Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXXIV.- Vikadje di guêre

P’tit-z-à p’tit, li canon ni bouche pus si près. À grandès opes, lès-Alemands avancèt su l’ France èt su l’Îsêr. À Céles, i r’fét pus pôjîre. On n’a pus si peû dès Gris, qui passèt co tènawète. I va bin s’ falu fè one réson do vikè avou zèls èt s’arindji ô mia po tirè s’ plan, en sèrant sès pougn dins sès potches.

 

34.- Vie de guerre

Petit à petit, le canon ne tire plus de si près. À grands bonds, les Allemands avancent sur le France et sur l’Yser. À Celles, le calme revient. On n’a plus si peur des Gris, qui passent encore de temps à autre. Il a bien fallu se faire une raison de vivre avec eux et s’arranger au mieux pour tirer son plan, en serrant les poings dans ses poches.

     
Dès samwin.nes ô long, on-z-a mougni do pwin d’ swèye, sins lîye, gris èt macas´, pèsant come dol brique su li stomac´. On-z-a stî r’qwér lès méyes o gurnî èt totes lès feumes s’ont r’mètu à cûre. Més, come on-z-è-st-ô coron dol campagne, lès outches sont rade wîdes. Lès cinsîs ni sont nin prèt´ do bate. Li pus coûrt èt l’ pus sûr, c’èst d’è ralè mèchenè, come dins l’ timps. I-gn-a ni bia ni léd, ni ritche ni pôve, i fôt qu’ tot l’ monde î passe. Avou l’ tchèna è s’ brès, on pôte dès bindes èchone su lès amias, do costè dès campagnes èt dès grandès cinses. Come i-gn-a dès malonétès djins d’ tos costès, todi prètes à chôrpyi lès djôbes, i fôt bin qui l’ mayeûr s’è mèle èt l’ champète èst tchèrdji do fè l’ police. Quand l’ dérin tchôr a wîdi one têre, i done on côp d’ chuflèt. Mècheneûs èt mècheneûses vorèt dins lès steûles. C’è-st-ô pus avisant èt ô pus agritchant po ramèchenè lès pôtes qu’ont chapè dès mwins dès fieûs d’awous´. Come on-z-ôrè ossi dandji di strin po stièrni lès bièsses è l’iviêr, i-gn-a brâmint qui fièt dès glumes. Josèf èst vikant come si mére l’a todi stî èt, quand il è r’va à l’ vèspréye tote basse, i s’ rècrèstéye en rapwartant tot-on fwès d’zos s’ brès.   Durant des semaines, on a mangé du pain de seigle, sans levure, gris et lourd, pesant comme de la brique sur l’estomac. On est allé rechercher les pétrins au grenier et toutes les femmes se sont remises à faire le pain. Mais, comme on est au terme de la saison, les huches sont bientôt vides. Les fermiers ne sont pas près de battre le blé. La solution la plus expéditive et la plus sûre, c’est de retourner glaner, comme dans le temps. Il n’y a ni beau ni laid, ni riche ni pauvre, il faut que tout le monde y passe. Avec le panier au bras, on part en équipes ensemble vers les hameaux, du côté des campagnes et des grandes fermes. Comme il y a partout de malhonnêtes gens, toujours prêts à trifouiller les gerbes, il faut bien que le maïeur s’en mêle, et le garde-champêtre est chargé de faire la police. Quand le dernier chariot a quitté une terre, il donne un coup de sifflet. Glaneurs et glaneuses se précipitent dans les éteules. C’est au plus adroit et au plus entreprenant pour ramasser les épis qui ont échappé des mains des moissonneurs. Comme on aura aussi besoin de paille pour garnir la litière des bêtes en hiver, beaucoup glanent des épis pourvus de leur tige. Joseph est vif comme sa mère l’a toujours été et, quand il rentre en fin de journée, il se rengorge en rapportant toute une gerbe sous le bras.
     
