Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXXIX.- Ètudes èt amourètes

Li 7 di janvier 1919, Josèf débârqueut avou s’ male à Malon.ne, do p’tit tram´ à vapeûr qui monteut ô Pensionat, en tanflant come on boû mô touwè èt en fiant volè è l’ér sès-ignîres èt sès poûssîres. Ô mitan dol Coûr d’Oneûr, on grand sint Jan-Batiste de la Sale ô visadje soriyant li ratindeut en stindant sès mwins. Il a fét conechance avou lès P’tits Fréres, dès-omes tot simpes moussis d’one nwâre soutâne avou on blanc rabat à môde di bavète.

 

39.- Études et amourettes

Le 7 janvier 1919, Joseph débarquait avec sa valise à Malonne, du petit tram à vapeur qui montait au Pensionnat, en haletant comme un bœuf mal tué et en faisant voler en l’air ses fumées et ses poussières. Au milieu de la Cour d’Honneur, un grand saint Jean-Baptiste de la Salle au visage souriant l’attendait en tendant les mains. Il fit la connaissance des Petits Frères, des hommes tout simples vêtus d’une soutane noire avec un rabat blanc telle une bavette.

     
Dins l’ disdut dès grands èt dès p’tits, qui s’ discomèlint p’tit-z-à p’tit po ’nn’alè chakin d’ leû costè, il a trèvôtchi lès longuès coûrs qui s’ sitindèt inte lès bâtimints, dins lès strwèts fonds d’on richo, li Landûve. Tot-en-z-arindjant sès-afêres dins si p’tite tchambe, i r’sondjeut à sès preumîrès-amours. Dispôy deûs djoûs, li bèle èt doûce Rafaèle aveut pris lèy ossi lî vôye di Nameur, po-z-ètèrprinde à Tchampion dès-ètudes d’institutrice. Come il èsteut sûr do n’ pus l’ rivéy divant on bokèt, i s’a sintu assèz franc po lî voyi one cârte-vûwe. Avou on trèssinemint ô cœûr èt tot s’ dijant qu’èle advinereut ôjîyemint qui l’ mèssadje vineut d’ li, il a sinè « Cousine Joséphine ». Di ç’ maniére-là, s’ dijeut-i, lès bèguènes, qui n’ riyint nin avou cès-afêres-là, ni s’ douterint nin qui l’ cârte vineut d’on djon.ne ome èt l’ lérint passè.   Dans le vacarme des grands et des petits, qui se séparaient peu à peu pour s’en aller chacun de leur côté, il traversa les longues cours qui s’étendaient entre les bâtiments, dans les fonds étroits d’un ruisseau, le Landuve. Tout en rangeant ses effets dans sa petite chambre, il se remémorait, songeur, ses premières amours. Depuis deux jours, la belle et douce Raphaèle avait pris, elle aussi, le chemin de Namur, pour entreprendre à Champion des études d’institutrice. Comme il était sûr de ne plus la revoir avant un bon moment, il se sentit assez hardi pour lui envoyer une « carte-vue ». Avec un pincement de cœur et tout en se disant qu’elle devinerait aisément que le message venait de lui, il signa « Cousine Joséphine ». De cette façon, se disait-il, les religieuses, qui ne riaient pas avec ces choses-là, ne se douteraient pas que la carte venait d’un jeune homme et la laisseraient passer.
     
Josèf a sintu do côp qu’i s’ pléreut. Li dicipline n’èsteut nin trop fèle, lès Fréres èstint iute d’amitieûs, lès-ètudiants, brâmint dès-Ardinwès, ont duvenu bin rade dès vrés soçons. Èt pus Josèf n’èsteut pus, come ènawére ô coléje, on fayé gamin, prèt-à brére en s’ ritrouvant tot seû è s’ tchambe : il èsteut duvenu on djon.ne ome.   Joseph sentit tout de suite qu’il se plairait. La discipline n’était pas trop stricte, les Frères étaient plus que cordiaux, les étudiants, dont beaucoup d’Ardennais, devinrent bientôt de vrais amis. Et puis, Joseph n’était plus, comme naguère au Collège, un vulgaire gamin, prêt à pleurer en se retrouvant tout seul dans sa chambre : il était devenu un jeune homme.
     
