Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Ch. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXXVIII.- Li guêre èst iute

Josèf a fièsti sès dîs-sèt´ ans. Ci n’èst pus on gamin ; c’è-st-on p’tit djon.ne ome qui s’aprète à duvenu one saquî. En ratindant, il a dèdjà sès p’tis mèstîs : i scrît al Sâle comunâle èt il è-st-ôrganisse. Marîye n’ ènn’èst nin wére fiére, surtout qu’i tire après lès Leûp !

 

38.- La guerre est finie

Joseph a fêté ses dix-sept ans. Ce n’est plus un gamin; c’est un petit jeune homme qui s’apprête à devenir quelqu’un. En attendant, il a déjà ses petits métiers : il fait des écritures à la Salle communale et il est organiste. Marie n’en est pas peu fière, surtout qu’il ressemble aux [Le]Loup !

     
Avou deûs camarâdes qu’ont stî chorâls avou li, Djôsèf d’èmon li Scayeteû èt Djôsèf Ovide, sorlomè Vivide – lès trwès Josèf, come on dit – il ont èmantchi one pitite sôciètè d’ djon.nès djins, qu’il ont fiéremint batisè « Le Blé qui lève ». Il ont mètu su pîd one bibliotèque, one èquipe di « football », li novia spôrt qui vint d’Anglètêre, èt i s’ rachonèt tènawète po discutè dès-afêres dol djon.nèsse. Tortos èchone, il ont montè avou dès pièces, dès bâches èt dès twèyes on p’tit tèyâte ol coûr dol sicole po djouwè on concêrt. On-z-a d’abôrd donè come i convint, on grand drame è chîs-akes, Le Tournant. Josèf î fieut s’ pârtîye, bien-entendu. I r’présinteut on-ôrfulin, Pôlin, qu’aveut mô toûrnè. Més, come tot-à-fét d’veut s’arindji, ô dérèn-ake, i s’ tapeut à gngnos divant s’ frére Marius´, qu’aveut todi yeû sogne di li, po lî d’mandè pârdon. Èt, môgrè qu’i s’ sinteut frèd come dol glace, i parèt qu’il aveut djouwè ô-d’là d’ bin èt Marîye, en l’ vèyant s’ ripinti, aveut yeû lès lârmes qu’èlî avint spitè foû dès-ouy. Po raguéyi lès djins après one si trisse afêre, saquants-ârsôyes avint djouwè one comèdîye en patwès lîdjeû, Treûs tchèts por one soris. Ça finicheut par on r’frin, qui Josèf aveut mètu en musique :   Joseph et deux camarades qui ont été enfants de chœur avec lui, Joseph de chez l’Ardoisier et Joseph Ovide, surnommé Vivide – les trois Joseph comme on dit – , ont fondé une petite société de jeunes gens, qu’ils ont fièrement baptisée « Le blé qui lève ». Ils ont mis sur pied une bibliothèque, une équipe de « football », le nouveau sport qui vient d’Angleterre, et ils se rassemblent de temps à autre pour discuter des affaires qui concernent la jeunesse. Tous ensemble, ils ont monté avec des perches, des bâches et des toiles un petit théâtre dans la cour de l’école pour jouer un concert. D’abord, on donna comme il convient, un grand drame en six actes, Le Tournant. Joseph y tenait un rôle, bien entendu. Il jouait un orphelin, Paulin, qui avait mal tourné. Mais comme tout devait s’arranger, au dernier acte, il se jetait aux genoux de son frère Marius, qui avait toujours pris soin de lui, pour lui demander pardon. Et bien qu’il se sentît froid comme de la glace, il paraît qu’il avait fort bien joué, et Marie, en le voyant se repentir, n’avait pu retenir ses larmes. Pour égayer les gens après une aussi triste histoire, quelques arsouilles avaient joué une comédie en patois liégeois, Treûs tchèts por one soris [Trois chats pour une souris]. Cela finissait par un refrain, que Joseph avait mis en musique :
Bonès djins di ç’ comèdèye
Si vos-astîz contints,
C’èst bin sûr qui vos l’ frè vèye
Pa vos-aplôdichemints.
D’abôrd volà, tot come çoula,
Sins falbalas, nos l’ hapans là.
On n’èst nin dès-acteûrs,
Més bin dès-amateûrs,
Qui n’ont qu’on seûl dèsîr,
Li ci d’ vos fé plèsîr.
Bonnes gens de cette comédie,
Si vous avez été contents,
C’est bien certain que vous le ferez voir
Par vos applaudissements.
D’abord voilà, tout comme cela,
Sans falbalas, nous le happons là.
On n’est pas des acteurs,
Mais bien des amateurs,
Qui n’ont qu’un seul désir,
Celui de vous faire plaisir.
     
