Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXXVI.- Scoladjes di guêre

Come li coléje di Dinant a stî rosti pa l’s-Alemands, l’anéye 1914-1915 èst pièrdûwe po lès scolîs d’ « Belle-Vue ». Pô n’ nin rovyi ç’ qu’il a apris, Josèf èst rèvôye è scole ô mésse avou l’ soçon Françwès. Mossieû Tonglèt l’zî done dès lèçons à pôrt, come i pout : avou sès chîs divisions, i ’nn’a dèdjà pus qu’i ’nn’ lî fôt. Més i l’zî chone qu’i sont dèdjà one saquî pace qu’il ont stî ôn-an coléjyins. On bia djoû qu’il ont dandj’reû assèz fét d’ leû rinkinkin, i s’ fièt r’mète à leû place. « Tout le monde doit obéir ici, a-t-i dit l’ mésse, simples collégiens comme les autres ! » A onze eûres, on pôte tortos èchone po-z-alè mougni à l’Èrmitadje li sope do Comitè d’ Ravitayemint. È s’ môjon, on f’reut quéquefîye dès kèkèsses po-z-avalè ci spès brouwèt-là avou do riz èt dès nouyes ; més mon lès sœûrs, i-gn-a pèrson.ne qui r’nictéye : i chone minme qu’on n’a jamés rin gostè d’ si bon.

 

36.- Scolarité de guerre

Comme le collège de Dinant a été incendié par les Allemands, l’année 1914-1915 est perdue pour les écoliers de Belle-Vue. Pour ne pas oublier ce qu’il a appris, Joseph est reparti à l’école chez le maître avec l’ami François. Monsieur Tonglet leur donne des leçons particulières, comme il peut : avec ses six classes, il en a déjà plus qu’à suffisance. Mais il leur semble n’être déjà plus n’importe qui parce qu’ils ont été une année durant collégiens. Un beau jour où ils avaient sans doute assez fait les malins, ils se font remettre à leur place. « Tout le monde doit obéir ici, a dit le maître, simples collégiens comme les autres ! » À onze heures, on part tous ensemble pour aller manger à l’Ermitage la soupe du Comité de Ravitaillement. Chez soi, on ferait peut-être des façons pour avaler cet épais brouet-là avec du riz et des nouilles ; mais chez les sœurs, personne ne renâcle : il semble même qu’on n’ait jamais rien goûté de si bon.

     
Po l’ rintréye d’octôbe 1915, li tchènon.ne Nicolas, qui sét tirè s’ plan, a r’mètu su pîd lès-études, dins lès bâtimints dol Sicole rèjimentére, ô Pâtis d’ Lèfe. Volà, wés´, Josèf duvenu « externe » môgrè li ! Ô passadje di quatôze, lès-Alemands avint justumint aband’nè ol fwadje one vîye biciclète, qu’il avint bin sûr apè su leû vôye, one F.N. wôte èt pèsante, més solide à n’nin distrûre. Djan-Piêre a yeû rade fét dol raprôpriyi èt, su one après-quatre eûres, Josèf a apris à s’è sièrvi.   Pour la rentrée d’octobre 1915, le chanoine Nicolas, qui sait tirer son plan, a remis sur pied les études, dans les bâtiments de l’École régimentaire, au Pâtis de Leffe. Voilà, tenez, Joseph devenu « externe » malgré lui ! Lors de leur passage en quatorze, les Allemands avaient justement abandonné à la forge une vieille bicyclette, qu’ils avaient certainement volée sur leur route, une FN haute et pesante, mais d’une solidité à toute épreuve. Jean-Pierre l’a bientôt eu remise en ordre et, le temps d’un après-quatre-heures, Joseph a appris à s’en servir.
     