Surtout, i fôt dîre qu’à Malon.ne lès « sectionnaires » èstint trétyis come dès rwès. Les Fréres avint yeû l’ bone idéye do scrîre al tièsse di leû régleumint : « Article premier : Le sectionnaire est libre ». Les « sectionnaires » ni conechint nin ci pèrsonadje-là qu’a todi stî èt qui sèrè todi vèyu èvi dès scolîs d’ tos lès-âdjes : li « pion ». I n’ rotint nin en rangs come les-ôtes, il l’zî èsteut libe do fumè, il avint leû p’tit rèfèctwâre à pôrt. Ôs condjis èt ôs vacances, po bin mostrè qu’i n’ fyint nin come tot l’ monde, i pôrtint on djoû d’avance... èt i rarivint li londemwin dol rintréye. Quand il avint pâr trop l’ timps long, il è ralint tènawète on sèm’di èt i ruvenint tot r’mètus d’awè r’vèyu leû môjon èt leûs djins. Lès « pensionnaires » pwartint one grîje calote, lès « normalistes » one blanke. Lès « sectionnaires », zèls, ènn’avint one rodje, li coleûr dès rèvolucionéres. Li dîmègne dol vèspréye, i pôrtint èchone po Florèfe, avou drî zèls li « Chef », qui r’lèveut l’ crossète. C’è-st-insi qu’il avint sorlomè l’ Directeûr – on mésse-ome qui n’ lès bambieut nin, môde di rin – èt il alint passè quéques-eûres ô cafè Lambion. Dosmètant qui l’ Chèf sicroteut one botèye di bourgogne ol cûjène avou l’ patron, i djouwint ôs côtes ou ô biliârd, en tûtant dès muscats, dès scotch ou dès pèle-èle qui lès « tommies » avint mètu à l’ môde. Il ariveut minme qu’i ruvenint avou one crole su l’orèye, en tchantant l’ Madèlon èt en fiant pètè leûs fins bastons su l’ macadam´ dol route. A l’anéti, c’èsteut, al tchapèle, li tchant dès Complîyes, li pus bèle dès pâtêrs qui s’ plèt rècitè dol chîje. Lès « sectionnaires » n’èstint nin oblidjis d’î alè, més Josèf nèls-ôreut nin manquè, po l’ pléji do tchantè avou lès chîs cints « pensionnaires » : In manus tuas. Domine, commendo spiritum meum. Ci tchant-là li r’muweut jusqu’ô fin fond d’ li èt i lî choneut qu’après il aveut mèyeû do s’ coûtchi.   Surtout, il faut dire qu’à Malonne les « sectionnaires » étaient traités comme des rois. Les Frères avaient eu la bonne idée d’écrire en tête de leur règlement : « Article premier : Le sectionnaire est libre ». Les « sectionnaires » ne connaissaient pas ce personnage-là qui a toujours été et sera toujours détesté des écoliers de tous âges : le « pion ». Ils ne marchaient pas en rangs comme les autres, il leur était permis de fumer, ils avaient leur petit réfectoire à part. Aux congés et aux vacances, pour bien montrer qu’ils ne faisaient pas comme tout le monde, ils quittaient un jour d’avance... et il revenaient le lendemain de la rentrée. Quand ils trouvaient vraiment le temps long, ils s’en retournaient parfois chez eux le samedi et ils revenaient tout rassérénés d’avoir revu leur maison et leurs parents. Les « pensionnaires » portaient une casquette grise, les « normalistes » une blanche. Les « sectionnaires » eux, en avaient une rouge, la couleur des révolutionnaires. Le dimanche après-midi, ils partaient ensemble pour Floreffe, avec, derrière eux, le « Chef » qui relevait la canne. C’est ainsi qu’ils avaient surnommé le Directeur — un homme à poigne qui ne les ménageait pas, mine de rien — et ils allaient passer quelques heures au café Lambion. Tandis que le Chef dégustait une bouteille de bourgogne à la cuisine avec le patron, ils jouaient aux cartes ou au billard, en buvant des verres de muscat, des scotchs ou des pale-ales que les « tommies » avaient mis à la mode. Il leur arrivait même de revenir éméchés, en chantant la Madelon et en faisant claquer leurs fines cannes sur le macadam de la route. À la tombée du jour, c’était, à la chapelle, le chant des Complies, la plus belle des prières qui peuvent se réciter le soir. Les « sectionnaires » n’étaient pas obligés d’y aller, mais Joseph ne les aurait pas manquées, pour le plaisir de chanter avec les six cents « pensionnaires » : In manus tuas, Domine, commendo spiritum meum. Ce chant-là le remuait au plus profond de son être et il lui semblait qu’ensuite il ressentait plus de bonheur à se coucher.
     
