Chalaud
 

Ch'est un village très chpéchîal.

Jadis, les habitants de Chalaud prononchaient d'une chertaine fachon les "èches"; et comme lesdits Chalaudois n'étaient pas réputés très honnêtes, les aborigènes des villages voisins prirent l'habitude de les appeler "les Chalauds".
Auchi, pour s'opposer à chette forme de rachisme, les habitants de Chalaud déchidèrent de ne plus jamais prononcer de mots contenant un "èche". Ils furent donc contraints, coutume bizarre qui s'est maintenue juchqu'à nos jours, de parler en employant des chirconlocuchions alambiquées.

Exemples.

Ch'il est relativement fachile , chez le marchand des quatre chaisons de commander une "laitue" en lieu et plache d'une chalade , "une demi-douzaines d'agrumes jaunes acrimonieux" au lieu de chix chitrons, ou d'aller chez le boulanger chercher les "revolvers du dimanche matin", c'est plus compliqué chez le boucher.

Voichi comment les Chalaudois s'y prennent pour demander une eschcalope de veau, un rochbif et chent grammes de chauchichon : "Je voudrais une fine tranche de veau à rôtir dans la poêle, un fragment de viande de bœuf à cuire au four, et de la viande de porc hachée, agrémentée de condiments avant d'être cuite en forme de boudin, dont vous aurez l'amabilité de débiter l'équivalent d'un dixième de kilogramme en rondelles pas trop fines, je vous prie".

Comme les Chalaudois ne peuvent jamais dire merchî, ils pachent toujours pour de parfaits goujats aux yeux des rares commerchants étrangers qui ont le courage et la pachience de ch'aventurer dans la localité pour le marché du chamedi.

Ah, ce n'est pas toujours rose de fréquenter des enfants de Chalaud !

deux Chalaudois