son plaisir. Il n’avait lu qu’une fois ou deux sa leçon qu’il se présentait à sa maman pour la réciter; mais s’il avait le malheur d’accrocher ici ou là, elle le renvoyait à son étude.
     
Lès trwès dérins djoûs d’vant lès pôques, c’èsteut l’ fâmeûse ritréte. On n’aleut pus è scole èt on passeut tote li sinte djoûrnéye è l’èglîje, à sîre lès- « instructions » d’on capucin d’ Cînè, on pére moussi tot brun, avou one bôbe come li Chèvreû d’ Con.neus èt qui lèyeut véy sès dôyes ô triviès d’ sès sandales. Ou bin Mossieû l’ Curè fieut rèpètè lès-akes « avant et après la communion », lès priéres dès veupes èt totes lès-aléyes èt v’nûwes dins l’ chœûr èt dins lès nèfs. Inte lès côps, i lacheut tot l’ monde su l’ pavéye, li timps do prinde l’ér èt do l’ lèyi ralè.   Les trois derniers jours avant la communion solennelle, c’était la fameuse retraite. On n’allait plus à l’école et l’on passait toute la sainte journée à l’église, à suivre les « instructions » d’un capucin de Ciney, un père tout vêtu de brun, avec une barbe comme le Chevrier de Conneux, et qui laissait voir ses orteils à travers ses sandales. Ou bien Monsieur le Curé faisait répéter les actes « avant et après la communion », les prières des vêpres et toutes les allées et venues dans le chœur et dans les nefs. Entre les séances, il libérait tout le monde sur le trottoir, le temps de prendre l’air et de se détendre.
     
Josèf riwéteut-i trop voltî lès gamines ? Todi èst-ce-t-i qu’il aveut one pitite idéye po Anna Lacrwès. On djoû, come i lî aveut gligni l’ouy, il a ramèchenè 1000 lignes à copyi : « Je ne dois pas regarder du côté des filles ». A-t-on idéye d’one parèye pènitince ? Eûreûsemînt qu’i conecheut l’ toûr po-z-èmantchi deûs bètch à s’ plume !   Joseph aimait-il trop regarder les filles ? Toujours est-il qu’il avait un petit béguin pour Anna Lacroix. Un jour, comme il lui avait cligné de l’œil, il a ramassé 1 000 lignes à copier : « Je ne dois pas regarder du côté des filles ». Imagine-t-on pareille pénitence ? Heureusement qu’il connaissait l’astuce pour agencer deux becs à sa plume !
     
Enfin, li sèm’di dol vèspréye, c’èsteut li c’fèssion gènèrale. C’è-st-one saqwè quèl toûrminteut bin. Comint alè rapinsè tos lès pètchis di s’ vikérîye, avou lès pondants èt lès djondants ? Josèf èsteut spèpieûs. Quand il a sôrti do c’fèssionâl, i ’nn’a r’trouvè saquantes qu’il aveut rovyi do dîre. N’èsteut-ce nin di s’ difôte ? S’aveut-i bin aprètè ? Èt po l’s-ôtes, aveut-i bin èspliquè totes lès «circonstances» ? I n’aveut nin l’ conscyince tranquile. S’i s’ présinteut insi al comunion, il aleut quéquefîye fè on sacrilêje, li pus léd d’ tos lès pètchis. Èt comint wasu d’mandè po racminci ? I s’a trouvè bin maleureûs !   Enfin, le samedi après-midi, c’était la confession générale. C’est une chose qui le tourmentait bien. Comment aller se remémorer tous les péchés de sa vie, avec les tenants et les aboutissants ? Joseph était scrupuleux. Quand il sortit du confessionnal, il en retrouva quelques-uns qu’il avait oublié de dire. N’était-ce pas de sa faute ? S’étaitil bien préparé ? Et pour tous les autres, avait-il bien expliqué toutes les « circonstances » ? Il n’avait pas la conscience tranquille. S’il se présentait ainsi à la communion, il allait peut-être commettre un sacrilège, le plus laid de tous les péchés. Et comment oser demander pour recommencer ? Il s’est trouvé bien malheureux !
     