D’alieûrs, i n’aveut jamés yeû l’ocâsion do fè tant dol musique èt il î passeut co bin totes lès rècrèâcions dol djoûrnéye. M. Biernaux, li p’tit spitant chèf di l’Armonîye, l’aveut embôchi come alto, i djouweut l’ pârtîye di côr à l’ Sinfonîye èt i tchanteut dins lès chœûrs ôs djoûs dès grandès fièsses. C’èsteut co li qui mostreut lès-omes al tchanterîye dol tchapèle. Si mèyeû soçon èsteut l’ Frére Hinri, li mésse-môrlî do docsâl, qu’èlî aveut fét aminè on-ârmoniom´ dins s’ classe, po-z-ègzèrci lès tchanteûs.   Au demeurant, il n’avait jamais eu l’occasion de faire tant de musique et il lui arrivait d’y passer toutes les récréations de la journée. M. Biernaux, le sémillant petit chef de l’Harmonie, l’avait engagé comme alto; il jouait la partie de cor à la Symphonie et il chantait dans les chœurs aux jours de grandes fêtes. C’était encore lui qui faisait répéter les hommes à la chorale de la chapelle. Son meilleur ami était le frère Henri, le maître-chantre du jubé, qui lui avait fait apporter un harmonium dans sa classe, pour exercer les chanteurs.
     
Lès-ètudes èstint deures ; més lès djoûrnéyes èstint si bin èmantchîyes qu’èle passint on n’ sèpeut comint. Lès Fréres avint mètu à l’ Sècsion li crinme di leûs-omes èt, dins tos lès mésses, i-gn-aveut nin onk qui n’èsteut one saquî, à s’ maniére. Li profèsseûr di « pédagogie », qui d’veut awè l’ér vî dispôy qu’il aveut v’nu ô monde, on l’ lomeut l’ Fossile. C’èsteut on vré savant, més, come i n’aveut jamés on mot pus wôt qu’ l’ôte, on tchèyeut co bin èdwârmu à sès lèçons ; més il èsteut mésse po tapè ô lôdje l’èsprit d’ sès-èlèves. Li frére Mârcel, avou s’ visadje tot ratchitchi, èspliqueut lès plantes èt lès bièsses. On-z-ôreut dit qu’i fieut todi l’ chinéye èt i sôrteut sovint dès curieûs mèssadjes. On djoû, tot t’nant on grand viêr qui s’ twartcheut ô coron d’ sès deugts, il aveut dit, en fiant l’ jèsse : « Si on lui passe la main sous le ventre, il ne crie pas, notez bien ! » Come si coûrs di « zoologie » kiminceut pa lès « protozoaires », on l’aveut sorlomè Proto. Li professeûr di « maths », on Luksembourdjwès avou one tièsse pèléye come on gngno èt one pia t’t-ossi rôse qu’on bébé Cadom´, rèspondeut ô sornom d’ Joli Cœûr. I vikeut come on-èrmite dins s’ cambûse ô coron dès djârdins èt Dieû sét tos lès mèstîs qu’i fieut là ô mitan d’one atèléye à rinde djaloûs on martchand d’ vîserîyes. Més, quand on-z-aveut passè pa sès mwins, on-z-èsteut mésse po discomèlè lès-x èt lès-y. I-gn-aveut wére qui chapint ôs-ârsôyerîes dès-ètudiants, més, dins l’ bon fond, il èstint rèspectès èt vèyus voltî.   Les études étaient dures; mais les journées étaient si bien programmées qu’elles passaient on ne sait comment. Les Frères avaient placé à la Section la crème de leurs hommes et, parmi tous les maîtres, il n’y en avait pas un qui ne fût quelqu’un, à sa façon. Le professeur de « pédagogie », qui devait avoir l’air vieux depuis sa venue au monde, on l’appelait le Fossile. C’était un vrai savant, mais, comme il parlait sur un ton monotone, il arrivait qu’on tombât endormi à ses leçons; mais il était maître pour ouvrir l’esprit de ses élèves. Le frère Marcel, avec son visage tout ridé, expliquait les plantes et les bêtes. On aurait dit qu’il faisait toujours la grimace et il tenait souvent de curieux propos. Un jour, tout en tenant un grand ver qui se tortillait au bout de ses doigts, il avait dit, en faisant le geste : « Si on lui passe la main sous le ventre, il ne crie pas, notez bien ! » Comme son cours de « zoologie » commençait par les « protozoaires », on l’avait surnommé Proto. Le professeur de « maths », un Luxembourgeois avec une tête chauve comme un genou et une peau tout aussi rose qu’un bébé Cadum, répondait au surnom de Joli Cœur. Il vivait comme un ermite dans sa cambuse au fond des jardins et Dieu sait tous les métiers qu’il exerçait là au milieu d’un bric-à-brac à rendre jaloux un marchand d’antiquités. Mais, quand on était passé par ses mains, on était maître pour décrypter les x et les y. Il en était peu qui échappaient aux plaisanteries des étudiants, mais, au fond, ils étaient respectés et aimés.
     
