Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXXV.- On-ôrganisse di quatôze ans

Dispôy li timps qu’i djouweut d’ l’ârmoniom´ èmon Pârin Marchô èt qu’i s’ mèleut do scrîre dès motèts, Josèf n’aveut jamés lèyi ouve do fè dol musique.

 

35.- Un organiste de quatorze ans

Depuis le temps qu’il jouait de l’harmonium chez Parrain le Maréchal et qu’il se mêlait d’écrire des motets, Joseph n’avait jamais cessé de faire de la musique.

     
Il a sorvinu por li one ocâsion do duvenu ôrganisse, qu’i n’a nin lèyi chapè. On dîmègne al nét do mwès d’ méy, li vôrlèt d’al cinse di Bri aveut r’passè addé Djan-Piêre, po lî c’mandè on-ovradje. En tot côsant, il èspliqueut qui l’ dîmègne après grand-mèsse, li curè d’ Con.nejous, qui vèyeut èvi lès Boches, ataqueut l’ Brabançone à l’ârmoniom´ do chœûr. C’è-st-insi qù’ Josèf a seû qu’i-gn-aveut pupont d’ôrganisse, li madjustêr Garigliani d’ Con.neus, sorlomè l’ Canari, èstant pôrti po l’ guêre. Ça n’a fét qu’on toûr è s’ tièsse : il aveut trouvè l’ place qu’i lî faleut. Tote li samwin.ne, i s’a mètu à studyi l’acompagnemint do plin-tchant dins l’ vîye mèthode Anon da Pârin Marchô. Li dîmègne d’après dol vèspréye, i s’a présintè ô curè d’ Con.nejous, on mésse-musicyin qui vint touchi lès-ôrgues à Céles, à l’Adôrâcion èt à l’ Sint- Ôlin. Quand il a yeû èspliquè qu’il èsteut li p’tit-fi do môrlî d’ Céles, Mossieû l’ Curè l’a mètu d’vant s’ piano èt lî a fét saye do djouwè lès psômes. « Je t’embauche, mon ami, di-st-i Mossieû l’ Curè ». Èt, ô deûzinme côp d’ veupes, il ont d’chindu èchone è l’èglîje. Quand l’ gamin s’a trouvè divant l’ grand-ôrgue-ârmoniom´ da Balthasar (1), i n’ si sinteut pus. Jujoz on pô : deûs claviers, on pèdalier èt dji n’ sé combin d’ djeûs di totes lès sôtes ! Il a djouwè l’ofice come s’i n’aveut jamés fét qu’ ça. Li martchî a stî convenu : i véreut acompagni mèsse èt veupes tos lès dîmègnes èt il ôreut on franc po s’ payemint. Lès preumîs côrs qu’i gangnereut !   Survint pour lui l’occasion de devenir organiste; il ne la laissa pas passer. Un dimanche soir du mois de mai, le valet de la ferme de Bry était repassé chez Jean-Pierre pour lui commander un travail. Au cours de la conversation, il expliquait que le dimanche après la grand-messe, le curé de Conjoux, qui détestait les Boches, entonnait la Brabançonne à l’harmonium du chœur. C’est ainsi que Joseph sut qu’il n’y avait plus d’organiste, le marguillier Garigliani de Conneux, surnommé le Canari, était parti pour la guerre. Cela lui vint tout de suite à l’esprit : il avait trouvé la place qu’il lui fallait. Toute la semaine, il se mit à étudier l’accompagnement du plain-chant dans la vieille méthode Hanon de Parrain le Maréchal. Le dimanche suivant, dans l’après-midi, il se présenta au curé de Conjoux, un maître-musicien qui venait toucher les orgues à Celles, à l’Adoration et à la Saint-Hadelin. Quand il eut expliqué qu’il était le petit-fils du marguillier de Celles, Monsieur le Curé le mit devant le piano et lui fit déchiffrer les psaumes. « Je t’embauche, mon ami, dit Monsieur le Curé. » Et à la deuxième sonnerie appelant aux vêpres, ils descendirent ensemble à l’église. Quand le gamin se trouva devant le grand orgue-harmonium de Balthasar (1), il ne se sentit plus de joie. Jugez un peu : deux claviers, un pédalier et je ne sais combien de jeux de toutes sortes ! Il joua l’office comme s’il n’avait jamais fait que cela. Le marché fut conclu : il viendrait accompagner messe et vêpres tous les dimanches et il recevrait un franc de salaire. Le premier argent qu’il gagnerait !
     
