Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL 
Chap. XLI

XL.- Mossieû l’ Profèsseûr

On bia djoû do mwès d’octôbe 1921, li pwarteû dès Fwadjes a r’mètu èmon Djan-Piêre on p’tit bleû papî qu’èsteut mârquè : Télégramme. À Céles, ça n’arive nin tos lès djoûs. Gn-aveut-i on mwârt ou on-acsidint ? On l’a douviè en tron.nant : Josèf èsteut nomè mésse di scole à Cînè.

 

40.- Monsieur le Professeur

Un beau jour du mois d’octobre 1921, le facteur des Forges remit chez Jean-Pierre un petit papier bleu portant l’inscription : Télégramme. À Celles, cela n’arrive pas tous les jours. Y avait-il un mort ou un accident ? On l’ouvrit en tremblant : Joseph était nommé instituteur à Ciney.

     
Come Djan-Piêre èt Marîye n’émint nin qui l’ gamin soyuche tofêr su lès vôyes, Josèf èt s’ papa s’ont mètu en route po-z-alè qwèru su place tôve èt lodjis´. Al valéye dol rûwe do Comèrce, i-gn-aveut on gros botchî qui t’neut pension. Môgrè qu’i côseut sètch avou one basse come on vèvî (1), il aveut l’ér d’on brâve ome : il ont do côp fét martchi. A non.ne, li gamin a rèscontrè là li p’tite soce qu’il aleut r’trouvè tos lès djoûs avou li. I-gn-aveut on bia fin mèssieû nwâr di tchfias avou one moustache qui r’croleut. I soriyeut tofêr, fieut assoti l’ patrone èt aveut l’ér d’ièsse dol môjon. I s’ètindeut ô mia avou on gros mènîr qui s’ doneut l’ér d’one saquî èt qu’èsteut tot fiér do côsè d’ Brussèles. À tos momints, i passeut s’ deugt dins one grosse tchin.ne en-ôr qu’èlî bôreut li stomac´ èt i s’ rècrèsteut do s’ètinde lomè Mossieû Èdmond. I bèveut èt mougneut po deûs ; rin qu’à s’ dobe minton èt à sès massales rodjes èt rinfléyes come on pot di stûve, on vèyeut qu’ c’èsteut on bon vikant. Avou on comis-voyadjeû qu’èsteut d’ passadje, il ont blaguè bèl èt bin èt il a chonè ô p’tit payisan d’ Céles qu’i s’ v’lint foute di li ; i lî ont displé do preumî côp.   Comme Jean-Pierre et Marie n’aimaient pas que le gamin soit tout le temps sur les chemins, Joseph et son père se mirent en route pour aller chercher sur place table et logis. Au bas de la rue du Commerce, il y avait un gros boucher qui tenait une pension. Bien qu’il eût le parler rude avec une basse profonde (1), il avait l’air d’un brave homme : aussitôt, ils conclurent le marché. À midi, le gamin y rencontra la petite société dont il allait retrouver la compagnie tous les jours. Il y avait un beau monsieur mince aux cheveux noirs avec une moustache en croc. Il souriait sans cesse, taquinait la patronne et semblait être de la maison. Il s’entendait au mieux avec un gros bourgeois qui se donnait l’air d’être une personnalité et qui était tout fier de parler de Bruxelles. À tous moments, il passait son doigt dans une grosse chaîne en or qui lui barrait l’estomac et il se rengorgeait de s’entendre appeler Monsieur Edmond. Il buvait et il mangeait pour deux : rien qu’à son double menton et à ses joues rouges et rebondies comme un foyer rond de poêle, on voyait que c’était un bon vivant. Avec un commis-voyageur qui était de passage, ils blaguèrent beaucoup et il sembla au petit paysan de Celles qu’ils voulaient se moquer de lui : ils lui déplurent du premier coup.
     
Li londmwin, Josèf s’a trouvè divant one trentin.ne d’ârnôjes di tos lès-âdjes èt d’ tos tchamps payis. I côsint tot wôt tortos èchone èt i-gn-aveut minme dès cis qui gripint su lès bancs. À vingt ans, i n’ fét nin bon rîre avou lès-èfants è scole : il a c’minci pa lès domp´tè èt lès pènitinces ont tchèyu come lès fouyas al Tossint. Pus il a conu lès-embaras do mésse di scole, qui dut arindji sès flûtes po qu’ tos sès scolîs, pitits-èt grands, oyèche di l’ovradje à tos momints. Come il aveut d’ l’idéye po s’ mèstî èt qu’i vèyeut voltî lès-èfants, il a stî rade acostumè.   Le lendemain, Joseph se trouva devant une trentaine de garnements de tous âges et de toutes contrées. Ils parlaient à haute voix tous ensemble, et il en était même qui grimpaient sur les bancs. À vingt ans, il n’est pas question de rire avec les enfants à l’école : il commença par les dompter et les punitions tombèrent comme les feuilles à la Toussaint. Puis il connut les vicissitudes du maître d’école, qui doit trouver les astuces pour que tous ses écoliers, petits et grands, aient de l’ouvrage à tout moment. Comme il avait de l’imagination pour son métier et qu’il aimait les enfants, il s’accoutuma sans tarder.
     