One saqwè d’ tracassant ossi, c’èst qu’i faleut ièsse à d’djune jusqu’après grand-mèsse. Rin qu’ d’î sondji, i ’nn’atrapeut one mwéje fwin. Èt pus, c’èsteut si vite fét d’avalè on côp d’éwe sins sondji à rin ! I s’ trouveut dins one bèle andèle !   Quelque chose qui lui donnait aussi du tracas, c’est qu’il fallait être à jeun jusqu’après la grand-messe. Rien que d’y penser, il en attrapait une fringale. Et puis, c’était si vite fait d’avaler une gorgée d’eau sans songer à rien ! Il se trouvait dans un bel embarras !
     
Ô c’mincemint dol samwin.ne, Marîye l’aveut stî rabiyi à Dinant : il aveut on bia nwâr moussemint, one blanke tchimîje avou on d’vant bin amidonè èt on p’tit blanc « nœud », qui toûrneut ôtoû di s’ col. Come il èsteut preumî, Pârin Marchô aveut c’mandè por li, èmon Cam’penér à Cînè, on gros ciêrje gârni d’one imôdje di coleûr : c’èst tot jusse s’il saveut pwartè à one mwin.   Au début de la semaine, Marie était allée le rhabiller à Dinant : il avait un beau costume noir, une chemise blanche avec un plastron bien amidonné et un petit « nœud » blanc, qui lui ceignait le cou. Comme il était premier, Parrain le Maréchal avait commandé pour lui, chez Campeneer à Ciney, un gros cierge garni d’une image en couleur : à peine savait-il le porter à une main.
     
Ç’a stî on momint bin sésichant quand Mossieû l’ Curè lî a mètu l’ôstîye su l’ linwe. Ricîr li Bon Diè, quén-oneûr èt quéne rèsponsabilitè ! Surtout qu’i n’ faleut nin agni d’dins ni co l’ lèyi fonde è s’ bouche ! Èt sès pètchis qu’il aveut quéquefîye mô c’fèssè ! Tot ça lî èpwèsoneut l’ boneûr dol pus bèle dès djoûrnéyes. Tot ça lî apurdeut ossi qui, dins l’ vîye, i n’ôreut wére di pléjis qui n’ sèrint nin gâtés par one sôrte ou l’ôte.   Quel moment tout chargé d’émotion quand Monsieur le Curé lui déposa l’hostie sur la langue. Recevoir le Bon Dieu, quel honneur et quelle responsabilité ! D’autant qu’il ne fallait pas mordre dedans ni pas davantage la laisser fondre en bouche ! Et ses péchés qu’il avait peut-être mal confessés ! Tout cela lui empoisonnait le bonheur de la plus belle des journées. Tout cela lui apprenait aussi que la vie ne dispenserait guère de plaisirs qui ne seraient pas gâtés de quelque façon.
     
Portant, al sôrtîye di mèsse, i n’î sondjeut pus èt i s’a dispétchi d’è ralè pace qu’i moreut d’ fwin. I n’a minme sèpu ratinde li dînè èt il a scrotè deûs bokèts d’ tôte. Al tôve avou lès parints, i n’a seû v’nu à coron di s’-t-assiète èt i s’a r’protchi do n’ nin awè yeû assèz d’ pacyince po fè come lès-ôtes.   Pourtant, à la sortie de la messe, il n’y pensait plus et il se hâta de rentrer parce qu’il mourait de faim. Il ne put même pas attendre le dîner et il engloutit deux morceaux de tarte. À table avec les parents, il ne put venir à bout de son assiette, et il se reprocha de n’avoir pas eu assez de patience pour faire comme les autres.
     
