Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXXII.- Coléjyin

Trwès-ans d’afiléye, Josèf aveut stî preumî ô degré supérieûr èt il aveut doze ans èt d’méy : il èsteut timps do sondji à ç’ qu’il aleut fè. D’acwârd avou Mossieû l’ Curè èt Mossieû l’ Mésse, sès parints ont dècidè qu’il îreut studyi ô coléje.

 

32.- Collégien

Trois ans d’affilée, Joseph avait été premier au degré supérieur et il avait douze ans et demi : il était temps de songer à son avenir. En accord avec Monsieur le Curé et Monsieur le Maître, ses parents décidèrent qu’il irait étudier au collège.

     
On bia djoû do mwès d’ sètimbe 1913, il a pris l’ trin po Dinant avou s’ moman. En montant, vis-à-vis d’ l’èstâcion, li gripète qui mine à « Belle-Vue », il a sintu s’ cœûr qui toqueteut. Coléjyin ! D’one manière, il èsteut fiér èt binôje do duvenu on-ètudiant come Djôsèf d’èmon li Scayeteû ; d’on-ôte costè, i n’ si sinteut nin trop fwârt à-st-ôje en tûsant qu’il aleut c’minci on novia vikadje, lon èrî di s’ môjon.   Un beau jour du mois de septembre 1913, il prit le train pour Dinant avec sa maman. En montant, en face de la gare, la grimpette qui mène à Belle-Vue, il sentit battre son cœur. Collégien ! D’une certaine façon, il était fier et content de devenir un étudiant comme Joseph de chez l’Ardoisier ; d’un autre côté, il ne se sentait pas encore trop à son aise en pensant qu’il allait commencer une nouvelle vie, loin de chez lui.
     
Quand il ont yeû sonè à l’ grande pwate, on-ome tot galonè d’ôr lès-a fét intrè dins one sâle d’atente. Leû toûr arivè, i lès-a v’nu ukè po lès minè èmon l’ directeûr, qu’on lomeut Mossieû l’ Principâl. Li tchènon.ne Nicolas èsteut on p’tit vî ome avou on rodje visadje tot botenè èt tot ratchitchi, qui n’ saveut d’meurè tranquile one minute. À tot momint, i r’mèteut s’ lorion à tchfô su s’ nèz, en tron.nant dès mwins ; pus, i l’ lèyeut r’tchér su s’ soutâne, ô coron d’on nwâr cwardia d’ sôye agritchè à one botenîre. Come Marîye n’émeut nin qui l’ gamin fiuche lès vôyes tos lès djoûs, il a stî convenu qu’i sèreut « interne ». Pus, il a falu sèpe dins quéne classe on l’aleut mète. Di ç’ timps-là n’alint en « latine » qui lès fis d’ bourdjwès qui d’vint ètèrprinde dès wôtès-ètudes. Por on-ovrî come Djan-Piêre, i n’èsteut nin quèstion do fè di s’ fi on-avocat, on notére ou on médecin èt, dispôy li timps qu’i d’jeut mèsse à l’Asîle, Josèf aveut pièrdu l’idéye d’ièsse curè. Sès parints sondjint seûlemint à lî fè d’nè one miète d’èducâcion èt