Tènawète, assis padrî s’ pupite, i purdeut pléji à r’wéti totes cès p’titès tièsses-là qui tûsint su lès lîves, totes cès p’titès mwins-là qui fignolint on d’vwâr, one cârte ou on dessin, tins qui l’ copète dol linwe passeut al cwane dès lèpes.   Parfois, assis derrière son pupitre, il prenait plaisir à regarder toutes ces petites têtes qui réfléchissaient [penchées] sur les livres, toutes ces petites mains qui fignolaient un devoir, une carte ou un dessin, pendant que le bout de la langue passait à la commissure des lèvres.
     
En rotant dins lès rûwes dol vile, i sinteut qu’il èsteut duvenu one saquî. Brâmint dès djins qu’i rèscontreut lî d’nint dès lôdjès tchapurnèyes. Lès comèrçants, drèssis su l’ soû d’ leû-z-uch, lî fyint sine avou leû tièsse. Ô magasin d’ toubac´, li grosse madame qu’èlî sièrveut sès cigarètes lî d’jeut dès « Monsieur le Professeur » ossi gros qui s’ brès. Lès djon.nès coméres qu’i rèscontreut cwargnint di s’ costè ou bin s’astôrdjint d’vant lès vitrines po l’ riwéti passè. Sondjoz one miète : dins one pitite vile, i n’ si présinte nin tos lès djoûs on novia pârti !   En marchant dans les rues de la ville, il sentait qu’il était devenu un notable. Beaucoup des gens qu’il rencontrait lui adressaient de grands coups de chapeaux. Les commerçants debout sur le seuil de leur porte, lui faisaient un signe de tête. Au magasin de tabac, la grosse dame qui lui servait ses cigarettes lui faisait des « Monsieur le Professeur » aussi gros que son bras. Les jeunes filles qu’il rencontrait le lorgnaient du coin de l’œil ou bien s’attardaient devant les vitrines pour le regarder passer. Pensez un peu : dans une petite ville, il ne se présente pas tous les jours un nouveau parti !
     
Justumint l’ dirècteûr dol Sicole di Musique vineut do mète su pîd one sôciètè d’ tchant avou dès-omes èt dès feumes. Li preumî côp qu’i s’î a présintè, come il ascôcheut lès montéyes qui minint à l’ sâle di rèpèticion, on-z-oyeut deûs djon.nès coméres qui tchantint, come dès rossignols, li duo d’ Lakmé :   Justement, le directeur de l’École de Musique venait de mettre sur pied une société de chant avec des hommes et des femmes. La première fois qu’il s’y présenta, comme il grimpait l’escalier qui menait à la salle de répétition, on entendait deux jeunes filles chanter, comme des rossignols, le duo de Lakmé :
Sous le dôme épais, où le blanc jasmin
Á la rose s’assemble,
Sur la rive en fleurs, riant au matin,
Viens, descendons ensemble.
Sous le dôme épais, où le blanc jasmin
À la rose s’assemble,
Sur la rive en fleurs, riant au matin,
Viens, descendons ensemble.
     
Jamés, i n’aveut rin oyu d’ si bia. Il a moussi su l’ copète dès pîds. En choûtant leûs roulâdes, i s’ sinteut tot r’toûrnè. Seûlemint, èsteut-ce bin l’ musique quèl mèteut insi tot foû d’ li ? Todi èst-ce-t-i qu’ môgré li i toûrneut tofêr lès-ouy do costè dol minme tchanteûse, li cine qui fieut l’ basse. C’èsteut one vréye blonde avou on visadje one miète siblari, dès-ouy fin bleûs èt dès croles qui r’tchèyint su s’ front, lèdjîres come dol sôye.   Il n’avait jamais rien entendu de si beau. Il entra sur la pointe des pieds. En écoutant leurs roulades, il se sentait tout remué. Mais était-ce bien la musique qui le mettait ainsi hors de lui ? Toujours est-il que malgré lui, il tournait sans cesse les yeux du côté de la même chanteuse, celle qui faisait la « basse » [l’alto]. C’était une vraie blonde avec un visage pâlot, des yeux tout bleus et des boucles qui retombaient sur le front, légères comme de la soie.
     
