Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXXIII.- C’èst l’ guêre !

Josèf è-st-à pwin.ne rarivè po lès vacances qu’one tèribe novèle si strame pa t’t-avô l’ viyadje : « Lès-Alemands nos-ont dèclarè l’ guêre ». Lès jendâmes d’Ouyèt ont dèdjà apwartè dès papîs po rintrè ôs saquants djon.nes-omes dol comune qu’ont fét leû timps d’ sôdârt. Qué côp di stomac´ po l’ gamin en-z-avisant l’ drapia qui l’ champète Demonté a pindu d’zeû l’uch dol sâle comunâle ! Tot djon.ne qu’il èst, i comprind qu’on vike à Céles, come tos costès, dès momints qu’on n’ rovîyerè jamés. Avou dès bindes d’omes qui passèt, i monte li vôye di Bèl-Ér : i parèt qui d’ssus l’ tiène di Tchôbrumont, en-z-aclapant l’orèye al têre, on-z-ôt bouchi l’ canon. Josèf sondje è li-minme : « Li canon pout bin bouchi ! i n’ passeront nin todi ! Lès fôrts di Lîdje èt d’ Nameur sont là po l’zî bôrè l’ vôye. Po ç’ qu’èst dol fôrtèrèsse d’Anvèrs´, on-z-a apris è scole qu’èle è-st-‘imprenable’ ». Saquants djoûs après, on raconte qui lès Francès èt lès Boches si batèt fèl do costè dol Baraque di Con.nejous. Dès ûlans qu’èstint d’chindus su lès Fwadjes ont stî stindus rwèds mwârts ô p’tit pont dol vôye di Furfôz : advèrtis par on côp d’ tèlèfone di nosse champète, dès Francès, ruvenant d’Ouyèt, ont tirè do trin à l’èstâcion èt il ont ligni jusse.

 

33.- C’est la guerre !

À peine Joseph est-il rentré pour les vacances qu’une terrible nouvelle se répand partout dans le village : « Les Allemands nous ont déclaré la guerre ». Les gendarmes de Houyet ont déjà apporté des ordres de rappel aux quelques jeunes hommes de la commune qui ont fait leur service militaire. Quel coup au cœur pour le gamin en voyant le drapeau que le garde-champêtre Demonté a pendu au-dessus de la porte de la maison communale ! Tout jeune qu’il est, il comprend qu’on vit à Celles, comme partout, des moments qu’on n’oubliera jamais. Avec des groupes d’hommes qui passent, il monte le chemin de Bel-Air : on dit que sur la colline de Tchaubrumont, en collant l’oreille au sol, on entend tirer le canon. Joseph pense en lui-même : « Le canon peut bien tirer ! Ils ne passeront en tout cas pas ! Les forts de Liège et de Namur sont là pour leur barrer la route. Pour ce qui est de la forteresse d’Anvers, on a appris à l’école qu’elle est ‘imprenable’ ». Quelques jours après, on raconte que les Français et les Boches se battent dur du côté de la Baraque de Conjoux. Descendus sur les Forges, des uhlans ont été étendus raides morts au petit pont du chemin de Furfooz : avertis par un coup de téléphone de notre garde-champêtre, des Français, revenant de Houyet, ont tiré du train à la gare et ils ont visé juste.

     
Ça n’ fét rin : on vike mô, en ratindant on n’ sét qwè. Li 14 d’awous´, lès preumîs ûlans dichindèt d’Al Rotchète. Vos-è-là deûs qui toûrnèt ol coûr da Djan-Piêre. Il atèlèt leûs tch’fôs ô gayî, pus i moussèt ol cûjène. Lès marchôs s’ont séwè, c’èst Josèf qui lès r’çît. I rèclamèt one chope èt dès paquèts d’ cigarètes qu’il avisèt su l’ètajêre do comptwâr èt i sôrtèt sins payi. Pa l’ finièsse, Josèf lès veut r’montè à tch’fô : i sont moussis tot gris èt il ont su leû tièsse on casque avou one plaque di fiêr al copète. On veut bin qu’i n’ sont nin à leû-z-ôje, ca i toûrnèt l’ tièsse di tos lès sins. Si seûlemint on pôreut passè insi !   N’empêche : on vit mal, dans l’incertitude du lendemain. Le 14 août, les premiers uhlans descendent à la Rochette. En voilà deux qui tournent dans la cour de Jean-Pierre. Ils attachent leurs chevaux au noyer, puis ils entrent dans la cuisine. Les maréchaux-ferrants se sont sauvés, c’est Joseph qui les reçoit. Ils réclament une chope et des paquets de cigarettes qu’ils remarquent sur l’étagère du comptoir, et ils sortent sans payer. Par la fenêtre, Joseph les voit remonter à cheval : ils sont tout de gris vêtus, et ils portent un casque avec une plaque de fer au sommet. On voit bien qu’ils ne sont pas à l’aise, car ils tournent la tête dans toutes les directions. Si seulement on pouvait s’en tirer ainsi !
     