d’instrucsion. Pus, i studîyereut l’ mècanique po remplacè Djan-Piêre ol fwadje èt, come li marchôdadje n’aleut d’djà pus wére, i fôreut qu’i conuche lès machines agricoles. Ci n’èsteut portant nin ç’ qui pléjeut ô gamin èt i n’î aveut pont d’agrè. Il ôreut bin v’lu studyi l’ musique po duvenu ôrganisse, li qui proveneut d’one famile di môrlîs. Més Djan-Piêre èt Marîye avint trouvè qu’ c’èsteut on mèstî po n’ nin mougni su tos sès dints. Po fini, il a stî ètindu qui l’ gamin moussereut en chîjinme profèssionèle. Èt il ont r’passè mon l’ proviseûr, on-abé co pus sètch qui l’ principâl, po payi l’ preumî têrme èt r’cîr lès-instrucsions po l’ troussô.   Quand on eut sonné à la grande porte, un homme tout galonné d’or les fit entrer dans une salle d’attente. Leur tour arrivé, il vint les appeler pour les conduire chez le directeur, qu’on nommait Monsieur le Principal. Le chanoine Nicolas était un petit homme âgé, rougeaud, avec un visage tout boutonneux et ridé, qui ne pouvait rester tranquille une minute. À tout moment, il rechaussait son lorgnon, les mains tremblantes ; puis, il le laissait choir sur sa soutane, au bout d’un cordon noir de soie accroché à une boutonnière. Comme Marie n’aimait guère que le garçon fît le chemin tous les jours, on convint qu’il serait « interne ». Puis, il fallut savoir dans quelle classe on allait le mettre. En ce temps-là n’allaient en « latine » que les fils de bourgeois qui devaient entreprendre de hautes études. Pour un ouvrier comme Jean-Pierre, il était hors de question de faire de son fils un avocat, un notaire ou un médecin et, depuis l’époque où il disait la messe à l’Asile [l’école gardienne de Celles], Joseph avait abandonné l’idée d’être curé. Ses parents songeaient seulement à lui faire donner un peu d’éducation et d’instruction. Puis, il étudierait la mécanique pour remplacer Jean-Pierre à la forge et, comme la maréchalerie ne marchait déjà plus guère, il faudrait qu’il connaisse les machines agricoles. Ce n’était pourtant pas ce qui plaisait au gamin et il n’y avait aucun goût. Il aurait bien voulu étudier la musique pour devenir organiste, lui qui provenait d’une famille de marguilliers. Mais Jean-Pierre et Marie avaient estimé que c’était un métier qui ne nourrissait pas son homme. Pour finir, il fut entendu que le gamin entrerait en sixième professionnelle. Et ils repassèrent chez le proviseur, un abbé encore plus sec que le principal, pour payer le premier terme et recevoir les instructions pour le trousseau.
     
