Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XLI.- Rafaèle

Li payis d’ Rotchefwârt è-st-onk dès pus amichetôves dol Walonîye. D’on costè, li Tiêr dès Falîzes fét co sondji ôs grands bwès qui gripèt rwèd dins lès rotches èt ôs fonds sôvadjes, pièrdus inte ciél èt têre, dol valéye di Lèsse. Di l’ôte dès costès, li Tîdje d’Èprâve èt lès tiènes di Gn’méle avou leûs fènasses èt leûs trokèts d’ sapins fièt dèdjà pinsè à l’Ârdène. Inte lès deûs, su l’agôche, li plin.ne di Fômène disvôtîye sès patures èt sès têres en ’nn’alant su Potte, Sûzin èt lès Trapisses, ô pîd do Djèrni. Qu’on-z-è vaye su An, su l’ Trape ou èviès l’ Fond dès Vôs, do costè d’Âmerène su l’ Crwès Sint-Djan èt l’ Fond dès Valènes, ou bin su l’ Tiène di Soyêr´ ou pa l’ Fond Sint-Môrtin, à chaque toûrnant di s’ vôye on discouve dès bias cwins èt dès novias côps d’ouy. I-gn-a dès porminâdes po s’ discandji tos lès djoûs. Sins-alè si lon, i-gn-a li Rond do Rwè èt l’ tiène di Bôregârd, qui stramèt d’zos vos pîds tos lès fonds d’ Lomme, on grand ri qui fét brûtyi su lès cayôs sès clérès-éwes ou bin qui catoûne come on nawe ô mitan dès près èt dès cinses di Be.ogne, ou bin èco qui lètche li pîd dès rotches èt dès-ûréyes. Li d’zeû dol vile, li, agritchtéye sès vîyès môjons d’ pîre tot l’ long dol vôye qui mine ôs grotes èt ô tchèstia : li sovenance dès vîs comtes di Rotchefwârt rène pa t’t-avôr-là jusqu’à l’ tchapèle di Lorète èt l’ dréve qu’î mine, avou sès rindjîyes di tiyous vîs d’ trwès cints-ans, nukès, bossus èt k’twardus.

 

41.- Raphaèle

Le pays de Rochefort est un des plus aimables de la Wallonie. D’un côté, le Thiers des Falises fait encore songer aux grands bois qui grimpent raide dans les roches et aux fonds sauvages, perdus entre ciel et terre, de la vallée de la Lesse. De l’autre côté, le vieux chemin d’Éprave et les collines de Jemelle avec leurs graminées et leurs bosquets de sapins font déjà penser à l’Ardenne. Entre les deux, sur le schiste, la plaine de Famenne déroule ses pâtures et ses terres quand on se dirige vers Potte, Suzin et la Trappe, au pied du Gerny. Qu’on aille vers Han, vers la Trappe ou le Fond des Vaux, du côté d’Hamerenne vers la Croix Saint-Jean et le Fond des Valènes, ou bien sur la Colline de Sohière ou par le Fond Saint-Martin, à chaque tournant du chemin, on découvre de beaux coins et de nouveaux coups d’œil. Il y a des promenades pour se distraire tous les jours. Sans aller si loin, le Rond du Roi et la colline de Beauregard déploient sous vos pieds tous les fonds de la Lomme, une grande rivière qui fait bruire sur les cailloux ses eaux claires ou serpente indolemment au milieu des prés et des fermes de Behogne, ou bien encore lèche le pied des rochers et des talus. Le dessus de la ville, lui, accroche ses vieilles maisons de pierre tout le long du chemin qui mène aux grottes et au château : le souvenir des anciens comtes de Rochefort rôde de ce côté-là jusqu’à la chapelle de Lorette et la « drève » qui y conduit, avec ses rangées de tilleuls vieux de trois cents ans, noueux, bossus et tordus.