Pus, lès cinsîs sèront bin oblidjis d’ayussi l’ marchô qu’èlzî r’bat leûs chis, raproprîye leûs-èréres, fère leûs tch’fôs èt lès rûwes di leûs tchôrs. On pôte à l’anéti èt, ô triviès dès bwès èt dès campagnes, on-z-è va su Trussogne, su Mayène, su Ûbaye ou su Lavis. À conte-cœûr, lès cinsîs è lachèt saquants kulos : il émèt mia l’ vinde bon-z-èt tchîr, ô martchî nwâr. Lès marchôs, qu’ont tote leû fwace dins leûs brès, ni sont nin foutus do t’nu su leûs spales one fayéye satchîye. Josèf, li, èst duvenu on rèfwarci gamin : i n’èst nin foû grand, més il èst coriant èt il a d’ l’alin.ne. Si on n’a pont seû prinde di bèrwète, c’èst li qui pwate li bèséye su s’ dos. Èt il èst tot fiér qu’asteûre on-z-a dandji d’ li ! Après, i l’ fôrè co pwartè ô molin d’ Véves. Morèl, li gros farinî avou s’ visadje come one plin.ne lune, qui v’neut sovint bôkè, t’t-ossi blanc qu’ sès satch, su l’uch do molin, n’a pupont d’ timps à piède : i moud nét-èt-djoû.   Puis, les fermiers seront bien obligés de ravitailler le maréchal qui leur aiguise leurs socs, remet en ordre leurs charrues, ferre leurs chevaux et les roues de leurs chariots. On part au crépuscule et, à travers bois et champs, on s’en va vers Trussogne, vers Mayenne, Hubaille ou Lavys. À contre-cœur, les fermiers en lâchent quelques kilos [de blé] : ils préfèrent le vendre bien cher, au marché noir. Les maréchaux, qui ont toute leur force dans leurs bras, ne sont pas fichus de tenir sur leurs épaules un malheureux sac. Joseph, lui, est devenu un gamin costaud : il n’est pas fort grand, mais il est solide et il a du souffle. Si l’on n’a pu prendre de brouette, c’est lui qui porte le fardeau sur le dos. Et il est tout fier qu’aujourd’hui on ait besoin de lui ! Après, il faudra encore porter le blé au moulin de Vêves. Morel, le gros marchand de farine avec son visage comme une pleine lune, qui venait souvent guigner, tout aussi blanc que ses sacs, sur le seuil du moulin, n’a plus de temps à perdre : il moud nuit et jour.
     
Avou ça, i fôt co dès canadas po r’pache tote li famile. Djan-Piêre a fét r’toûrnè on bokèt ô coron do prè. Pus, l’ comune a dispôrti inte tos lès manadjes li seûl tèrin qu’èle a ôrdè : li platia d’ Tchôbrumont. Ci n’èsteut pus qu’on bouchenis´ qui crécheut dins lès cayôs. Tot l’ monde si mèt à drôdè : on rostit lès fènasses, on côpe lès spènes, on rôye lès stos, on ramèchune dès moncias d’ pîres. L’anéye qui vint, on f’rè tchèrwè, on planterè, on pèltéyerè, on rètèrrè. Su l’ fin dol campagne, quand lès ba.ous djanicheront èt s’ léront alè, lès fotches front volè foû d’ têre dès stôréyes di crompîres.
  Avec cela, il faut encore des pommes de terre pour rassasier toute la famille. Jean-Pierre a fait bêcher une parcelle au bout du pré. Puis, la commune a partagé entre tous les ménages le seul terrain qu’elle ait gardé : le plateau de Tchaubrumont. Ce n’était plus qu’un buisson qui croissait dans les cailloux. Tout le monde se met à défricher : on brûle les graminées, on coupe les épines, on arrache les souches, on ramasse des monceaux de pierres. L’année suivante, on fera labourer, on plantera, on houera, on buttera. À la fin de la saison, quand les fanes de pomme de terre jauniront et s’affaisseront, les fourches feront voler de terre des jonchées de patates.
     