Li rintréye dès scoles si fieut d’ tos costès li preumî d’octôbe, quand lès fouyas, qui c’mincint à tchér dès-ôbes, anoncint li rintréye d’ l’iviêr. Li dérin djoû d’ sètimbe, Marîye èt Josèf ont r’gripè èchone li tchèrô d’ « Belle-Vue ».   La rentrée se faisait partout le premier octobre, quand les feuilles, qui commençaient à tomber des arbres, annonçaient le retour de l’hiver. Le dernier jour de septembre, Marie et Joseph gravirent ensemble la voie charretière de Belle-Vue.
     
Quand Marîye, avou l’ouy qui goteut, a lèyi là l’ gamin après lî awè arindji l’ârmwâre di s’ tchambe, Josèf lî a ric’mandè do n’ nin l’ vinu véy trop sovint, po n’ nin disrindji sès-ètudes. Èlle ènn’a stî choquéye, èt èlle a bré come one madelin.ne, en ruvenant à Céles. Josèf, li, ènn’a nin yeû po longtimps divant d’ s’è r’pinti. Quand i s’a r’trouvè ô mitan di tos-ètranjér´, i s’a sintu bin disseûlè. C’èsteut l’ rècrèâcion d’al nét èt lès pensionéres èstint rachonès ol sâle di djeû. Tot binôjes do s’ ritrouvè, lès-ancyins toûrnint tot-ôtoû dès meurs, en blaguant èt en riant. Ô mitan, i-gn-aveut quate grands biliârds come li gamin n’nn’aveut jamés pont vèyu. Su l’ vêrt tapis, i fyint rôlè dès boles, blankes èt rodjes. Dol drwète mwin, i lès tchôkint avou one sôte di baston qu’i lomint l’ « canne », li mwin gôche aspoyîye su l’ bètchète. Inte lès côps, i frotint l’ copète avou on bokèt d’ crôye, discutint l’ djeû èt s’ rimètint à ligni. Li, i n’ sèpeut quî atôji. Il a sintu lès lârmes qu’èlî spitint foû dès-ouy èt i lès-a catchi avou s’ mokwè d’ potche. Il ôreut bin v’lu douviè l’uch d’intrè-deûs po passè ol sâle dès grands èt-z-î trouvè sès conechances : li cousin Jules d’Ouyèt, Djôsèf li Scayeteû èt Armand d’Ûbaye, qu’avint stî chorâls avou li ; més l’ régleumint disfindeut qu’ lès p’tits n’alinche mon lès grands. Quand i s’a r’trouvè tot seû inte quate plantches dins si p’tite sitrwète tchambe, il a r’sondji à s’ pa, à s’ man, ô vî pârin èt à l’ vîye marène qu’èstint mwârts, èt i s’a lachi à brére tot wôt. On survèyant à lunètes, qui fieut lès cint pas o dortwâr, a v’nu passè s’ tièsse inte lès ridôs èt s’a contintè do lî dîre : « Allons, mon garçon, soyez raisonnable, vous vous habituerez ! » Èt il a r’pinsè à ç’ qu’il aveut dit à s’ moman, divant do l’ lèyi ralè.   Quand Marie, la larme à l’œil, laissa là le gamin après lui avoir arrangé l’armoire de sa chambre, Joseph lui recommanda de ne pas venir le voir trop souvent, pour ne pas perturber ses études. Elle en fut choquée, et elle pleura comme une Madeleine en rentrant à Celles. Joseph, lui, ne mit pas longtemps à s’en repentir. Quand il se fut retrouvé parmi tous étrangers, il se sentit bien esseulé. C’était la récréation du soir et les pensionnaires étaient rassemblés dans la salle de jeu. Tout heureux de se revoir, les anciens tournaient tout autour des murs, en blaguant et en riant. Au centre, il y avait quatre grands billards comme le gamin n’en avait jamais vu. Sur le tapis vert, ils faisaient rouler des boules, blanches et rouges. De la main droite, ils les poussaient avec une sorte de bâton qu’ils appelaient la « canne », la main gauche appuyée sur l’extrémité. Entre les coups, ils frottaient le bout avec un morceau de craie, commentaient le jeu et se remettaient à viser. Lui, il ne savait qui aborder. Il sentit les larmes lui échapper des yeux et il les cacha avec son mouchoir de poche. Il aurait bien aimé ouvrir la porte communiquant avec la pièce voisine pour passer dans la salle des aînés et y trouver des connaissances : le cousin Jules de Houyet, Joseph l’Ardoisier et Armand d’Hubaille, qui avaient été acolytes avec lui ; mais le règlement défendait aux petits d’aller chez les grands. Quand il se retrouva tout seul entre quatre murs [littt : planches] dans sa petite chambre exiguë, il repensa à son père, à sa maman, au vieux parrain et à la vieille marraine qui étaient morts, et il ne put retenir ses sanglots. Un surveillant à lunettes, qui faisait les cent pas dans le dortoir, vint passer la tête entre les rideaux et se contenta de lui dire : « Allons, mon garçon, soyez raisonnable, vous vous habituerez ! » Et il repensa à ce qu’il avait dit à sa maman, avant de la laisser retourner.
     
Lès trwès preumîs djoûs, c’a stî l’ ritréte : on jenre di vikadje come il aveut conu divant do fè sès pôques. Tote li sinte djoûrnéye, on rèciteut dès pâtêrs ol tchapèle èt, inte lès côps, on choûteut dès prétchadjes : « la prière, les sacrements, le ciel, l’enfer… »   Les trois premiers jours, ce fut la retraite : une sorte d’existence comme celle qu’il avait connue avant de faire sa communion solennelle. Toute la sainte journée, on récitait des prières à la chapelle et, entre les coups, on écoutait des prônes : « la prière, les sacrements, le ciel, l’enfer... ».
     