Li djûdi d’après, c’èsteut l’ fièsse di l’Assinsion. Josèf a satchi sès grands rédjisses èt djouwè sès pus bias bokèts èt lès djins d’ Con.nejous èt d’ Con.neus ont sèpu qu’il avint on novia ôrganisse. Al sôrtîye, li sofleû a souwè one bèle tchimîje po toûrnè l’ manivèle.   Le jeudi suivant, c’était la fête de l’Ascension. Joseph tira ses grands registres et joua ses plus belles pièces, et les gens de Conjoux et de Conneux surent qu’ils avaient un nouvel organiste. À la sortie, le souffleur sua une belle chemise pour faire tourner la manivelle [qui actionnait le soufflerie de l’instrument].
     
Tos lès dimègnes, Josèf pôrteut pa l’ Broke-o-Bwès, avou s’ crossète èt sès musiques. I passeut pa l’ cinse di Trussogne, mougneut l’ fricasséye avou Dèdè, li frére do cinsî, on vî djon.ne ôme qui tèteut, à longueû d’ djoûrnéye, one rude pupe d’ècume èt qu’aveut bon do fè assoti l’ gamin. Après mèsse, il alint bwâre one pinte èchone ô cabarèt Lupcin èt i ruvenint dînè al cinse. Qui Josèf aveut bon do s’assîr su l’ grand banc dol cûjène èt d’ataquè avou tote li tôveléye li bouyon à l’ tinre cwasse, li salade ôs crètons èt l’ platenéye di canadas, réwès d’ sôce ô lôrd ! Avou ça, i-gn-aveut rin d’ mèyeû qui Marîye, li cinserèsse, èt l’ gamin èsteut l’ gâtè dol môjon. Après non.ne, il aleut djouwè sès veupes èt i ruveneut bin pôjîremint à Céles al vèspréye, pa lès près dès Fonds ou pa lès bwès dès Côreus. Lès pus bias dîmègnes di s’ djon.nèsse !   Chaque dimanche, Joseph partait par le Broke-o-Bwès, avec sa canne et ses partitions. Il passait par la ferme de Trussogne, mangeait la fricassée avec Dédé, le frère du fermier, un vieux célibataire qui tétait à longueur de journée une belle pipe d’écume et qui prenait plaisir à taquiner le garçon. Après la messe, ils allaient boire un verre au cabaret Lupcin et ils revenaient dîner à la ferme. Comme Joseph se plaisait à s’asseoir sur le grand banc de la cuisine et à déguster avec toute la tablée le bouillon au tendron, la salade aux lardons et le plat de pommes de terre, arrosées de sauce au lard ! De plus, il n’était pas de meilleure personne que Marie, la fermière, et le gamin était le choyé de la maison. Après-midi, il allait jouer ses vêpres et il revenait bien tranquillement à Celles en fin d’après-midi, par les prés des Fonds ou par les bois des Côreus. Les plus beaux dimanches de ses jeunes années !
     
Èt pus, Con.nejous n’èst nin on fayé viyadje come i-gn-a brâmint. L’Aviêrje di Lourdes î a tot-on rosére di grotes èou-ce qu’on vint priyi di lon èt d’ lôdje. Insi, tos lès londis d’ Pintecosse, lès djins d’ Fosse î acourèt è pèlèrinadje. Cès djoûs-là, on tchanteut mèsse en plin-n-ér èt Josèf acompagneut su li p’tit-ârmoniom´ dol grote. Après l’ porcèssion, on rid’tchindeut è l’èglîje, qu’èsteut nwâre di djins. Mossieû l’ Curè monteut ol chére à prétchi èt, tot batant l’ mèseure à plins brès, i fieut tchantè à dès cints d’ pèlèrins li fameûs cantique Vierge de Lourdes. Li docsâl ossi èsteut rimpli d’ètranjér´ èt l’ gamin, drèssi d’vant sès claviers, fieut sonè sès grands djeûs.   Et puis, Conjoux, ce n’est pas un minable village comme il y en a beaucoup. La Vierge de Lourdes y a tout un chapelet de grottes où l’on vient prier de partout. Ainsi, tous les lundis de Pentecôte, les gens de Fosses y accourent en pèlerinage. Ces jours-là, on chantait la messe en plein air et Joseph accompagnait sur le petit harmonium de la grotte. Après la procession, on redescendait à l’église, qui était noire de monde. Monsieur le Curé montait en chaire et, tout en battant la mesure à pleins bras, il faisait chanter à des centaines de pèlerins le fameux cantique Vierge de Lourdes. Le jubé aussi était rempli d’étrangers, et le gamin, dressé devant ses claviers, faisait sonner ses grands jeux.
     