Tot l’ monde èst r’duvenu cultivateûr. Josèf èt Omêr, qu’ont dès fwaces à dispinsè, sont tot binôjes do p’lu alè à l’ campagne. On pôte avou lès marindes èt l’ bidon d’ cafè dins l’ pani. Qué pléji do fè dîj eûres, assis su lès-ièbes, ô rcwès drî on bouchon di spènes ! Di d’là on veut tot l’ viyadje à sès pîds ; pus lon, c’èst l’ platia dol Grîjoûle, lès bwès do Sârt-Toussint èt dès Côreus èt, ô fin coron, lès près do Pârc èt lès campagnes dizos l’ tîdje di Swène. Lès grîjès satchîyes si drèssèt fét-à-fét. Après, on rachonerè lès ba.ous à moncias. Quand on rid’tchinderè su l’ Fond, lès feûs d’ ranches igneront dins l’ brouliard qui monte. Li ci qu’ n’a jamés stî plantè ou rôyi ôs canadas ni conut nin l’ boneûr do vikè ô viyadje.   Tout le monde est redevenu cultivateur. Joseph et Omer, qui ont des forces à dépenser, sont tout heureux de pouvoir aller aux champs. On part avec le casse-croûte et le bidon de café dans le panier. Quel plaisir de prendre sa collation de dix heures, assis sur l’herbe, à l’abri derrière un buisson d’épines ! De là on découvre tout le village à ses pieds : plus loin, c’est le plateau de la Grîjoûle, les bois du Sart-Toussaint et les Côreus et, tout au bout, les prés du Parc et les champs en contrebas du Tige de Soinne. Les sacs gris se dressent peu à peu. Après on rassemblera les fanes en tas. Quand on redescendra vers le Fond, les feux de fanes fumeront dans le brouillard qui monte. Celui qui n’est jamais allé planter ou arracher des pommes de terre ne connaît pas le bonheur de vivre au village.
     
Tos lès djûdis dol vèspréye, Josèf gripe li crawieûse vôye do Broke-o-Bwès po-z-alè qwér li bûre èmon Fine di Trussogne. A l’ sôrtîye do Djan-Marcô, en montant l’ dréve inte lès blancs bwès, i s’arète tènawète po choûtè l’ canon, qui bouche deur su l’ France... Li cœûr moûdri, i s’ riprésinte lès pôves sôdârds nét-èt-djoû dins lès tranchéyes, bagnant dins dès basses ou bin lès pîds èdjalès ol nîve, lon èrî d’ leûs djins èt d’ leû payis, en ratindant d’ièsse blèssis, do tchér rwèds mwârts ou do s’ ritrouvè prîjenîs dès Boches. Quéne chance do p’lu passè l’ guère rachonès tortos o culot, ôtou d’one bone flaméye ! Li bîje qui chûle dins lès plopes ou l’ vint d’ chwache qui lès fét blonci n’èlî ont jamés chonè si trisses.   Tous les jeudis après-midi, Joseph grimpe le chemin raboteux du Broke-o-Bwès pour aller chercher le beurre chez Joséphine de Trussogne. À la sortie du Djan Marcau, en montant la « drève » entre les peupliers, il s’arrête parfois pour écouter le canon, qui tire fortement du côté de la France... Le cœur meurtri, il se représente les pauvres soldats nuit et jour dans les tranchées, baignant dans des flaques ou bien les pieds gelés dans la neige, loin des leurs et de leur pays, en attendant d’être blessés, de tomber raides morts ou de se retrouver parmi les prisonniers des Boches. Quelle chance de pouvoir passer la guerre tous rassemblés auprès de l’âtre, autour d’une bonne flambée ! La bise qui siffle dans les peupliers ou le vent du nord-ouest qui les fait ployer ne lui ont jamais semblé si tristes.
     