     
Josèf, qu’a yeû l’ chance do v’nu ô monde o bia payis d’ Céles èst iute di binôje do s’ ritrouvè dins one contréye si pléjante. Do côp, dins sès novias confréres, il a r’pérè l’ soçon qu’èlî frè discouviè lès biatès do payis d’ Rotchefwârt. C’è-st-on bon vî mésse di scole, on p’tit nwârou qui vint d’ An-sur-Lèsse, todi prèt´ quand il èst question do dispinde li crossète. Avou ça di bone renconte, guéy èt blagueû, fleûr di brâve ome. Tos lès djoûs après quatre eûres, i rènèt zèls deûs – sint Roch èt s’ tchin – su totes lès vôyes èt dins totes lès rouwales. Li djûdi dol vèspréye, on pôte po l’Abîye dès Trapisses. On va scrotè one botèye di bîre èt tapè one divise avou l’ frére Pôlin, on-ancyin-instituteûr toûrnè à mwin.ne èt à brèsseû. Ou bin on va copinè one cope d’eûres avou l’ frére Nicolas, li pouyetî, on vré sint Françwès d’Assise, qui vike ô coron dès djârdins avou sès pouyes, sès-ôwes èt sès canards. I chirlaméye on drole di lingadje, mitan flamind mitan patwès, èt lès deûs-ârsôyes ont do pléji do l’ fè côsè.   Joseph, qui a eu la chance de venir au monde au beau pays de Celles, est plus qu’heureux de se retrouver dans une contrée aussi plaisante. Sans tarder, parmi ses nouveaux confrères, il a repéré l’ami qui lui fera découvrir les beautés du pays de Rochefort. C’est un bon vieil instituteur, un petit noiraud qui vient de Han-sur-Lesse, toujours prêt quand il s’agit de dépendre la canne. Avec cela de bonne compagnie, gai et blagueur, fleur de brave homme. Tous les jours après quatre heures, ils se baladent à deux – saint Roch et son chien – sur tous les chemins et dans toutes les ruelles. Le jeudi après-midi, on part pour l’Abbaye des Trappistes. On va boire une bouteille de bière et tailler une bavette avec le frère Paulin, un ancien instituteur devenu moine et brasseur. Ou bien, on va bavarder une couple d’heures avec le frère Nicolas, l’aviculteur, un vrai saint François d’Assise, qui vit au fond des jardins avec ses poules, ses oies et ses canards. Il baragouine un étrange langage, mi-flamand mi-patois, et les deux plaisantins ont du plaisir à le faire parler.
     
Josèf a pris s’ pension èmon dès cousines do costè dès parints d’ Fôy, quèl trétièt come l’èfant dol môjon. I n’ sondje pus ôs coméres èt il è-st-eûreûs come li pèchon è l’éwe. Dol chîje, su l’ tôve dol tranquile cûjène, il aprète si sogne po l’ londemwin èt i tchôbore di rodje intche lès rédacsions d’ sès-aplopins. Quand il a tot fét-st-ovradje, i fét trotè l’ plume : i va pwartè s’ papî à l’Écho du Pays, li gazète di l’endrwèt, èt il èvôye ô Guetteur wallon, one novèle rivûwe qui vint do parète à Nameur, dès-istwâres su lès vîyès djins d’après Céles.   Joseph a pris sa pension chez des cousines du côté des parents de Foy, qui le traitent comme l’enfant de la maison. Il ne pense plus aux filles et il est heureux comme poisson dans l’eau. Le soir, sur la table de la cuisine tranquille, il prépare son travail pour le lendemain et barbouille d’encre rouge les rédactions de ses galopins. Son ouvrage terminé, il fait trotter la plume : il va porter son papier à L’écho du pays, la gazette locale, et il envoie au Guetteur wallon, une nouvelle revue qui vient de paraître à Namur, des récits sur les vieilles gens du pays de Celles.
     
Tos lès sèmedis, il è r’va pa li p’tit trin dol Lèsse ritrouvè sès djins, sès wébes, si clotchî èt lès vîyès-ôrgues di l’èglîje. Tènawète, i rèsconture Rafaèle, més c’èst quôsu come s’i l’aveut rovyi. I n’ tûse à rin ni à pèrson.ne. Li vîye èst bèle.   Tous les samedis, il rentre par le petit train de la Lesse retrouver ses parents, ses habitudes, son clocher et les vieilles orgues de l’église. Parfois, il rencontre Raphaèle, mais c’est presque comme s’il l’avait oubliée. Il ne songe à rien ni à personne. La vie est belle.
     