Pus, on-z-a distribuè lès « manuels » al Procure. Il a stî tot fiér do r’çîr on paquèt d’ bias gros lîves tot noûs. Po fè come lès-ôtes, i lès-a voyi à l’ riloyûre èmon Janus´, en s’ dijant qu’ ça aleut co costè bin tchîr à s’ pôve pére. Saquants djoûs après, il ont rarivè avou one bèle grîje couviète di twèye èt d’ cârtron. Aleut-i awè bon do studyi tot ça ! I-gn-aveut, par ègzimpe, lès Modèles français, rimplis di bèlès lèctures, avou l’ tièsse èt l’ vîye dès scrîjeûs, li Précis d’arithmétique di l’abé Gelin èt dès problèmes à make, one grosse « Grammaire » par Noël et Chapsal, li Bible des écoliers par J. Ecker, tote rimplîye di fins dèssins al plume, on lîve di flamind qu’i-gn-aveut nin on mot d’ francès d’dins.   Puis l’on distribua les « manuels » à la Procure. Il fut tout fier de recevoir un paquet de beaux gros livres tout neufs. Pour faire comme les autres, il les envoya à la reliure chez Janus, en se disant que cela allait encore coûter bien cher à son pauvre père. Quelques jours plus tard, ils revinrent avec une belle couverture grise de toile et de carton. Allait-il avoir du plaisir à étudier tout cela ! Il y avait, par exemple, les « Modèles français », remplis de belles lectures, avec le portrait et la vie des écrivains, le « Précis d’arithmétique » de l’abbé Gelin et des problèmes en abondance, une grosse « Grammaire par Noël et Chapsal », la « Bible des écoliers » par J. Ecker, toute pleine de fins dessins à la plume, un livre de flamand qui ne contenait pas un mot de français.
     
Li professeûr di chîjinme si lomeut l’abé Mahy. C’èsteut on brave pitit abé avou one ronde figure di poupène èt dès bèliques cècléyes di blanc fiêr come lès cines da Pârin Marchô. Quand i soriyeut, i lî v’neut à s’ minton one fossète quèl rindeut co pus pléjant. Il èsteut amitieûs avou lès-èfants èt il èspliqueut sès lèçons ô-delà d’ bin. C’èst li ossi qu’èsteut tchèrdji dol tchanterîye ô docsâl. L’abé n’a nin stî wére èstomaquè quand l’ gamin lî a dit qu’i compôseut dès motèts. Josèf a moussi d’embléye ol chorâle èt, après one saye di s’ vwès, il a stî mètu dins lès-altos. Come i travayeut bin è scole, il ont stî do côp camarâdes.   Le professeur de sixième s’appelait l’abbé Mahy. C’était un brave petit abbé avec un rond visage poupin et des lunettes cerclées de fer blanc comme celles de Parrain le Maréchal. Quand il souriait, il lui venait au menton une fossette qui le rendait plus plaisant encore. Il était affectueux avec les enfants et il expliquait fort bien ses leçons. C’est lui aussi qui était chargé de la chorale au jubé. L’abbé ne fut pas peu estomaqué quand le gamin lui dit qu’il composait des motets. Joseph entra d’emblée dans la chorale et, après un essai de voix, il fut affecté aux altos. Comme il travaillait bien à l’école, ils devinrent tout de suite bons amis.
     
I-gn-aveut ossi on gros profèsseûr di flamind, l’abé Nonnon. I côseut do gozî èt i duveneut rodje come on coq quand on scolî stroupieut l’ « moedertaal ». Por li, l’ flamind n’èsteut nin l’ flamind, més « le néerlandais » ! L’istwâre èt l’ jèyografîye, c’èsteut l’afêre da l’abé Magnète. I pwarteut l’ brosse èt il èsteut fèl èt sètch come on côp d’ trique. Il aveut su s’ nèz on lorion atatchi avou one tchin.nète : quand l’ tchin.nète tron.neut su s’ massale, i fieut bon wéti à li. D’alieûrs, quand il èsteut là, pèrson.ne n’aveut l’idéye do bambyi.
  Il y avait aussi un gros professeur de flamand, l’abbé Nonnon. Il parlait de la gorge et il devenait rouge comme un coq quand un écolier estropiait la « moedertaal ». Pour lui, le flamand n’était pas le flamand, mais « le néerlandais » ! L’histoire et la géographie, c’était le domaine de l’abbé Magnette. Il portait la brosse et il était ferme et sec comme un coup de trique. Il avait sur le nez un lorgnon attaché avec un chaînette : quand la chaînette tremblait sur sa joue, il était prudent de se surveiller. D’ailleurs, quand il était là, l’idée ne venait à personne de remuer.
     