Su lès-entrefètes, li momint èsteut v’nu d’alè passè lès-ègzamins à Nameur. Josèf s’aveut mètu télemint dès sôtes ol tièsse qu’i n’ si sinteut nin prèt´ à s’ môde po s’î présintè. Més l’ novia mésse di scole, qui purdeut pension èmon Djan-Piêre, s’î a mètu avou Mossieû l’ Curè po l’ dècidè à risquè l’ paquèt.   Entre-temps, le moment était arrivé d’aller passer les examens à Namur. Joseph s’était tellement bourré le crâne qu’il ne se sentait pas à l’aise pour s’y présenter. Mais le nouveau maître d’école, qui prenait pension chez Jean-Pierre, s’y mit avec Monsieur le Curé pour le décider à risquer le tout pour le tout.
     
Eco lî faleut-i on passepôrt po s’ p’lu mète en route ! I s’a prèsintè ô Mèldeamt (1) à Dinant èt il èsteut d’djà ayussi quand il a stî oblidji do dèclarè qui, justumint l’ preumî djoû d’ l’ègzamin, i d’veut alè à l’ rivûwe à Ouyèt. Là-d’ssus, l’ Kreischef lî a r’pris s’ papî en criant : « Au suivant ! » Li gamin, coriant d’ caractêre, n’ s’a nin lèyi fè èt, après-awè stî mètu deûs côps à l’uch, il a fini pa v’nu à coron d’ l’oficier.   Encore lui fallait-il un passeport pour pouvoir se mettre en route ! Il se présenta au Meldeamt (1) à Dinant, et il était déjà servi quand il fut obligé de déclarer que, précisément, le premier jour de l’examen, il devait aller au contrôle [d’identité] à Houyet. Là-dessus, le Kreischef lui reprit son papier en criant : « Au suivant ! » Le gamin, coriace de caractère, ne se laissa pas faire et, après avoir été deux fois mis à la porte, il finit par venir à bout de l’officier.
     
On djoû do mwès d’awous´, Djan-Piêre l’a minè jusqu’à l’èstâcion d’ Dinant. Il î a trouvè on djon.ne ome di Gn’méle ; rin qu’à véy sès-érs, il a advinè qu’i pôrteut po l’minme afêre qui li èt i l’a arin.nè. I s’a sintu tot afranchi èt i s’ont èbârquè èchone : on grand voyadje po dès djon.nès djins qui n’avint jamés sôrti foû d’ leû trô ! Avou on frére di Malon.ne, il ont vikè trwès djoûs su l’ pension à l’Hôtel des Trois Lauriers, à l’intréye dol rûwe di Fiêr. Lès-ègzamins s’ passint à l’Institut Sint-Ôbwin. Môgrè qu’i lî faleut bin tot po lès matématiques, li gamin s’ènn’a bin tirè : il èsteut chapè. Di peû qu’i n’ si brouyuche en purdant s’ trin, Djan-Piêre lî aveut ric’mandè do ruvenu à batia ! Trwès-eûres à passè su Moûse ! Més, come à ç’ momint-là, on s’ sièrveut di trwès sôtes d’eûres – li vîye, li novèle èt l’eûre alemande – i s’î a èmacralè èt il a arivè à Grognon qui l’ batia-tourisse èsteut pôrti. On-ome quèl a trouvè dins l’andèle lî a èspliquè qu’i n’aveut qu’à montè d’ssus l’ tram di Parfondevèye èt zoublè foû po ratrapè l’ batia à l’ècluse di Tayfêr ! Si Djan-Piêre l’aveut vèyu bèrôlè dins l’ fossè ! C’èsteut co pus dandjereûs qui l’ trin !   Un jour du mois d’août, Jean-Pierre le conduisit à la gare de Dinant. Il y trouva un jeune homme de Jemelle; rien qu’à voir son air, il devina qu’il partait pour la même « affaire » que lui et il l’aborda. Il se sentit tout enhardi et ils embarquèrent ensemble : un grand voyage pour des jeunes hommes qui n’étaient jamais sortis de leur trou ! Avec un frère de Malonne, ils vécurent trois jours en pension à l’Hôtel des Trois Lauriers, à l’entrée de la rue de Fer [à Namur]. Les examens se passaient à l’Institut Saint-Aubain. Quoique peu à l’aise en mathématiques, le gamin s’en tira bien : il avait réussi. De crainte qu’il ne se trompât en prenant son train, Jean-Pierre lui avait recommandé de revenir en bateau ! Trois heures à passer sur la Meuse ! Mais, comme à cette époque-là on se servait de trois sortes d’heures – la vieille, la nouvelle et l’heure allemande – il s’y fourvoya et il arriva au Grognon [port d’embarquement] alors que le bateau-mouche était parti. Un homme qui le trouva dans l’embarras lui expliqua qu’il n’avait qu’à monter dans le tram de Profondeville et en sauter pour rattraper le bateau à l’écluse de Taillefer ! Si Jean-Pierre l’avait vu dégringoler dans le fossé ! C’était encore plus dangereux que le train !
     