À veupes, on-z-a rècitè l’ake di « consécration à la Sainte Vierge ». Pus, on-z-a d’chindu en porcèssion jusqu’ô cul d’ l’èglîje. Dins lès fonts batismôs, li mwin drwète su l’ pupite, on-z-a fét, chakin à s’ toûr, li « renouvellement des vœux du baptême ». Onk après l’ôte, su tos lès tons, trop bas, trop wôt, trop fwârt ou nin fwârt assèz, lès comuniants ont rèpètè li fameûse rime-rame : « Je renonce à Satan, à ses pompes et à ses œuvres et je m’attache à Jésus-Christ pour toujours ». Lès pompes, par ègzimpe, ça l’zî choneut on drole di mèssadje èt i-gn-aveut co bin onk qu’aveut ôsse do rîre, més il èsteut timps d’ièsse sérieûs à parèy momint.   Aux vêpres, on récita l’acte de « consécration à la Sainte Vierge ». Puis, on descendit en procession jusqu’au fond de l’église. Dans les fonts baptismaux, la main droite sur le pupitre, on fit, chacun à son tour, le « renouvellement des vœux du baptême ». L’un après l’autre, sur tous les tons, trop bas, trop haut, trop fort ou pas assez fort, les communiants répétèrent la fameuse formule : « Je renonce à Satan, à ses pompes et à ses œuvres et je m’attache à Jésus-Christ pour toujours. » Les pompes, par exemple, cela leur semblait une étrange expression et il y en avait parfois un qui craignait de rire, mais il s’agissait d’être sérieux en un pareil moment.
     
Tos comptes féts, ç’a stî on grand djoû èt Josèf s’a sintu tot d’on côp duvenu pus ome : il aveut fét sès pôques.   Tout compte fait, ce fut un grand jour et Joseph se sentit soudain devenu plus homme : il avait fait sa première communion.
*   *
O mwès d’jun, c’a stî lès confirmâcions.   Au mois de juin, ce furent les confirmations.
     
Par one bèle matinéye d’èsté, on-z-a pris l’ trin tortos èchone po Dinant, avou Mossieû l’ Curè, li pârin èt l’ marène tchwèsis po ç’ djoû-là. On n’ si sinteut nin co si tranquiles, à côse dol bafe qu’on-z-aleut r’çîr : « Pax tecom´, c’èst l’èvèque quèl done ! » Po sbarè lès pus couyons, dès blagueûs avint racontè qu’ Monsègneûr n’èsteut nin co si tinre po-z-administrè s’ racléye.   Par une belle matinée d’été, on prit le train tous ensemble pour Dinant, avec Monsieur le Curé, le parrain et la marraine choisis pour ce jour-là. On ne se sentait guère tellement à l’aise, à cause de la gifle qu’on allait recevoir : « ‘Pax tecum, c’est l’évêque qui la donne ! » Pour surprendre les plus peureux, des blagueurs avaient raconté que Monseigneur n’était pas encore si tendre pour administrer sa raclée.
     
Di l’èstâcion d’ Dinant à l’ Grande Èglîje, su l’ pont d’ Moûse èt su l’ Place do Martchi, ci n’èsteut qu’one convôye d’èfants, nwârs costumes èt blankès rôbes à dintèles, qu’arivint d’ tos tchamps payis, à p’titès bindes, curè à leû tièsse.   De la gare de Dinant à la Grande Église, sur le pont de Meuse et sur la Place du Marché, ce n’était qu’un cortège d’enfants, costumes noirs et robes blanches à dentelles, qui arrivaient de tous côtés, par petits groupes, curé en tête.
     