Més l’ londemwin, djoû do quinze d’awous´, vo-z-è-là one acheléye qu’abrokèt pa l’ route di Rotchefwârt : i-gn-a come dès copiches. Èt, dins li-minme,, li gamin r’sondje à s’-t-istwâre di Bèljique : ôs Bourguignons da Philippe le Bon qu’ont distrût Dinant èt qu’ont cayi è Moûse lès copêres loyis dos à dos ; ôs-Èspagnols do vôrin duc d’Albe qui fyint soufri nos djins dins l’ timps, ôs-Olandès qui Charlier à l’ djambe di bwès a calonè o pârc di Brussèles... Èt, d’on plin côp, i sint pèsè su s’ cœûr d’èfant li maleûr qui va s’ brôtchi l’ payis. I s’ tape à brére, il èst strindu pa l’ peû èt i monte o plantchi. Pa lès finièsses do coridôr, i veut lès-ârméyes qu’aboulèt, qu’aboulèt... Asteûre, il ôt lès Boches qui brokèt come dès sôvadjes pa t’t-avô l’ môjon. I tchûle tot wôt, bouche à l’uch dès montéyes, mine one vîye d’ distèrminè. Do coridôr d’al valéye, Marîye lî vint dîre pa l’ trô dol sèrure : «Téjoz-vos, c’èst mi qu’a sèrè l’uch ». Quand l’ pus gros èst passè, i rinture ol cûjène. Pus, i r’sondje qu’i ’nn’a nin d’junè, il a fwin. Més l’ drèsse èst wîde. Avou Omêr, i va rènè o corti ; po passè leû-z-idéye, i coudèt dès pwès èt crochèt dès carotes. Pus, Émile Gilèt, li vèjin qu’a rachetè l’ môjon da Pârin Marchô, vint lès ukè. Ol tchambe di drî, i l’zî fét saquantès târtines di lôme, ca il a dès mouches ô pîd d’ Tchôbrumont. Més v’là co dès moncias d’ Boches qui rarivèt. « Tènoz, di-st-èle Marîye, aloz rademint catchi lès bwèsses di cigâres sur one sovronde do gurnî ». Més lès novias sont co pus mèchants qu’ lès preumîs. Profitant d’on momint pus tranquile : « Aloz lès r’qwér, di-st-èle moman, quéquefîye qu’i n’ f’rint one pèrquisicion. Més i n’ lès fumeront nin, dji lèzî va fè l’ cafè avou ! » Èt èle lès tchôke à fét d’zos l’ couviète dol sitûve po fè boûre li cokmwâr. Lèy todi si spôrgnante, i n’ fôt nin d’mandè qué mô qu’ ça lî fét !   Mais le lendemain, jour du quinze août, en voilà une avalanche qui surgissent par la route de Rochefort : il y en a comme des fourmis. Et, en lui-même, le garçon repense à son histoire de Belgique : aux Bourguignons de Philippe le Bon qui ont détruit Dinant et qui ont jeté à la Meuse les « copêres » [Dinantais] liés dos à dos; aux Espagnols du vaurien duc d’Albe qui faisaient souffrir nos ancêtres autrefois, aux Hollandais que Charlier à la jambe de bois a canonnés dans le parc de Bruxelles... Et, brusquement, il sent peser sur son cœur d’enfant le malheur qui va broyer le pays. Il se met à pleurer, il est étreint par la peur et il monte à l’étage. Par les fenêtres du corridor, il voit les armées qui affluent, qui affluent... Maintenant, il entend les Boches foncer comme des sauvages à travers la maison. Il pleure bien haut, frappe à la porte de l’escalier, fait un boucan d’enragé. Du corridor du rez-de-chaussée, Marie vient lui dire par le trou de la serrure : « Taisez-vous, c’est moi qui ai fermé la porte à clef ». Quand le plus gros [de la bande] est passé, il rentre dans la cuisine. Puis, il pense qu’il n’a pas pris le petit déjeuner, il a faim. Mais l’armoire est vide. Avec Omer, il va rôder au jardin; pour changer d’atmosphère, ils cueillent des pois et croquent des carottes. Puis, Émile Gillet, le voisin qui a racheté la maison de Parrain le Maréchal, vient les appeler. Dans la pièce de derrière, ils leur fait quelques tartines de miel, car il a des abeilles au pied de Tchaubrumont. Mais voilà encore des tas de Boches qui reviennent. « Tenez, dit Marie, allez vite cacher les boîtes de cigares sur un entablement du grenier. » Mais les nouveaux sont encore plus méchants que les premiers. Profitant d’une accalmie : « Allez les rechercher, dit maman, pour le cas où ils feraient une perquisition. Mais ils ne les fumeront pas, je vais leur faire le café avec ! » Et elle les fourre au fur et à mesure sous le couvercle du poêle pour faire chauffer la bouilloire. Elle toujours si économe, il ne faut pas demander quel mal cela lui fait !
     