Di timps-in timps, on pôte su Con.neus avou Djan-Piêre. I-gn-a vélà on-ancyin missionére, qu’on lome l’abé Gèrârd, on p’tit ome vikant, spitant, dèbrouliârd come i-gn-a pont. I d’meûre avou one vîye djon.ne comére do payis, one grosse rossète qui s’abîye à ome èt satche li cigâre come on mènîr. I sont todi à tchèrète zèls deûs su totes lès vôyes, rènant d’ tos costès po trouvè dol martchandîje. On n’ sét come i s’î purdèt, més il ont todi di d’ tot dins leû botiquia : do suke, do cafè, do savon, dol pètrole ou do carbûre po s’ lumè. Quand on r’vint di d’là, on-z-è r’montè por on bokèt.   De temps en temps, on part pour Conneux avec Jean-Pierre. Il y a là-bas, un ancien missionnaire, qu’on appelle l’abbé Gérard, un petit homme vif, alerte, débrouillard comme pas deux. Il vit avec une vieille demoiselle du pays, une grosse rousse qui s’habille comme un homme et tire le cigare comme un châtelain. Ils sont toujours en charrette tous deux sur tous les chemins, se déplaçant de tous côtés pour trouver de la marchandise. On ne sait comment ils s’y prennent, mais ils ont toujours de tout dans leur petit magasin : du sucre, du café, du savon, du pétrole ou du carbure pour s’éclairer. Quand on revient de là, on est réapprovisionné pour un bout de temps.
     