L’ègzamin d’ passadje dol preumîre à l’ deûzinme anéye, on l’aprèteut li-minme è s’ môjon, tins dès grandès vacances. Volèts rabatus po-z-awè d’ l’ombrîre, Josèf èsteut en plin studiadje quand, par on bia djoû d’èsté, l’uch dol tchambe al valéye s’a tapè ô lôdje. Divant li, one bèle djon.ne comére di dîs-sèt´ ans s’a drèssi, avou dès grands nwârs-ouy, dès rondès massales èt dès longs tchfias qu’èlî dansint su lès spales. Il a advinè d’on plin côp : « Simone ! — Josèf ! » C’èsteut l’ cousine qu’i n’ conecheut nin co més qu’il aveut vèyu èmon l’ matante d’Ouyèt, su l’ plantche di d’zeû do piano, tiréye en portrét avou on violon dins sès brès. Li cousin Jules côseut todi l’ lèy come dol sitwèye à quèwe. Il a stî asbleuwi èt i l’a rabrèssi à picètes (1). Èle vineut passè saquants djoûs à Céles divant d’alè fè l’ dicôce do qwinze d’awous´ à Ouyèt. Il ont stî fè èchone on toûr o prè, en côsant d’ totes lès sôtes. Leûs-idéyes èt leûs sintimints s’acwardint on n’ sôreut mia. I l’zî a chonè do côp qu’il èstint féts onk po l’ôte. Justumint, lès pintes èstint en trin do r’mète è coleûr li môjon. Josèf ènn’a profitè po ukè addé li ol tchambe li pôve cousine qu’aveut sès-ouy qui piquint. Més i n’aveut wére li tièsse à ç’ qu’i studieut. Tos lès djoûs, à l’ vèspréye tote basse, il alint fè èchone one pitite porminâde dins lès Grands-Chemins, ou-ce qu’i fieut fris´ èt dèdjà quôsu spès. Lès p’tits mouchons tchîptint dins lès-ûréyes, més i n’ lès-oyint wére : i choutint dins l’ fond d’ zèls minmes, sins sèpe ô jusse ci qu’ c’èsteut, li tchanson d’ l’amoûr. En pôrtant po Ouyèt, Simone lî a fét promète do l’ vinu r’djonde po fè l’ dicôce èchone.   L’examen de passage de la première à la deuxième année, on le préparait soi-même à domicile, pendant les grandes vacances. Volets clos pour avoir de l’ombre, Joseph était en train de bûcher ferme quand, par un beau jour d’été, la porte du rez-de-chaussée s’est largement ouverte. Devant lui, une belle jeune fille de dix-sept ans, grands yeux noirs, joues rondes et longue chevelure qui lui dansait sur les épaules. Il devina aussitôt : « Simone ! – Joseph ! » C’était la cousine qu’il ne connaissait pas encore mais qu’il avait vue chez la tante de Houyet, sur le couvercle supérieur du piano, photographiée avec un violon dans ses bras. Le cousin Jules parlait toujours d’elle comme d’une comète. Il fut ébloui et lui donna un baiser sonore (1). Elle venait passer quelques jours à Celles avant d’aller faire la fête du quinze août à Houyet. Ils allèrent ensemble faire un tour dans le verger, en parlant de choses et d’autres. Leurs idées et leurs sentiments s’accordaient au mieux. Du coup, il leur sembla être faits l’un pour l’autre. Justement, les peintres étaient en train de remettre la maison en couleur. Joseph en profita pour appeler à ses côtés dans la belle pièce la pauvre cousine dont les yeux picotaient. Mais il n’avait guère l’esprit à ce qu’il étudiait. Tous les jours, en fin d’après-midi, ils allaient ensemble faire une petite promenade dans les Grands-Chemins, où il faisait frais et dejà presque noir. Les petits oiseaux pépiaient dans les talus, mais ils ne les entendaient guère : ils écoutaient au fond d’eux-mêmes, sans savoir au juste ce que c’était, la chanson de l’amour. En partant pour Houyet, Simone lui fit promettre de venir la rejoindre pour faire la fête ensemble.
     