Tot l’ riwétant à cwargnète, i sinteut è li-minme i n’ sèpeut jusse qwè. I lî choneut qu’i s’è fieut mô, dandj’reû assèz do l’ véy si tinre èt si blanke di pia. I ’nn’a ralè avou s’t-imôdje-là ol tièsse, tot rimpli d’ tûserîyes... Tos lès mérkidis, i s’ ritrouveut là avou one binde di guéy soçons. I-gn-aveut surtout onk qu’on sorlomeut Caca, pace qu’i n’aveut jamés qui ç’ mèssadje-là ol bouche. I n’aveut qu’à r’wéti lès feumes en fiant s’ chinéye po lès fè rîre tortotes. On côp qu’i s’î mèteut, li Directeûr li-minme ni saveut pus aye, ci n’èsteut pus qu’on riyadje èt i faleut ratinde on bokèt divant do s’ plu r’mète à tchantè. Su ç’ timps-là Josèf, li, si sinteut tot r’toûrnè. Môgrè qu’il aveut d’vant li tot-on tchwès di bèlès djon.nès coméres, c’èsteut todi do minme costè qu’i toûrneut l’ tièsse. I lî choneut qu’il ôreut v’lu passè tote si vikérîye à sotenu dol fwace qu’i sinteut boûre dins sès win.nes li bèle blonde qui n’aveut wére di coleûr. P’tit-z-à p’tit, i s’a rindu compte qu’il èsteut duvenu amoureûs. Il a seû qu’on l’ lomeut Violète èt qu’èle dimeureut ol Grand-rûwe, nin lon èrî dol place Monseû (2). Tènawète, i fieut on distoûr en rènant avôr-là èt s’ cœûr toqueteut quand i passeut d’vant l’ finièsse. Dès côps qu’i-gn-a, i l’ rèscontreut, més ol place do s’ toûrnè di s’ costè, èle si clapeut al finièsse d’on magasin. Po l’ riwéti passè quéquefîye... Lès camarâdes n’ont nin manquè d’ s’avisè d’one saqwè èt s’ont mètu à l’ fè assoti. I n’ fieut lès quances di rin, més, quand i s’ ritrouveut divant s’ tôve tchèrdjîye di lîves, i r’vèyeut l’ fin visadje ô triviès dès-îgnîres di s’ pupe... èt i trèssineut. On djoû qu’i s’anoyeut pâr trop après, il a scrît one pîce di vêrs su lès preumîrès lètes di s’ nom, més i sinteut bin qu’i n’ wasereut jamés lî r’mète. Bin sûr, èle rîreut d’ li...   Tout en la regardant de biais, il sentait en lui quelque chose de confus. Il lui semblait qu’il la plaignait, sans doute de la voir si tendre et si blanche de peau. Il s’en retourna avec cette image-là en tête, tout rempli de songeries... Tous les mercredis, il se retrouvait là avec une bande de gais compagnons. Il y en avait surtout un que l’on surnommait Caca, parce qu’il n’avait jamais que ce mot-là à la bouche. Il n’avait qu’à regarder les femmes en faisant sa grimace pour les faire rire toutes. Dès qu’il s’y mettait, le Directeur n’en pouvait plus, ce n’était qu’un fou rire et il fallait attendre un moment avant de pouvoir se remettre à chanter. Pendant ce temps, Joseph, lui, se sentait tout troublé. Bien qu’il eût devant lui tout un choix de belles jeunes femmes, c’était toujours du même côté qu’il tournait la tête. Il lui semblait qu’il aurait voulu passer toute son existence à soutenir par la force qu’il sentait bouillir dans ses veines la belle blonde qui n’avait guère de couleurs. Petit à petit, il se rendit compte qu’il était devenu amoureux. Il sut qu’on l’appelait Violette et qu’elle habitait dans la Grand-rue, pas loin de la place Monseu (2). Parfois, il faisait un détour en flânant dans ce coin-là, et son cœur battait quand il passait devant la fenêtre. De temps à autre, il la rencontrait, mais, au lieu qu’elle se tournât de son côté, elle se collait à la fenêtre d’un magasin. Pour le regarder passer, peut-être... Les camarades ne manquèrent pas de remarquer quelque chose et se mirent à le taquiner. Il ne faisait semblant de rien, mais, quand il se retrouvait devant sa table chargée de livres, il revoyait le fin visage à travers les fumées de sa pipe... et il tressaillait. Un jour qu’il s’ennuyait par trop d’elle, il écrivit une pièce en vers sur les premières lettres de son nom [un acrostiche], mais il sentait bien qu’il n’oserait jamais la lui remettre. Bien sûr, elle rirait de lui...
     