I-gn-aveut cor on p’tit survèyant à lunètes qui lès-èlèves avint r’batisè Crotale. Il èsteut iute d’èdwârmant èt Josèf, qu’èsteut portant on pôjîre èlève, profiteut d’ cès momints-là po d’nè dès lèçons d’ patwès à on Flamind, li grand Van Dooren, qui v’neut do payis dès broches (1). Il aveut bin dès rûses do s’ catchi d’ rîre quand l’ome dès Flandes crocheut lès mots d’ walon qu’i sayeut do rèpètè.   Il y avait encore un petit surveillant à lunettes que les élèves avaient rebaptisé Crotale. Il était plus qu’endormant et Joseph, qui était pourtant un élève calme, profitait de ces moments-là pour donner des leçons de patois à un Flamand, le grand Van Dooren, qui venait du pays des « broches »(1). Il avait bien du mal à dissimuler son rire quand l’homme des Flandres accrochait les mots de wallon qu’il essayait de répéter.
     
Tot compte fét, c’èsteut cor ôs-eûres di coûrs qui Josèf si pléjeut l’ mia. Més quand on sôrteut à quatre eûres, i ’nn’aveut pèsant do véy si camarâde di Céles Françwès d’èmon Lebrun, qui pôrteut po-z-è ralè, avou lès-« externes ». I sèl riprésinteut purdant l’ trin po Djindron èt r’montant Véves à biciclète. Ènn’aveut-i dol chance, li, Françwès, do rintrè tos lès djoûs è s’ môjon, do r’trouvè s’ cûjène èt sès parints !   Tout compte fait, c’était encore aux heures de cours que Joseph se plaisait le mieux. Mais quand on sortait à quatre heures, il lui pesait de voir son camarade de Celles François de chez Lebrun, qui partait pour rentrer, avec les « externes ». Il se le représentait prenant le train pour Gendron et remontant à Vêves à bicyclette. En avait-il de la chance, lui, François, de rentrer tous les jours à la maison, de retrouver sa cuisine et ses parents !
     
Tins dès rècrèâcions, lès pensionéres djouwint fwârt à l’ bale, dès grossès bales di caoutchouc qui r’bondichint trwès mètes wôt. I-gn-aveut nin assèz d’ tos lès meurs po l’zî fè place à tortos. I-gn-aveut trwès qui s’ lomint Lamy, Dom èt Remy ; come i djouwint tofêr èchone, on-z-aveut sorlomè leû binde « L’amidon Remy », li nom d’one mârque qui fieut brâmint dol rèclame. Ô pus sovint, Josèf, li, s’ pormineut pa t’t-avô l’ coûr avou on p’tit maleureûs qui pwarteut l’ nom d’Antwane èt qu’ lès-ôtes fyint arèdji tot nwâr. C’èsteut, parèt-i, ci qu’on lomeut on « souffre-douleur ». Josèf fieut ç’ qu’i p’leut po l’ rimète èt il èsteut bin mwés après lès pions qu’avint l’ér do n’ si dotè d’ rin. Il aveut cor on camarâde qui s’ lomeut Thonon, on-èfant gâtè qui sès parints v’nint véy totes lès samwin.nes. Quand i rintreut d’one sôrtîye en vile, il aveut todi on gros satchot d’ « toffées » d’èmon Dèstexe èt, come i fieut pôrt à tot l’ monde, i-gn-aveut todi one binde qui s’ tapint sur li come dès mouches su on bokèt d’ tôte ô suke. Li pus curieûs, c’èst qu’i lomeut lès friandîjes dès « dinanderîyes ». Josèf lî a èspliquè qu’i n’î èsteut nin èt qui ç’ mot-là s’ rapwarteut ôs-ovradjes dès bateûs d’ keuve èt qu’ c’èsteut po ça qu’ lès djins d’ Dinant si lomint lès copêres.   Pendant les récréations, les pensionnaires jouaient beaucoup à la balle, des grosses balles de caoutchouc qui rebondissaient à trois mètres de haut. Il manquait de murs pour leur faire place à tous. Trois pensionnaires, Lamy, Dom et Remy jouaient tout le temps ensemble : on avait surnommé leur groupe « Lamidon Remy », le nom d’une marque qui faisait beaucoup de réclame. La plupart du temps, Joseph, lui, se promenait dans la cour avec un petit malheureux qui portait le nom d’Antoine et que les autres faisaient enrager tant et plus. C’était, paraît-il, ce qu’on appelait un « souffre-douleur ». Joseph faisait son possible pour le consoler et il était bien fâché contre les pions qui semblaient ne se douter de rien. Il avait encore un camarade du nom de Thonon, un enfant gâté que ses parents venaient voir toutes les semaines. Quand il rentrait d’une sortie en ville, il avait toujours un grand sachet de « toffées » de chez Destexhe et, comme il partageait avec tout le monde, il y avait toujours une bande qui l’assaillait comme des mouches sur un morceau de tarte au sucre. Le plus curieux, c’est qu’il appelait les friandises des « dinanderies ». Joseph lui expliqua qu’il n’y était pas et que ce mot-là se rapportait aux ouvrages des batteurs de cuivre, et que c’était pour cette raison que les gens de Dinant s’appelaient les copêres.
     