Tos lès djoûs, po sèt´ eûres, i passe èmon l’ camarâde Françwès.Vo-z-è-là onk qu’èst r’lètchi ! Si pa lî aprète si vélo su l’ pavéye, si man lî ravôtîye li tièsse dins on « passe-montagne » qu’èle a tèchi, si soûw lî adjustéye dès grandès mofes en pwèl di lapin qu’èlî gripèt jusqu’ô keûde. Josèf n’èst wére si gâtè à s’ môjon ! Al l’ longue, on pôte èchone po Dinant. Li route èst deure : i fôt montè à pîd al cimintiére èt ô P’tit Bwès, boutè conte li vint po gripè lès Grands Trîs (1). Pus, on n’a qu’à s’ lèyi alè po d’chinde li Frèd’vô (2). Ô pus sovint, dispôy li Pont d’ Pîre, on mousse dins on brouliârd à côpè ô coutia, qui monte di Moûse èt qui disvôtîye sès blankès-èchêpes. Dès-èchêpes qui n’ richandichèt wére ! Lès deugts picèt. Ô pus sovint, on rôle à one mwin èt on tchôke l’ôte è s’ potche ; pus, on s’ discandje. En trèvôtchant lès Rivadjes, on-z-ôt lès coméres qui s’arin.nèt su l’ soû d’ leû-z-uch èt qui côsèt drole, à môde di copêres : « I n’ fét nin tchoûd, valèt ! » Ou bin : « As´ sitî qwè t’ coyin.ne ô ravitayemint ? »   Tous les jours, pour sept heures, il passe chez le camarade François. En voilà un qui est choyé ! Son papa lui apprête son vélo sur le trottoir, sa maman lui enveloppe la tête dans un « passe-montagne » qu’elle a tricoté, sa sœur lui passe de grandes moufles en poil de lapin qui lui montent jusqu’au coude. Joseph n’est guère aussi gâté chez lui ! Finalement, on part ensemble pour Dinant. La route est dure : il faut monter à pied au cimetière et au Petit Bois, pousser contre le vent pour grimper les Grands Trîs (1). Puis, l’on n’a qu’à se laisser aller pour descendre le Froidevau (2). Le plus souvent, depuis le Pont de Pierre, on pénètre dans un brouillard à couper au couteau, qui monte de la Meuse et qui déploie ses blanches écharpes. Des écharpes qui ne réchauffent guère ! Les doigts piquent. La plupart du temps, on roule une main sur le guidon, l’autre fourrée en poche; puis on change. En traversant les Rivages, on entend les femmes s’apostropher sur le seuil de leur porte et parler étrangement, à la façon des « copêres » [Dinantais] : « Il ne fait pas chaud, l’amie ! » Ou bien : « Es-tu allée chercher ta couenne au ravitaillement ? »
     
À non.ne, on casse si crosse tote sètche èt on bwèt on gwardjon ô bidon d’ cafè – pur wadje ou torèaline – qu’on-z-a r’chandi su l’ bûse dol sitûve. È l’iviêr, on rinture qu’i fét quôsu spès, d’brôlès quand i ploût, avou lès copètes dès deugts qui agnèt à l’ djaléye. Va co bin quand i n’a nin nîvè ! È l’èstè, on soûwerè one tchimîje po r’gripè l’ tiène èt on rinturrè tot frèch di tchôd. Li timps do disfè sès bindes ôtoû d’ sès djambes èt sès solès, d’avalè one jate èt do massyi on crochon, èt à dadaye à l’ovradje po studyi sès lèçons èt scrîre sès d’vwârs su l’ tôve dol cûjène. Èt come on n’a nin cor inventè l’ « surmenage », lès profèsseûrs n’î vont nin en r’satchant ! Va co bin quand i-gn-a nin one binde di chîjeleûs qui côsèt, riyèt, minèt l’ disdut ! Èt eûreûsemint qu’ Josèf èst subtil po ravôtyi s’ sogne !   À midi, on casse la croûte toute sèche et l’on boit une gorgée de café – pur orge ou orge torréfié – qu’on a réchauffé sur la buse de la cuisinière. En hiver, on rentre alors qu’il fait presque noir, éclaboussés de boue quand il pleut, avec les bouts de doigts mordus par le gel. Encore heureux quand il n’a pas neigé ! En été, on « suera une chemise » pour regrimper la colline et on rentrera tout mouillé de chaud. Le temps de défaire les bandes autour des jambes et de se déchausser, d’avaler une tasse et de mâchonner un croûton, et bien vite à la besogne pour étudier ses leçons et écrire ses devoirs sur la table de la cuisine. Et comme on n’a pas encore inventé le « surmenage », les professeurs ne font pas de demi-mesure ! Passe encore quand il n’y a pas une bande de compagnons de soirée qui causent, rient, font du potin ! Et heureusement que Joseph est expéditif pour accomplir sa besogne !
     
On djoû qu’il arive è scole one miète après l’eûre, i tchét bôbe à bôbe ol coûr avou onk di sès professeûrs, l’abé Bertrand, qui sôte d’one classe en t’nant s’ mokwè d’ potche su s’ nèz. « Allez vite demander à l’abbé Dupagne de venir me rejoindre, di-st-i ». Pus, on-z-aprind qui l’abé Bertrand pièd do song, pièd do song... Deûs djoûs après, il èsteut mwârt.   Un jour qu’il arrive à l’école un peu en retard, il tombe nez à nez dans la cour avec un de ses professeurs, l’abbé Bertrand, qui sort d’une classe en tenant son mouchoir de poche sur le nez. « Allez vite demander à l’abbé Dupagne de venir me rejoindre, dit-il ». Puis, on apprend que l’abbé Bertrand perd du sang, perd du sang... Deux jours plus tard, il était mort.
     