On dîmègne d’èsté, à l’anéti, li Chorâle a d’nè on concêrt su l’ place Monseû. Tot d’on côp, i l’a vèyu trèvôtchi lès djins moussîye d’one rôbe di bleûwe sôye, qui r’glaticheut d’zos lès lumiéres èt qui èrtcheut jusqu’à têre. Fiére come one vréye princèsse, èlle a ascôchi pôjîremint lès montéyes do kios´ èt s’a v’nu mète addé l’ piano. Jamés, èle n’èlî aveut chonè si bèle. D’one vwès qui frèmicheut, èlle a ataquè li fameûs-ér di Salomé dins Hérodiade :   Un dimanche d’été, au crépuscule, la Chorale donna un concert sur la place Monseu. Tout d’un coup, il la vit traverser la foule vêtue d’une robe de soie bleue, qui reluisait sous les lumières et qui pendait jusqu’à terre. Fière comme une vraie princesse, elle monta calmement les marches du kiosque et vint se placer près du piano. Jamais, elle ne lui avait paru si belle. D’une voix qui frémissait, elle entonna le fameux air de Salomé dans Hérodiade :
II est bon, il est doux,
Sa parole est sereine..
Il est bon, il est doux,
Sa parole est sereine...
     
Il a sintu qu’ ça n’ p’leut pus durè èt il a décidè do lî fè s’ dèclarâcion. À l’ rèpèticion d’après, il a r’mètu ô frére da Violète si preumîre lète d’amoûr. D’embléye, il a yeû lès- éyes côpéyes : Violète courtiseut. Si seûlemint i s’î aveut pris pus timpe, lî a-t-on dit... Asteûre, il èsteut dandj’reû assèz trop tôrd... Come d’èfèt, iût djoûs après, li rèsponse a arivè ; Violète èsteut trop djon.ne, èle n’aveut nin co sondji à s’ mariè... Totes lès mintes qui s’ racontèt dins parèye ocâsion.   Il sentit que cela ne pouvait plus durer et il décida de lui faire sa déclaration. À la répétition suivante, il remit au frère de Violette sa première lettre d’amour. D’emblée, il eut les ailes coupées : Violette courtisait. Si seulement il s’y était pris plus tôt, lui a-t-on dit... Maintenant, sans doute était-il bien trop tard... Et en effet, huit jours après, la réponse arriva : Violette était trop jeune, elle n’avait pas encore songé à se marier... Tous les mensonges qui se racontent en pareille occasion.
     
Ça lî a tchèyu deur do s’ véy insi r’bôrè èt i s’ènn’a v’lu d’awè stî si couyon èt d’awè tant tôrdji do fè conuche sès sintimints.   Cela lui tomba dur de se voir ainsi rembarré et il s’en voulut d’avoir été si poltron et d’avoir tant tardé pour faire connaître ses sentiments.
     
Par boneûr, li samwin.ne d’après, one dèpéche d’Ètat a v’nu cheûre sès nwârès pinséyes èt lî a fét toûrnè lès-ouy d’on-ôte costè. Sins qu’il è sèpuche rin, on-inspècteûr qu’aveut v’nu véy si classe l’aveut fét nomè professeûr di francès à Rotchefwârt.   Par bonheur, la semaine suivante, une dépêche d’État vint secouer ses sombres pensées et lui fit tourner les yeux d’un autre côté. Sans qu’il en sût rien, un inspecteur qui était venu voir sa classe l’avait fait nommer professeur de français à Rochefort.
     
Èt il a sèmè lès nwârès cènes di s’ disbôtchemint su l’ chére pitite vile qu’aveut conu sès preumîrès sayes di mésse di scole èt sès preumîs lans d’amoureûs.   Et il sema les noires cendrées de son désappointement sur la chère petite ville qui avait connu ses premiers essais de maître d’école et ses premiers élans amoureux.
Suite du texte…

NOTES :

(1) […] avou one basse come on vèvî, dit le texte wallon. Littéralement, cela signifierait : « avec une basse comme une mare ». Sans doute, comme le suggère Victor George, y a-t-il ici un calembour : « On joue, dit-il, sur le mot basse, voix, mais aussi petite mare. De même : on-z-èst rwèd (rwè) d’vant d’ièsse prince, entendez « raide [roi] avant d’être prince ». - Retour texte

(2) C’est en quelque sorte la grand-place de Ciney. Ce site, acheté en 1520 par le prince-évêque de Liège, doit son nom (Monseigneur, wallonisé en Monseû) à cette acquisition épiscopale : la Maison de Monseigneur était agrémentée d’un « Jardin Monseigneur », appelé au XVIIe siècle Cour Monseigneur, puis Place Monseu. (Cf. Léon Simon et sa petite bonne ville de Ciney, Cercle culturel cinacien, 1974, p. 188.) - Retour texte