One saqwè d’ râre ossi, c’èst l’ toubac´. Ossi, tot l’ monde s’a r’mètu à-z-è plantè è s’ corti. Ôs preumîs brouliârds di sètimbe, quand lès fouyes kimincèt à s’ tapinè èt qu’ lès burtons s’ lèyèt crochi do pîd (1), c’èst l’ momint d’ lès côpè. On-z-è fét dès p’tits moncias su l’ tèrin, po lès lèyi s’èstchôfè saquants djoûs. Avou dès vîs clôs di tch’fô ramèchenès ol fwadje, i sont pindus à dès fils qui courèt tot dès long dès pègnons èt, p’tit-z-à p’tit, i duvenèt djanes come di l’ôr. Djan-Piêre a èmantchi li-minme on leûp po lès k’tayi ôs grandès chîjes. Qu’i-gn-a-t-i d’ mèyeû à fè igni qu’one bone pupe di toubac´ di djârdin ? Seûlemint, lès-Alemands è v’lèt leû pôrt. Ni v’là-t-i nin minme qu’on-z-anonce one rèquisicion ! Quand c’èst l’ momint do foûrni, Djan-Piêre a fumè tote si plantâcion ! On dîmègne ô matin, i pôte pô Ulzon.nia avou l’ gamin èt i rapwartèt su leû dos cinq kulos d’ fouyes. Dol chîje, il è sayèt one pupe : jamés, i n’ont rin fumè d’ parèy ! « I n’ l’ôront nin, di-st-i Djan-Piêre ; nos l’ fumerans nos-ôtes minmes ! » Li londemwin, lès-Alemands sont à l’ôbèrje da Bêy di Bri po lès rèquisicions. Pa t’t-avô l’ viyadje, ci n’èst qu’one convôye di djins qu’apwartèt dès marotes su leû dos. Tos lès cis qui passèt d’vant l’ fwadje sont arin.nès pa Djan-Piêre : « Binde di lwagnes ! Èou aloz avou ça ? lèzî crîye-t-i. I n’è v’lèt pupont ! » Èt i prind pléji à lès fè r’toûrnè avou leû tchèdje. Portant, al vèspréye, lès Boches è r’vont su Dinant avou on gros camion tchèrdji jusqu’à l’ copète. Li londemwin, on-z-aprind qu’i ’nn’ont tapè dès botes tot l’ long d’ leû vôye, en trèvôtchant l’ vile ! « Nos-avans rudemint bin fét do n’nin l’zî lèyi, di-st-i Djan-Piêre ». Tot l’iviêr, Djan-Piêre èt Josèf è fièt leûs bias djoûs. Come on n’ trouve pupont d’alumètes, on k’taye dès atches, qui souwèt o culot dol tchiminéye. Rin qu’ do-z-alumè s’ pupe avou one atche, c’èst dèdjà on passemint d’ timps èt l’ toubac´ chone co mèyeû.   Quelque chose de rare aussi, c’est le tabac. Aussi, tout le monde s’est-il remis à en planter dans son jardin. Aux premiers brouillards de septembre, quand les feuilles commencent à se colorer et que les moignons s’affaissent (1), c’est le moment de les couper. On en fait de petits tas sur le terrain, pour les laisser s’échauffer quelques jours. Avec de vieux clous de cheval ramassés à la forge, ils sont pendus à des fils qui courent tout le long des pignons et, petit à petit, ils deviennent jaunes comme de l’or. Jean-Pierre a fabriqué lui-même un hachoir pour les couper lors des longues soirées. Est-il rien de meilleur que de fumer une bonne pipe de tabac du jardin ? Seulement, les Allemands en veulent leur part. Et même, ne voilà-t-il pas qu’on annonce une réquisition ! Quand c’est le moment de fournir, Jean-Pierre a fumé toute sa plantation ! Un dimanche matin, il part pour Husonniaux avec le gamin et ils rapportent sur leur dos cinq kilos de feuilles. Le soir, ils en essayent une pipe : jamais, ils n’ont rien fumé de pareil ! « Ils ne l’auront pas, dit Jean-Pierre; nous le fumerons nous-mêmes ! » Le lendemain, les Allemands sont à l’auberge de Bêy de Bry pour les réquisitions. À travers le village, ce n’est qu’un cortège de gens qui apportent des bottes de feuilles séchées sur leur dos. Jean-Pierre apostrophe tous ceux qui passent devant la forge : « Bande de sots ! Où allez-vous avec ça ? leur crie-t-il. Ils n’en veulent plus ! » Et il prend plaisir à leur faire faire demi-tour avec leur fardeau. Pourtant, l’après-midi, les Boches s’en retournent à Dinant avec un gros camion chargé jusqu’au sommet. Le lendemain, on apprend qu’ils en ont jeté des bottes tout le long de leur route, en traversant la ville ! « Nous avons rudement bien fait de ne pas les leur laisser », dit Jean-Pierre. Tout l’hiver, Jean-Pierre et Joseph en font leurs beaux jours. Comme on ne trouve plus d’allumettes, on taille des éclisses [allumefeu], qui sèchent au fond de la cheminée. Rien que d’allumer sa pipe avec une éclisse, c’est déjà un passe-temps et le tabac semble meilleur encore.
     
Dosmètant, li guêre continûwe. Èt i n’ fét nin ôji sèpe ci qui s’ passe. Lès seûlès novèles, c’èst lès gazètes dol martchande di Drouance qui lès-apwartèt l’ mérkidi. Més tot l’ monde sét qui lès-Alemands î ont tchôkè leû nèz po lès-arindji à leû môde : i-gn-a pont d’ fiyate à zèls. Tènawète ossi, one afiche plaquéye al plantche (2) di l’èglîje anonce one « kolossâle » victwâre alemande : « Chute de Lemberg, chute de Przemyl », dès noms qui n’ dijèt rin à pèrson.ne èt qu’on stroupîye en lès lîjant. Més i n’èst pus quèstion di « Nach Parîs´ » !
  Pendant ce temps, la guerre se poursuit. Et il n’est pas simple de savoir ce qu’il se passe. Les seules nouvelles, ce sont les gazettes de la marchande de Dréhance qui les apportent le mercredi. Mais tout le monde sait que les Allemands y ont mis leur nez pour les arranger à leur convenance : on ne peut leur faire confiance. Parfois encore, un placard collé aux panneaux d’affichage (2) de l’église annonce une « kolossâle » victoire allemande: « Chute de Lemberg, chute de Przemyl », des noms qui ne parlent à personne et qu’on estropie à la lecture. Mais il n’est plus question de « Nach Paris » !
     