Quand lès trwès clotches di Notre-Dame ont yeû tot fét do sonè à r’lagne, Josèf a stî tot asbleuwi do s’ ritrouvè dins one si grande èglîje, tote gârnîye di longus drapias, blancs èt djanes, qui pindint tot l’ long dès pilès. A drwète do chœûr, i-gn-aveut one lôdje finièsse avou dès cârôs d’ coleûr, qui l’ solia fieut r’lûre ; èle lî a chonè d’one tèribe wôteû : c’èsteut cor ôte tchôse qui l’èglîje di Céles ! Ci n’èsteut qu’one tièsse d’èfants plin lès tchèrîyes èt lès grandès-ôrgues ronflint come ôs pus bias djoûs. Tote one quèwéye di curès en surplis ènn’a stî èviès l’ fond, ô d’vant d’ l’èvèque, avou one ribambèle di chorâls.   Quand les trois cloches de Notre-Dame eurent fini de sonner à toute volée, Joseph fut tout ébloui de se trouver dans une si grande église, tout ornée de longs oriflammes, blancs et jaunes, qui pendaient aux piliers. À droite du chœur, il y avait une large fenêtre avec des carreaux de couleur, que le soleil faisait reluire; elle lui sembla d’une terrible hauteur : c’était encore autre chose que l’église de Celles ! Ce n’était qu’une tête d’enfants plein les chaises, et les grandes orgues ronflaient comme aux plus beaux jours. Tout un cortège de curés en surplis se dirigea vers le fond, au devant de l’évêque, avec une ribambelle d’enfants de chœur.
     
Quand Monsègneûr, moussi tot violèt, a montè l’ grande nèf en fiant dès sines di crwès su lès djins, li madjustêr a ataquè d’one vwès d’ tonwâre l’Ecce sacerdos magnus : ç’a stî one minute qu’a tot r’muwè l’ gamin.   Quand Monseigneur, tout vêtu de violet, monta la grande nef en faisant des signes de croix sur les gens, le chantre entonna d’une voix de tonnerre l’Ecce sacerdos magnus : ce fut une minute qui bouleversa le gamin.
     
Al quèwe drî d’n’on l’ôte, lès-èfants ont montè po-z-alè r’çîr su l’ front li p’tite crwès d’ôle èt l’ fameûse pètéye. Josèf a stî bin sési qui ç’ n’èsteut qu’ ça : c’è-st-à pwin.ne si Monsègneûr lî aveut djondu l’ massale di s’ bèle blanke mwin, gârnîye d’one lôdje bague d’ôr avou one rodje pièle qui l’ solia fieut r’glati.   À la file, les enfants montèrent pour aller recevoir sur le front la petite croix d’huile et la fameuse gifle. Joseph s’étonna beaucoup que ce ne fût que cela : c’est à peine si Monseigneur lui avait touché la joue de sa belle main blanche, ornée d’un large anneau d’or avec une perle rouge que le soleil faisait briller.
     
Quand l’ cèrèmonîye a stî iute, li Juje di Swène, qu’èsteut pârin, a minè tos lès gamins d’ Céles dins on cabarèt sur l’ Place di Moûse èt il ont fét fièsse ôs pistolèts d’ Dinant. Pus, on s’a èbârquè su l’ batia-tourisse èt on-z-a stî fè on toûr jusqu’à Wôlsort.   La cérémonie terminée, le Juge de Soinne, qui était parrain, conduisit tous les garçons de Celles dans un café sur la Place de Meuse et ils firent honneur aux « pistolets » de Dinant. Puis, on s’embarqua sur le bateau-mouche et l’on fit un tour jusqu’à Waulsort.
     
One bèle djoûrnéye qu’on n’èsteut nin prèt´ do rovyi !   Une belle journée qu’on n’était pas près d’oublier !
     
Après-awè stî confirmè, i n’ dimeureutpus qu’à sîre, li dîmègne après veupes, li catèsime di « persévérance » – one rawète – po ièsse « parfait chrétien » èt s’ trouvè en régue avou tos sès d’vwârs.   Après avoir été confirmé, il ne restait plus qu’à suivre, le dimanche après les vêpres, le catéchisme « de persévérance » – un supplément – pour être « parfait chrétien » et se trouver en règle avec tous ses devoirs.
Suite du texte…

NOTE :

(1) À l’époque, c’est par tirage au sort que les conscrits étaient désignés.- Retour texte