Lès preumîrès comunions di 1916 lî avint lèyi one rude sovenance. Come i-gn-aveut dins l’ comune one masse di rèfujiés do payis d’ Lile, M. l’ Curè aveut décidè qu’on lès f’reut à deûs côps : on dîmègne po lès-èfants dô l’ parotche, li dîmègne d’après po lès p’tits Francès. Més, ô pus sovint, a l’ place do choûtè lès-anonces da M. l’ Curè, li gamin r’passeut è s’ tièsse à l’ balustrade lès bokèts qu’il aleùt djouwè. Di maniére qui, ô momint qui l’ mèsse di comunion d’veut c’minci, Josèf èsteut en trin do s’aprètè po l’ mèsse di dîj eûres.   Les premières communions de 1916 lui avaient laissé un fameux souvenir. Comme il y avait dans la commune une masse de réfugiés du pays de Lille, Monsieur le Curé avait décidé qu’on les célébrerait en deux fois : un dimanche pour les enfants de la paroisse, le dimanche suivant pour les petits Français. Mais, le plus souvent, au lieu d’écouter les annonces de Monsieur le Curé, le gamin répétait mentalement à la balustrade les pièces qu’il allait jouer. C’est ainsi que, au moment où la messe de communion devait commencer, Joseph était en train de se préparer pour la messe de dix heures.
     
Quand on-z-a-yeû tot fét do sonè, i-gn-aveut pont d’ôrganisse o docsâl. Dîs minutes ô lon, on-z-a r’sonè à blame. I-gn-aveut todi pèrson.ne à l’ôrgue. Là-d’ssus, li pasteûr monte en chére èt anonce ôs djins qui, l’ôrganisse n’èstant nin ô posse, i va c’minci pa prétchi. Ènn’a-t-i sièrvi, M. l’ Curè, conte si-t-ôrganisse qu’aveut abumè l’ fièsse ! Lès-orèyes do stornè musicyin ont du chûlè come u fôt ! Todi èst-ce-t-i qui l’ dîmègne d’après li gamin èsteut à s’ sogne. Li chorale a tchantè one mèsse en musique avou deûs violonisses do consèrvatwâre di Lile èt l’ôrganisse a djouwè sès pus bias bokèts. Dins s’ prétchadje, M. l’ Curè lî a fét on fameûs complumint : « Mes frères, di-st-i, la messe de dimanche dernier a été manquée par la faute de l’organiste ; mais aujourd’hui, vous l’entendez, il prend une brillante revanche ; je l’en félicite de tout cœur ». Brâve curè Dupuis, va ! Més, su ç’ timps-là, li gamin biskeut, vélà al balustrade. Il ôreut bin moussi dins on trô d’ soris ! Ci djoû-là, justumint, li frére da M. l’ Curè, on bon musicyin qui d’meureut à Brussèles, èsteut v’nu à Con.nejous. Après mèsse, il a fét ô p’tit payisan d’ Céles on complumint quèl a fét s’ rècrèstè èt qu’i n’a jamés rovyi : « Mon ami, di-st-i, si tu continues, à vingt ans, tu seras un artiste ! »   Quand on eut fini de sonner, il n’y avait pas d’organiste au jubé. Pendant dix minutes, on sonna à nouveau à toute volée. Et toujours personne à l’orgue ! Là-dessus, le prêtre monte en chaire et annonce aux fidèles que, l’organiste n’étant pas à son poste, il va commencer par prêcher. En a-t-il pesté, Monsieur le Curé, contre son organiste qui avait gâché la fête ! Les oreilles de l’étourdi musicien durent bien siffler ! Toujours est-il que le dimanche suivant, le gamin était à sa besogne. La chorale chanta une messe en musique avec deux violonistes du conservatoire de Lille et l’organiste joua ses plus beaux morceaux. Dans son sermon, Monsieur le Curé lui adressa un fameux compliment : « Mes frères, dit-il, la messe de dimanche dernier a été manquée par la faute de l’organiste; mais aujourd’hui, vous l’entendez, il prend une brillante revanche; je l’en félicite de tout cœur. » Brave curé Dupuis, va ! Mais, à ce moment-là, le gamin bisquait, là-bas à la balustrade. Il serait bien entré dans un trou de souris ! Ce jour-là, précisément, le frère de Monsieur le Curé, un bon musicien qui habitait Bruxelles, était venu à Conjoux. Après la messe, il adressa au petit paysan de Celles un compliment qui le fit se rengorger et qu’il n’oublia jamais : « Mon ami, dit-il, si tu continues, à vingt ans, tu seras un artiste ! »
     