Portant, dès mwès ô long, il a d’vu alè fè s’ timps d’ sôdârt. Come i n’èst nin èpoltè po l’uniforme èt lès galons, il a fét one crwès su li stwèye d’oficier èt l’ vikadje di pioupiou lî tchét deur. Cor one mwéje passe dins s’ vikérîye. I ’nn’a rade si sô dol popote, dol dicipline, dès corwéyes èt dès-ègzêrcices. Èt il è-st-ôs-andjes li djoû qu’i pout criyi avou l’s-ôtes : « Vive la classe !»   Pourtant, durant des mois, il a dû aller faire son service militaire. Comme il n’est pas enthousiasmé par l’uniforme et les galons, il a fait une croix sur l’étoile d’officier, et la vie de pioupiou lui pèse. Encore une mauvaise passe dans son existence. Il en a vite marre de la popote, de la discipline, des corvées et des exercices. Et il est aux anges le jour où il peut crier avec les autres : « Vive la classe ! »
     
Il è-st-à pwin.ne rarivè qu’i sorvint ol chére môjon on tèribe maleûr : tins dès grandès vacances, i pièd s’ moman di swite d’opèrâcion.   À peine est-il rentré que survient dans la chère maison un terrible malheur : pendant les grandes vacances, il perd sa maman des suites d’une opération.
     
Quand i s’a r’trouvè tot seû à Rotchefwârt, lon èrî d’ sès djins, di s’ viyadje, di tot ç’ qu’i vèyeut voltî, il a sintu on rude pwèds su li stomac´. Lès dîmègnes d’iviêr, quand i fieut trop mwés po-z-è ralè, i passeut dès londjin.nès vèsprèyes à tûsè à s’ pôve mére èt i brèyeut come on-èfant.   Quand il se retrouva tout seul à Rochefort, loin des siens, de son village, de tout ce qu’il chérissait, il se sentit un rude poids sur la poitrine. Les dimanches d’hiver, quand il faisait trop mauvais pour rentrer, il passait de longues après-midi à songer à sa pauvre mère et il pleurait comme un enfant.
     
Il a pinsè qu’i f’reut bin do s’ mariè. Il a r’sondji à Rafaèle...   Il lui sembla qu’il ferait bien de se marier. Il repensa à Raphaèle...
     
Asteûre, c’èsteut one grande djon.ne comére avou dès fins tréts, on bia rond visadje, tinre èt roselant, co pus bia qui l’ ci d’ l’Aviêrje, vélà o fond d’ l’èglîje « Je suis l’Immaculée Conception ». Dès longs tchfias fins èt lèdjîrs, coleûr dès fouyas tchèyus o bwès, lî grôlint t’t-à l’eûre jusqu’à l’ cinture. Dizeû s’ front, dès croles tron.nint come lès fouyes do rtimbe (1). Sès bleûs-ouy èstint tchèrdjis d’ doûceû èt d’amistè èt èlle aveut, al cwane dol lèpe, on p’tit-ér one miète ârsôye.   Maintenant, c’était une grande jeune femme avec de fins traits, un beau visage rond, tendre et rosé, plus beau encore que celui de la Vierge, là-bas au fond de l’église « Je suis l’Immaculée Conception ». De longs cheveux fins et légers, couleur des feuilles tombées au bois, lui croulaient presque jusqu’à la ceinture. Au-dessus du front, des boucles frissonnaient comme les feuilles de tremble (1). Ses yeux bleus étaient pleins de douceur et d’amitié, et elle avait, au bord des lèvres, un petit air un peu coquin.
     
D’one plume qui tron.neut, i lî a scrît.   D’une plume qui tremblait, il lui écrivit.
     
One samwin.ne après, djoû po djoû, come i rintreut d’è scole, il a avisè su l’ tôve one bleûwe envèlope... C’èsteut l’ rèsponse. I n’ lî displéjeut nin, d’jeut-èle, més èle dimandeut chîs mwès po rèflèchi. Si, après ç’ timps-là, sès sintimints por lèy n’avint nin candji, on wétereut à ça. Èt èle lî consieut do fè come lèy, do dîre sès pâtêrs po véy clér è li-minme.   Une semaine plus tard, jour pour jour, comme il rentrait de l’école, il remarqua sur la table une enveloppe bleue... C’était la réponse. Il ne lui déplaisait pas, disait-elle, mais elle demandait six mois pour réfléchir. Si, après ce temps-là, ses sentiments pour elle n’avaient pas changé, on s’occuperait de cela. Et elle lui conseillait de faire comme elle, de prier pour voir clair en lui-même.
     