Tot d’on côp, èlle avise su l’ pavéye d’èmon Gilèt, ô mitan dès sôdârds, si frére Victôr, li sècrètére di comune avou Mossieû l’ Curè. Qui fièt-i là, assis su one tchèrîye ? Pus, on-z-aprind qu’il ont stî ramèchenès come « otages » : i parèt qu’ lès Boches ont trouvè su leû vôye dès civils qu’ont tirè sur zèls ; dès « francs-tireurs », come on dit. On bokèt après, lès deûs-omes ni sont pus là : on lès-a èminè su Fôy, di-st-on.   Tout d’un coup, elle avise sur le trottoir de chez Gillet, au milieu des soldats, son frère Victor, le secrétaire communal, avec Monsieur le Curé. Que font-ils, là, assis sur une chaise ? Puis, on apprend qu’ils ont été ramassés comme « otages »; il paraît que les Boches ont trouvé sur leur chemin des civils qui ont tiré sur eux; des « francs-tireurs » comme on dit. Un temps après, les deux hommes ne sont plus là; on les a emmenés vers Foy, dit-on.
     
Ci côp-ci, gn-a pus dandji do s’ coûtchi al têre po-z-ôre li canon. I bouche fèl su Dinant. Lès Francès tunèt l’ôte costè d’ Moûse ; il ont fét zoublè l’ pont èt i vont arètè lès- Alemands, va, dandj’reû !
  Cette fois, il n’est plus besoin de se coucher sur le sol pour entendre le canon. Cela tire ferme sur Dinant. Les Français tiennent l’autre côté de la Meuse : ils ont fait sauter le pont et ils vont arrêter les Allemands, allez, sans doute !
     
A Céles, djoû après djoû, i fét pus tranquile. Mossieû l’ Curè èt Victôr d’èmon l’ Leûp sont rarivès. Il ont stî dismoussis nus come dès viêrs dins lès campagnes, pus lès Boches lès-ont lachi. On c’mince à r’véy dès djins su lès vôyes.   À Celles, jour après jour, il fait plus tranquille. Monsieur le Curé et Victor de chez Leloup sont revenus. Ils ont été dévêtus, nus comme des vers dans les campagnes, puis les Boches les ont lâchés. On commence à revoir des gens sur les routes.
     
On djoû dol chîje, Djan-Piêre a pris s’ trouwale èt il a maç’nè avou dès briques l’intréye dol pitite côve ; pus, il a r’tapissè l’intrèdeûs. II a drèssi conte l’ètajêre dol tchambe padrî èt il a lèyi pa d’zos one trawéye, qu’il a catchi avou dès saliètes. On-z-î a séwè lès keûves, one satchîye di farène, li lôrd èt lès djambons, di l’amonucion d’ totes lès sôtes.   Un jour au soir, Jean-Pierre a pris sa truelle et il a maçonné avec des briques l’entrée de la petite cave; puis il a retapissé la cloison. Il a dressé contre le muret l’étagère de la pièce de derrière et il a laissé par-dessous une trouée, qu’il a cachée avec des seaux. On y a mis en sécurité des cuivres, un sac de farine, le lard et les jambons, des provisions de toutes les sortes.
     
Li dîmègne 23 d’awous´, come Josèf rivint d’ô salut, i veut qu’i fét tot rodje su Dinant. « Ci n’èst rin, di-st-èle Marîye, c’èst lès lumiéres dol vile. – Ayi, boute lès lumiéres ! Vos p’loz bin dîre qui c’èst Dinant qui brûle ! » Èt pus on-z-aprind qui lès dérins sôdârds qu’ont quitè l’ viyadje èstint plins come dès Polonès : o pachu d’èmon l’ Trale, on l’zî aveut wîdi do pèquèt dins leû sope.   Le dimanche 23 août, comme Joseph rentre du salut, il voit un fort rougeoiement au-dessus de Dinant. « Ce n’est rien, dit Marie, c’est les lumières de la ville. – Ah oui, rêve toujours, les lumières ! Vous pouvez bien dire que c’est Dinant qui brûle ! » Et puis l’on apprend que les derniers soldats qui ont quitté le village étaient ivres comme des Polonais : au verger de chez le Trale, on leur avait vidé du genièvre dans leur soupe.
     