C’èsteut on rude professeûr èt on si bon-ome : i soriyeut tofêr, li bontè lî spiteut foû d’ sès-ouy. Èt avou ça, todi si guéy. Josèf li r’vèyeut è scole en trin do mayetè ol tièsse dès-èlèves lès vèrbes lès pus malôjîs èt lès pus coriants dès participes. I p’leut awè ôtoû d’ quarante ans, més i parèsseut pus vî qui s’t-âdje ca i lî v’neut do vinte èt il èsteut pèsant po rotè. I n’èsteut nin l’ dérin d’alieûrs po s’ chinè d’ sès plats pîds. Tot toûrnant ôtoû dès bancs en fiant tron.nè l’ plantchi dol vîye sicole rèjimentére : « N’est-ce pas, d’jeut-i, que j’ai la marche élégante ! » On raconteut dès pasquéyes qu’avint arivè dins s’ classe di poésîye divant l’ guêre. On djoû, il aveut d’nè po sudjèt d’ rédacsion à sès-èlèves : La profession que je voudrais exercer. On-ârsôye n’aveut rin trouvè d’ mia qui d’èspliquè qu’i vôreut bin duvenu champète. On champète qu’a studyi l’ grèc èt l’ latin, ça n’ si rèsconture nin tos lès djoûs ! Més l’abé aveut l’ pîce po mète ô trô èt il aveut mârquè à l’ rodje intche ô triviès dol fouye : pour un garde-champêtre, ce n’est pas trop mal ! L’abé Bertrand si lomeut Fortunat d’ si p’tit nom. On djoû, à l’ lèçon d’ latin on-z-èspliqueut Virgile : O fortunate senex ! Li pus losse dol classe lève li deugt èt tradwît : Ô toi, Fortunat, heureux vieillard ! C’èsteut, come on dit, on-ome d’èsprit : i n’aveut nin stî l’ dérin à-z-awè one pôrt di pléji.   C’était un fameux professeur et un homme si bon : il souriait toujours, la bonté lui jaillissait des yeux. Et de surcroît, toujours si gai. Joseph le revoyait à l’école, en train de faire entrer « à coups de maillet » dans la tête des élèves les verbes les plus difficiles et les plus coriaces des participes. Il pouvait avoir quelque quarante ans, mais il faisait plus que son âge car il lui venait de l’embonpoint et il avait la marche lourde. Il n’était d’ailleurs pas le dernier à se moquer de ses pieds plats. Tout en tournant autour des bancs en faisant trembler le plancher de la vieille école régimentaire : « N’est-ce pas, disait-il, que j’ai la marche élégante! » On racontait des aventures amusantes arrivées dans sa classe de poésie avant la guerre. Un jour, il avait donné à ses élèves pour sujet de rédaction : La profession que je voudrais exercer. Un farceur n’avait rien trouvé de mieux que d’expliquer qu’il voudrait bien devenir garde-champêtre. Un garde-champêtre qui a étudié le grec et le latin, cela ne se rencontre pas tous les jours ! Mais l’abbé avait l’esprit d’à-propos et il avait marqué à l’encre rouge en travers de la feuille : pour un gardechampêtre, ce n’est pas trop mal ! L’abbé Bertrand se prénommait Fortunat. Un jour, à la leçon de latin, on expliquait Virgile : O fortunate senex ! Le plus impertinent de la classe lève le doigt et traduit : Ô toi, Fortunat, heureux vieillard ! C’était, comme l’on dit, un homme d’esprit : il n’avait pas été le dernier à en prendre sa part de plaisir.
     
Li Principâl aveut dècidè qu’one di sès classes îreut lî dîre on tchapelèt. Ci n’èsteut nin l’ cine da Josèf èt l’ gamin ènn’aveut stî bin anoyeûs : il ôreut tant v’lu r’véy li brâve abé ! I n’a wasu d’mandè po-z-î alè avou l’s-ôtes. Après côp, i ’nn’a yeû pèsant èt s’a r’protchi d’awè stî si couyon.   Le Principal avait décidé qu’une de ses classes irait lui dire un chapelet. Ce n’était pas celle de Joseph et le gamin en avait été bien attristé : il aurait tant voulu revoir le brave abbé ! Il n’osa pas demander pour y aller avec les autres. Après coup, il en fut peiné et il se reprocha son excessive timidité.
     