Chîs mwès ! C’è-st-one saqwè d’ long quand on veut voltî ! Il a pièrdu pacyince divant qui l’ timps n’ soyuche iute. On sèmedi, en rarivant, il a pris s’ coradje à deûs mwins èt il a stî d’mandè qué novèle. Lî moman da Rafaèle a ukè s’ fèye èt l’ rèsponse à v’nu, clére èt nète come i l’ ratindeut. C’èsteut AYI.   Six mois ! C’est long quand on aime ! Il perdit patience avant l’expiration du délai. Un samedi, en rentrant, il prit son courage à deux mains et alla demander des nouvelles. La maman de Raphaèle appela sa fille et la réponse vint, claire et nette comme il l’attendait. C’était OUI.
     
Li londmwin al nét, il a fét s’t-intréye ol môjon. Li chèf-garde, qu’èsteut franc tireû, aveut justumint touwè on singlè èt on-z-a fét frichetouye. Assis èsconte di Rafaèle, i s’ sinteut frumeji èt il a passè s’ preumîre chîje di galant.   Le lendemain au soir, il fit son entrée à la maison. Le chef-garde, qui était un bon fusil, avait justement abattu un sanglier et l’on fit bombance. Assis contre Raphaèle, il se sentait frémir et il passa sa première soirée de fiancé.
     
Tos lès dîmègnes dol campagne, il ont tchantè èchone, su li p’tit banc do corti, li tchanson dès-amoureûs, si vîye èt portant todi si novèle. Inte lès côps, i s’ènn’èvoyint dol samwin. ne lès tinres coplèts, en ratindant d’è r’prinde èchone, sèrès conte n’on l’ôte, li r’frin doûs come dol lôme. Par one tiène vèspréye di jun, dizos l’ cèréjî do prè, i lî a d’nè, su l’ massale, si preumîre bôje, més èle n’a wasu lî rinde.   Tous les dimanches de la belle saison, ils chantèrent ensemble, sur le petit banc du jardin, la chanson des amoureux, si vieille et pourtant toujours si nouvelle. Entre ces rendez-vous, ils s’en envoyaient au long de la semaine les tendres couplets, en attendant d’en reprendre ensemble, blottis l’un contre l’autre, le refrain doux comme du miel. Par une tiède après-midi de juin, sous le cerisier du verger, il lui donna, sur la joue, son premier baiser, mais elle n’osa pas le lui rendre.
     
Il l’a minè à l’ôteu li djoû di d’vant l’ Novèl An.   Il la conduisit à l’autel la veille du Nouvel An.
     
Quatre ans ô long, il ont vikè eûreûs. Il èstint féts onk po l’ôte èt leû boneûr n’a pont conu d’ombrîre.   Durant quatre ans, ils vécurent heureux. Ils étaient faits l’un pour l’autre et leur bonheur fut sans nuage.
     
Més, on londemwin d’ Noyè, èle s’a sintu mô èt s’a mètu o lèt avou dol fîve. Èle n’a pus jamés stî bin après. Quand l’ chîje ariveut, lèy todi si vayante, èle n’è p’leut pus èt lèyeut là s’t-ovradje.   Mais un lendemain de Noël, elle se sentit mal et s’alita, fiévreuse. Elle n’alla plus jamais bien dans la suite. Quand la soirée arrivait, elle, toujours si courageuse, n’en pouvait plus et laissait là son ouvrage.
     
Èlle ènn’a ralè èmon sès parints èt s’a coûtchi po d’ bon. Li mwârt dins l’âme, i lî a falu dismantchi l’ doûs nid qu’i s’avint fét, vélà al vile.   Elle retourna chez ses parents et se coucha pour de bon. La mort dans l’âme, il lui fallut démonter le doux nid qu’ils s’étaient fait, là-bas à la ville.
     