Il a stî bin fiér do rapwartè l’ novèle ol môjon èt il a anonci qu’il aleut c’minci sès-ètudes tot seû : li qu’èsteut si bin sogni è s’ môjon, i n’ v’leut nin fè conechance avou l’ pwin ô laton, lès rutabagas èt tos lès-èrzâtz´ do ravitayemint. D’alieûrs, i coureut dès bruts su l’avance dès-Aliés èt i lî choneut qui l’anéye ni s’ passereut nin sins qui l’ guêre soyuche iute.   Il fut bien fier de rapporter la nouvelle à la maison et il annonça qu’il allait commencer ses études tout seul : lui qui était si bien soigné chez lui, il ne voulait pas faire la connaissance du pain au son, des rutabagas et de tous les ersatz du ravitaillement. D’ailleurs, des bruits couraient sur l’avance des Alliés et il lui semblait que l’année ne s’achèverait pas sans que la guerre fût terminée.
     
Come d’èfèt. Li onze di nôvembe, i ruveneut d’awè stî djouwè mèsse di sint Môrtin à Con.nejous. Come i trèvôtcheut Ûbaye, il a apris l’ grande novèle : l’armistice èsteut sinéye. Josèf a compris d’on plin côp qu’il èsteut chapè po sès-ètudes : lès scoles alint statè on bokèt èt i r’pudreut lès coûrs avou l’s-ôtes.
  Effectivement. Le 11 novembre, il rentrait d’avoir été jouer la messe de saint Martin à Conjoux. Comme il traversait Hubaille, il apprit une grande nouvelle : l’armistice était signé. Aussitôt, Joseph réalisa qu’il était sauvé pour ses études : les écoles allaient marquer une pause, et il reprendrait les cours avec les autres.
     
Èt c’a stî li r’passadje dès-Alemands. On ’nn’aveut todi yeû peû. Més, batus à plate costeure, lès Boches ripurdint l’ vôye di l’Ârdène, ossi raplaplas qu’i n’avint stî sôvadjes en-z-arivant. Dès djoûs ô long, il a r’passè dès drigléyes di minâbès tchèrètes bâchîyes di grîje twèye. Lès mésses èstint tot pèneûs, més lès sôdârds è ralint en tchantant, binôjes môgrè tot d’alè r’trouvè leû payis, leûs feumes èt leûs-èfants. Tènawète, on rèdjimint fieut volè ô vint li rodje drapia dol rèvolucion. À on momint d’nè, on-oficier a brokè foû d’èmon Djan-Piêre come on distèrminè èt l’zî a stî satchi dès mwins. I-gn-a nin onk qu’a r’nictè : li discipline do Késer fieut todi s’t-èfèt !   Vint la retraite des Allemands. On en avait toujours eu peur. Mais, battus à plate couture, les Boches reprenaient le chemin de l’Ardenne, aussi raplapla qu’ils avaient été sauvages en arrivant. Durant des jours, repassèrent des rangs de minables charrettes bâchées de toile grise. Les gradés étaient tout penauds, mais les soldats s’en retournaient en chantant, heureux malgré tout d’aller retrouver leur pays, leurs femmes et leurs enfants. Parfois, un régiment faisait voler au vent le drapeau rouge de la révolution. À un moment donné, un officier sortit brusquement de chez Jean-Pierre comme un enragé et le leur arracha des mains. Pas un seul ne regimba : la discipline du Kaiser faisait toujours son effet !
     
On bia djoû ô matin, on-z-a vèyu l’ cul dès dérins ô toûrnant d’Al Rotchète. Qué momint ! On-z-ôreut yeû pinsè qu’i n’ôreut jamés arivè ! Li gamin a sintu si stomac´ distchèrdji d’on rude pwèds.
  Un beau jour au matin, on vit le derrière des derniers au virage de la Rochette. Quel moment ! On aurait pensé qu’il ne serait jamais arrivé ! Le gamin sentit son estomac déchargé d’un fameux poids.
     
Al rèunion d’ Noyê dès confréres do Sacré-Cœûr, Victôr d’èmon l’ Leûp a tchantè po l’ preumî côp, su l’ér dol Madelon, si fameûse tchanson qui s’achèveut insi :   À la réunion de Noël de la ligue du Sacré-Cœur, Victor de chez le Loup chanta pour la première fois, sur l’air de la Madelon, sa fameuse chanson qui s’achevait ainsi :
En passant, il avint l’ broke (2) su l’ tièsse,
C’è-st-ôte pô qu’il ont l’ broke ôdjoûrdu
En passant, ils avaient « l’ broke » (2) sur la tête,
C’est autre part qu’ils ont « l’ broke » aujourd’hui !
Suite du texte…

NOTES :

(1) Cf. chapitre XXXVII, note 1. - Retour texte

(2) Le terme broke est mentionné dans plusieurs dictionnaires avec diverses significations : cheville, déconvenue, suppositoire, dent, moment, bourdaine, … . Dans la première proposition, il faut comprendre « casque à pointe » ; caractéristiques de la tenue des soldats d’outre-Rhin, les casques à pointe désignaient aussi, familièrement, les militaires, honnis des populations occupées, qui servaient sous les ordres du Kaiser (Guillaume II, et, en 1870-71 déjà, Guillaume Ier , rois de Prusse et empereurs d’Allemagne). La seconde proposition contient en outre un jeu de mots, broke ayant le sens de « suppositoire » (signalé par L. Somme) ou d’« hémorroïde » (mentionné dans le DL). - Retour texte