Pâr boneûr, li vîye di coléjyin aveut sès bons djoûs èt lèyeut tènawète one guéye sovenance. Par ègzimpe li côp d’ calote do camarâde Françwès.   Heureusement, la vie de collégien avait ses bons jours et laissait de temps à autre un souvenir gai. Par exemple le coup de casquette du camarade François.
     
C’èsteut en 16, èviès l’ rintréye di Pôques. Lès coléjyins do payis d’ Céles rimontint l’ Frèd’vô tot copinant èt tchôkant leû biciclète : Josèf, Françwès, li gros Boton, Camile di Véves èt Gilbêrt di Drouance. Il èstint v’nus à d’visè su lès Boches, qu’i vèyint tortos èvi. I discutint di ç’ qu’i fôreut fè s’i rèscontrint on djoû ou l’ôte su leû vôye dès-Alemands qu’èlzî d’manderint leûs papîs.   C’était en 16, vers la rentrée de Pâques. Les collégiens du pays de Celles remontaient le Froidevau tout en bavardant et en poussant leur bicyclette : Joseph, François, le gros Botton, Camille de Vêves et Gilbert de Dréhance. Ils en étaient venus à deviser sur les Boches, que tous détestaient. Ils discutaient de ce qu’il faudrait faire s’ils rencontraient un jour ou l’autre sur leur route des Allemands qui leur demanderaient leurs papiers.
     
« Dins tos lès cas, mi, di-st-i Françwès, dji wadje qui dj’ n’èlzî tireré todi jamés m’ calote ! »
  « Dans tous les cas, moi, dit François, je parie que je ne leur tirerai jamais ma casquette ! »
     
Françwès èsteut on grand gamin iute di pôjîre èt qui n’ôreut nin fét twârt à one mouche. I s’ont r’wéti tortos come po s’ dimandè : « Sèreut-i bin capâbe d’è fè ostant ? Nos-ôtes, nos n’ waserins jamés ! »   François était un grand garçon plus que calme et qui n’aurait pas fait de mal à une mouche. Ils se regardèrent tous comme pour se demander : « Serait-il bien capable d’en faire autant ? Nous autres, nous n’oserions jamais ! »
     
Todi èst-ce-t-i qui, di toûrnant en toûrnant, vo-lès-là arivès foû do bwès, su l’ platia dès Grands Trîs. C’èsteut djûdi, i n’èsteut qu’ dôze eûres èt d’méye èt i lûjeut on bon p’tit solia d’avri, qu’èsteut bin fét po v’s-aloûrdè.   Toujours est-il que, de virage en virage, les voilà sortis du bois, sur le plateau des Grands Trîs. C’était jeudi, il n’était que douze heures et demie et il luisait un bon petit soleil d’avril, bien fait pour vous séduire.
     
Come Gilbêrt èt Camile s’aprètint à empwintè l’ vôye di Véves, dji n’ sé l’ quéque di zèls s’avise do dîre : « Si nos djouwins one pôrt à l’ bale divant d’è ralè ! » I tchèyèt tortos d’acwârd. Il astokèt leûs vélos conte lès-ôbes dol grand-route, i tapèt dju lès camusoles èt i r’trossèt leûs mantches. Avou dès cochètes di neûjî li djeû èst tracè su pont d’ timps èt vo-lès-là à l’ovradje, en trin do lîvrè èt do cassi lès bales.   Comme Gilbert et Camille s’apprêtaient à prendre la route de Vêves, je ne sais lequel d’entre eux s’avise de dire : « Si on jouait une partie de balle avant de rentrer ! » Ils tombent tous d’accord. Ils calent leurs vélos contre les arbres de la grandroute, se débarrassent de leurs vestes et retroussent leurs manches. Avec des branchettes de noisetier le jeu est tracé en un rien de temps et les voilà à l’œuvre, en train de servir et de frapper les balles.
     
Tot d’on côp, on-z-ôt cwarnè one ôtomobile qui r’monteut l’ tiène.   Tout à coup, on entend klaxonner une voiture qui remontait la colline.
     