Portant, si bèle qui sôye li musique, èle n’èspétche nin l’amour do tchantè s’ preumîre tchanson ô fond do cœûr dès djon.nès djins. Après Trussogne, passè lès Sintès-Fontin.nes èt l’ dréve di Lumesimont, Josèf aveut d’vant li deûs vôyes po-z-arivè è l’èglîje. Èt c’èsteut deûs bias visadjes di djon.nès fèyes quèl mètint dins l’embaras po fè s’ tchwès. En purdant à drwète, i trèvôtcheut l’ coûr dol cinse d’Al Valéye èt il aveut chance do fè l’ vôye, pa li strwèt pasia inte lès deûs ayes, avou Gèrméne, li pus djon.ne dès fèyes do cinsî, one bone pitite grosse qu’aveut dès plin.nès massales, avou one ârsôye di fossète qu’èlî v’neut à s’ minton tos côps qu’èle soriyeut. Il aveut todi bone idéye do dîre on doûs mot à l’ bwéçale, més tos côps, il ariveut al copète sins-awè wasu mouvetè (2). Tènawète, i s’ dècideut po l’ôte vôye, qui passeut d’vant mon Tumé, li gârde do tchèstîa. Lès-ouy su l’ môjon, i s’astôrdjeut on pô en s’ dijant qu’il îreut quéquefîye jusqu’à l’èglîje avou Èveline, one pitite djon.nète avou on fin visadje tot roselant èt deûs nwârs-ouy one miète afrontès qu’è d’jint long èt qu’i n’waseut r’wéti longtimps. Di maniére qui, sins ’nn’awè jamés rin dit, il aveut sès deûs p’tits mayons quèl satchint, on côp d’on costè, on côp d’ l’ôte.   Pourtant, si belle que soit la musique, elle n’empêche pas l’amour de chanter sa première chanson au fond du cœur des jeunes gens. Après Trussogne, passé les Saintes-Fontaines et la « drève » de Lumesimont, Joseph avait devant lui deux chemins pour se rendre à l’église. Et c’étaient deux beaux visages de jeunes filles qui le mettaient dans l’embarras pour faire son choix. En prenant à droite, il traversait la cour de la ferme de la Vallée et il avait quelque chance de cheminer, par l’étroit sentier entre les deux haies, avec Germaine, la plus jeune des filles du fermier, une petite grosse bien joufflue, avec une arsouille de fossette qui lui venait au menton chaque fois qu’elle souriait. Il avait toujours la ferme intention de dire un mot doux à la petite jeune fille, mais, chaque fois, il arrivait au sommet sans avoir osé se départir de sa réserve (2). Parfois, il se décidait pour l’autre chemin, qui passait devant chez Tumé, le garde du château. Les yeux vers la maison, il s’attardait un peu en se disant qu’il irait peut-être jusqu’à l’église avec Évelyne, une petite jeunette avec un fin visage tout rosé et deux yeux noirs un peu effrontés qui en disaient long et qu’il n’osait fixer longtemps. Ainsi, sans en avoir jamais rien dit, il avait ses deux petits béguins qui le tiraient, une fois d’un côté, une fois de l’autre.
     
Èt pus, môgrè tot, il ètèrtineut ô fin fond d’ li-minme li doûce amistè qui, dispôy dès-anéyes, i n’aveut jamés lèyi ouve do pwartè à Rafaèle. On côp, en v’nant djouwè on-ètèrmint, il a yeû l’ chance do fè vôye avou lèy di Céles à Con.nejous. Sins fè lès quances di rin èt come s’il avint stî d’acwârd, il ont lèyi passè pa-d’vant Marîye Ovide, qu’èsteut avou zèls. Èt il ont copinè tote li route, sins côsè d’amoûr, més en frumejant dins zèls-minmes do fè one si longue vôye èchone. C’èsteut à l’intréye do bon timps : lès brôyes di tchèt mètint dès tatches d’ôr dins lès près, lès violètes sintint bon ô pîd dès ayes èt dès copes di p’tits mouchons volint d’on bouchon à l’ôte en tchîptant. Josèf ni s’aveut jamés sintu si eûreûs ô fond d’ li-minme.   Et puis, malgré tout, il entretenait au fin fond de lui-même la douce amitié que, depuis des années, il n’avait jamais cessé de vouer à Raphaèle. Une fois, en venant jouer un enterrement, il eut la chance de faire la route avec elle de Celles à Conjoux. Sans faire semblant de rien et comme s’ils avaient été d’accord, ils se laissèrent devancer par Marie Ovide, qui était avec eux. Et ils bavardèrent tout le chemin, sans parler d’amour, mais en frémissant en eux-mêmes de faire une si longue route ensemble. C’était à l’entrée de la belle saison; les primevères mettaient des taches d’or dans les prés, les violettes sentaient bon au pied des haies et des couples de petits oiseaux volaient d’un buisson à l’autre en pépiant. Jamais Joseph ne s’était senti si heureux en son for intérieur.
Suite du texte…

NOTES :

(1) Cf. Chap. IX, n.6. - Retour texte

(2) C’est, semble-t-il, le sens à donner à mouvetè (en français : mouf(e)ter), du moins dans ce contexte; généralement mouvetè a le sens de « regimber » ou de « broncher ». Ce dernier terme pourrait éventuellement convenir ici. - Retour texte