Les « internes » passint l’ chîje à l’ètude, one longûwe sâle avou, dins l’ fond, on grand démon d’ pupite, ossi wôt qu’one chére à prétchi. Pa lès finièsses, on vèyeut lès lumiéres dol vile èt l’ clotchî dol grande èglîje, qui monteut avou lès rotches jusqu’à l’ copète dol citadèle. Lès scolîs pwartint dès nwârès mantchètes di twèye totes rilûjantes, po n’ nin- ûsè lès keudes di leûs camusoles. I catchint leûs-ouy padrî one visiére di vêrt cârton, po rabate li lumiére dès lampes èt n’ nin s’ lèyi satchi foû d’ leû-z-ovradje. Més, tènawète, èle lèzî sièrveut po djouwè on mwés toûr. Tot d’on côp, on-z-oyeut brûtyi one saqwè, come si on malton ôreut chûlè. Pus, i-gn-aveut deûs, pus dîj, pus vingt´, pus tote l’ètude mûseut (2). Li survèyant boleut dès-ouy, vélà à s’ pupite. I s’ lèveut, dichindeut inte lès rindjîyes di bancs. Més, à fét qu’il avanceut, li brut rèculeut d’vant li. S’i ’nn’atrapeut onk ou l’ôte, lès pènitinces tchèyint à blame : 5 pâjes, 10 pâjes, 20 pâjes à copyi. I-gn-aveut minme dès cis qui lès scriyint d’avance, po lès-awè totes prètes quand i ’nn’ôrint dandji !   Les internes passaient la soirée à l’étude, une longue salle avec, dans le fond, un grand démon de pupitre, aussi haut qu’une chaire à prêcher. Par les fenêtres, on voyait les lumières de la ville et le clocher de la grande église, qui montait avec les roches jusqu’au sommet de la citadelle. Les écoliers portaient des manchettes noires de toile toutes reluisantes, pour ne pas user les coudes de leurs vestes. Ils se cachaient les yeux derrière une visière de carton vert, pour rabattre la lumière des lampes et ne pas se laisser distraire de leur travail. Mais, parfois, elle leur servait pour jouer un mauvais tour. Tout d’un coup, on entendait bruire quelque chose, comme si un frelon avait bourdonné. Puis, il y en avait deux, puis dix, puis vingt, puis toute l’étude « musait » (2). Le surveillant roulait des yeux, là-bas à son pupitre. Il se levait, descendait entre les rangées de bancs. Mais, au fur et à mesure qu’il avançait, le bruit reculait devant lui. S’il en attrapait l’un ou l’autre, les punitions tombaient dru : 5 pages, 10 pages, 20 pages à copier. Il y en avait même qui les écrivaient d’avance, pour les avoir toutes prêtes quand ils en auraient besoin !
     