Èmon Djan-Piêre, on s’ toûrminte, on vike dins l’angoche : on s’ dimande à qwè qu’ monn- onke Émile èt qu’ ma tante Anna d’ Dinant sont toûrnès... Li londemwin, li brut court qui l’ vile ètyîre èst rostîye. I parèt qu’ lès Boches ont fusilié tos lès-omes, dès feumes, dès vîyès djins èt jusqu’à dès-èfants su lès brès d’ leû mére. Par boneûr, lès parints do Forbo ont passè l’éwe su l’ dérène bârquète. Més Câlisse d’èmon Didion, li frére da Marîye Gilèt, a stî touwè d’on côp d’ fusik. On raconte qui l’ djoû di d’vant, on-oficier lodji mon l’ curè Viroux aveut dit, en mostrant on rodje pwint su l’ cârte : « Demain, Dinant kapout´ ! » A Sorènes, il ont tchèssi totes lès djins d’vant zèls jusqu’à Lègnon èt i lès-ont raclôs è l’èglije. Més Jules li Marchô, li pus vî dès fréres da Djan-Piêre, èt s’ fi Albêrt n’ont nin v’lu pôrti avou l’s-ôtes èt s’ont catchi dins leû côve. Qui sèront-i duv’nus (1) ? Di tos costès, on n’ côse qui d’ doûs èt d’ maleûrs.   Chez Jean-Pierre, on se tourmente, on vit dans l’angoisse : on se demande ce que sont devenus « mon oncle » Émile et « ma tante » Anna de Dinant... Le lendemain, le bruit court que la ville entière est rôtie. Il paraît que les Boches ont fusillé tous les hommes, des femmes, des vieillards et jusqu’à des enfants dans les bras de leur mère. Par bonheur, les parents de Forbo ont passé l’eau sur la dernière barquette. Mais Calixte de chez Didion, le frère de Marie Gilet, a été tué d’un coup de fusil. On raconte que la veille, un officier logé chez le curé Viroux avait dit, en montrant un point rouge sur la carte : « Demain, Dinant kaputt ! » À Sorinnes, ils ont chassé tout le monde devant eux jusqu’à Leignon et ils les ont enfermés dans l’église. Mais Jules le Maréchal, l’aîné des frères de Jean-Pierre, et son fils Albert n’ont pas voulu partir avec les autres et se sont cachés dans leur cave. Que seront-ils devenus (1) ? De tous côtés, on ne parle que de deuils et de malheurs.
     
Lès-Alemands ont lèyi o stôve d’èmon Lobèt on grand nwâr tchivô, qu’il ont apè quéquefîye, Dieû sét èwou. Lobèt è-st-on-ome avisant. I l’atèle dins one tchèrète èt vo-l’-là vôye ramèchenè l’ bûre èt lès-ous dins totes lès cinses. Pus, on djoû t’t-ô matin, Josèf pôte avou li su Dinant. Qué tâblô ! On paquèt d’ môjons ont stî brûléyes èt on-z-è veut minme qui ignèt co ! I vont sonè ôs-uch dès cines qu’ont stî spôrgnîyes èt lès copêres sont bin binôjes d’ièsse si bèlemint ayussis. Come l’afêre a stî bone, on-z-î r’vint deûs côps totes lès samwin.nes. Frèd´ Lobèt a trouvè s’ novia mèstî. Il èst su l’ vôye dol fôrtune...   Les Allemands ont laissé dans l’étable de chez Lobet un grand cheval noir, qu’ils ont peut-être volé, Dieu sait où. Lobet est un homme adroit. Il l’attelle à une charrette et le voilà parti ramasser le beurre et les œufs dans toutes les fermes. Puis, un jour tout au matin, Joseph part avec lui pour Dinant. Quel tableau ! Un tas de maisons ont été brûlées et l’on en voit même qui fument encore ! Ils vont sonner aux portes de celles qui ont été épargnées et les copêres [Dinantais] sont heureux d’être si joliment approvisionnés. Comme l’affaire a été bonne, on y revient deux fois toutes les semaines. Fred Lobet a trouvé son nouveau métier. Il est sur le chemin de la fortune...
Suite du texte…

NOTE :

(1) Jules Houziaux (1857-1914), maréchal-ferant à Sorinnes, et son fils Albert (1892-1914) ont disparu dans l’incendie de leur maison, à Sorinnes. - Retour texte