Dès troupes qu’ont stî ô front s’ vinèt r’pwèsè dins lès viyadjes. Lès sôdârds ni sont pus lès sôvadjès bièsses qu’on-z-a conu ô passadje èt, si on lès choûteut, on d’véreut rade dès « kamarâdes ». Més comint rovyi qu’il ont touwè à l’ bataye d’Elewyt li cousin Artur Gènon, qu’il ont fusilié è leû djârdin mon-n-onke Crossart d’Andène èt s’ bia-fi, qu’il ont brûlè è leû môjon li mon-n-onke di Sorènes èt s’ brâve Albêrt, qu’il ont rosti Dinant, touwè dès feumes èt dès-èfants ? Portant, come i sont mésses, i fôt co bin fè bè-bèl avou zèls, en ravalant s’ chique.   Des troupes qui sont allées au front viennent se reposer dans les villages. Les soldats ne sont plus les bêtes sauvages que l’on a connues à leur [premier] passage et, si on les écoutait, on deviendrait vite des « kamarades ». Mais comment oublier qu’ils ont tué à la bataille d’Elewyt le cousin Arthur Genon, qu’ils ont fusillé dans leur jardin « mon oncle » Crossart d’Andenne et son beau-fils, qu’ils ont brûlé dans leur maison le « mon oncle » de Sorinnes et son brave Albert, qu’ils ont incendié Dinant, tué des femmes et des enfants ? Pourtant, comme ils sont maîtres, il faut encore bien leur faire bonne mine, en avalant sa chique.
     
Djan-Piêre lodje on gros « feldwebel » qui s’ lome Karl Spät èt on p’tit cûjenî qu’a instalè sès tchôdrons o forni da Djan Marchô, li tchambe èst rimplîye di totes sôtes d’amonucions qui fièt glètè, més lès Gris ont sogne do toûrnè l’ clè tos côps qu’i sôrtèt. Més ç’ qu’is n’ savèt nin, c’èst qu’on-z-a deûs clès !   Jean-Pierre loge un gros « feldwebel » qui se nomme Karl Spät et un petit cuisinier qui a installé ses chaudrons au fournil de Jean le Maréchal; la pièce est remplie de toutes sortes de provisions qui font saliver, mais les Gris ont soin de tourner la clef chaque fois qu’ils sortent. Seulement, ce qu’ils ignorent, c’est qu’on a deux clefs !
     
Josèf a r’mârquè one grosse satchîye di corintines, one râre friandîje pa l’ timps qui court. Il a dècidè qu’on lès sayereut. On djoû qui l’ cûjenî a l’ pîd toûrnè, sustins qu’ Marîye fét l’ guèt su l’ soû en tron.nant come one fouye, il è va qwér trwès grands poûjwès. Boute ! i n’vièront nin d’djà l’ place ! Èt pus, volè dès parèy voleûrs, èst-ce qui c’èst volè ? Èt on ’nn’a yeû por on bokèt à s’ ralètchi !   Joseph a remarqué un gros sac de raisins de Corinthe, une friandise rare par le temps qui court. Il a décidé qu’on les goûterait. Un jour que le cuisinier a le dos tourné, pendant que Marie fait le guet sur le seuil en tremblant comme une feuille, il va en chercher trois grands puisoirs. Vas-y ! ils ne verront même pas la place ! Et puis, voler de pareils voleurs, est-ce que c’est voler ? Et on en a eu pour un bout de temps à se pourlécher !
Suite du texte…

dinant avant 1914

« Le dimanche 23 août, comme Joseph rentre du salut, il voit un fort rougeoiement au-dessus de Dinant. »
(Chap. XXXIII).
La dinanderie ci-dessus porte la légende: «Dinant, avant le 23 août 1914».


NOTES :

(1) Littéralement : se laissent croquer du pied. - Retour texte

(2) En français régional (Belgique), on dirait : aux valves. - Retour texte