Li pus léd djoû dol samwin.ne, c’èsteut l’ vinr’di. Après l’ rècrèâcion d’ dîj eûres, tos lès coléjyins moussint ol sâle d’ètude. Li timps do s’ mète à place, èt on-z-ètindeut l’uch do fond qui s’ tapeut ô lôdje. Pus pèrson.ne ni mouveteut, lès brès s’ crwèjelint su lès bancs, lès visiéres si rabatint su lès visadjes. On-z-ôreut oyu volè one mouche.   Le plus laid jour de la semaine, c’était le vendredi. Après la récréation de dix heures, tous les collégiens entraient dans la salle d’étude. Le temps de se mettre en place, et l’on entendait s’ouvrir la porte du fond. Plus personne ne bougeait, les bras se croisaient sur les bancs, les visières se rabattaient sur les visages. On aurait entendu voler une mouche.
     
Pa l’aléye d’è mitan, li principâl monteut à p’tits pas di d’mwèsèle, on gros rédjisse avou one grîje couviète dizos s’ brès. Il ascôcheut lès montéyes do pupite, s’assieut bin à s’t-ôje èt douvieut s’ grand lîve, come sint Piêre dut douviè l’ sèn´ à l’intréye do paradis. I tireut l’ lorion di s’ cinture èt l’ mèteut à tch’fô su s’ nèz.   Par l’allée centrale, le principal montait à petits pas de demoiselle, un épais registre avec une couverture grise sous le bras. Il montait l’escalier du pupitre, s’asseyait bien confortablement et ouvrait son grand livre, comme saint Pierre doit ouvrir le sien à l’entrée du paradis. Il ôtait le lorgnon de sa ceinture et le chaussait.
     
« Monsieur X... a un douze, pour avoir fumé dans les cabinets ». I r’satcheut s’ lorion èt ataqueut on chapite di Dieû l’ Pére : « Mon cher ami, c’est la dernière fois que je tolère pareil accroc au règlement. Si le fait se représente, vous serez renvoyé à vos parents ». En ratindant, li ci qu’èsteut pûni ènn’aveut por on mwès divant do r’çîr one visite. On-ôte atrapeut on-« avertissement » : iût djoûs sins p’lu sôrti, pace qu’il aveut fét l’ sindje dins lès coridôrs ou bin qu’il aveut sôrti di s’ tchambe après qu’on-z-aveut distindu lès lumiéres. Tot l’ monde èsteut dins sès p’tits solès. On n’ ritrouveut s’t-alin.ne qu’on côp qui l’ sèyance èsteut lèvéye : on-z-èsteut co chapè por one samwin.ne !   « Monsieur X... a un douze, pour avoir fumé dans les cabinets. » Il retirait son lorgon et attaquait une réprimande de Dieu le Père : « Mon cher ami, c’est la dernière fois que je tolère pareil accroc au règlement. Si le fait se représente, vous serez renvoyé à vos parents ». En attendant, celui qui était puni en avait pour un mois avant de recevoir une visite. Un autre attrapait un « avertissement » : huit jours sans pouvoir sortir, pour avoir fait le singe dans les corridors ou pour être sorti de sa chambre après l’extinction des feux. Tout le monde était dans ses petits souliers. On ne reprenait haleine qu’une fois la séance levée : on était encore sauf pour une semaine !
     
Eûreûsemint qu’i-gn-aveut lès sôrtîyes trimèstrièles èt lès vacances ! Cès djoûs-là, qué boneûr po Josèf quand l’ survèyant v’neut criyi ol coûr : « La ligne de la Lesse ! » Quand i d’chindeut do trin ôs Fwadjes, i lî choneut qui jamés l’ payis n’aveut stî si bia. Jamés i n’ s’aveut sintu si binôje ô mitan d’ sès djins. Més i trouveut qu’ lès places dol môjon èstint duvenûwes bin p’tites èt lès plafonds bin bas ! Pus, ça lî fieut on drole d’èfèt do r’côsè patwès èt, lès preumîs momints, il aveut do mô do n’ nin r’tchér su l’ francès. Quand il è faleut ralè, i s’ sinteut tot disloûji.   Heureusement, il y avait les sorties trimestrielles et les vacances! Ces jours-là, quel bonheur pour Joseph quand le surveillant venait crier dans la cour : « La ligne de la Lesse ! » Quand il descendait du train aux Forges, il lui semblait que jamais le pays n’avait été si beau. Jamais il ne s’était senti si heureux au milieu des siens. Mais il trouvait que les pièces de la maison étaient devenues bien petites et les plafonds bien bas ! Puis, cela lui faisait un drôle d’effet de reparler patois et, les premiers moments, il avait du mal à ne pas retomber sur le français. Quand il fallait repartir, il en était tout désespéré.
     
