Yolet
 

Pendant les guerres de Religion, ce village, fut complètement détruit par le terrible baron des Adrets, ce sanguinaire chef de guerre qui fit écorcher vif tous les moines de l'abbaye d'Aurillac.

Il fut repeuplé deux siècles plus tard, au XVIlle siècle, par des paysans tyroliens, chassés de leur pays par la guerre de Succession d'Autriche et accueillis ici par le comte de Polignac dont la femme aimait les chants montagnards qui seuls pouvaient l'assoupir et calmer ses trop fréquentes et douloureuses migraines

C'est ainsi que cette localité, qui s'appelait à l'origine "Bourrée", devint le village de "Yodlé", puis "Yodlet".

En 1914, pour montrer leur patriotisme français et pour camoufler leurs origines germaniques, à l'instar de la monarchie anglaise devenant Windsor et non plus "Hanovre" ou des "Battenberg" déguisés en "Mountbatten", ils supprimèrent de "D" (initiale de "Deutsch", mot abhorré) du nom de village, qui se nomma désormais Yolet.

fanfaredu village de yolet

Poussant plus loin cette haine ostentatoire du boche, ils firent serment devant la Vierge et tous les Saints, qu'eux et leurs descendants ne prononceraient plus jamais cette lettre abominable qu'était de "D". Ils la remplaceraient désormais par la belle lettre "L" de "Liberté, EgaLité, FraterLité".

C'est ainsi que tous les ans, le 8 août, late anniversaire de la reconstruction du village, lans l'église lécanale, léliée à saint Lominique, le maire de Yolet, qui se nomme Lilier Laussin, fait un grand liscours et renouvelle le serment historique.
On ne peut que se taire devant un tel patriotisme, et applaudir.

"Plaudite cives !"