Asteûre, èle ratcheut do song èt il a compris qui l’ boneûr lî chapeut dès mwins. I lî a pris dès tèribes radjes : il ôreut tot spiyi. Pus i s’a fét one réson ou il a fét lès quances, pace qu’èle si toûrminteut do l’ véy si dismantchi. Li cœûr moudri, i pôrteut po s’t-ovradje tos lès djoûs ô matin ; tos lès djoûs al nét, en ruvenant, i s’ dimandeut come i l’aleut ritrouvè. Po lî fè pléji, èle si fieut montè s’ sopè més, tins qu’il èsteut sôrti foû dol tchambe, èlle aleut wîdi s’t-assiète ol sitûve, sins seûlemint l’awè èdômè.   Maintenant, elle crachait du sang et il comprit que le bonheur lui échappait des mains. Il lui prit de terribles rages : il aurait tout cassé. Puis il se fit une raison ou il en fit mine, parce qu’elle se tourmentait de le voir si découragé. Le cœur meurtri, il partait pour son travail tous les jours au matin; tous les jours le soir, en revenant, il se demandait comment il allait la retrouver. Pour lui faire plaisir, elle se faisait servir le souper à l’étage, mais, tandis qu’il avait quitté la chambre, elle allait vider son assiette dans le poêle, sans même l’avoir entamée.
     
On djoû, come i rariveut ôs Fwadjes, on vèjin qu’èsteut v’nu po l’ trin, lî a fét sawè qu’èlle aleut pus mô.   Un jour, comme il était de retour aux Forges, un voisin qui était venu pour prendre le train, lui fit savoir qu’elle allait plus mal.

 

 

 

On lî a racontè t’t-à fét ol môjon : èle s’aveut lèyi fè po r’cîr sès dérins d’vwârs porvu qu’on n’ lî d’juche rin à li.   On lui raconta tout à la maison : elle s’était laissé faire pour recevoir ses derniers sacrements, pourvu qu’on ne lui dît rien, à lui.
     
Li londemwin dol vèspréye, èle s’a distindu come one tchandèye dins sès brès.   Le lendemain après-midi, elle s’éteignit comme une chandelle dans ses bras.
     
Après tant d’angoche, i s’a sintu quôsu soladji.   Après tant d’angoisse, il se sentit presque soulagé.
     
Li médecin lî a dit : « I faleut qu’èle moruche ! One parèye andje n’èsteut nin féte po vikè ».   Le médecin lui dit : « Elle devait mourir ! Un ange pareil n’était pas fait pour vivre ».
     
Èle n’aveut nin sès vingt´-sèt´ ans...   Elle n’avait pas ses vingt-sept ans...

 

 

 

     
I lî a chonè qu’on l’aveut côpè è deûs, qu’on lî aveut rôyi l’ mitan d’ li-minme èt, on côp d’ pus, il a soéti moru.   Il lui sembla qu’on l’avait coupé en deux, qu’on lui avait arraché la moitié de lui-même et, une fois de plus, il souhaita mourir.
     
Més on n’ môrt nin come ça, come on vout, èt il a sondji qu’i lî fôreut èrtchi s’ pwin.ne tot seû, su lès deurès vôyes d’one vîye d’ome.   Mais on ne meurt pas comme ça, comme on veut, et il pensa qu’il lui faudrait traîner sa peine tout seul, sur les durs chemins d’une vie d’homme.
   

 

C’ÈST TOT.

FIN

gabrielle borbisier

«Rafaèle» (Gabrielle Corbisier, Celles 1903-1929).


NOTES :

(1) 1 Le texte wallon dit rtimbe ; peut-être s’agit-il d’une coquille pour trimbe, mais notre témoin ignore ce mot. En namurois, il est vrai, le fr. tremble se dit tronle (L. Somme). Le Lexique de L. Léonard signale blanc bwès ou tronle « bois blanc, tremble ». Il semble plausible de traduire ici trimbe par tremble en raison du contexte ; dans Le Robert (v° tremble), on lit : « peuplier à écorce lisse, à tige droite, dont les feuilles à minces pétioles frissonnent au moindre souffle. » Quant au verbe tron.nè, il signifie « trembler » ; on l’a remplacé, en français, par frissonner en raison de la proximité du nom tremble. - Retour texte