« Nom di diâle ! di-st-i l’ gros Boton, c’èst l’ comandant d’ Rotchfwârt ! »   « Nom de diable ! dit le gros Botton, c’est le commandant de Rochefort ! »
     
Tot l’ monde conecheut li grosse grîje vwèture di ç’ mô-mi-r’vint-là, qui fieut tron.nè lès djins dins tot l’ payis d’ Fômène. On-z-aveut minme racontè qu’il oblidjeut lès vîs èt lès djon.nes à lî dîre bonjou quand i s’ pormineut dins lès rûwes dol vile.   Tout le monde connaissait la grosse voiture grise de cet indésirable-là, qui faisait trembler les gens dans tout le pays de Famenne. On avait même raconté qu’il obligeait les vieux et les jeunes à le saluer quand il se promenait dans les rues de la ville.
     
L’ôtomobile s’arète ô mitan dol vôye èt l’oficier uke lès gamins addé li :   L’automobile s’arrête au milieu de la rue et l’officier fait venir les gamins près de lui :
     
« Allez tous chercher fos serfiettes et fenez brès de moi ! »   « Allez tous chercher fos serfiettes et fenez brès de moi ! »
     
Il arivèt onk après l’ôte, tot pèneûs, avou l’ cârnassiére dizos leû brès èt l’ calote ol mwin. I r’wéte lès passepôrts, lès lîves, lès cayès, i nivetéye tos costès èt r’toûne tos lès papîs. Josèf aveut justumint s’ lîve d’anglès èt i ’nn’atrape one bèle vèssète. Di l’anglès, jujoz one miète ! Chakin passe à s’ toûr. Françwès è-st-ô coron dol quèwéye, avou s’ calote su s’ tièsse. I s’ riwétèt tortos à glignète. Comint s’ va-t-i présintè divant l’oficier ? Après l’ wadjûre di t’t-à-l’eûre, i n’ pout nin fè ôtreumint qui come il a dit.   Ils arrivent l’un après l’autre, tout penauds, avec le cartable sous le bras et la casquette à la main. Il examine les passeports, les livres, les cahiers, il furète partout et retourne tous les papiers. Joseph avait justement son livre d’anglais et il en attrape une belle frousse. De l’anglais, pensez un peu ! Chacun passe à son tour. François est en bout de file, casquette sur la tête. Ils se regardent tous du coin de l’œil. Comment va-til se présenter devant l’officier ? Après le pari de tout à l’heure, il ne peut pas agir autrement qu’il l’a dit.
     
Ça n’a nin fét on pli. Li comandant atrape si mwin èt vos lî fét volè s’ calote dins l’ûrèye... I n’ fôt nin d’mandè s’il èstint tinkyis po n’ nin s’ lachi à rîre ! Josèf aveut si ôsse qu’i lî a falu sondji à on mwârt !   Cela n’a pas fait un pli. Le commandant, d’une main vive vous lui fait voler sa casquette dans le talus... Il ne faut pas demander s’ils étaient tendus pour ne pas éclater de rire ! Joseph avait tellement peur qu’il lui fallut penser à un mort !
     
Èt si jamés i l’zî aveut pris leûs passepôrts ! Il ôrint stî prôpes !   Et si jamais il leur avait pris leurs passeports ! Ils auraient été propres !
     
Tot l’ minme, l’afêre a bin toûrnè ! Li comandant l’zî a foutu one boure, en l’zî d’jant qu’i n’avint nin dès passepôrts po rôlè su lès vôyes. S’i l’ s-î atrapeut co, ci sèreut l’ confiscâcion...   Tout de même, l’affaire tourna bien ! Le commandant leur lança une semonce, en leur disant qu’ils n’avaient pas de passeports pour vagabonder sur les routes. S’il les y prenait encore, ce serait la confiscation...
     
L’ôto s’a r’mètu en route. Françwès a ramèchenè s’ calote èt èvôye tortos à l’ plin.ne charje, chakin di s’ costè, sins d’mandè s’ rèsse.   L’auto se remit en marche. François ramassa sa casquette, et en route tout le monde à toute vitesse, chacun de son côté, sans demander son reste.
     
Més ç’ sacrè Françwès-là aveut gangni s’ wadjûre !   Mais ce sacré François-là avait gagné son pari !
Suite du texte…

NOTES :

(1) Le toponyme Trî(s) est le nom commun trî « lande, terrain vague ». Le terme est présent dans le DL (trîhe, trî), qui le signale aussi comme lieu-dit très fréquent dans les villages. - Retour texte

(2) Il s’agit d’une longue et forte descente (Nationale 94) sur Anseremme. Dans son Enquête dialectale sur la toponymie wallonne, Jean Haust relève ce toponyme (proche du Rocher Bayard de Dinant) sous la forme féminine è frède vau. Certaines cartes géographiques signalent le « Bois de Froide Vau ». Dans la région, on emploie toujours le masculin : le Froidevau. - Retour texte