Li quinze d’awous´, quand il a d’chindu do trin, èle li ratindeut avou one rôse tote rodje dins lès mwins : èle lî a piquè à l’ botenîre di s’ camusole. Quand il ont yeû sayi l’ doréye, il ont fét l’ toûr dès cabarèts avou lès musicyins èt lès copes di djon.nès djins, brès d’zeû brès d’zos. Come i n’ sèpeut dansè, il a stî fwarci do l’ lèyi passè dins lès brès d’ saquants djon.nes-omes èt il a sintu qu’ ça lî fieut one saqwè. Divant d’è ralè dins s’ payis, li cousine lî a fét assurè qu’il îreut à l’ dicôce d’Ètale, èou-ce qu’èle dimeureut...   Le quinze août, quand il descendit du train, elle l’attendait avec une rose toute rouge dans les mains : elle la lui épingla à la boutonnière de sa veste. Quand ils eurent goûté la tarte, ils firent le tour des cafés avec les musiciens et les couples de jeunes gens, bras dessus, bras dessous. Comme il ne savait pas danser, il fut forcé de la laisser passer dans les bras de quelques jeunes hommes, et il sentit que cela lui faisait quelque chose. Avant de rentrer dans son village, la cousine lui fit promettre qu’il irait à la fête d’Étalle, où elle habitait...
     
Quand lès vacances ont stî iute, c’èst tot jusse si Josèf èsteut prèt´ po passè sès-ègzamins. Portant i ’nn’a v’nu à coron èt il a porsî sès-ètudes.
  Les vacances écoulées, c’est à peine si Joseph était prêt pour passer ses examens. Pourtant, il en vint à bout et il poursuivit ses études.
     
Deûs-ans pus tôrd, i rintreut è s’ môjon avou on bia diplome di professeûr. Li cousine Simone, i l’aveut rovyi dispôy one bèle apéye !   Deux ans plus tard, il rentrait chez lui avec un beau diplôme de professeur. La cousine Simone, il l’avait oubliée depuis belle lurette !
Suite du texte…

joseph houziaux malonne

«… il faut dire qu’à Malonne les ‘sectionnaires’
étaient traités comme des rois.»

Immédiatement à droite du personnage à l’avant plan,
le «sectionnaire» Joseph Houziaux portant la moustache.


NOTES :

(1) On n’a pas trouvé de traduction littérale. – Rabrèssi à picètes, c’est embrasser en pinçant légèrement les deux joues (communication de L. Somme). - Retour texte