On djoû, l’ gamin s’a sintu mô è s’ pia : il aveut on vré feû è s’ tièsse avou dès mwins come dol glace. On survèyant l’a pris pa l’ brès èt l’a èrtchi d’ fwace à l’infirmerîye. L’infirmerîye ! I lî choneut qu’il aleut r’duvenu prîjenî, come al clinique ènawêre ! I s’a r’trouvè dins one pitite tchambe avou dès meurs passès à l’ tchôs´. Lès sœûrs lî apwartint do té d’ frumejon, dès drogues qu’i faleut avalè, èt lî r’chandichint sès pîds avou one bouyote. I sondjeut, en dwârmant, qu’i n’aveut pus qu’ dès fils à l’ place dès pougnèts èt, dins s’ tchôde mwârt, i vèyeut lès Pârques do p’tit Larousse qui carotint ôtoû d’ li. I s’ rèwyeut tot èwarè jusse ô momint qu’Atropos lî aveut copè l’ fil dol vîye avou one cisète.
Lès sœûrs li sognint d’ leû mia, més dès lârmes lî courint su lès massales en pinsant à s’ moman.
  Un jour, le gamin se sentit mal dans sa peau : il avait un vrai feu dans la tête et des mains glacées. Un surveillant le prit par le bras et le traîna de force à l’infirmerie. L’infirmerie ! Il lui semblait qu’il allait redevenir prisonnier, comme naguère à la clinique ! Il se retrouva dans une petite chambre avec des murs chaulés. Les sœurs lui apportaient du thé de guimauve, des drogues qu’il fallait avaler, et lui réchauffaient les pieds avec une bouillote. Il songeait, en dormant, qu’il n’avait plus que des fils à la place des poignets et, dans son cauchemar, il voyait les Parques du petit Larousse s’affairant autour de lui. Il se réveillait tout effrayé au moment où Atropos lui avait coupé le fil de la vie avec des ciseaux.
Les sœurs le soignaient du mieux qu’elles pouvaient, mais, à la pensée de sa maman, des larmes lui coulaient sur les joues.
     
C’è-st-à l’infirmerîye qu’il a dècidè qu’i n’ rivéreut pus ô coléje l’anéye d’après. Portant, ô coron d’ l’anéye, il èsteut l’ deûzinme di s’ classe èt il aveut drwèt à chîs pris èt à saquants-« accessits ». Li distribucion s’aprèteut quand, li deûs d’awous´, on-z-a anonci qu’il è faleut ralè tortos ô pus abîye : i-gn-aveut dès bruts d’ guêre è l’ér.   C’est à l’infirmerie qu’il décida de ne plus revenir au collège l’année suivante. Pourtant, en fin d’année, il était deuxième de sa classe et il avait droit à six prix et à quelques « accessits ». La distribution se préparait quand, le deux août, on annonça qu’il fallait tous rentrer au plus vite : il y avait des bruits de guerre en l’air.
Suite du texte…

marie-joseph houziaux

La maman du Gamin de Celles
Marie-Joseph Houziaux-Leloup (1863-1923).


NOTES :

(1) Payis des broches. Broche peut, selon L. Somme, signifier : broche (bijou à agrafer), cheville de bois pour consolider la fixation d’une vis, outil de cordonnier. Mais quel sens retenir ici ? - Retour texte

(2) Le verbe muser est, dans le sens d’émettre un bruit sourd à bouche fermée, considéré comme un belgicisme (Le Robert; Hanse-Blampain, op. cit.) En Belgique, on l’emploie également souvent en termes de chant, pour signifier la manière d’émettre des sons en sourdine, bouche fermée (notée B.F. dans les partitions). - Retour texte